MENU ZINFOS

806 cas de dengue recensés à La Réunion : la circulation du virus baisse

Le dernier bilan chiffré des autorités indique 806 cas confirmés du 21 au 27 juin 2021. La préfecture insiste sur la nécessité de maintenir sa vigilance et de se protéger de cette épidémie. Nous publions en intégralité son communiqué relatif à cette actualité.

Jeudi 8 Juillet 2021

806 cas de dengue recensés à La Réunion : la circulation du virus baisse

Epidémie de dengue à La Réunion : la circulation du virus baisse.

Poursuivons notre mobilisation de lutte contre les moustiques !

Bien que l’épidémie poursuive sa baisse sur tout le territoire, l’ensemble des indicateurs indique une circulation à un niveau intense et supérieure aux années précédentes. Toutes les communes continuent de recenser des cas. L’Ouest reste la région la plus touchée avec près de 61% des cas sur l’île. La baisse des passages aux urgences et des hospitalisations continue mais reste encore à un niveau élevé.

La préfecture, l’ARS La Réunion et Santé Publique France ont le regret d’annoncer le décès d’une personne directement lié à la dengue survenu ces dernières semaines.

Par ailleurs, face à l’importance des enjeux pour la santé de tous, une mobilisation sans faille de l’ensemble des acteurs (Etats, collectivités, population…) est essentielle dans la lutte contre la dengue.

Les autorités rappellent aux Réunionnais la nécessité de maintenir une vigilance au quotidien, en appliquant les moyens de protection (répulsifs, moustiquaires, vêtements longs…) et en contactant son médecin ou les urgences si son état de santé se dégrade.

Cette semaine, la campagne « La dengue, plus sévère que jamais, protégeons-nous ! » se poursuit avec le témoignage de Pascal qui a contracté la dengue à deux reprises. Cette année, il a connu des douleurs plus importantes avec impossibilité de manger pendant des jours.

Situation de la dengue au 7 juillet 2021

 Depuis le 1er Janvier 2021
·    27 213 cas confirmés   
·    721 hospitalisations   
·     3 818 passages aux urgences     
·    15 décès directement liés à la dengue   

(données Cellule Santé Publique France en région, ARS)

Saint-Paul et Saint-Denis sont les communes les plus affectées par la circulation du virus.

Le secteur Ouest comptabilise près 61% de cas déclarés sur l’île. Les cas se situent principalement à Saint-Paul et à La Possession.

Dans le Nord, Saint Denis concentre l’essentiel des contaminations.

Dans le Sud, les cas sont localisés essentiellement à Saint-Pierre et

Saint-Joseph.

Dans l’Est, les communes de Saint-André et de Sainte-Suzanne sont les plus touchées.

Localisation des regroupements de cas (foyers de dengue) :

REGION OUEST

·         Le Port (ZUP 1, Rivière des Galets)

·         La Possession (Cap Noir et du Vingt Septième)

·         Saint-Paul (Rue Jacquot, La Poudrière, Bellemène, La Plaine, Bois de Nèfles, Le Ruisseau, Sans Souci, Centre-ville, Plateau Caillou, Bois rouge, Bellemène, Le Coteaux du Bernica, Saint-Gilles les hauts, Villèle, La Saline, La saline les bains, Barrage, Lotissement Gayette, Bruniquel, Ermitage les bains, Filaos, Roquefeuil, Grande Fontaine, Mon Repos, La Plaine, Les Chocas, Parc de la Poudrière)

·         Saint-Leu (Pointe des Châteaux, L’Etang, Portail)

·         Trois Bassins (La Grande ravine, Souris blanche, centre-ville, Bois de Nèfles)

REGION SUD

·         Saint-Joseph (Langevin, Butor, Cayenne)

·         Saint-Pierre (La Ravine des Cabris, Les Assises, Bois d’Olives, Lataniers, Basse Terre les Bas, Grands Bois, Terre Sainte, Ravine des Cabris, Chemin Stéphane, Bois d’Olives)

·         Saint-Louis (Ouaki)

REGION NORD

·         Saint-Denis (Ruisseau Blanc, La Montagne, Petit Ile, La Bretagne (partie Basse), Sainte Clotilde, Le Chaudron, Michel Debres, Bellepierre)

·         Sainte-Marie (Ravine des Chèvres les bas)  

·         Sainte-Suzanne (Sainte Vivienne)

La dengue, une mobilisation de l’ensemble des acteurs

La stratégie de lutte anti-vectorielle de l’ARS

En période épidémique, les équipes de lutte contre les moustiques de l’ARS La Réunion se sont vues progressivement renforcées d’intérimaires et d’agents du SDIS. Plus de 150 agents de terrain sont intervenus de manière systématique et réactive autour de chaque cas isolé et foyer de dengue émergent, et ont participé à des actions de salubrité publique et de sensibilisation du public portées par les collectivités et les associations, dans les zones de circulation virale les plus actives.

Les interventions de l’ARS sur le terrain sont complétées par la distribution gratuite de répulsifs auprès des publics les plus fragiles (personnes ayant contracté la dengue, enfants en bas âge, femmes enceintes, personnes âgées).

Cette stratégie a été permise par la poursuite même au plus fort de l’épidémie d’un recours important à la confirmation biologique par les médecins généralistes, permettant l’obtention de l’adresse des cas confirmés afin d’y orienter de manière ciblée les actions de la lutte anti-vectorielle.

Un pilotage et une coordination par la préfecture avec l’appui des communes

Depuis le passage en niveau 3, le dispositif de lutte contre la dengue est piloté par le préfet sous commandement de son centre opérationnel de la préfecture, en concertation étroite avec l’ARS La Réunion. Des réunions de coordination en préfecture et dans les sous-préfectures sont organisées très régulièrement afin de proposer une stratégie et des actions de lutte renforcées dans les régions sensibles.

 

Les collectivités actives sur l’espace public et dans les jardins des particuliers

Les communes assurent, en lien avec les intercommunalités en charge des déchets, la réalisation d’opérations de nettoyage de quartiers :

·         nettoyage de l’espace public et des ravines,

·         identification et élimination des dépôts sauvages,

·         interventions en porte-à-porte de sensibilisation et d’élimination des gîtes à moustiques,

·         collecte renforcée des déchets et encombrants,

·         sensibilisation et communication de la population, etc.

Les communes ont pu recruter des personnes en Parcours Emplois Compétences (emplois aidés) pour faciliter cette intervention.

Durant l’épidémie, des collectivités ont maintenu des actions de lutte contre la dengue en organisant des opérations de ramassage de déchets « Vid fond de cour ». Les communes de Saint-Paul, Le Port, Sainte-Suzanne, Saint-Denis ont mis en place ce type d’opération avec l’appui des équipes de l’ARS, partenaires de ces actions en formant les médiateurs communaux et en apportant parfois un accompagnement de terrain.

Campagne « La dengue, plus sévère que jamais, protégeons-nous ! » : cette semaine, le témoignage de Pascal

Cette semaine, découvrez la vidéo Témoignage de Pascal, 54 ans, qui a contracté la dengue deux fois : dans les années 1990 et en 2021. Cette année, ses symptômes ont été plus importants et intenses : impossible de manger avec des douleurs durant 10 jours.

Par son témoignage, il invite la population à se protéger même si on est en hiver, en portant des vêtements longs et en ayant toujours un répulsif avec soi.

 Visualiser la vidéo sur la page Facebook de l’ARS    

Recommandations pour lutter contre la dengue

Il suffit d’une seule piqûre de moustique pour avoir la dengue.

Les autorités sanitaires recommandent à la population de :

Se protéger contre les piqûres de moustiques, y compris durant les 7 jours suivants l’apparition des symptômes pour protéger son entourage

Continuer à se protéger, même si on a déjà été malade de la dengue antérieurement ; plusieurs sérotypes de la dengue peuvent circuler et une infection par un sérotype ne protège pas de l’atteinte par un autre sérotype.

Éliminer les gîtes larvaires (nids à moustiques) : vider tout ce qui peut contenir de l’eau tout autour de son domicile, vérifier les gouttières…

Consulter un médecin en cas de symptômes :

fièvre,

maux de tête,

douleurs musculaires/articulaires,

nausées, vomissements, …

Réaliser le prélèvement en laboratoire d’analyse médicale

prescrit par votre médecin pour confirmation du diagnostic de la dengue.

Si vous êtes malade de la dengue

Continuez à vous protéger contre les piqûres de moustiques.

Afin de prévenir les formes graves de la dengue :

Surveillez votre état de santé, surtout entre le 4ème et le 8ème jour de la maladie

Consultez votre médecin traitant ou un service d’urgence si vous avez des signes et symptômes suivants : douleurs abdominales sévères, vomissements persistants, impossibilité de s’alimenter/s’hydrater, grande fatigue, agitation.

Rendez-vous à l’hôpital en cas de dégradation de votre état de santé

Comment se protéger des piqures de moustiques 

Les mesures les plus efficaces

Utilisez des produits répulsifs

L’utilisation des produits répulsifs est l’une des mesures les plus efficaces pour lutter contre la propagation de la dengue. Ces répulsifs cutanés sont à appliquer sur toutes les parties du corps non couvertes, lors d’activités en extérieur, surtout le matin et le soir. La durée de la protection varie de 4 à 8 heures. Des produits spécifiques sont réservés pour l’enfant et la femme enceinte. 

Portez des vêtements longs et couvrants

Il est très fortement recommandé de porter des vêtements clairs et couvrants (manches longues, pantalons, chaussures fermées) pour se protéger, surtout le matin et le soir. Ces vêtements peuvent également être imprégnés par spray ou trempage dans une solution insecticide (perméthrine). 

Installez des moustiquaires

La moustiquaire de lit constitue une barrière efficace pour les personnes contraintes d’être alitées en journée et notamment les nouveaux nés. L’emploi de moustiquaires de berceau constitue ainsi le moyen prioritaire de protection pour ces jeunes enfants. 

Des moustiquaires peuvent également être posées sur les fenêtres et les portes pour une meilleure protection à l’intérieur des habitations surtout le matin et le soir. Des mesures complémentaires peuvent également être envisagées : diffuseur électrique, raquette électrique. 

Les mesures qui protègent le moins

la pulvérisation dans la maison de « bombes » insecticides (disponibles dans le commerce)

la climatisation, la ventilation 

l’utilisation de serpentin fumigène (à réserver exclusivement en extérieur).

Les mesures qui ne protègent pas

les bracelets anti-insectes

les huiles essentielles (citronnelle, géranium) : la durée d’efficacité, généralement inférieure à 20 minutes, est insuffisante

les appareils sonores à ultrasons, la vitamine B1, l’homéopathie…

les rubans, papiers et autocollants gluants sans insecticide…

Des études scientifiques ont démontré que les bougies, les bracelets et les appareils sonores à ultrason sont inefficaces pour se protéger des piqûres de moustiques. La citronnelle ou d’autres huiles essentielles peuvent avoir un pouvoir répulsif mais leur durée d’action est en général très faible et en tout cas beaucoup plus courte que celle des produits répulsifs classiques. Avant toute utilisation, lisez l’étiquette. Votre pharmacien pourra vous conseiller sur l’utilisation des répulsifs et les mesures de protection individuelle

Retrouvez toute l’actualité sur la dengue à La Réunion sur le Facebook  Ensemble contre les moustiques.




Dans la même rubrique :
< >
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes