MENU ZINFOS
National

Affaire Fillon : Pas de classement sans suite "en l’état"


- Publié le Jeudi 16 Février 2017 à 18:17 | Lu 3570 fois

Affaire Fillon : Pas de classement sans suite "en l’état"
Ce jeudi 16 février, le Parquet national financier (PNR) a mis en lumière les premières conclusions de l’enquête préliminaire concernant les suspicions d’emplois fictifs de Penelope Fillon. Cette enquête a été ouverte le 25 janvier pour des faits présumés de détournements de fonds publics et d'abus de biens sociaux.

Suite à un communiqué transmit par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), Eliane Houlette, la procureure en charge du dossier, déclare : "Les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d’envisager, en l’état, un classement sans suite de la procédure". Cela signifierait donc que le parquet considère que les éléments présentés dans ce dossier peuvent étayer l’existence d’une infraction "suffisamment caractérisée".

Ainsi, la procureure affirme que "les investigations vont se poursuivre dans le strict respect des règles qui gouvernent le code de procédure pénale".

Suite à ces dernières révélations François Fillon, candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle, a annoncé qu’il continuerait sa campagne et qu’il s’en remettrait au jugement des Français lors du suffrage universel. De leur côté, les avocats du couple Fillon, ont réaffirmé qu’ils maintenaient des réserves concernant les compétences du PNR dans cette affaire et ont ajouté qu’il s’agissait d’une "violation du principe de séparation de pouvoir".



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

52.Posté par Major pin pon le 19/02/2017 20:49

Le député Les Républicains (LR) des Yvelines et candidat à l’élection présidentielle Henri Guaino a taclé François Fillon samedi 18 février sur Franceinfo :

« Ce n’est pas raisonnable de persévérer dans une campagne qu’il est impossible de conduire (…) C’est une folie pour la droite, un mauvais coup porté aux institutions, l’assurance que le rendez-vous de la présidentielle est manqué. »
Pour le député des Yvelines, « comment voulez-vous pouvoir défendre un programme qui demande des sacrifices aux Français dans cette situation ? Comment savoir comment un candidat va gouverner s’il n’y a aucune cohérence dans son parcours et dans ses idées ? »
lemonde

51.Posté par JORI le 19/02/2017 20:37

49.Posté par vanille le 19/02/2017 17:39
Je ne savais pas que tout comme vous ces juristes avaient eu accès au dossier pour avoir un tel jugement!!!; Je vois que votre aveuglement est extrême.

50.Posté par major pin pon le 19/02/2017 19:57

Bataille , sa femme a dit n'avoir JAMAIS travaillé pour son mari!

Alors excuse, exhorte, critique invente.... abrege nos souffrances

49.Posté par vanille le 19/02/2017 17:39

Post 46 dyonysien974

Quel plaisir de vous lire, merci pour ce long post qui confirme la déclaration des avocats de F.Fillon et bravo à ce collectif.
F.Fillon est actuellement victime d'un acharnement politico mediatique gauchiste impressionnant qui doit lui donner la force de ne rien lâcher et d'aller jusqu'au bout de sa détermination.

48.Posté par mougeon le 19/02/2017 15:09 (depuis mobile)

Fillon,Macron,Lepen,Hamon,melenchon!!!!!!!!

Choisissez votre président!!!!!

Quelle chance pour nous les francais.

Le pays ne va faire que couler,comme le Titanic: France tu tomberas bien bas avant de te relever!

47.Posté par hahahahahahhahahahhahah le 19/02/2017 12:48

Mais laissez les magouiller en paix!

Il faudrait en + qu'il rende des comptes

46.Posté par dionysien974 le 19/02/2017 11:18

Appel de juristes contre un coup d’Etat institutionnel.
Un appel signé par plusieurs juristes (avocats et professeurs de droit) à propos des manœuvres employées à l’encontre de François Fillon:

"Les termes de « coup d’Etat institutionnel » définissent parfaitement les manœuvres employées à l’encontre de François Fillon, pour tenter de l’empêcher, à tout prix, de concourir à l’élection présidentielle.

Le pouvoir a dévoyé le droit pénal et la procédure pénale pour tenter de détruire la réputation de son principal adversaire ; le but de cette vaste opération étant de favoriser l’élection d’un successeur déjà coopté, faux nez d’une candidature sociale-démocrate ou sociale-libérale qui était d’avance vouée à l’échec.

Le candidat de la droite et du centre était jugé dangereux car il avait déjà recueilli la confiance de plusieurs millions de ses compatriotes lors de primaires irréprochables. Il fallait donc, pour tenter de le discréditer, lui imputer à délit des faits qui ne tombent manifestement pas sous le coup de la loi. L’allégation d’un « détournement de fonds publics » est contraire aux termes du code pénal et incompatible avec les principes constitutionnels.

Contraire aux termes du Code pénal d’abord : le texte qui définit ce délit, l’article 432-15, ne vise, comme auteurs possibles de celui-ci, qu’une « personne dépositaire de l’autorité publique » ou « chargée d’une mission de service public », qu’un « comptable public » ou un « dépositaire public », qualités que n’a évidemment pas un parlementaire.

Au surplus, il est plus que douteux que les sommes versées à un parlementaire pour organiser son travail de participation au pouvoir législatif et au contrôle du pouvoir exécutif puissent être qualifiés de fonds publics.

Contraire aux principes constitutionnels ensuite : à celui de la séparation des pouvoirs, seul garant du caractère démocratique des institutions et obstacle à la tyrannie. L’indépendance dont dispose le parlementaire, y compris dans la gestion de ses crédits destinés à rémunérer ses collaborateurs, n’est pas un simple caprice. C’est le préalable nécessaire à l’une de ses missions constitutionnelles qu’est le contrôle de l’exécutif. Pour préserver le principe de séparation des pouvoirs, les assemblées disposent comme elles l’entendent, de leurs crédits de fonctionnement. Incriminer l’emploi discrétionnaire de ces dotations serait s’en prendre à l’exercice de la fonction d’un parlementaire, s’attaquer par là-même au principe constitutionnel de l’indépendance des assemblées parlementaires, corollaire de la séparation des pouvoirs.Pour l’exécutif, prétendre contrôler l’utilisation des dotations d’un parlementaire au moyen d’une procédure pénale enfreint donc ce principe.

Dans le cas de François Fillon, l’atteinte à la Constitution est d’autant plus grave que la procédure pénale est engagée illégalement. En admettant qu’il y ait eu violation du règlement d’une assemblée parlementaire, une enquête n’aurait pu être menée que par le bureau de l’assemblée en cause. C’est bien d’ailleurs la procédure qu’a retenue le Parlement européen pour sanctionner une candidate à l’élection présidentielle française.

A plus forte raison le pouvoir ne pouvait-il laisser le parquet national financier (PNF) se saisir d’une telle enquête (ou l’y inciter). Il saute aux yeux que les faits allégués contre le candidat n’entrent pas dans les chefs de compétence énumérés par l’article 705 du code de procédure pénale (loi du 6 décembre 2013) de ce ministère public : non seulement ces faits ne répondent à la définition d’aucune des infractions mentionnées dans ces chefs de compétence, mais encore nul ne saurait prétendre sérieusement qu’ils présentent « une grande complexité », au sens dudit article.

C’est encore au prix d’une double erreur que le président de la République se retranche derrière l’indépendance de la justice. D’abord, les officiers du ministère public ne sont pas « la justice », la Cour européenne des droits de l’homme leur dénie l’appartenance à l’autorité judiciaire. Ensuite, ils ne sont pas statutairement indépendants du gouvernement, mais subordonnés au ministre de la justice.

Il y a pire.Le bras armé du pouvoir,en l’espèce, est ce parquet national financier.Il est un organe d’exception au sens technique du terme, d’un organe à compétence dérogatoire au droit commun, limitativement définie. Faut-il rappeler sa genèse, à savoir le refus du pouvoir de se conformer au fonctionnement régulier du ministère public, faute d’avoir réussi à museler un procureur général de la Cour de Paris trop indocile à ses yeux(il est loin le temps où les tenants de ce pouvoir socialiste remettaient en cause le caractère exceptionnel de certaines juridictions, comme les cours d’assises spéciales en matière de terrorisme, sans parler de la Cour de sûreté de l’Etat).

Dès le début de l’enquête visant François Fillon, le parquet national financier s’est comme ingénié à justifier la suspicion légitimement née de cette origine : la précipitation avec laquelle l’enquête a été ouverte, sans même le respect d’un délai suffisant pour lire à tête reposée le Canard enchaîné laisse perplexe ; surtout, la publication dans Le Monde par deux « journalistes » familiers du président de la République, de son secrétaire général etc., des procès-verbaux de l’enquête à peine sont-ils clos, au mépris de secret de l’enquête, démontre irréfutablement une collusion entre les officiers du ministère public ou leurs délégataires et ces « investigateurs ». Le même journal combat d’ailleurs les moyens de défense constitutionnels invoqués par la défense de François Fillon en faisant appel à un civiliste…

Dans leur acharnement, ceux qui ont ourdi cette machination ont pourtant négligé ou sous-estimé un risque : celui d’une action engagée contre l’Etat, en application de l’article L.141-1 du Code de l’organisation judiciaire, en réparation du dommage causé par le fonctionnement défectueux du service public de la justice au cas de faute lourde. En effet, il ne se discute pas que la violation du secret de l’enquête ou de l’instruction en matière pénale constitue un fonctionnement défectueux du service public de la justice et que le rôle actif ou passif du parquet dans cette violation caractérise une faute lourde.

Il reste que la tentative de déstabilisation et de disqualification du candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle est sans précédent par sa violence et par l’implication ouverte de l’Etat.

Sans doute dans le passé d’autres candidats ont-ils été visés par des attaques venant pour la plupart des mêmes journaux : affaire Markovic, diamants de Bokassa, affaire Clearstream. Mais jamais le pouvoir en place n’avait orchestré la campagne avec une pareille impudence.

Au-delà du seul piétinement de la présomption d’innocence, principe dont s’enivrent constamment les zélateurs de l’actuel pouvoir, pour refuser d’endiguer la délinquance ordinaire, ce sont tous les principes essentiels d’un Etat démocratique qui sont bafoués.

Au-delà de la défense du candidat François Fillon, aucun juriste ne peut cautionner ce dévoiement voulu et partisan des institutions, préalable à un « coup d’Etat permanent ». Ni la magistrature ni la police n’ont vocation à servir de supplétifs à un pouvoir moribond.

C’est pourquoi les juristes signataires de cet appel entendent alerter leurs compatriotes sur cette forfaiture et ses dangers pour la démocratie. Ce n’est pas une poignée de substituts militants trop zélés qui feront obstacle aux millions de Français qui ont déjà choisi démocratiquement François Fillon comme candidat de la droite et du centre. Nous n’acceptons pas un coup d’Etat institutionnel, au profit de l’héritier désigné par le pouvoir."

Collectif
Philippe FONTANA
Avocat au barreau de Paris

André DECOCQ
Professeur émérite à l’Université Panthéon-Assas

Geoffroy de VRIES
Avocat au barreau de Paris

Yves MAYAUD
Professeur émérite à l’Université Panthéon-Assas

Serge GUINCHARD
Professeur émérite à l’Université Panthéon-Assas, ancien recteur

Pauline CORLAY
Professeur agrégé des facultés de droit, avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation

Guillaume DRAGO
Professeur à l’Université Panthéon-Assas Paris II

Guillaume MASSE
Avocat au barreau de Paris

Jean-Luc ELHOUEISS
Avocat au barreau de Paris, Maître de conférences

Georges BONET
Professeur émérite à l’Université Panthéon-Assas

Raymonde VATINET
Professeur émérite à l’Université Panthéon-Assas

Anne-Marie LE POURHIET
Professeur de droit public à l'université Rennes-I

Bernard de FROMENT
Avocat au barreau de Paris

45.Posté par ernest le 19/02/2017 01:10

Quoi qu'il en soit, nous avons besoin d'un président digne de confiance, honnête, compétent et qui soit en même temps sensible à la protection animale bien préoccupante. On est d'ailleurs encore sous le choc des révélations de l'association L214 concernant les abattages atroces des vaches gestantes dans un abattoir de Limoges et le calvaire des cochons à l'abattoir de Houdan.
En tout cas, pour la protection animale, Fillon n'est pas le candidat idéal car il défend la chasse et est un amateur de corrida qui est un spectacle sanglant, cruel, barbare, digne d’un autre âge, dont la majorité des citoyens réclame son abolition depuis longtemps.
Mais quelle drôle de psychologie faut-il avoir pour être amateur de corrida ! Je ne ferai jamais confiance à un politique ou à n’importe qui ayant ce manque d’empathie et cette attirance tordue pour ce genre de spectacle morbide.

44.Posté par A mon avis le 18/02/2017 17:47

@ 25 Perplexe

"Que fait la justice socialiste ?"

Si le justice était vraiment socialiste, croyez vous que les Cahuzac et Thévenoud auraient été jugés si vite ?

Alors que les innombrables affaires judiciaires des élus de droite trainent en longueur et finissent par des "non lieu". Un non lieu c'est reconnaître que les infos disponibles ne sont pas suffisantes pour reconnaître le prévenu coupable. Ce n'est pas une reconnaissance de l'innocence de la personne jugée.

43.Posté par A mon avis le 18/02/2017 17:37

@ 20 vanille : vous exagérez sur la tisane ! Dans votre somnolence, votre tête penche trop à droite, ça trouble sérieusement votre objectivité !


42.Posté par A mon avis le 18/02/2017 17:32

@ 39 : vous avez bien lu le Canard enchaîné !

41.Posté par Bleu outre mer le 18/02/2017 12:55

40.Posté par Il faut laisser au PNF le temps d'enquêter
Je suis complétement d'acord voila une bonne idée....
Pour le Fn la il y a complot lol
Soit dit en passant je pense que la transparence ont la demande aux autres mais pas à soi même.

40.Posté par Il faut laisser au PNF le temps d'enquêter le 18/02/2017 12:16

20.Posté par vanille le 17/02/2017 10:15

Quand on est partisan, on dit n'importe quoi. Vous voulez une justice expéditive rendue en 24 ou 48 H ?

Laissez-leu le temps d'enquêter quand même!

Maintenant, j'aimerais que d'autres de tous bords soient inspectés, du moins leurs comptes et patrimoine. De tous bords politiques. Je n'ai aucun parti pris, moi.

39.Posté par bleu outre mer le 18/02/2017 08:19

Les liens d’affaires de Thierry Solère avec l’industrie du recyclage

Longtemps rémunéré par Aliapur, le député des Hauts-de-Seine a recruté comme assistante l’épouse du directeur de cette société spécialisée dans le recyclage de pneus.

C'est gonflé

38.Posté par JORI le 17/02/2017 21:18

29.Posté par vanille le 17/02/2017 16:06
J'attends toujours que Fillon porte plainte contre le média en question.

37.Posté par JORI le 17/02/2017 21:18

29.Posté par vanille le 17/02/2017 16:06
Cahuzac a planqué son propre pognon, Fillon aurait détourné celui des contribuable.Si vous ne maîtrisez pas la différence c'est regrettable.

36.Posté par JORI le 17/02/2017 21:16

25.Posté par Perplexe le 17/02/2017 12:04
Mensonge, car elle a démenti cette info.

35.Posté par JORI le 17/02/2017 21:15

20.Posté par vanille le 17/02/2017 10:15
"incompétent pour instruire ce dossier", c'est votre compétence en la matière qui vous autorise à dire celui ou c'est votre instinct de mouton de Panurge qui vous oblige à répéter bêtement ce que votre leader affirme????. Et vous osez parler d'hypocrisie et de vengeance!!. Mais savez vous seulement de quoi vous parlez??.

34.Posté par LASTIC le 17/02/2017 20:25

Il n'y a pas de fumée sans feu ! Par contre ce que je trouve bizarre c'est que cette affaire éclate ou du moins est dénoncé juste au moment ou le candidat commence sa campagne . BIZARRE VOUS AVEZ DIT BIZARRE? c'est comme si certaines instances étaient largement au courrant mais en quelques sortes gardaient cette bombe dissimulé pour pouvoir la sortir au moment opportun , c'est à dire au moment où elle ferait le plus mal Peut être qu'elle n'aurait jamais vu le jour si le candidat n'était pas aussi bien placé. Cela me rappelle il y a quelques années l'affaire DSK et depuis la montagne a accouché d'une souris Du moment que le mal avait été dénoncé et que les conséquences connues pft pft pft

33.Posté par Bleu outre mer le 17/02/2017 18:07

29.Posté par vanille
J'ai déjà pris une infusion .....
u[S'il avait eu la plus petite preuve d'emploi fictif, il aurait déjà agi]u
C'est pour cela que ses avocats considèraient que le PNF n'était pas habilité. Ils savaient très bien qu'il n'avaient pas donné tous les documents pour une bonne raison ils ne les avaient pas.
Donc cette semaine c'est assez normal ce qui se passe l'info était déjà donné avant..
Bonne tisane pour le foie et la visicule je vous conseil le Betel.:-)
Bonne soirée

32.Posté par A mon avis le 17/02/2017 17:02

@ 11 Saint André : si tous les voleurs étaient en prison, la droite n'aurait plus guère de candidats à présenter aux élections !

31.Posté par Farida Chlamydia le 17/02/2017 16:43

Mwin mi di i faut languette à li. La droite est presque aussi volèr que la gauche ! Il faut le faire !

30.Posté par GIRONDIN le 17/02/2017 16:35

...........François Fillon n'avait donc pas le choix: pour obtenir les bonnes grâces de Nicolas Sarkozy, pour s'assurer- mais est-ce seulement réaliste?- que son entourage cesse dans la coulisse de saper sa candidature déjà fort mal en point, François Fillon a donc été contraint d'aller baiser la babouche de l'ex-président de la République.
Inutile de se laisser aller à la psychologie pour savoir à quel point Fillon a dû en souffrir. Les rapports entre les deux hommes ne sont certes pas exécrables, mais complexes, tordus, ambigus.
Sarkozy avait décidé de se tenir en retrait, de prendre de longues vacances, de mettre en place son avenir professionnel tourné vers le business international, bref de se désintéresser d'une campagne dont les électeurs de droite l'avaient chassé. Changement de pied, changement de cap et, en fait, il est déjà de retour en politique. A la demande de François Fillon..................

Sarkozy enferme Fillon dans un piège à double tour
Pourtant Nicolas Sarkozy -et il en est conscient, et il s'en repaît, et il en jouit- enferme François Fillon dans un piège à double tour: ce dernier n'est plus en mesure de tenir un discours moralo-répressif sans aussitôt provoquer des quolibets! Fillon le père la morale n'est plus en état de faire ladite morale à qui que ce soit, en quoi que ce soit. Certes, il pâtit ainsi de toutes les ambigüités de l'époque où la complexité n'est plus de mise: un présumé petit délinquant quel qu'il soit vaut bien un autre présumé petit délinquant quel qu'il soit: en quoi François Fillon est-il encore légitime pour s'en prendre à un petit dealer d'une cité? Question démoniaque, à coup sûr. Question perverse, bien entendu. 
Or des millions de Français s'interrogent de la sorte. C'est çela le calvaire de François Fillon. C'est comme çela qu'il tient en otage le débat électoral parce que, en effet, le débat sur la majorité pénale vaudrait la peine d'être conduit. Pour de vrai et sans les troubles arrière-pensées de Nicolas Sarkozy.
Challenge.fr

29.Posté par vanille le 17/02/2017 16:06

Post 23
Fillon était, à l'époque des faits qui lui sont reprochés un parlementaire. Cahuzac était un ministre.
Si vous ne maîtrisez pas la différence c'est regrettable.

28.Posté par Bleu outre mer le 17/02/2017 15:06

Autre nouvelle :-)
En trois ans, le candidat LR s’est fait rémunérer entre 140 000 et 210 000 euros pour des interventions à l’étranger coorganisées par ses proches Jérôme Chartier et Arnaud Vaissié. «Libération» dévoile les arcanes de ces petits arrangements, certes légaux mais moralement discutables.
La morale ou l'ethique pour un politicien..... :-)
http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/16/fillon-et-ses-amis-la-vie-en-colloques_1549050

27.Posté par Bleu outre mer le 17/02/2017 14:51

Droit dans ses bottes "Si je suis mis en examen....." C'était avant.
Continué Mr ,Fillon vous ne serez pas au second tour certains LR vont quitter le navire pour aller chez Macron..
Ce qui les interressent c'est d'avoir un poste et les législatives de rester avec Fillon surnomé le Titanic droit devant.....Le point commun entre MLP et Macron si il ou elle sont élu(e) le gros problème va être les législatives parce que derrière eux il y a personne qui a un certains charisme. La question avec qui ils vont cohabiter. Mais nous ne sommes pas au deuxième tour...

26.Posté par GIRONDIN le 17/02/2017 13:02

En 2016, François Fillon :"Il y a un problème d'abaissement de la morale publique ; il y a un problème d'abaissement du niveau d'éthique dans la vie politique… et si on veut rétablir l'autorité dans le pays, je dis qu'il faut des responsables politiques honnêtes, irréprochables.
C'était sur France Info début septembre. François Fillon, alors, était très loin du duo Sarkozy/Juppé dans les intentions de vote des électeurs de droite


Ce qui défrisait François Fillon à l'époque (le 2 Septembre dernier sur France Info) :
"C'est la manière dont le système politico-médiatique passe sur toutes ces affaires. Ça fait la une pendant trois jours, puis c'est fini, on n'en parle plus. Moi sur le terrain, je rencontre tous les jours des gens qui me disent "quand je passe devant le radar, je paye".

25.Posté par Perplexe le 17/02/2017 12:04

Marine Le Pen vient d'avouer avoir employé fictivement un assistant.

https://m6info.yahoo.com/marine-le-pen-a-reconnu-avoir-salarie-fictivement-un-assistant-201404413.html

Que fait la justice socialiste ?

Ils sont capable d'ouvrir rapidement une enquête sur des affirmations d'un journal satirique et là c'est l'intéressée elle même qui l'affirme et on ne voit rien.

La justice bobo de Hollande aurait-elle peur de la réaction des militants FN ?

24.Posté par SEVERIN le 17/02/2017 11:03

Un minable comme Fillon au Pouvoir,c de nouveau la droite de la chienlit aux affaires puantes. Personnellement,ces sales têtes m'ont pas manquées, Brice fou le feu ou Hortefeux / Laurent Vauquiez / La Ciotti / le Baboin (r) / la Xavier Bertrant / la NKM / la Rachida Daaati.Comme ex-premier ministre de la Sarkrotte,ça été la cata,comme président, on n'aurait plus de trou du cul pour lâcher notre étron.A priori,la bénédiction du curé de la paroisse chrétienne Péi n'a pas soulager ses sales affaires dites légaux comme enrichissement familiale.Allez Fillon,un peu d'humour dans ta course au pouvoir.
Ma bénédiction selon l'évangile MAC-FILLON .AU NOM DU PÈRE DU POGNON / AU NOM DU FILS DU PÉCULE / AU NOM DU SAINT ESPRIT DE LA MONNAIE / AMEN LE FRIC,in yab des Yvelines

23.Posté par bleu outre mer le 17/02/2017 10:58

20.Posté par vanille
Vous devriez savoir que le PNF à condamner Cahuzac qui était PS.
La ils étaient compétant mais pour Fillon ils ne le sont pas SVP mettrez vos lunettes à vue impartiale. pour plus de crédibilité ils peuvent continuer leur turpitude ils ont des sponsors.

22.Posté par Le Jacobin le 17/02/2017 10:41

15.Posté par standréen le 17/02/2017 07:47

Transmettez votre courrier au PNF, Pierrot ne le fera pas pour vous.

Et si le PNF venait juste se bronzer les fesses à la Réunion, voir dans les DOM histoire de?

21.Posté par cheche le 17/02/2017 10:17

as t'on entendu Bartolome,president de l'AN et donc chef des deputes.NON.Le socialo s'en est bien garde sur ordre de Flamby,par qui le scandale est arrivé..Il aurait pu devant les medias nationaux TF1 A2 informer le bon peuple sur les avantages de toutes natures attribués à ses ouailles...notamment les primes pour retribueer les assistants parlementaires,le systeme de retraite et autres avantages fiscaux..Mais voilà,il faut bien pousser François hors du champ de vision pour eclairer MACRON.Scandaleux dans notre democratie de ne pas connaitre où passent nos impots..

20.Posté par vanille le 17/02/2017 10:15

Le PNF alimenté par la vengeance de Hollande et sa bande de clows n'a rien trouvé qui puisse lui permettre de faire mettre F. FILLON en examen. Alors il prétend hypocritement que les enquêtes continuent....ben voyons.
S'il avait eu la plus petite preuve d'emploi fictif, il aurait déjà agi. Et puis les avocats l'attente ce PNF, incompétent pour instruire ce dossier et ayant trahi le secret de l'instruction.

19.Posté par Julien HUBERT le 17/02/2017 10:14

Trancher dans l'immédiat, on aurait crié au scandale et tout le tremblement. Vous avez demandé expressément d'être entendu rapidement (quel courage !). Le PNF s'enquiert de donner une suite favorable à votre demande. Suite à cela les choses s'emmêlent, les esprits s'embrouillent, la victoire s'ennuage ...et hop, vos avocats (plus prétentieux tu clamses !!!) disent que le PNF n'a pas la compétence d'une telle affaire. Faudrait peut être un tribunal de police, où l'on vous juge en 5 minutes ?! Quel type de tribunal s'attendait -t-il ? Un du style : c'est pas bien grave, tu ne referas plus, hein ! Non, mais il (ses avocats aussi) se croit au dessus des lois parce que 4 millions de péquenauds ont voté pour lui lors des primaires ..mais personne (à mon avis ) n'avait vent de son histoire. Il parle de la transparence de sa femme (sans jeu de mots faillir, oui on peut dire qu'elle était transparente dans le sens où personne ne la voyait ou ne l'avait vue ....Non, Fillon, vous êtes un magouilleur de première, vous puez l'arnaque, vous n'êtes pas clair si votre femme est transparente dans cette affaire. Il y a des études sur la physionomie et je me suis penché sur votre cas...On en apprend. En plus non seulement vous y croyez encore à ce fauteuil, mais vous le faites croire aussi à votre parti. Quand je vois Ciotti à vos côtés qui défend becs et ongles votre "innocence" je me dis que pour être à la botte d'un type pareil il y a à gagner. J'espère qu'au premier tour la gente électorale vous dira de repasser en 2022.

18.Posté par La Cata le 17/02/2017 09:54

Hé,hé,hé,hé: Didier Robert : Président !!!

17.Posté par bleu outre mer le 17/02/2017 09:50

Il n'a pas apporter les justificatifs. Pas de non lieu il est discrédité d'office.
C'est pour cela que les avocats la semaine dernière ne reconnaissaient pas le PNF. Ils savaient déjà qu'il n'avaient pas les pièces nécessaires.
Mathieu soyez pas trop pressé MLP est aussi dans plein d'affaire et elle fait parti de la bande de voleur.

16.Posté par Zara le 17/02/2017 08:46

Mr Fillon lache pas l'affaire car beaucoup on peur de toi car ils savent que tu es le seule à dirigé ce bateau qui va peut être coulé , si on ne vote pas utile !!!
le vote utile c'est de placé un homme d'expérience à la tête de notre pays et non pas un Caliméro qui n'a aucune expérience .

15.Posté par standréen le 17/02/2017 07:47

Allo, le Canard ? Allo Mediapart ? Allo Hamon ? Allo ? Allo ?
Ceux qui hurlent au loup à propos de François Fillon, feraient bien de chercher aussi du côté socialiste, non exempt de tout reproche….
Qu’attendent le Canard enchaîné ou Mediapart pour enfin s’intéresser un peu à l’emploi évanescent d’Anne Hidalgo à l’Inspection du travail ?
Le maire de Paris semble avoir cumulé pendant des années les postes de Premier adjoint, de conseiller régional et de secrétaire national du PS tout en travaillant à l'Inspection du travail !
C’est l’une des plus belles performances de la République : cumuler pendant des années les très lourdes fonctions de Premier adjoint au maire de Paris en charge de l’urbanisme, de conseiller régional d’île-de-France et de secrétaire nationale du PS tout en travaillant à temps complet à ... l’Inspection du travail, bien mal nommée en l’occurrence !
Et qui est l’auteur de cette incroyable exploit ? Anne Hidalgo ! Depuis 2011 agent retraité de la fonction publique à 52 ans à peine et depuis 2014 maire de Paris. 
Décidément, une championne des cumuls suspects ...
Anne Hidalgo, inspectrice du travail, après avoir oeuvré pour Aubry a occupé les fonctions de conseillère technique chargée des relations sociales et du statut des fonctionnaires de novembre 2000 à juillet 2001 au cabinet de Marylise Lebranchu, garde des sceaux. 
Elle devient soudain "chargée de mission" au sein du même cabinet, à partir du 12 juillet 2001. Elle n'a plus alors de portefeuille de compétences clairement défini. 
Que s'est-il passé ? Elle a d'abord été bombardée tête de liste PS dans le 15ème arrondissement à l'automne 2000 et a fait naturellement campagne. Des fonctions dans un cabinet ministériel sont peu compatibles avec cette période préélectorale intense dans le plus grand arrondissement de Paris !
En avril 2001, Delanoë l'emporte et voilà Hidalgo élue au Conseil de Paris et désignée première adjointe au maire de Paris, qui plus est chargée de l'énigmatique "Bureau des Temps" et de l'égalité homme/femme. S'occuper du statut des fonctionnaires devient délicat. Hidalgo reste néanmoins rétribuée par le cabinet Lebranchu sur ce fameux poste de "chargé de mission". Pendant ce temps, elle cumule traitement de détachement et indemnités d'élue parisienne. 
Les choses deviennent encore plus brumeuses après le 21 avril 2002 quand Jospin est politiquement trucidé et son gouvernement avec lui. 
Hidalgo retourne au ministère de la santé, affectée à l'Inspection du Travail. Elle continue d'y accumuler de l'ancienneté administrative puisqu'en 2011 elle peut se targuer de 29 années de services. Elle n'est donc pas en disponibilité, ce qui lui assure logiquement un traitement. 
Parallèlement, elle est toujours première adjointe à Paris et fait de la politique de manière intense : membre du bureau national du parti socialiste depuis 2003 et, après le congrès de Dijon en 2005 secrétaire nationale à la culture.
Depuis 2004, elle a même une fonction supplémentaire : elle est élue au conseil régional d'Île-de-France ! Quadruple cumul : inspection du travail, première adjointe au maire de Paris, parti socialiste et région ! Dont trois fonctions rémunérées !!
En avril 2008, après les élections municipales, elle demeure première adjointe et se voit attribuer la très lourde délégation à l'urbanisme. Cette seule fonction est, là aussi, de nature à occuper à temps plein son homme ou sa femme. Peu importe néanmoins pour Hidalgo qui continue comme si de rien n'était à l'inspection du travail. 
C'est au grade de directeur du travail qu'elle prend finalement sa retraite en juillet 2011, à 52 ans à peine. A noter que si elle a pu jouir d'une retraite anticipée si généreuse, c'est précisément parce qu'elle a continué à accumuler des droits à pension à l'inspection du travail de 2002 à 2011.
Triple bénéfice pour elle, triple peine pour les contribuables parisiens, franciliens et nationaux. 

Pour ces 10 années, il est légitime et tentant de faire le bilan des activités qui ont pu justifier qu'elle soit payée par l'Etat.
Sur Internet, on ne trouve pas de rapport ou document substantiel rédigé par Hidalgo en tant qu'inspectrice du travail durant ces années : voir par exemple en cliquant sur le site du ministère du travail et de l'emploi. 
Être correctement premier adjoint au maire de Paris et conseiller régional est déjà une gageure. Alors inspecteur du travail en plus ... comment cela fut possible ?
Le "coût total employeur" pour l'Etat d'un agent de ce grade est en effet au minimum de 5 000 euros par mois, soit plus de 500 000 euros sur la période concernée. Sans compter la majoration de la pension de retraite d'Hidalgo jusqu'à la fin de ses jours. Bref, plus que ce qui est reproché à Pénélope Fillon ! Les contribuables ont de quoi s’indigner.
Qu'a fait Anne Hidalgo d'avril 2001 à décembre 2011 à l'Inspection du travail pour justifier sa rémunération ? 
On peut désormais interroger également Benoît Hamon qui connaît bien son Hidalgo : il a partagé son bureau au cabinet d’Aubry et le mari de la maire de Paris, Germain, est désormais son directeur de campagne.
Allo, le Canard ? Allo Mediapart ? Allo Hamon ? Allo ? Allo ?

14.Posté par Et le courage de faire le ménage dans les rangs parlementaires? Il était où? le 17/02/2017 06:46

11.Posté par Saint André le 16/02/2017 21:59

"Mais ça ne marche pas, ça se retourne contre eux car de plus en plus de personnes admirent le courage de Fillon considéré maintenant comme un vrai battant qui ne se laisse pas faire."

Vous n'en faites pas un peu trop là, quand même? Le courage de résister. Mdr.

Et le courage de faire le ménage depuis des années au plan moral et financier chez lui, dans son parti, chez les parlementaires poiur mettre un terme aux emplois familiaux, passe droits, rémunérations abusives et détournée de leur but, etc ? Vous en faites quoi?

Arrêtez un peu ce baratin pro FF. Ca fatigue. S'il reste, c'est juste une stratégie politique et parce qu'il est coincé, il ne peut pas faire autrement, sinon c'est un aveu politique et personnel d'échec.

Révisez votre copie, svp!

13.Posté par verite le 17/02/2017 05:11

tout ce temps et encore rien de répréhensible à se mettre sous la dent pour enclencher une action judiciaire ? si ce n'est pas le but alors c'est quoi l'objectif ? en résumé ce communiqué veut dire "on va continuer à chercher on finira peut être par trouver quelque chose"....

12.Posté par matthieu le 16/02/2017 22:25

L'arrivée au pouvoir de MLP est inéluctable.Les Français veulent continuer à exister en tant que nation,ils ne voteront pas pour les voleurs,les corrompus ,les mondialistes qui veulent plonger le pays dans la misère et le chaos comme cela s'installe maintenant dans de larges pans du territoire national.

11.Posté par Saint André le 16/02/2017 21:59

Si M. Fillon est un voleur, alors pourquoi n'est-il pas en prison ?

Que fait ce tribunal politique crée par Taubira et à la botte du PS et de Hollandouille.

Ah oui, ils n'ont pas de preuves suffisantes pour le mettre en examen, alors ils essaient de faire durer l'affaire pour pourrir le débat et faire oublier le bilan désastreux des incompétent gauchistes.

Mais ça ne marche pas, ça se retourne contre eux car de plus en plus de personnes admirent le courage de Fillon considéré maintenant comme un vrai battant qui ne se laisse pas faire.

Les chiens aboient, la caravane passe !

10.Posté par KLOD le 16/02/2017 20:42

excellent la photo , la caricature des "droit dans mes bottes , responsable mais pas coupable" ............fillon où la caricature d'une certaine politique que les "contents d'eux depuis si longtemps , adoooooooooorent "., ceux qui font que le monde est ce qu'il est avec les memes dans leur "role" sociale de défense de "leur rang"............. , pathétique démocratie ............ encore une fois : édifiant l'édito du QUOTIDIEN de ce jour ............ des démocrates réelles chez didi le barman en chef , ex de l'EMPR ?

un vœux pieux : pas de le pen -fillon au deuxième tour ............... ce serait le retour de pétain - les maurassien à la limite buisson -bismuth .......... triste élection ! tout sauf CA !

vive la République !

9.Posté par DADI le 16/02/2017 20:03

Pour vérifier la réalité d'un simple poste d'attachée parlementaire, 3 semaines d'investigations diverses et de nombreuses auditions, mobilisant des dizaines de policiers et de juges, ne suffisent toujours pas à statuer.
Le jour où le PNF aura réellement une affaire complexe sur laquelle travailler, il leur faudra des années...
On voit bien que le dossiier est vide mais il faut pourrir la campagne de Fillon le plus longtemps possible

8.Posté par matthieu le 16/02/2017 19:58

Ce monsieur est un voleur .

7.Posté par Marcel le 16/02/2017 19:53

Nous sommes face à une grossière manœuvre qui se fait sous couvert de magistrats nommés par le pouvoir. Je ne comprends pas que la défense de F Fillon ne soit pas plus virulente. C'est un scandale d'Etat et il faut le révéler vigoureusement.

6.Posté par Xavier le 16/02/2017 19:38

Monsieur Fillon
Je continuerai à vous soutenir malgré les médias qui font le ton et le chanson
Comment les Français peuvent suivre un mouvement fait par les médias au lieu de se pencher sur un projet qui sera le seul à redresser la France pour nos enfants et petits enfants
Ce n'est pas les médias qui vont décider du prochain président de la république
Revenons à la campagne par pitié

5.Posté par Mi aspére le 16/02/2017 19:23

... Ke va pas dégonfler comme pou Sarko.

4.Posté par Moin mi di le 16/02/2017 19:22

A droite nena dotr ke lu.
Baroin, Bertrand, Pecresse, Nkm....

3.Posté par normal le 16/02/2017 18:53

tout ce bordel depuis trois semaines , toutes ces dépenses, ces heures d'enquêtes, d'antenne tv et radio à saturation, les journalistes métros qui le suivent bien emmerdés devant le manque de manifestations. La juge du PNF nommée par Taubira n'a rien et au risque de paraître stupide ne peut plus reculer. Bref on nous prend pour des cons comme d'ab!

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes