MENU ZINFOS
Social

ARAST : Un courrier du Préfet très embarrassant pour Nassimah Dindar et Paul Vergès


On avait peu entendu jusqu'ici le Préfet, Pierre-Henry Maccioni, dans le dossier de l'ARAST. Normal, le problème n'est qu'indirectement de sa compétence. Mais ça ne signifie pas pour autant qu'il soit resté les bras croisés. Il a notamment réuni une table ronde avec toutes les parties, en début de mois, pour tenter de trouver une solution. Un compromis avait même été signé, mais que Nassimah Dindar s'était empressée de dénoncer dès le lendemain.
Aujourd'hui, visiblement agacé par les leçons que certains voudraient lui donner, Pierre-Henry Maccioni refait une incursion dans la mêlée en renvoyant Nassimah Dindar et Paul Vergès dans leurs buts, mais surtout en apportant des précisions qui vont nettement dans le sens des ex-salariés en prouvant que le Conseil général avait bel et bien l'intention de reprendre l'activité et les salariés de l'ARAST.

Par - Publié le Jeudi 14 Janvier 2010 à 07:09 | Lu 6272 fois

ARAST : Un courrier du Préfet très embarrassant pour Nassimah Dindar et Paul Vergès
Le Préfet avait fait une première incursion dans un domaine de compétence qui n'était normalement pas le sien, en organisant la fameuse table ronde du 7 janvier dernier, à laquelle participaient également la Présidente du Conseil général, le directeur des AGS, le mandataire liquidateur, le Pôle Emploi et la CAF, et de laquelle il était ressorti après plusieurs heures de négociations un protocole d'accord.

L'ensemble des participants avait accepté, sous réserve de l'approbation des élus du Département, que les AGS fassent l'avance des fonds correspondant aux indemnités des ex-personnels de l'ARAST, à charge pour le Conseil général de leur rembourser la somme si sa responsabilité était par la suite reconnue par une décision de justice.

Un accord équilibré, qui avait été entériné par Nassimah Dindar et qui permettait de trouver une solution immédiate au problème et de s'en remettre pour la suite à une décision des juges.

Patatras ! Dès le lendemain, Nassimah Dindar écrivait au Préfet qu'elle ne signerait pas le courrier, apparemment à la suite d'une réunion au Conseil général...

Pierre Henri Maccioni met les points sur quelques "i"

Le Préfet n'est pas homme à rester sur un échec ! Et c'est la décision du Conseil régional, mardi, de demander au gouvernement de diligenter à La Réunion dans les meilleurs délais une mission de l'IGAS, afin de faire toute la lumière sur le dossier de l'ARAST, qui allait lui donner l'occasion de rebondir.

En fait, c'est probablement la phrase dans laquelle Paul Vergès "demande à l'État de prendre les initiatives et les dispositions appropriées permettant l'intervention d'une solution (...) et constate l'impuissance apparente de l'État à faire appliquer le droit" qui a dû faire sursauter l'occupant de l'Hôtel de la Préfecture.        

Dans un courrier de trois pages envoyé hier au Président de la Région, Pierre Henri Maccioni met les points sur quelques "i" et remet à leurs places, avec toute la délicatesse et le doigté que l'on enseigne à l'ENA, aussi bien Nassimah Dindar que Paul Vergès.

Après avoir rappelé au Président de la Région que justement, l'Etat avait fait ce qu'il fallait pour "faire appliquer le droit", d'abord en organisant cette fameuse table ronde, et ensuite en tentant de faire dire le doit par des juges, seuls compétents pour le faire.

Car, comme l'écrit le Préfet, "estimer d'emblée, sans décision de justice, que telle ou telle partie était par principe dans son droit eut été réducteur et sans fondement". Et pan ! Premier coup de règle sur les doigts de Paul Vergès et Nassimah Dindar...

Mais le meilleur est à venir...

La preuve que le Département envisageait la reprise des activités et du personnel de l'ARAST

Pour montrer à Paul Vergès que ce dossier n'est peut être pas aussi simple qu'il n'y parait, Pierre-Henry Maccioni lui révèle que, alors que le Département conteste toute reprise d'activité de l'ex-ARAST, Nassimah Dindar l'avait informé dès le 13 octobre 2009 -la date a son importance- qu'elle avait l'intention de créer un GIP car il convenait selon elle "de s'assurer de la continuité des interventions (...) et d'envisager l'organisation de la reprise des activités (de l'ARAST) et des agents concernés par les autres prestataires présents ou à créer dans ce secteur" ! (NDLR : Le surlignage en gras est du fait de la rédaction de Zinfos).

Et le Préfet d'ajouter avec une pointe de malice : "Aussi me parait il légitime qu'en droit, certains se posent la question de la reprise ou non des activités de l'ARAST par le Département, lequel le prévoyait d'ores et déjà plus d'un mois avant la liquidation judiciaire prononcée par le tribunal, et partant, des conséquences à en tirer quant à la personne morale devant verser les indemnités en cas de licenciement"... Qu'en termes choisis tout cela est dit...

Il n'empêche que derrière la finesse des mots, le Préfet apporte sur un plateau aux anciens salariés et aux responsables des AGS la preuve que le Conseil général avait bel et bien l'intention de reprendre les activités de l'ARAST et les employés qui vont avec. Ce qui conforte le refus des AGS de payer à la place du Département.

La position de Nassimah Dindar, qui était jusque là plus que branlante, est désormais intenable.

Le Préfet demande la mise en place d'un guichet unique pour aider les salariés dans leurs démarches

Dans un autre pavé lancé dans la mare du Conseil général, le Préfet évoque le fait qu'il avait "tout naturellement" relayé la demande de l'Intersyndicale tendant à faciliter les demandes d'aides sociales de la part des salariés licenciés. Mais c'est pour préciser tout de suite à Paul Vergès que "vous conviendrez avec moi que compte tenu du volume prévisible des demandes et des démarches que doivent entreprendre ces familles, il serait opportun qu'un guichet unique soit installé pour faciliter celles-ci, que seule la collectivité départementale serait à même d'assurer compte tenu des compétences qu'elle assume dans le domaine social en application des lois de décentralisation" !

Et pan ! Une nouvelle peau de banane glissée sous les pieds de la Présidente du Conseil général... et de Paul Vergès qui fait partie de sa majorité et qui, pour l'instant, continue à la soutenir !

Le message est clair : Au lieu d'essayer de chercher des poux dans la tête de l'Etat qui n'est pas du tout concerné par ce dossier, le Conseil général et les partis politiques qui font partie de sa majorité devraient commencer à faire ce qui relève de leur compétence : l'accompagnement des personnes en difficultés, en l'occurrence les salariés de l'ARAST, et la mise en place des moyens pour le faire à travers la création d'un guichet unique.

Pierre-Henry Maccioni va saisir l'IGAS... mais aussi la Chambre régionale des Comptes

La dernière salve du Préfet concernera la demande de Paul Vergès de voir une délégation de l'IGAS (Inspection générale de l'Action sociale) se rendre dans l'île, pour faire toute la lumière sur le fonctionnement de l'ex-ARAST.

Le Préfet en profite pour rappeler, là aussi avec une pointe d'ironie, "que l'Etat ne disposait, et ne dispose toujours pas, d'éléments financiers concernant une telle association dont le financement (...) reposait quasi exclusivement sur des subventions du Conseil général" ! Lequel "disposait de tous les pouvoirs et moyens juridiques, en application du Code de l'Action sociale et de la famille, pour contrôler l'utilisation des subventions qu'il versait et, partant, lui seul était et est en mesure de saisir éventuellement la justice".

Là aussi, qu'en termes galants ces choses là sont dites. Chaque mot est pesé, millimétré ! Un travail d'orfèvre...

Mais, pour bien montrer à Paul Vergès qu'il n'entend pas lui laisser la main, Pierre-Henri Maccioni précise immédiatement qu'il a également l'intention de saisir la Chambre régionale des Comptes afin qu'elle examine elle aussi le fonctionnement de l'association aujourd'hui dissoute.

Enfin, pour la bonne bouche, Pierre-Henri Maccioni demande à Paul Vergès d'avoir l'amabilité de "transmettre copie du présent courrier à l'ensemble des conseillers régionaux afin qu'ils disposent de toutes les informations nécessaires"...

Pas certain que ce soit encore la peine puisqu'ils viennent d'en lire l'essentiel grâce à Zinfos...


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

10.Posté par nat le 14/01/2010 08:01

Vous avez une lecture nettement orientée pour ne pas dire plus! le resultat de tous les soutiens (y compris celui de la région même si ca vous derange) permet aujourd'hui à des centaines de personnes de decrocher un mois d'indemnités de l'AGS. Donc je n e vois pas en quoi vous y voyez là un embarras pour la région ou le département.

9.Posté par jesus was a rolling stoned le 14/01/2010 07:57

C'est là que l'on comprend que les guignols de la Pyramide inversé ne sont que de mauvais cuisiniers et des bidouilleurs de bas étages......qui n'ont qu'un seul objectif, faire croire à la population que l'état doit toujours être responsable de tout, et surtout du foutoir créer par les élus locaux dans leur magnifique incompétence....
Le Préfet fait preuve ici d'un professionnalisme qui fait du bien au mot république...et qui prouve que cela ne sert à rien que des présidents de régions et des élus locaux gèrent les affaires de la Réunion car ils sont bel et bien inapte à gouverner...Pour certains, il suffit de voir le nombre d'élus locaux mis en examen, ils sont même incapable d'être de bon escrocs.....
Le mieux est de tirer au loto quine la présidence et la gestion de l'ile...avec un peu de chance, quelqu'un avec la tête sur les épaules fera avancer la Réunion dans le bon sens...au lieu de la faire marcher sur la tête.

En tous cas, Toutencarton et ses sbires de la pyramide doivent avoir de plus en plus hémorroïdes à gérer!!!

8.Posté par Player33 le 14/01/2010 07:57

Ce Préfet, c'est un type bien et si la Réunion avait des élus de son calibre plutôt que des papys de 85 ans qui ne pensent qu'à faire mumuse avec leur route, leur musée et leur train, il y aurait moins de malheureux et moins de chômeurs.

Verges me répugne.

7.Posté par jina le 14/01/2010 07:48

pour cambronne,un hercule pierrot

6.Posté par boyer le 14/01/2010 07:37

Paul verges, La region, Le departement, et l'ensemble ds collectivités illustrent parfaitement "la faillite des elus" et l'impasse structurelle des décentralisations.

Si Verges demande des initiatives de l'état, il faut le prendre au mot: recentralisons l'aide social au ministere de la santé. Donnons le statut de la fonction publique hospitalière aux salariés de l'ARAST.

5.Posté par Bernica le 14/01/2010 07:37

Devant cette situation où le conseil ne peut plus avancer à cause de sa majorité qui s'effrite , il faut faire démissionner tout le monde et faire recommencer les élections en même temps que les régionales en Mars 2010.Que la décentralisation est belle , aucun parlementaire local ne se positionne sur le dossier de l ' ARAST alors que leur proche , leurs amis , leur famille sont confrontés à cette situation. Gilbert NETTE Maire de la capitale de la Réunion , le plus gros employeur du conseil général n'a absolument rien à dire ,ce n'est pas son problème ,c'est le problème de Nassima.

4.Posté par Cambronne le 14/01/2010 07:32

Les fraudeurs démasqués. Il est inadmissible avec toutes ces manipulations que l'on fausse des données économiques sur la gestion de la réalité pour se donner raison.
Je pensais le cerveau de mes concitoyens Réunionnais plus servile et malléable. Je pensais qu'un matraquage puissant, consistant plusieurs années d'affiliée en la répétition pluriquotidienne, par tous les médias écrits et audiovisuels réunis, du même message,de propagande genre "Droite Sociale " du seigneur Ibrahim ou d'une Présidente pour garder le trône trouvera une alliance de fortune , au détriment de l'intérêt des réunionnais
Pierre-Henri Maccioni enfin un héros

Je m'aperçois qu'il n'en est rien. J'en suis très agréablement surpris. Je m'en félicite.
Un jour les langues se délient comme disait Agatha Christie " Le Crime ne paie pas " manque plus qu'un Hercule Poirot, détective belge pour venir y foutre son grain de sel ....

3.Posté par bertel le 14/01/2010 07:31

Un seul mot, Monsieur le Préfet :

RESPECT !

Bertel de Vacoa

2.Posté par jubilation57 le 14/01/2010 07:30

Je constate que Mr le Préfet fait son boulot, pendant que 17 conseillers généraux de l'opposition en mal de reconnaissance hurlent au loup, alors que la bataille est presque terminée.
S'ls avaient été compétents, ils se seraient mis à l'ouvrage bien avant!
LES REGIONALES APPROCHENT!
PEUPLE MEFIEZ-VOUS DES BEAUX PARLEURS!

1.Posté par Louis jamblu le 14/01/2010 07:25

Votre option politique vous fait
1) prendre position en faveur du représentant de l'Etat, c'est systématique chez vous et cela pose en soi un sérieux problème;
2) de donner une tournure politicienne aux événements.
Il n'en reste pas moins que, chronologiquement, c'est l'initiative de la Région qui a conduit à la réaction du Préfet dont le principal axe est constitué par sa décision de demander à l'AGAS d'indemniser pour un mois les ex-salariés de l'ARAST.
Or, à ce moment du conflit, la bataille portée sur 2 points:
1° l'AGAS allait-elle intervenir ou pas?
2) L'Etat allait-il intervenir ou pas?
L'initiative de la Région a fait que des réponses ont été apportées à ses questions. Que le Préfet cherche ensuite à "déborder" la Région, ne change rien à l'affaire. Il a été mis dans l'obligation d'agir. Vous le reconnaissez implicitement en écrivant que cela l'a agacé.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes