Société

Accès sécurisé au volcan : Le dispositif jugé "réaliste" mais doit être amélioré

Lundi 6 Novembre 2017 - 12:02

Accès sécurisé au volcan : Le dispositif jugé "réaliste" mais doit être amélioré
Juillet dernier, alors que le volcan nous offrait un nouveau spectacle, l’accès avec accompagnement sécurisé dans l’enclos a été expérimenté pour 27 professionnels de l’image et de la presse. 47 accompagnateurs en moyenne montagne ont suivi une formation spécifique. Les résultats de cette expérimentation sont tombés à la fin du mois dernier. 

Pour les services de l’État et les représentants des accompagnateurs et guides de haute montagne réunis au sein de l'association sécurité volcan (ASV) , "l’accompagnement sécurisé est réaliste" mais pour autant "ne peut être totalement validé en l’état ".

Des points restent à améliorer : les conditions de la reconnaissance du site, la gestion des accès à l'enclos, la chaîne de compte-rendu, l’emplacement de la zone d’accueil du public mais aussi le dispositif spécifique ORSEC et le dispositif d’encadrement du public au volcan (DEPV) qui " devront également être adaptés". 

Le dispositif qui prévoit l'organisation coordonnée par les accompagnateurs et guides de haute montagne et la mise en œuvre d’une chaîne d'alerte déployée en cas d'accident lors d'un accompagnement ou en cas de modification brutale de l'éruption. 

Une ouverture au public de l’enclos en période éruptive reste également assujettie à un investissement important en matériel et une structuration de l’ASV qui porte le projet. "L’association finalise actuellement son dossier qu’elle présentera aux services de l’État et aux collectivités locales en vue d’être accompagnée dans le développement de ce projet touristique", indique la préfecture. 
N.P
Lu 1234 fois



1.Posté par SITARANE le 06/11/2017 12:43

Sur le net, on ne trouve rien sur cette supposée "association" sécurité volcan créée de façon opportuniste en décembre et domiciliée à CILAOS mais j'imagine assez sa composition................ Pour ma part, il est hors de question de payer pour voir un truc naturel et d'engraisser des opportunistes (cf chemin de lave, pseudo randos encadrées .......) dont l'expertise est à vérifier !!!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par justedubonsens le 06/11/2017 13:59

Jusqu'à 2004 on pouvait rapidement accéder au site éruptif après marquage et balisage sans que cela pose difficultés ou risques particuliers. D'autant que les visiteurs n'étaient pas si nombreux car il fallait marcher plusieurs heures sur un terrain difficile. Qu'est-ce qui fait qu'aujourd'hui cela n'est plus permis sinon pour quelques lascars qui vendront leurs photos à prix d'or. Où est l'égalité de droit dans ce traitement ?

3.Posté par Zap le 06/11/2017 14:06 (depuis mobile)

sous couvertde securité, ils vons nous faire payer l'acces au volcan. Voilà ce qui nous pend au nez. :(

4.Posté par becqueur de clefs, accreditation de niveau 1 le 06/11/2017 14:30

5000 euros par mois c'est le salaire d'un medecin qui soigne et a fait de longues et difficiles etudes, le salaire d'un clerc de notaire ou d'un prefet en metropole.


c'est aussi le salaire des exploiteurs des tunnels de lave (associations: ORSEC,ASV et surtout DTC)

5.Posté par AKAPARER le 06/11/2017 14:35

NON aux AKAPARER qui veulent PRIVATISER le volcan patrimoine de tous les Réunionnais.
NOUT VOLKAN lé pas la propriété de quelques ABUSEURS

6.Posté par AKAPARER le 06/11/2017 14:51

et en plus ces sauvages qui veulent faire du fric sur notre dos veulent etre subventionnés par nos impots "en vue d’être accompagnée"
bande de rapaces!!!!!!
kel kreol va fé le makro ek sa?

7.Posté par les rapaces ont les dents longues le 06/11/2017 15:54

petit retours en arriere (2002) pour savoir quelle mentalité anime les membres de cette associations d'accapareur: les denonciations entre guide de canyon pour le buziness de bras rouge à cilaos:

citation d'un article du jir:
" ... Passe Philippe Gaboriaud, conseiller technique du comité régional de la Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME). En voyant que le groupe s’est introduit dans le canyon de Bras-Rouge, il contacte la gendarmerie. Dominique Durand et Émeric Beaucheron sont aujourd’hui poursuivis pour “mise en danger de la vie d’autrui et risque de mort immédiate.” Ils seront entendus cet après-midi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Pour Dominique Durand et Émeric Beaucheron, cette action judiciaire est une aberration."

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >