Revenir à la rubrique : Société

8 mars – Cindy Barret : « L’éducation est primordiale »

Elles sont huit, huit femmes qui n’ont pas hésité à prendre la parole. Porter leurs pierres à l’édifice de la journée internationale des droits de la femme à La Réunion. Elles n’ont pas atteint la quarantaine (pour plusieurs d’entre elles) et leur seul objectif : s’investir pour les autres. Rien que pour cela, elles méritaient une mise en lumière sur les multiples facettes de leurs activités… publiques. Et que pensent-elles de cette journée symbolique qui se désoriente vers une « fête de la femme » et dont la dynamique commerciale semble vouloir s’emparer ? Et l’égalité des sexes ? Et la cause des femmes ? comment les vivent-elles au quotidien ? Raphaëlle Antou, Cyndi Barret, Julianna M’Doihama, Jeanne Hoareau, Christine Lebon Margot Léger, Julie Legros, Sarah Salah Aly, (par ordre alphabétique) ont répondu aux questions de zinfos974 tout au long de la semaine.

Ecrit par G. Aho – le mardi 02 mars 2021 à 15H44

Cindy Barret est sapeur-pompier au grade de caporal au Centre Technique d’Appel de Sainte-Suzanne, elle commence ses journées sur les sentiers à proximité de son domicile « c’est une activité à laquelle je m’astreins chaque jour. Le sport est un besoin vital, il m’est nécessaire pour affronter mon quotidien » affirme-t-elle.

Ces heures d’entraînements lui permettent de garder la forme dans son travail et aussi dans sa vie personnelle «je suis confrontée depuis peu à un cancer aux poumons : ce qui a redoublé mon désir de poursuivre mon footing. Je suis une compétitrice dans l’âme. Sans cette activité, je ne serais rien », confie la jeune mère de trois enfants.

Pour Cindy Barret, la journée internationale des droits de la femme « permet aux femmes de dire haut et fort les manquements dans la société. Quand bien même les femmes d’aujourd’hui vivent dans de meilleures conditions que celles d’avant, c’est encore difficile d’améliorer les choses ».

Si elle évolue dans un milieu fortement masculinisé, elle ne se sent pas concernée par l’égalité des sexes. « Dans mon enfance et au cours de mon adolescence, j’ai été témoin de scènes de violences domestiques. Du jour où j’ai relevé la tête, la violence n’a pas changé de camp, mais j’ai acquis une certaine force d’esprit, une maturité qui m’ont permis de donner un autre sens à ma vie. Les femmes doivent apprendre à relever la tête. Les moments difficiles nous permettent de forger notre caractère ».

Cindy Barret et son compagnon ont vite compris que tout est dans l’éducation qu’ils donnent à leurs trois enfants. « L’éducation est primordiale ! Nous faisons au mieux afin de faire régner une bonne organisation dans l’espace familial sans préférence aucune : parce que c’est une fille ou un garçon », poursuit-elle. « A l’heure actuelle, une femme ou un homme peut pratiquer le métier qu’ils désirent. Maintenant, il n’est pas rare de voir des femmes conductrices de bus ou de cachalots il y a encore une double décennie, cela n’existait pas
Une femme pour laquelle elle a de l’admiration ? « Une sportive comme moi qui vient d’être atteinte d’un cancer et qui fait preuve d’un courage incroyable. Comme nous vivons une situation similaire, c’est peut-être pour cela que je garde un œil souvent sur son profil sur les réseaux sociaux ou dans les médias ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.

Clara répond de belle manière aux commentaires misogynes

La chanteuse Clara Roland a été la cible de très nombreux commentaires négatifs sur son choix vestimentaire lors d’une prestation musicale sur scène. Elle a pris la parole lundi et a rappelé l’importance de rester libre et de s’assumer face aux critiques qui seront toujours présentes.