Faits-divers

Abus de biens sociaux: Les deux dirigeants de Korbey d'Or fixés sur leur sort en janvier prochain

Vendredi 7 Décembre 2018 - 08:33

Poursuivis au pénal, les deux dirigeants de Korbey d’Or qui compte 700 salariés, Stéphane Denize et Sergio Toinette.
Poursuivis au pénal, les deux dirigeants de Korbey d’Or qui compte 700 salariés, Stéphane Denize et Sergio Toinette.
Le plan de redressement judiciaire a été validé en octobre dernier par le tribunal de commerce de St-Denis mais pour Sergio Toinette le gérant de Korbey d’Or et de la Holding Advitam Run Sap ainsi que Stéphane Denize ex-gérant de cette dernière, les ennuis judiciaires se sont poursuivis ce jeudi devant le tribunal correctionnel de St-Pierre.

L’affaire n’est pas sans rappeler le scandale de l’Arast. La société spécialisée dans le service à domicile pour personnes âgées, dépendantes et handicapées connait d’importantes difficultés financières dûes à des erreurs de gestion mais aussi en raison notamment de mouvements de fonds opaques. Les deux hommes devaient ainsi répondre d’abus de biens sociaux. 

Korbey d’Or a été créée en 2008 notamment par Stéphane Denize dans un contexte où la silver economy a le vent en poupe. Korbey d’Or participe au sauvetage d’une partie des salariés de l’Arast. Elle passe ainsi de quelques milliers d’euros de chiffres d’affaires à des millions. 

Une croissance exponentielle qui leur fera "tourner la tête", "déconnecté de la réalité", a reconnu Stéphane Denize. Achat d’un billet d’avion sur le compte de la société pour permettre à la compagne de Sergio Toinette de rendre visite à son oncle malade, achat d’un véhicule de luxe sur le nom de la fille mineure de Sergio Toinette, encaissement d’un chèque de 6 500 euros sur un compte personnel, location en leasing de BMW X5 et X6...Est également reproché à Stéphane Denize son installation dans une villa de fonction avec piscine à l’Etang-Salé pour un loyer de 2 500 euros par mois.

"Des éléments signifiants sur le train de vie mené par les deux prévenus", souligne le parquet. Pour la défense, des pratiques pour certaines certes illégales, mais qui pour d’autres sont présentées comme "fallacieuses". "Il y a une différence entre le droit et la morale qui n’a pas sa place dans un palais de justice", ont-ils plaidé. 

Des mouvements financiers complexes et anormaux

En 2013 afin de développer l’activité autour de la société sur un marché concurrentiel, en compagnie de Sergio Toinette qui en prend la tête, les deux hommes créent la holding Advitam Run Sap, "vaisseau mère" d’une demi-douzaine de filiales. Mais la loi de 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement remet en cause leur idée de départ et par là-même les dividendes reversés aux actionnaires.

En parallèle, la justice s’interroge sur des sur-facturations de fournitures et personnels émises par la holding et payées par Korbey d’Or pour un préjudice estimé à plus de 440 000 euros. Sont également reprochés aux deux hommes des remontées de trésorerie de 1, 9 millions d’euros, un prêt de 275 000 euros effectué entre Korbey d’Or et TD (Toinette Denize) Invest mais également le règlement d’une facture de 83 000 euros pour une étude sur un projet de ludothèque. Des opérations qui ont contribué "à piller la trésorerie de Korbey d’Or", a argué le procureur. 

De "mauvaises décisions prises" et "de mauvais choix de partenaires" a concédé la défense. "Aujourd'hui le tribunal de commerce leur fait confiance" , a-t-elle ajouté avec un plan de redressement validé par la fusion absorption de Advitam Run Sap par Korbey d'Or. Un passif de plus de 5 millions d'euros avait été enregistré. 

Un troisième prévenu comparaissait ce jeudi à la barre. Jean-Eric Fontaine, gérant d’une société de pompes funèbres à St-Louis, filiale de la holding, est poursuivi pour travail dissimulé mais également pour abus de biens sociaux. 6 mois de prison avec sursis, 1000 euros d’amende et l’interdiction d’exercer une activité de gérance pendant 5 ans ont été requis à l’encontre de ce dernier. 

24 mois de prison dont 18 de sursis, 3 ans de mise à l’épreuve, 50 000 euros d’amende, l’interdiction d’exercer durant 10 ans pour Sergio Toinette. A l'encontre de Stéphane Denize: 24 mois de prison dont 14 de sursis, 3 ans de mise à l’épreuve, une amende de 150 000 euros, l'interdiction d'exercer 10 ans et d'entrer en contact avec Sergio Toinette. 

Le verdict est attendu pour le 31 janvier prochain.
PB
Lu 4328 fois



1.Posté par Nono le 07/12/2018 11:31

"Il y a une différence entre le droit et la morale qui n’a pas sa place dans un palais de justice",

Et on s'étonne ensuite de la colère des gilets jaunes.

2.Posté par Requisitions le 07/12/2018 17:46

Les réquisitions ne me semblent pas adéquates au préjudice. Cela se terminera en aménagement de peine avec le risque de recidive. L interdiction d exercer devrait être plus longue.sentiment d impunité pour les autres.

3.Posté par bayoun le 07/12/2018 18:15

Justice col blanc : décision rendue dans quelques mois.

Justice pour les autres : Au trou tout de suite !

Je vous laisse réfléchir la dessus

4.Posté par hdmc le 07/12/2018 20:51

"Korbey d’Or participe au sauvetage d’une partie des salariés de l’Arast. Elle passe ainsi de quelques milliers d’euros de chiffres d’affaires à des millions." Rectification : Korbey d'or a été monter pour piller l'ARAST. Ils n'ont sauvé personne : ils se sont servis et bien grassement

5.Posté par dadou le 08/12/2018 04:10

ET APRÈS ILS VONT REMBOURSER TOUTES CES SOMMES VOLÉES ??
Ou alors juste une peine de prison avec sursis pour faire genre qu’ils ont été condamnés !!!

6.Posté par Kayam le 08/12/2018 08:12

N'empêche que ce qui a été vécu n'aura pas laissé un goût amer de frustration. Dès lors qu'il roulaient en BM, qu'ils se prélassaient au bord d'une piscine, qu'ils remplissaient leurs corbeilles d'or, etc., ils n'y avait que plaisir ! Seuls comptaient les moments présents de bien-être, d'intensité... ils ne pourraient pas les regretter, ce serait bête et l'on ne pourra pas les leur voler (oups !)

7.Posté par mandelamarley le 08/12/2018 09:26

Depuis toutes ces années, enfin un procès . Je pense ce procès sera une vaste comédie. Il est mieux pour la justice de condamner en comparution immédiate des citoyens lambda que des mafieux en col blanc. Sursis pour tout le monde.

8.Posté par komssameme le 08/12/2018 09:48

Cela ressemble aux cas de deux chambres consulaires, pas vu pas pris,

9.Posté par bob le 08/12/2018 11:32

Toujours pareil la réunion et i changera pas tant qu'on a des élus pourris,mafieux,bézer qui sont de conivences avec des pseudo chefs d'entreprise qui sorte en france bien souvent interdits de gerer une entreprise car déja condamnés pour délits d'ingérence et abus de biens sociaux..La Région,le département,les mairies i ouvrent grand la porte a ces bézers et i subventionne zot sociétés bidons sur la poche kréoles..Band bézers la i exploite la misére kréoles et i ménent grand train de vie avec l'argent du contribuable pendant que nous les travailleurs honnétes i rale le diable par la queue !! Mi espére que la justice va faire son travail et va bien coque ces 2 BEZERS comme il faut..il faut un verdict exemplaire comme pour les petits délinquants..JUSTICE condamne bien ces 2 dirigeants voleurs svp..MERCI !!!

10.Posté par Lesseps le 08/12/2018 11:40

Un des deux est bien connu des casinos réunionnais et plus précisément des tables de poker et aimait à se pavaner en Porsche sur le parvis du casino de saint Gilles ...

11.Posté par pier le 08/12/2018 11:44

a aurait été plus juste une petite peine de prison ferme.

12.Posté par Le Jacobin le 09/12/2018 13:00

Il y a une différence entre le droit et la morale qui n’a pas sa place dans un palais de justice", ont-ils plaidé.

Monsieur le juge, nous sommes à la Réunion vous ne savez peut-être pas il y a un clause de SURSIS + SURSIS+SURSIS pour tout ce qui touche à l'argent détourné, volé, interroger les mures du tribunal vous entendrez la complainte de nos Hommes et Femmes politiques dans un ricanement acoustique de banane flambée.

Interdit de gérer: RICANONS RICANONS RICANONS, il y a un qui est interdit de gérer pendant 10 ans comme par hasard il dirige toujours une dizaine de société, il est premier vice président de la CCIR, vice président à la Région. COMME C'EST INTERDIT !

13.Posté par André le 09/12/2018 15:53

ils vont faire appel , la vie est belle dans la Répubik bananière

14.Posté par André le 09/12/2018 15:54

ils vont faire appel , la vie est belle dans la Répubik bananière

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Décembre 2018 - 07:45 Saint-Pierre : Collision entre une moto et un quad