MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

A l’UMP, un chef de parti à l’aura ratatinée


En rupture avec l’unité nationale, Sarkozy ne parvient toujours pas se démarquer.

- Publié le Lundi 26 Janvier 2015 à 10:11 | Lu 434 fois

Un ancien chef de l’Etat en costume de chef de parti, l’entreprise était périlleuse. Elle est devenue quasi impossible depuis les attaques terroristes des 7 et 9 janvier. Tandis que se dissipe l’état de grâce et d’unité qui flottait sur la nation depuis le 11 janvier, Sarkozy prétend s’opposer avec hauteur sans tomber dans ce qu’il appelle «la politicaille».

l s’y est essayé mercredi soir au JT de 20 heures. Sans convaincre ni passionner les foules : l’entretien Sarkozy-Pujadas sur France 2 a attiré moins de téléspectateurs que Plus belle la vie, le feuilleton marseillais de France 3. Autre déconvenue, le chef de l’UMP ne parvient pas vraiment à imposer son leadership sur sa famille politique. Non pas parce qu’il serait ouvertement critiqué ou combattu par ses concurrents mais, pire encore, parce que ces derniers se contrefichent de ses initiatives. Interrogés par Libération, plusieurs membres du bureau politique reconnaissent qu’ils n’ont même pas eu la curiosité de prendre connaissance des propositions de l’UMP en matière de sécurité et d’éducation, pourtant largement diffusées par le service de presse du parti. Selon leurs entourages, les principaux leaders de la droite ne se sentent pas liés par les décisions des divers groupes de travail réunis en catastrophe par Sarkozy. C’est par Libération qu’ils ont appris que leur parti préconisait l’interdiction du port du foulard dans les universités, une mesure rejetée par François Fillon et par beaucoup de ses anciens ministres.

Apparence. Pour illustrer sa volonté d’incarner une opposition constructive et sans esprit polémique, Sarkozy a dégainé une proposition qui n’a que l’apparence de la simplicité : rétablir immédiatement les heures supplémentaires dans la police, représentant ainsi selon lui l’équivalent de 4 000 équivalents temps plein. Mais il n’a pas voulu en rester là. Sifflant la fin de l’union nationale, il a durement critiqué l’expression d’«apartheid» utilisée la veille par Manuel Valls, cet insolent Premier ministre qui le nargue du haut de ses 60% d’opinions favorables.

Un peu à contre-emploi, l’homme qui voulait passer «la racaille» au «Kärcher» et dénonce, en toutes circonstances, les censures de la «bien-pensance» n’a pas de mots assez durs pour dénoncer le dérapage de Valls. «Je suis consterné qu’on puisse assimiler la République française» à l’apartheid, a-t-il déclaré, imaginant sans doute le procès qui lui aurait été fait s’il avait, lui, utilisé cette expression. Valls ? «Il n’est pas à la hauteur d’un homme d’Etat», ronchonne Sarkozy dans le Monde, comme pour se rassurer.

«Grands». Le Premier ministre lui a répondu jeudi en convoquant «l’esprit du 11 janvier» et le devoir d’unité : «Dans ces moments-là, il ne faut pas penser à soi, il ne faut pas penser à je ne sais quelle échéance. […] Ceux qui gouvernent, comme ceux qui hier ont gouverné, doivent être grands, pas petits, se hisser au niveau de l’exigence des Français.»

DOM




1.Posté par KLD le 26/01/2015 11:54

sacré Juppé , on l'aime déjà !

2.Posté par KLD le 26/01/2015 22:59

en parlant d' "aura" .............

3.Posté par la crise le 28/01/2015 08:15

Dom, le Shadok.
Un article de Alain Auffray dans Libération du 22 janvier 2015.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes