Politique

7ème circonscription : L'état des lieux des consignes de vote

Mardi 25 Septembre 2018 - 00:58

Les candidats du 1er tour sont courtisés tant par Jean-Luc Poudroux que par Pierrick Robert. Si certains perdants ont d'emblée fermé la porte, d'autres répondent à l'appel à des négociations pour faire vivre leur programme au-delà de septembre 2018.


Comment pourrait fonctionner le report de voix au second tour ? Si report de voix il y a… Les deux candidats qualifiés pour dimanche prochain ont depuis dimanche soir sorti leurs calculatrices.

Les onze candidats éliminés dimanche représentent à eux tous 13.182 voix. Mais quel pourrait être le comportement de leurs électeurs dimanche prochain ? Entre respect de la consigne édictée par leur candidat favori du 1er tour et appréciation personnelle des enjeux de la circonscription, le choix des électeurs du 1er tour demeure insondable. 

Plusieurs candidats ont d’ores et déjà annoncé leur intention pour dimanche prochain. C’est le cas du troisième homme, Aurélien Centon. Avec 3.582 électeurs, le candidat sans étiquette représente à lui seul un réservoir électoral important. Mais comme il l’a indiqué dès dimanche dans un moment emprunt d’émotion, il demeure "un homme libre (...) C’est à la population de décider !", avait-il lâché dans un discours rageur, notamment à l’encontre de ceux qui ont osé mettre en doute la sincérité de sa candidature. 

Lui non plus n'a pas donné de consigne de vote. Gilles Leperlier a même déjà ouvert une perspective pour les municipales : "Pour la 7ème circonscription et particulièrement l'Etang-Salé, nous ne sommes qu'au commencement d'une bataille qui va être longue et difficile : celle de la reconquête du territoire par un large rassemblement autour des progressistes. C'est une bataille que je suis déterminé à mener dans les années qui viennent", ambitionne le candidat du PCR.

Quatrième du scrutin, Emmanuel Séraphin laisse planer le doute sur l’éventuelle consigne de vote qu’il délivrera à ses sympathisants. "On se positionnera dans les jours qui viennent", a-t-il promis. "On voit bien que certains candidats se sont positionnés sur des enjeux de société, notamment des carrières", et surtout, il attendait de savoir "où se situent ces candidats ? Dans quel groupe vont-ils siéger ? On attend", déclare le candidat du PLR et sa réserve conséquente de 2.241 voix.

Dans le même giron politique, Perceval Gaillard de la France Insoumise ne pouvait que valider le discours qu’il a tenu durant la campagne : à savoir un rejet des partis qui occupent à tour de rôle le pouvoir. "Au regard du second tour qui nous est proposé - c’est la même chose que l’année dernière - c’est la droite ou Macron !", annonce-t-il désabusé. "Pour nous c’est bonnet blanc, blanc bonnet, il n’y aura évidemment pas de consigne de vote", a-t-il affirmé. 1.137 personnes ont voté pour le candidat de la France Insoumise.

Faire vivre son programme par procuration à l'Assemblée

Sabine Montrouge, suppléante d'Ulrich Quinot, a décidé de trancher ce lundi soir. Elle invite ses 845 électeurs à "se déplacer nombreux" pour "faire barrage aux frères Pierrick et Thierry Robert". 

Sans ambiguïté également : le message de Jean-Pierre Marchau. Il a récolté 3,15% des suffrages exprimés, soit 774 voix. il a décidé de ne donner aucune consigne de vote pour le second tour. Le candidat Europe Ecologie les Verts justifie son dégoût en parlant de campagne "instrumentalisée" : "Le deuxième tour opposera donc le candidat du LPA à un politicien qui, après dix ans d’absence, réussit son come-back grâce au soutien de la droite locale réunie. Mais personne n’est dupe (…) les clans politiques locaux ont instrumentalisé cette élection législative en vue des prochaines municipales à Saint Leu et Saint Paul", a-t-il décrypté le scrutin.

Autre candidat courtisé depuis dimanche soir, Jean-François Nativel et son vivier conséquent de 1.677 électeurs, n’avait pas encore donné ce lundi soir de consignes de vote. 

Les tractations de ces prochaines heures permettront de décanter les positions des derniers indécis qui profitent de ce moment d'entre-deux tours pour tenter de faire vivre leur programme électoral à travers le futur député de la 7ème circonscription.

Le temps des coups de fil et des rencontres entre qualifiés et candidats défaits se poursuit en coulisses pendant quelques heures encore. 

Le rappel des scores des candidats :

LG
Lu 3575 fois



1.Posté par Drôle de consigne de vote. Ca ne marche plus le 25/09/2018 02:22 (depuis mobile)

Voilà des candidats à qui les électeurs ont fait barrage qui demandent de faire barrage à d''autres . Les épouses , les enfants n''obéissent plus aux consignes du mari et du père encore moins un candidat qui les a déçus par sa défaite.

2.Posté par Jp POPAUL54 le 25/09/2018 07:20

Aucun n'a fait mieux que l'épidémie de dingue et ses moustiques !!
L'hiver austral a t il eu raison des électeurs ?

3.Posté par GIRONDIN le 25/09/2018 09:06

....... il balisé un discours rageur, notamment à l’encontre de ceux qui ont osé mettre en doute la sincérité de sa candidature. .....


Euh vous parlez de zinfo et de son communikant en campagne électorale:
"" " Le deuxième pourrait bien être Aurélien Centon.

On l’a sans doute oublié, mais il existe un lien entre les deux hommes. En 2014, Thierry Robert avait fait cadeau de 25.000€ de sa réserve parlementaire à l’association Petit Coeur d’Aurélien Centon.

25.000€, ce n’est pas rien et on peut compter sur lui pour le rappeler le moment venu au président d’association.

Mais ce n'est pas tout. Aurélien Centon travaille aujourd'hui à Cycléa, une SEM du TCO dans laquelle Thierry Robert est vice-président...

D’ailleurs, sur le terrain, ils sont nombreux à évoquer une complicité entre les deux candidats et à affirmer que Centon roule pour l'ex-maire de Saint-Leu.... ''
Zinfo dupuy




4.Posté par JORI le 25/09/2018 09:25 (depuis mobile)

En fonction des consignes de vote des candidats, on saura s'il y a eu achat de voix et par qui !!.

5.Posté par La kuizine le 25/09/2018 09:33

Ces analyses électorales ont peu de signification pour les raisons suivantes:
- nous sommes à la Réunion où l'achat des consciences est ancré chez nos élus
- le peu de votants (22 000 sur 110 000!)
- la pression des maires qui font la pluie et le beau temps
- les alliances contre-nature.

6.Posté par Mum le 25/09/2018 10:04 (depuis mobile)

Bravo à Perceval, qui est fidèle à la France Insoumise et à lui-même.

7.Posté par Raasimanda le 25/09/2018 14:12

Leperlier commence comprendre qu'a Ste Suzanne on n'a pas besoin de lui.
Le vent ne va pas tarder à tourner pour Gironcel.

8.Posté par Jean le Monstre le 25/09/2018 16:58

Bande de couillons !!!
Vous vous comportez comme on veut que vous soyez : dociles et ignorants.
75% d'abstention ça ne vous dit rien ? (sans compter les bulletins nuls et blancs!)
Et ça ne vous pose aucun problème ?
Et maintenant vous allez recommencer la comédie : choisir entre deux héros qui sont sortis de la bataille couronnés de gloire, l'un avec 5,7% de supporteurs, et l'autre avec 3,6%. Vraiment, des types exceptionnels !
Et ça ne vous pose toujours pas de problème ?
Depuis des décennies on entend les mêmes noms, Poudroux, Robert, Sinimalé, Hoarau etc.
Et vous n'en avez pas marre?
Nous vivons sous la Constitution du 4 octobre 1958. Il y a 60 ans (bientôt son anniversaire). Elle est presque plus vieille que Poudroux !
Cette Constitution a été faite par et pour un homme, de Gaulle. les suivants se sont bien gardés de la changer, car elle assure qu'avec19% des voix (Macron) on peut être Président de la République.
Et on respecte la Loi même si elle nous rend malheureux.
Coutume, tradition, habitude ... êtes-vous capables de les envoyer promener pour une meilleure vie sociale?
Alors on ne vous traitera plus de couillons.

9.Posté par Ikki le 25/09/2018 17:01 (depuis mobile)

C'est simple : Comment un mec peut prétendre nous représenter avec 70% d'abstention ?
Quelle intox ! Dans tous les cas la population n'en veut pas. Arrêtez ces élections ça aura au moins un sens. Ces gars n'ont rien à faire là. STOP !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Février 2019 - 17:44 Cyrille Melchior chez Emmanuel Macron