MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

A chacun ses responsabilités !


- Publié le Mercredi 1 Mars 2017 à 09:23

A chacun ses responsabilités !
Le procès fait à la Réserve naturelle nationale marine et à son Conseil scientifique conduit notre association « Vie Océane » aux réflexions suivantes.

A chaque attaque de requin sur nos côtes, la Réserve Naturelle Marine de la Réunion comme les membres de son conseil scientifique sont mis en cause.

Que l’attaque, malheureusement mortelle, ait lieu à Saint André, c’est-à-dire en un lieu diamétralement opposé à la Réserve marine, après des pluies de saison, à l’embouchure d’une grande rivière, dans de l’eau trouble, dans une zone réputée dangereuse et après mise en garde des pêcheurs locaux, rien n’y fait : la Réserve marine est coupable, ses scientifiques sont responsables.

Qu’un de leurs avis sur le programme Caprequins aille à l’encontre des attentes de certains représentants d’usagers du milieu marin et les voilà soumis à une vindicte remplie de vraies insultes révélatrices d’ostracisme ou de haine, comme ont pu le montrer des interventions récentes en télévision. Aux yeux de tels intervenants, le conseil scientifique devient le coupable tout désigné.

Nous soulignons que les membres de ce conseil sont nommés par le préfet sur la base de leurs compétences. Ils siègent à titre personnel et bénévolement. Cela garantit l’indépendance voulue par le Code de l’Environnement pour ce type de Conseil.

Faut-il rappeler à chacun que le conseil scientifique n’a qu’un pouvoir consultatif ? Le pouvoir décisionnel du GIP de la réserve naturelle marine se situe au sein du Conseil d’Administration composé d’élus, de représentants des collectivités et de l’Etat.

Faut-il rappeler que le rôle du Conseil scientifique est de donner un avis selon l’état des connaissances scientifiques, sans autre considération que les éléments scientifiques ?
Si, récemment, le Conseil scientifique n’a pas donné d’avis favorable à la pêche pour un site situé en zone de protection renforcée (Boucan Canot) c’est notamment pour trois raisons principales parmi d’autres, toutes détaillées sur le site web de la Réserve marine.

On peut les résumer ainsi :

- un avis inverse irait à l’encontre d’un objectif majeur qui consiste à restaurer un écosystème capable de s’opposer à la présence des squales responsables des attaques ;

- la mobilité des requins ciblés est telle qu’ils sont déjà pêchés tout autour de l’île hors réserve, soit sur plus de 90% des côtes de l’île, mais aussi dans la réserve dans des zones de moindre protection : les zones de réglementation générale qui entrecoupent les zones de protection renforcée telles les passes de Trois Bassins, Ermitage et Roches Noires ;

- la technique comme le protocole de pêche utilisés n’offrent aucune garantie de protection pour d’autres activités se déroulant à proximité du site d’implantation du dispositif.

Citoyens, élus, représentants de La Réunion, ne vous leurrez pas ; ce n’est pas en insultant les scientifiques, en cédant aux sirènes populistes et en les accusant des tous les maux que la crise requin se règlera. Ce n’est pas en détruisant la Réserve marine, produit de plus de 10 années de concertations officielles, que la crise requin se règlera. Ceux qui prétendent le contraire sont des menteurs ou peuvent être aveuglés par le chagrin, ou encore espèrent par ce biais atteindre d’autres objectifs peu avouables sans lien aucun avec la mer.

Tout le monde est cependant d’accord sur un fait : l’objectif de La Réunion est de diminuer le risque requin, mais ce risque ne disparaitra pas totalement. Chacun devrait méditer cela : le risque d’attaque de requin ne disparaîtra pas. Ayant cela à l’esprit, chacun doit définir le risque qu’il accepte de prendre, et la société avec lui. Lorsqu’on surfe dans les conditions du dernier accident, on sait qu’on prend un risque énorme, que l’on met sa vie en jeu.

Il est temps d’arrêter de s’en prendre aux messagers, il est temps que tous les acteurs impliqués s’assument pleinement.

Association Vie Océane




1.Posté par klod le 01/03/2017 17:37

"la technique comme le protocole de pêche utilisés n’offrent aucune garantie de protection pour d’autres activités se déroulant à proximité du site d’implantation du dispositif."

c'est peu de le dire !!!


robert didier en stoppant le financement de la réserve , parce que "contrarié" par son avis ,applique la politique de la punition collective sur un organisme indispensable à l'environnement , un grand démocrate (sic!!!) , pour sur , si certains en douter déjà .................


un dictateur en puissance , oui, que ce robert didier , certains aiment .............................................

2.Posté par VIEUX CREOLE le 01/03/2017 18:08

_ MERCI AUX RESPONSABLES DE " L' ASSOCIATION VIE OCÉANE" D'APPORTER TOUTES CES INFORMATIONS ET PRÉCISIONS avec pondération ,objectivité et des arguments raisonnables , plutôt convaincants dans l'ensemble...

_ LAISSONS DONC A LEURS DÉLIRES INCROYABLES ceux qui veulent " renvoyer d'où ils viennent, TOUS CES SCIENTIFIQUES ( réserve marine de l'Ouest , vulcanologues , météorologues chercheurs dans leurs laboratoires en médecine , à l'université etc. ,etc...) qui travaillent et se dévouent et veulent lutter contre le diabète, la protection de l'environnement... l Vous pouvez constater ,vous-mêmes, à quelles aberrations stupides peuvent conduire les dérapages et les dérives de certaines affirmations péremptoires ! Il faudrait plusieurs "A 380 " pour les ramener sur "le sol de leur naissance " (la Métropole pour la plupart d'entre eux !) !!!

_ Il faut se méfier aussi d'affirmer ( à n’importe quelle occasion ) L'EXPRESSION : " NOUS N'AVONS PLUS LE DROIT DE FAIRE ...." qui semble s'incruster dans les mentalités et , DEVIENT de plus en plus ridicule et déraisonnable : 1) rouler à tombeau ouvert sur les portions de proute à quatre voies , 2 ) conduire en état d'ébriété ou sous l’emprise de la drogue, 3) " s'amuser a faire la pousse" avec les voitures des gendarmes sur la route ,à St-Paul , 4 ) cueillir quand on veut ,des plantes médicinales locales en voie de disparition ( faham. par exemple ...) , 5) laisser les restes d'un repas ,des canettes de bière ,des bouteilles vides sur les plages aprés un pique- nique ou une petite fête .. . J'ai exagéré volontairement . ces exemples pour montrer le ridicule de quelques réflexions !! Une certaine "régulation" , restriction" voire "des interdictions " ne sont -elles pas utiles et justifiées parfois??

_ Pour revenir au" risque- requins " , LES AVIS des scientifiques ( consommation de la chair de requin aprés analyses de plusieurs laboratoires par exemple ) , ceux des professionnels de la pêche , ceux des " sports de la mer " et bien sûr , ceux des Maires des villes côtières ...DOIVENT ÊTRE ENTENDUS ...
- La démagogie , le populisme ,les convictions partisanes politiciennes qui gangrènent le monde politique locale n' ont rien à voir sur cette question QUI DIVISE TANT LES REUNIONNAIS alors qu'elle devrait les Rassembler !!!
- Y a-t-il , ou y a t-il eu tant de polémiques virulentes à Maurice ( où i existent, des barrières de corail qui protègent les lagons où l'on peut se baigner sans beaucoup de risque à mon avis ) ,en Australie .etc...??

3.Posté par A mon avis le 01/03/2017 19:13

Il est temps d’arrêter de s’en prendre aux messagers, il est temps que tous les acteurs impliqués s’assument pleinement.

Tout est dit !

S'attaquer aux scientifiques est aussi intelligent que de casser le thermomètre pour lutter contre la fièvre !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes