MENU ZINFOS
Faits-divers

Affaire Caizergues: Nicolas Dupont-Aignan s'adresse officiellement au ministre des Armées


Par - Publié le Vendredi 12 Octobre 2018 à 10:22 | Lu 8708 fois

Comme le révèle le journal d'information de la Gendarmerie "Le Pandore et la Gendarmerie ", le député Nicolas Dupont-Aignan, après s'être entretenu avec Delphine Caizergues concernant la disparition de son fils Mathieu, s'est officiellement adressé à Florence Parny, ministre des Armées.

Voici le contenu de sa missive :

"M. Nicolas Dupont-Aignan appelle l'attention de Mme la ministre des armées sur le cas du gendarme Mathieu Caizergues, disparu dans des conditions non élucidées le 23 juin 2017 sur l'île de la Réunion. Ce militaire de 24 ans, détaché en qualité de gendarme mobile, en renfort de la brigade de gendarmerie de la Possession, a disparu alors qu'il effectuait une randonnée entre Roche-Plate et le Maïdo avec deux compagnons.

Le parquet de Saint-Denis a ouvert, fin 2017, une information judiciaire pour non-assistance à personne en danger à l'encontre des deux randonneurs qui l'accompagnaient. Mais l'enquête pourrait désormais s'orienter vers leur mise en examen pour homicide involontaire par imprudence ou négligence puisque, contre toute attente, le 22 juin 2018, la gendarmerie a déclaré Mathieu Caizergues officiellement décédé, malgré l'absence de corps.

Les parents du jeune militaire ne peuvent faire leur deuil tant qu'ils n'auront pas de réponse à ces deux questions : pourquoi les recherches pour retrouver leur fils dans ce secteur escarpé ont-elles si rapidement été abandonnées ? Pourquoi a-t-il été déclaré mort un an jour pour jour après sa disparition sans l'avis ou le consentement préalable de la famille ?

En dehors de l'émotion légitime que suscite chez tout un chacun la disparition non élucidée d'un proche, et en particulier d'un enfant, on est en droit de s'interroger sur l'attitude de la gendarmerie nationale qui ne semble pas avoir assumé correctement ses responsabilités hiérarchiques vis-à-vis de cette jeune recrue, en mission opérationnelle pour le compte de la Nation. C'est pourquoi il lui demande si elle est disposée à faire procéder à une enquête interne auprès des services de la gendarmerie pour faire toute la lumière sur cette affaire
."  

C'est "Le Pandore et la Gendarmerie", journal d'information indépendant, qui a organisé la rencontre entre Delphine Caizergues et le député de l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan, au sujet de la disparition de son fils. Au moment de sa disparition, Mathieu était gendarme d'active, il a été déclaré mort à la demande expresse de la Gendarmerie en Février 2018. Demande accordée par le procureur de la République du parquet de Saint-Denis en juin 2018. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Dodo la saumure le 12/10/2018 12:46 (depuis mobile)

Macron est au courant ? ça tombe bien il vient à la réunion.... bonne idée

2.Posté par Thérèse Troika le 12/10/2018 13:28

Les initiatives pouvant amener à connaître enfin la vérité dans cette triste affaire sont bien entendu bonnes.

3.Posté par Tanguy Proquo le 12/10/2018 16:35

Ma question est toujours la même, pourquoi ne pas interroger sou le régime hard de la garde à vue les deux autres personnes se trouvant en rando avec Mathieu ? Certes il faut laver le linge sale en famille mais je suis certain qu il y a anguille sous roche avec l'un des deux dalons, peut être un drame passionnel.

4.Posté par OSS 117 le 12/10/2018 18:30

Post 3: Vous avez tout faux. En fait, ce gendarme "devait" disparaître pour les besoins de la DGSE. Il fait actuellement son boulot quelque par en Orient sous un pseudo. C'est clair, non?

5.Posté par La gitane le 12/10/2018 19:25 (depuis mobile)

@post 4 !

quelle imagination ! là on nage dans le délire ... d''ailleurs je doute fort qu''il possédait des compétences en langue arabe

6.Posté par Inspecteur gadget le 12/10/2018 22:15

posts 4 et 5, vous avez l'air d'être de sérieux détectives il faudrait laisser vos adresses;

7.Posté par PEC-PEC le 13/10/2018 10:23 (depuis mobile)

Étrange affaire ou les militaires semblent bien immobiles pour un des leurs, ce qui semble rare dans cette grande aison. C'est louche ce desamour pour leur homme. Et les compagnons de redonnee ils semblent bien peu impliqués. On ne nous dit pas tout

8.Posté par @post 6 le 13/10/2018 23:04 (depuis mobile)

@post 6

non pas forcément détective, et juste curieux, il suffit de lire les rapports de la cour des comptes, et écouter les débats au parlement

9.Posté par A mon avis le 14/10/2018 17:17

Que vient faire Dupont Aignan dans cette affaire ?
Il joue la mouche du coche !
Tout est bon pour se faire de la pub !...

10.Posté par Lesseps le 14/10/2018 17:58

@7: on voit bien que vous n’avez pas suivi l’affaire... PGHM, Hélico, drones, chiens et de nombreux effectifs durant de nombreux jours pour quadriller les lieux ... Qu’auriez-vous souhaité ? Que ces militaires y restent 3 mois non-stop en passant et repassant ad vitam eternam aux mêmes endroits ? Que certains s’inventent des scénarios pour exciter leurs esprits malsains est une autre affaire ...

11.Posté par chavez le 14/10/2018 18:48

3.Posté par Tanguy Proquo**** si vous suiviez cette affaire ! cela été fait dans le cadre de l enquete preliminaire !

12.Posté par chavez le 14/10/2018 18:50

4.Posté par OSS 117*** et arretes de fumer la moquette ; si t as plus de zamal fais toi des piquouzes mais arretes tes conneries ou........laches ta console !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes