MENU ZINFOS
Faits-divers

Accueil clandestin de gramounes handicapés : Deux femmes condamnées


En 2018, le scandale de la pension marron de Ravine Creuse rouvrait le débat de l'hébergement de personnes âgées en situation de handicap. Le délabrement des lieux et les conditions de vie avaient été pointés du doigt.

Par IS - Publié le Vendredi 10 Juin 2022 à 08:18

C'est avec le signalement d'un médecin du CHU dénonçant l'état catastrophique d'une de ses patientes âgée de 65 ans et hébergée depuis 2007 dans la pension Dijoux que tout avait commencé. 

Bien que non agréé, le "Dijoux" fonctionnait depuis 1982  grâce au bouche-à-oreille dans le quartier de Ravine Creuse, rue des Longozes, à Saint-André. 

L'affaire avait fait grand bruit en 2018. Le débat concernant les conditions d'hébergement de personnes âgées, dont certaines en situation de lourd handicap, ainsi que leur traitement dans des mouroirs avait été relancé.

Excréments et insectes morts dans les chambres

Deux femmes, la propriétaire des lieux et une de ses résidentes, qui rendait des services, avaient été placées en garde à vue puis déférées devant le procureur de la République de l'époque, Eric Tuffery, soupçonnées d'accueillir de façon clandestine des gramounes handicapés  âgés entre 50 et 80 ans.

L'enquête avait mis en lumière l'état de délabrement des lieux constitués de neuf chambres et de 18 couchages : odeur nauséabonde, excréments et insectes morts dans les chambres souvent borgnes, humidité et moisissure sur les murs, matelas sales et dépourvus de linge de lit...

Des violences commises sur les pensionnaires par une employée marron

Le 13 mai dernier, à la barre du tribunal correctionnel, la propriétaire des lieux, 67 ans, s'est vue reprocher la tenue de la pension sans aucun agrément et dans des conditions indignes. Elle était également poursuivie pour avoir profité de la faiblesse et de l'ignorance des personnes vulnérables hébergées chez elle en détournant leurs moyens de paiement à son profit.

Quant à son assistante désormais sous curatelle, elle est soupçonnée d'avoir violenté des résidents dans le cadre de ses interventions. 

8 mois avec sursis ont été requis à son encontre, et 3 ans dont 18 mois avec sursis probatoire ainsi qu'une amende de 10. 000 euros et une interdiction d'exercer une activité bénévole pendant cinq ans pour la propriétaire.

Après en avoir délibéré, le tribunal a décidé de condamner Micheline Dijoux à 2 ans dont 1 avec sursis probatoire (peine aménageable) avec obligation d’indemniser ses victimes dont 3000 euros à l’autre prévenue et de payer son amende au Trésor public, d'une amende de 5000 euros et l'interdiction de gérer pendant 5 ans. Marie Darion est condamnée à 3 mois avec sursis simple.




1.Posté par Le Jacobin le 10/06/2022 08:57

La peine est très légère la France se barre en C.....

2.Posté par ERIC le 10/06/2022 09:09

Du sursis c est presque un encouragement pour continuer

Ce n est pas dissuasif


3.Posté par Anonyme le 10/06/2022 09:09

Et c'est tout le gouvernement est toujours le gagnant 👍

4.Posté par Lila le 10/06/2022 17:09

Des vieilles personnes ont été maltraitées, on leur a usurpé leur pension, on les a logées dans des conditions indignes...et voilà ce que la justice inflige aux coupables pour ce qui équivaut pour moi à une mise en danger de la vie d autrui ? Ecoeurant!

5.Posté par Papapio, "Pére Amor" le 11/06/2022 08:39

Quoi des Femmes condamnées ?!
Mais que fait Huguette ?!
Au dessus de tout soupçons, sauf aux JAFs alors ?!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes