Social

8 assistantes sociales pour l’accueil des femmes victimes de violences

Samedi 21 Septembre 2019 - 08:44

Cyrille Melchior était présent ce vendredi pour la deuxième journée de visite de la Ministre des Outre-mer dans notre île. Une rencontre a eu lieu à la gendarmerie de Saint-Benoit avec l’ensemble des services publics qui interviennent sur le sujet sensible des violences faites aux femmes parmi lesquels les acteurs du dispositif d’Intervention Sociale en Commissariat et Gendarmerie (ISCG).

Ce dispositif consiste en la mise à disposition par le Conseil Départemental dans le cadre d’une convention Etat/Département de quatre assistantes sociales qui interviennent auprès de toutes personnes en détresse sociale mais plus particulièrement auprès des victimes de violences conjugales et intrafamiliales qui se présentent au commissariat de police et en gendarmerie.

Le Président du Département a rappelé à la Ministre des Outre-mer le soutien entier de la collectivité aux côtés de l’Etat pour poursuivre la lutte contre ce fléau que constituent les violences faites aux femmes.

Alors qu’était initialement prévu le recrutement de deux assistantes sociales, le Département veut aller encore plus loin, plus vite pour répondre au mieux à l’urgence. Ce sont quatre assistantes sociales qui viendront renforcer le dispositif et ce, dans la continuité des engagements pris par la collectivité départementale depuis plusieurs années, et conformément aux orientations du contrat de convergence.

D’ici la fin de l’année, quatre assistantes sociales supplémentaires seront mises à la disposition des services de police et de gendarmerie.

L’accompagnement de ces travailleuses sociales est essentiel car il s’agit d’établir une relation de confiance avec les femmes qui souhaitent dénoncer les violences qu’elles subissent.

Ces 8 assistantes sociales sont des relais essentiels entre les victimes et les policiers ou les gendarmes.

"La lutte contre les violences faites aux femmes doit aussi passer par une libération de la parole, en restaurant la confiance par le langage et le dialogue" a par ailleurs précisé Cyrille Melchior.

NP
Lu 2324 fois




1.Posté par DURAND le 21/09/2019 08:50

IL faut un control pour verifier l efficacite du dispositif

dans six mois faire un point sur le nombre de plaintes

sur les sanctions prises

sur les mesures aussi

mais brasser de l'air ne sert a rien et cela est valable pour tous



2.Posté par marie le 21/09/2019 08:54

te il n y a pas un numero vert pour cela

une prise en charge des plaintes dans les hopitaux ou le constat de violence sera etablie


3.Posté par ti gousse le 21/09/2019 08:59


4.Posté par moinladi le 21/09/2019 11:03

et ses zaistante sosial la i va travayé la nuit, les we et jours fériés ou juste de 06 à 12 et de 14 à 17 du lundi au jeudi et sauf le vendredi après midi ??.. du gaspillage, faut taxer les violents et violentes et les faire dégager des logements où leurs conjoints et enfants devront rester , c'est moins couteux et çà les marquera plus.

5.Posté par DISPOSITIF DE L'ÉTAT ET DU DÉPARTEMENT ET ON A 2 FOTO DE BASSIRE. le 21/09/2019 14:43 (depuis mobile)

DISPOSITIF DE L'ÉTAT ET DU DÉPARTEMENT

ET ON A 2 FOTO DE BASSIRE.

6.Posté par durand le 22/09/2019 10:10

Une assistante sociale ne peut pas etre le lien entre agresseur et gendarme ??


7.Posté par SPARTACUS974 le 22/09/2019 11:07

C'est vrai que les assistantes sociales vont héberger les familles en détresse....Marre de ces guignols qui inventent l'eau tiède tous les matins et qui se prennent pour des génies.Tout existe déjà en terme de mesures judiciaires mais les structures d'accueil manquent cruellement
Il faut sortir les conjoints violents du milieu familial.et non l'inverse.

8.Posté par arbre de vie le 18/10/2019 11:00

Encore du leurre ! Ses assistantes seront elles formées en conséquence dans le bon sens ? Qui peut savoir le besoin réelle des victimes à part elle même ? Où sont elles ? Où sont ils ? Certainement parqué chez eux, en espérant plus rien ? Traumatisées, il ne vaut pas mieux qu'ils s'expriment , c'est vrai, ça ferait tâche !
Pourquoi ne pas régler le problème à sa source.Petite suggestion ; un audit avec la population concerné serait peut être nécessaire si il y a réellement désir de la part des agents de réagir. Ce n'est pas en mettant en place ce système de " gestapo civile" qu'on réglera le problème du moins celui là. Ah le contrôle, le pouvoir !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie