Océan Indien

Accord sur les noms de la Transition à Madagascar

Mercredi 7 Octobre 2009 - 07:45

Parler d'un début de sortie de crise serait, pour l'heure, bien prématuré mais les factions rivales malgaches sont parvenues à un accord sur l'exécutif de la Transition, hier soir, à l'occasion de la réunion du GIC (Groupe International de contact). Accord qui maintient Andry Rajoelina président de Transition.


(Source, Rue 89)
(Source, Rue 89)
La réunion du GIC (Groupe International de contact) s'est achevée hier soir avec la constitution d'un gouvernement qui a pour vocation de mettre fin à l'instabilité chronique à Madagascar. Il a été annoncé que le président sera Andry Rajoelina, le vice-président Emmanuel Rakotovahiny et le premier ministre Eugène Mangalaza.

Ce triumvirat a été annoncé après des heures de discussions. Selon l'Express de Madagascar, les membres des quatre mouvances sont sortis lundi soir, à 22 heures, "le sourire aux lèvres" afin d'annoncer les trois noms manquants à Maputo.

Avec la nomination du professeur Eugène Mangalaza de la mouvance Ratsiraka, le Premier ministre Monja Roindefo, a été évincé. La mouvance Rajoelina a donc accepté de retirer son Premier ministre, dans ce compromis. Marc Ravalomanana, évincé du pouvoir par Andry Rajoelina, a accepté le maintien de son rival à son poste. Avec toutefois ucomme petit bémol, que celui-ci ne se présente pas à la prochaine élection présidentielle. Rajoelina n'a encore rien fait savoir...

Pour ce qui est de la formalisation des accords, il faudra un peu de temps. Jean Ping, président de commission de l'Union africaine, a indiqué que cela devrait se faire rapidement.

Le nouveau Premier ministre réside à La Réunion

Toujours selon l'Express de Madagascar, le nouveau Premier ministre, Eugène Mangalaza, est âgé de 59 ans et père de trois enfants. Il était recteur à Madagascar de 1989 à 2002. Impliqué dans la crise politique, il avait été arrêté avant d'être relâché après une enquête. Il est ensuite parti enseigner en Suisse et à Bordeaux III. Il réside aujourd'hui à La Réunion tout en enseignant la philosophie à Toamasina.
Melanie Roddier
Lu 2404 fois



1.Posté par arigasy le 07/10/2009 09:15

Ah d'accord, alors Monja Roindefo devinedra le président de CST?

2.Posté par Joseph le 07/10/2009 22:00

Monja fera une conférence de presse conjointe avec Rajoelina, pour calmer la base de Roindefo, du MONIMA et du Sud,( qui se sent flouée, puisque c'était symboliquement important qu'un fils du Sud soit si haut placé), en expliquant qu'il sera le troisième personnage de l'Etat. Le seul empêchement à accepter la charge de Président du Conseil de la Transition serait qu'il se rendra ainsi inéligible selon les accords de Maputo 1.

La bande à Ravalo (Ravalo prend ses distances, il serait en train de créer une chocolaterie en Afrique du Sud ?) a encore trouvé un poil dans l'oeuf et exige maintenant la non éligibilité de Rajoelina. Puisqu'ils ont signé à Maputo 1 un accord disant que Rajoelina serait hors de l'inégibilité des membres du Gouvernement de Transition, ces manipulateurs perpétuels sont piégés. Le GIC leur a répondu bien entendu qu'ils ne peuvent pas accuser Rajoelina de vouloir l'application des accords de Maputo en exigeant son éligibilté éventuelle (si la Constitution est amendée pour un abaissement à 35 ans). Ce sera le prochain combat pour ces chasseurs de sièges !

Quant à Eugène MANGALAZA, voici un lien vers un CV qui date de 2003 :
http://www.unine.ch/ethno/mangalaza/cvmanga.pdf://

Il habite je crois à la Possession et chargé de cours au CNAM mais je n'en suis pas certain et il est marié je crois aussi avec une métisse Chinoise (?)
C'est un homme multi cartes qui est encore historien spécialiste des Betsimisaraka, étant de Tamatave :

Comme les Malgaches ont peu d'accès à leur propre Histoire, ce qui n'est pas le propre des malgaches mais de nombreux Peuples appauvris, c'est une bonne chose de voir que les Intellectuels se mobilisent pour un changement qui n'en sera que plus éclairé et pas seulement obnubilé par le Commerce, le Libéralisme dérèglementé à la poursuite mythique d'un PIB qui ne serait jamais partagé entre tous les Malgaches. Voici quelques publications du nouveau PM :

MANGALAZA Eugène Régis, MEN Pierrot, WEISS Eric. 2003. Tamatave l'irrésistible. Paris : Ed. des Ecrivains, 2003. 131 p. : ill. ; 21 x 25 cm

MANGALAZA Eugène Régis, WENDLING Thierry, MAYOR Grégoire. 2003. "La parole va, comme le lémurien, de branche en branche" : les jeux de l'oralité chez les Betsimisaraka de Madagascar [Document électronique]. Ethnographiques.org. - Neuchâtel. - 2003, no. 4. Accès: http://www.ethnographiques.org/documents/article/ArMangalaza.html

MANGALAZA Eugène Régis. 1998. Vie et mort chez les Betsimisaraka de Madagascar : essai d'anthropologie philosophique. Paris : L'Harmattan ; Montréal : L'Harmattan Inc., cop. 1998 (dépôt légal 1999). VI, 331 p. ; 22 cm

MANGALAZA Eugène Régis. 1994. La poule de Dieu : essai d'anthropologie philosophique chez les Betsimisaraka (Madagascar). Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux, 1994. VI, 331 p. ; 21 cm. (Mémoires des Cahiers ethnologiques ; no 4)

MANGALAZA Eugène Régis. 1993. "Sous la moustiquaire : fidélité conjugale et libertinage chez les Betsimisaraka". Cahiers ethnologiques (Bordeaux) 1993, no 15, p. 61-71

MANGALAZA Eugène Régis. 1987. "Du chien comme anti-métaphore de l'humanité à Madagascar : à propos d'un söva betsimisaraka". Cahiers ethnologiques (Bordeaux) 1987, no 8, p. 123-168

MANGALAZA Eugène, SYLLA Yvette. 1988. "L'image représentative de la forêt en pays betsimisaraka". Sciences de l'Homme et de la Société (Antananarivo)

MANGALAZA Eugène Régis. 1985. "Les vivants à l'écoute de leurs morts : exemple des "Betsimisaraka-Antavaratra". Cahiers ethnologiques (Bordeaux) 1985, no 6, p. 33-50

MANGALAZA Eugène Régis, MERIOT Christian. 1983. "Un angano Betsimisaraka : tsy Ambara valy : (ce qu'on ne montre pas à son beau-frère)".T
Cahiers ethnologiques (Bordeaux) 1983, no 4, p. 86-154

MANGALAZA Eugène Régis. 1981. "Un aspect du fitampoha : le valabe: essai d'interprétation". 0maly sy Anio (Antananarivo)13 et 14, p.307-318

MANGALAZA Eugène Régis. 1980. "Ngatra et razana chez les Betsimisaraka". Cahiers ethnologiques (Bordeaux) 1980, no 1, p. 45-64



Une nouveauté :

Tous les postes, restant à attribuer seraient pourvus par toutes les Institutions de la Transition, divisés en cinq parts égales et non plus en 4 seulement pour les quatre mouvances « traditionnelles » (une invention du GIC) et la 5è à octroyer aux « Forces du changement ».

Pour conclure, Mme Mélanie Rodier, vous devriez éviter d'employer le mot "factions" qui militarise tout de façon inappropriée : les parties en présence ne sont pas des mouvements armés factieux.

Auriez vous l'idée de parler de la "faction du PS" des "factieux de l'UMP" oui de la faction du Front national ? Les factions, ce mot est venu de la bouche des pro-Ravalo qui ont créé de toutes pièces la légende d'un coup d' Etat militaire, abondamment repris par tous les médias réunionnais qui s'y sont mis à fond dans l' allégeance à Ravalo. Le "Putsch" aussi c'est un mot désobligeant et inapproprié : La prise de pouvoir politique par Rajoelina n'a pu se faire que parce que son mouvement a été relayé par une base populaire et a été en phase objective d'intérêts communs de tout un pays à se débarrasser d'un voleur patenté qui s'était emparé des biens publics et avait privatisé tout l'appareil d 'Etat. Ce n'est pas un Coup d' Etat, çà s'appelle une révolution pacifique, ou "orange" si vous préferez . Un coup d'Etat n'est pas légitime, parce qu'il sert l'intérêt d'un petit Clan, alors qu' une révolution oui. En Europe de l'Est vous avez sans doute applaudi les révolutions contre les dictatures et vous n'avez pas employé le mot de putsch.

L' arrogance occidentale prend toujours la forme de mots anodins de ce genre là.
La première Démocratie Malgache se souviendra je pense de l'hostilité des journalistes Français dans leur grande majorité envers le changement tant espéré par tant de gens pauvres.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >