Santé

Accès aux soins: 84.000 Réunionnais à plus de 30 minutes des urgences

Jeudi 10 Novembre 2016 - 18:18

Afin d’éclairer la politique régionale de santé et de conforter l’accès des Réunionnais aux soins, l’ARS Océan Indien a travaillé en partenariat avec l’Insee pour disposer d’une étude sur le niveau de recours, en ville et à l’hôpital, et sur les temps de déplacement, notamment en réponse aux urgences.


Accès aux soins: 84.000 Réunionnais à plus de 30 minutes des urgences
Des professionnels de santé de premiers recours en nombre et accessibles

À La Réunion, les professionnels de santé de premiers recours (médecin généraliste, infirmier, masseur-kinésithérapeute, chirurgien-dentiste) sont bien implantés. En 2013, 796 médecins généralistes libéraux exercent dans l’île, soit 95 pour 100 000 habitants.

C’est bien plus que dans les autres DOM, mais autant qu’en métropole (93 pour 100 000 habitants). La répartition des professionnels de santé de premiers recours n’est pas pour autant homogène sur le territoire. L’Est est par exemple moins bien doté en médecins généralistes et en dentistes (respectivement 81 et 38 pour 100 000 habitants).

Mais globalement les généralistes restent accessibles rapidement: la quasi-totalité des Réunionnais résident à moins de 10 minutes en voiture du médecin généraliste le plus proche (95%). À pied, la moitié des habitants en sont à moins de 10 minutes, mais 117 000 personnes, le plus souvent domiciliées dans les Hauts de l’île, en sont éloignées de 30 minutes ou plus.
 
Des soins de premiers recours plus fréquents qu’en métropole

En 2013, les Réunionnais ont consulté en moyenne 6 fois sur l’année un médecin généraliste, 4 fois un masseur-kinésithérapeute, 19 fois un infirmier et 1 fois un chirurgien-dentiste. Les Réunionnais consultent davantage que les Métropolitains ou les autres ultramarins.

En particulier, les Réunionnaises vont plus souvent chez leur généraliste que les Métropolitaines, notamment entre 19 et 64 ans, probablement en lien avec un nombre moins important de gynécologues. Les Réunionnais font appel deux fois plus qu’en métropole à un infirmier libéral. La bonne implantation de ces professionnels, la plus forte prévalence de maladies chroniques (diabète) et la politique du maintien à domicile des personnes âgées peuvent expliquer ce recours plus important.

Des spécialistes plus rares
 
Les praticiens libéraux spécialisés (ophtalmologues, gynécologues, pédiatres, psychiatres) sont globalement moins nombreux qu’en métropole. C’est notamment le cas des psychiatres (4 pour 100 000 habitants, contre 10 en métropole) et des pédiatres libéraux (17 pour 100 000 enfants de moins de 15 ans contre 23).

Seule la densité de sages-femmes est supérieure à celle de métropole, en lien avec une natalité plus dynamique. Comme ces professionnels de santé spécialisés sont moins nombreux et qu'ils s’installent le plus souvent dans les centres-villes des grandes communes, il faut trois fois plus de temps pour s'y rendre que pour consulter un généraliste.

Pour accéder à l’ophtalmologue le plus proche, 12 minutes en moyenne sont nécessaires en voiture et 11 minutes pour un gynécologue ou un pédiatre.
 
Des établissements de santé réunionnais répondant à la quasi-totalité du recours

La Réunion est autonome en matière de soins hospitaliers, grâce à une offre étendue de spécialités hospitalières et qui s'accroît encore depuis la création du CHU de La Réunion: 98% des prises en charge se font localement.

Les Réunionnais recourent moins fréquemment aux soins hospitaliers qu’en métropole (170 hospitalisations pour 1 000 habitants contre 216). Cet écart de 46 points s’explique en grande partie par la jeunesse de la population: à structure d’âges identique, l’écart se réduit de moitié.

Urgences: neuf Réunionnais sur dix à moins de 30 minutes
 
Les Réunionnais accèdent aux services hospitaliers les plus proches en 16 minutes en moyenne. Les Structures Mobiles d’Urgence et de Réanimation (SMUR) des quatre sites hospitaliers publics sont en capacité d’intervenir auprès de l’ensemble de la population en 19 minutes en moyenne. Cependant, 10% de celle-ci, soit 84 000 Réunionnais, vivant principalement dans les Hauts, sont situés à plus de 30 minutes d’un SMUR.

Lu 1174 fois



1.Posté par Pamphlétaire le 10/11/2016 19:09

Urgences: neuf Réunionnais sur dix à moins de 30 minutes Principalement et notamment quand embouteillages et bouchons ne sont pas présents sur l'itinéraire...
Concernant ces embouteillages et bouchons, il faudrait penser à une rémunération des médecins qui perdent leur temps dans ces embouteillages et bouchons...Cela agrandirait le trou de la sécu mais les médecins seraient un peu plus rémunérés...Vu qu'il existe des taux pour les zones montagnes, plaines, à pied, à ski (pas pour la Réunion), on pourrait ainsi extrapoler pour les infirmiers, ambulanciers, etc...Les politiques locaux mettront cela dans les prochaines élections départementales...

2.Posté par GIRONDIN le 10/11/2016 20:32

Pour attendre 5 heures sans aucune information pour l'accompagnant.

3.Posté par valeur à deux balles le 11/11/2016 07:00

quelle débilité...les temps d'embouteillages sont ils pris en compte ? à 3h du matin aller aux urgences, ce n'est pas la même chose que lorsqu'il est 7h dans l'ouest, en plein embouteillage..

ils fument quoi à l'ARS et à l'INSEE ??? ah oui..du choka bleu !

4.Posté par NOM le 11/11/2016 08:51

Cher touriste.
En sachant que Ilet à Cordes est à environ 30 mn en voiture de Cilaos et que Cilaos se trouve à plus d'un heure de Saint Pierre(urgences de l'hopital); Sachant que la nuit et les W.end il n"y a aucun médecin à Cilaos, sachant que les pompiers disposent le plus souvent de 4 hommes pour 6 véhiculkes, il est assez facile de calculer vos chances de survie en cas de malaise grave. Vous penserez bien sur qu'il y à l'hélicoptère, mais n'oubliez pas qu'il peut faire nuit, que le ciel est souvent "bouché" en montagne et que les équipe du SMUR sont assez rares. Voilà le décor est planté cher touriste. j'oubliais, les habitants de Cilaos vivent au quotidien dans ce petit paradis.

5.Posté par d'adou le 11/11/2016 09:04

Et sans compter que certains médecins généralistes dans les hauts,en position dominante,ne consultent que sur rendez vous ,hé oui!!! ET par la meme obligent les malades à se rendre en ville!! C'est vrai qu'après plusieurs années de rentabilité extrême ,leurs comptes sont blindés donc rien à f...

6.Posté par roro 61 le 11/11/2016 13:07

Pas que les Réunionnais qui sont mal lotis, mes lunettes de vue sont abimés ( lentille de gauche) et le rendez-vous le 23 février 2017 et j'ai pris ce rendez-vous en juillet 2016 : c'était ma deuxième visite lors des dix dernières années, si c'était la 1re visite pas de rendez-vous possible , et j'habite en B. Normandie et pour rire j'ai appelé un Ophtalmo de la ville d'Hyères dans le 83 et je pouvais avoir un rendez-vous dans la semaine qui suit, ben oui là-bas ils sont autant de pratiquants que la population ! ouais j'exagère mais c'est presque ça tous les 100mètres en ville vous avez un cabinet d'infirmiers et autres praticiens pour une population majoritairement ( retraitées aisées résidences secondaires) .

7.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 11/11/2016 17:15

*Le service des urgences, au CHU Félix Guyon, est bien le seul dont je n'ai pas eu à me plaindre...

*Tant dans la qualité de l'accueil (très humain, très respectueux) que dans les premiers soins et examens effectués.

*Donc, ICI à La Réunion, on peut faire de la qualité; il suffit - parfois - de le vouloir...

8.Posté par Hugues le 11/11/2016 18:14

Comparé aux 3h30 d'attente à la sous préfecture de St-Paul pour récupérer un permis de conduire, je trouve que c'est pas pire.
Ici, tout marche au ralenti.

La configuration des routes n'étant pas celle d'autres départements, je ne comprends pas pourquoi il n'existe pas des stations relais avec médecins et infirmier (e) s 24/24h , pour prendre en charge les gens qui auraient besoin d'une urgence et même si cela coute de l'argent. Une vie est une vie.
Ce département ne se développe que dans les bas et on oubli les ancêtres des hauts qui ont les même droits.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter