Social

766 euros en moyenne, "l’extrême faiblesse des retraites de nos agriculteurs ne peut plus durer"

Vendredi 10 Février 2017 - 14:01

Alors que sa proposition de loi visant à revaloriser les retraites agricoles a été adoptée par l'Assemblée nationale, la députée Huguette Bello rappelle les problématiques actuelles et précise les mesures prônées par son texte.


Huguette Bello a donné une conférence de presse ce jeudi matin, au sujet des retraites des agriculteurs
Huguette Bello a donné une conférence de presse ce jeudi matin, au sujet des retraites des agriculteurs
Elle a été votée à l’unanimité. Le 2 février dernier, la proposition de loi portée par Huguette Bello visant à revaloriser les retraites agricoles (en France continentale et dans les Outre-mer) a été adoptée sans aucune voix contre. "Un signal fort", pour la députée, qui a donné une conférence de presse sur le sujet ce vendredi matin. A ses côtés, deux agriculteurs, Aniel Orus (FDSEA) et Jérôme Troyere (CGPER). 
 
Pour commencer, la parlementaire rappelle qu’il existe un écart de 40% entre les retraites des non-salariés agricoles et celles des autres régimes. Ainsi, en 2016, la pension moyenne d’un chef d’exploitation s’élevait à 766 euros. "C’est inférieur au seuil de pauvreté", s'indigne-t-elle, avant de préciser qu’"un non-salarié sur trois perçoit une retraite inférieure à 350 euros".

A la Réunion, la situation serait encore plus problématique, avec "un montant moyen de 375 euros par mois et 25% des agriculteurs retraités qui perçoivent moins de 100 euros par mois".
 
Des départs à la retraite différés

Se basant sur ces difficultés, la proposition de loi vise principalement à garantir un minimum de pensions à 85% du Smic à compter de 2018, soit une augmentation de 10 points par rapport à l’objectif des 75% à atteindre en 2017, selon le texte en vigueur.
 
L’autre mesure phare concerne de manière spécifique les pensions dans les outre-mer, où le pourcentage est encore plus bas, les agriculteurs ayant du mal à remplir le critère de carrière complète. "Il est pour nous indispensable de lever le critère de durée minimale d’assurance en tant que chef d’exploitation (…). L’extrême faiblesse des retraites de nos agriculteurs ne peut plus durer". Le cas des salariés agricoles d'outre-mer est aussi pris en compte, avec l’inscription dans le texte d’une "extension des régimes de retraites complémentaires obligatoires".
 
La députée fait en outre remarquer que de nombreux agriculteurs diffèrent leur départ à la retraite, tant celle-ci serait synonyme pour eux de précarité. Une situation qui n’est pas sans porter préjudice aux jeunes générations qui veulent s’installer. À La Réunion, cette revalorisation libérerait, en cinq ans, plus de 4000 hectares de terres à haut potentiel, ce qui favoriserait l’installation de plus de 200 jeunes agriculteurs, avance encore Huguette Bello.
 
"Il est inimaginable que le texte ne devienne pas une loi"

Si une compensation par l'ASPA (allocation de solidarité aux personnes âgées) est une possibilité, elle n'est pour elle en aucun cas la solution. Non seulement l'attribution de cette aide "est loin d’aller de soi", mais surtout, elle estime qu'"après avoir donné leur dos au soleil pour nourrir la population, ils ont droit à une retraite décente, sans faire appel aux minimas sociaux".

En termes de budget, les revalorisations inscrites dans la proposition de loi sont évaluées à 266 millions d’euros par an. "Elles sont financées", assure la députée, qui rappelle le vote d'une taxe additionnelle de 0,1% sur les transactions financières, dont le rendement est évalué à 500 millions. "Mieux, le dispositif que nous proposons permettra également d’assurer le retour à l’équilibre du régime de retraite complémentaire, dont le déficit en 2015 s'élève à 90 millions d'euros".
 
Le texte ayant été validé par l'Assemblée nationale, la navette parlementaire est désormais en marche. Deux scénarios sont envisageables : soit le texte est inscrit à l’ordre du jour du Sénat avant la fin de la session, soit son examen aura lieu durant la prochaine législature. Dans les deux cas, pour Huguette Bello, il est "inimaginable qu’il ne soit pas adopté de manière définitive et ne devienne pas une loi".
Marine Abat - marine.abat@zinfos974.com
Lu 5821 fois



1.Posté par Pierre Balcon le 10/02/2017 15:09

D'abord ce n'est pas un texte d'Huguette Bello .
Les retraites sont faibles parce que les cotisations sont faibles .
Qu'est que propose notre députée ?
Rien de bien original.
Ce que tous les démagos savent faire , c'est à dire mutualiser , toujours e mutualiser , c'est à dire encore de faire payer par le voisin ce que l'on n'a pas été capable soi même de faire.

Idem pour le RSI et tous les régimes déficitaires . Mutualisons !!!!

Et quand Sarko et quelques autres proposent donc de travailler plus longtemps pour assurer l'équilibre des régimes , c'est à dire pour mutualiser , Mme Bello vote contre .

Au fond c'est pas difficile d'être députée.

Et puis une précision : En France il existe un minimum qu'on appelait avant le "minimum vieillesse" , marque de la solidarité nationale envers nos aînés .
Les agriculteurs qui ont une retraite inférieure à ce minimum , comme tous les autres , touchent un différentiel .

2.Posté par cmoin le 10/02/2017 15:13

Non,ils ont plein d'aides et de subventions et s'enrichissent avec.

3.Posté par Fabiho le 10/02/2017 15:21

Il faut demander à M et Mme Fillon ce qu'ils en pensent.

4.Posté par mendiants le 10/02/2017 15:40

S'ils avaient cotisés, ils auraient une retraite correcte
Ils n'ont rien payés mais ils sont bien entrainés par minatchy pour pleurer

5.Posté par Il serait interessant de connaitre le montant du patrimoine moyen de nos agriculteurs péi. le 10/02/2017 15:42

Comme toujours le monde agricole est extrêmement protégé alors que cela concerne au final peu de personne et que la plupart des agriculteurs réunionnais ont un patrimoine énorme. ( terre, case, placement financier etc)
Alors oui les agriculteurs se retrouvent souvent avec des petites retraites mais largement compenser par la valeur de leur terre...

Pendant ce temps là il y a 180 000 chômeurs pour la plupart sans patrimoine et dont on ne parle quasiment jamais sauf pour dire qu'ils ne veulent pas travailler.

A quand une enquête insee sur le patrimoine moyen des agriculteurs péi????

Dans ce pays la richesse n'est pas liée au revenu mais au patrimoine. Arrêtons l'hypocrisie.


6.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 10/02/2017 16:08

*L'"extrême faiblesse" des retraites agricoles, c'est de tout temps; ici et ailleurs.

*Pourquoi, Huguette, avoir attendu des décennies avant de vous agiter ??

7.Posté par JORI le 10/02/2017 16:39

Juste pour ma culture perso, quelqu'un peut me dire depuis combien de temps existe le régime de retraite des agriculteurs et quelle est leur contribution à ce régime car ne dit on pas que l'on perçoit sa retraite en fonction de ce que l'on cotise??. D'ailleurs un autre problème va se poser avec nos RMIstes professionnels qui auront eu une carrière complète sous ce régime sans aucune cotisation à la retraite. Que va t on en faire quand ces derniers arriveront à la retraite??.

8.Posté par LASTIC le 10/02/2017 17:43

hola ! hola On voit bien que les élections arrivent ! ils y en a qui agitent les épouvantails et les loups commencent à aboyer et à sortir du bois (cf la une)

9.Posté par le con le 10/02/2017 18:32

pour pouvoir toucher 766 euros il faut declarer aux impots au moins 12000 euros par an

10.Posté par Denis le 10/02/2017 19:44 (depuis mobile)

Les élections arrivent Mme belli n arrêtent pas de faire semblant de mentir aux réunionnais elle a peur de perdre ces indemnités de député et ses voyages à paris. Ouvre les yeux créoles envoi labelli fait son jardin

11.Posté par renée le 10/02/2017 19:45

trop tard canard .arrete fé le defenseur des plus petits . higuette combien i gagne elle ? elle la démissionne de son poste d'élu a la mairie de saint paul pour pouvoir bénéficier des indémniter a la région . voila la vériter

12.Posté par klod le 10/02/2017 20:04

de la lucidité ...................

13.Posté par henri le 11/02/2017 00:35

a BALCON : c'est de qui alors le texte ?
C'est incroyable tous ces commentaires de fillonistes : on applaudit l'argent public donné à Pénélope et on dénigre une meilleure retraite proposée pour les agriculteurs !

14.Posté par mortier le 11/02/2017 08:09 (depuis mobile)

Avez vous déjà vu comment vit un agriculteur? Je ne parle pas ceux qui friment avec son 4x4 et oublient de payer ses factures (ça existe dans tous les corps de métier)mais le vrai qui se lève à 4h jusqu''au soir et mange des abats 1 fois/semaine

15.Posté par mortier le 11/02/2017 08:21 (depuis mobile)

Le repas d'' un agriculteur est fait le plus souvent de la manière suivante : riz grain, riz brède, riz morue. Toujours 1 seul carri.Le dimanche patte chocon riz ou bien la couène de porc. C''est ça la vie d''1 petit agriculteur plus pauvre qu''un RSA

16.Posté par Crikotte le 11/02/2017 08:27

à lire certains et toujours les mêmes ...aucun élu ne trouve grâce à vos yeux....et dire que chez nous c'est encore celle qui ne traine pas de casserole derrière elle, mais il est vrai qu'à la Réunion on préfère élire des élus véreux....regardez simplement dans nos communes.....!

17.Posté par Pierre Balcon le 11/02/2017 08:31

La loi n° 2014-40 du 20 janvier 2014 comprenait déjà plusieurs mesures importantes en faveur des petites retraites agricoles.
Ainsi à compter de 2017, les chefs d'exploitation ou d'entreprise agricole qui justifient d'une carrière complète en cette qualité dans le régime non-salarié agricole bénéficieront d'un montant total de pensions, de base et complémentaire, au moins égal à 75 % du salaire minimum de croissance (SMIC) net.
Ce seuil pourra être atteint par l 'attribution d'un complément différentiel de points de retraite complémentaire obligatoire (RCO) permettra d'atteindre progressivement, entre 2015 et 2017, ce montant minimum de retraite. Pour les pensions liquidées avant le 1er janvier 2015, le législateur a prévu que ce complément différentiel de points de RCO serait calculé au plus tôt au 1er octobre 2015. Pour les pensions liquidées à compter du 1er janvier 2015, ce complément différentiel sera calculé au plus tôt au 1er octobre de l'année civile au cours de laquelle la pension de retraite prend effet.

Pour les salariés agricoles l'objectif de porter, lors de la liquidation, le montant total de la pension de retraite de base et complémentaire à 85 % du SMIC net a été déjà été acquise aux termes de l'article 4 de la loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites. Cette disposition concerne les salariés ayant travaillé à temps complet, disposant de la durée d'assurance nécessaire pour bénéficier d'une pension à taux plein et ayant cotisé pendant cette durée sur la base du SMIC.

En revanche pour les non salariés on en était resté , et sous conditions , à 75 %.

Pour ces derniers c'est ce taux seuil de 75 % que les députés français ont rehaussé , sur une proposition de loi du Front de gauche et non pas d'Huguette Bello . Elle vise donc , sous conditions toujours de carrière complète , à revaloriser les retraites agricoles en les portant à 85% du smic net au 1er janvier 2018 au lieu donc des 75% prévus en 2017.

Mais l'avenir de cette proposition de loi est menacé par 2 éléments :
- elle n'est pas inscrite à l'ordre du jour des travaux du Sénat alors que le Parlement suspend ses travaux fin février pour cause de campagnes électorales (présidentielle puis législatives) ;
- son financement par une augmentation des taxes sur les transactions financières est apparu fantaisiste

Notons aussi que la retraite d'un non salarié agricole - chefs d'exploitation, conjoint collaborateur ou aide familiale -, selon un rapport de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, s'élève en moyenne à 766 euros par mois soit un niveau inférieur de 5% à l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) .
Ainsi lorsqu'ils remplissent les conditions d'âge, les retraités agricoles aux revenus les plus faibles peuvent solliciter le service de l'allocation de solidarité aux personnes âgées ( ex minimum vieillesse ) qui permet d'assurer un niveau minimum de ressources de 800 euros pour une personne seule et de 1 242 euros pour un couple.

18.Posté par Hoarau le 11/02/2017 08:45 (depuis mobile)

Bonjour je tien a rectifier certaines choses d abord pour les retraites un agriculteur en retraite touche selon la surface qu il a déclarer étant actif l équivalent de 20 hectares c moins de 500 par mois et il a pa de complément

19.Posté par momo le 11/02/2017 09:11

ILS NE PEUVENT PLUS PAYER LES TRAITES DU 4/4 flambant neuf

20.Posté par candide le 11/02/2017 09:49

Deux liens pour voir les choses autrement...

https://blog.seniorenforme.com/800e-par-mois-pour-un-retraite-etranger-nayant-jamais-travaille-et-cotise-en-france-info-ou-intox/
http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/le-vrai-du-faux/2015/09/16/29003-20150916ARTFIG00326-rsa-apl-cmu-ces-aides-dont-beneficient-les-migrants-en-france.php

21.Posté par Pierre Balcon le 11/02/2017 10:41

Et j'ajourerais qu'en fixant un seuil pour les seules retraites agricoles ( salariés ou non salariées ) on crée un inégalité réelle par rapport aux salariés et non salariés des autres secteurs .

Ainsi un ouvrier du BTP qui a fait toute sa carrière au SMIC, et donc sles 25 meilleures années de référence, touchera au maximum 75 % de son salaire antérieur .
Alors qu'en dites vous post 13 et 18.
On ouvre démagogiquement la "boîte de pandore" et au final qui paiera l'addition ? Devinez

Il est certain que ce texte , proposé à la va vite, va susciter des réserves juridiques de rupture d'égalité
A moins qu'on déclare que désormais le minimum vieillesse ( ASPA ) est fixé à 85% du SMIC !
La France a une dette de 2 300 milliards . On n'est plus à 100 millions près n'est ce pas et Fillon qui tire la sonnette d'alarme est un con n'est ce pas !!!

22.Posté par Fraternité le 11/02/2017 11:02

Revenu universel pour tous, en lieu et place des surrémunérations sélectives et injustes !

23.Posté par Tipierre le 11/02/2017 12:03

Je propose que les parlementaires, à commencer par cette dame, qui perçoivent 1600 euros de retraite à chaque mandature effectuée, versent ce privilège aux plus plus déshérités!

24.Posté par Question bête le 11/02/2017 13:51 (depuis mobile)

Mais qui pilote sa comm'??? RSA inférieur à la retraite et auseuil de pauvreté...Allé rien un feuill' donc..

Au fait..C'est quoi la retraite prévue de madame belle..Peut elle communiquer??

25.Posté par koumik le 11/02/2017 18:08

el i fé tombé la pli pendan siclone, el i fé soffer soleil su vo tèt la zourné ?? a koi i ser zot madam la ??.. elle bénéficie d'une retraite de fonctionnaire indexée à 45% depuis ses 55 ans, ajoutez celle de député dans quelques mois, et elle vous fait croire que celle des agriculteurs, ses principaux électeurs muets, sourds et aveugles tels les 3 singes chinois est la plus faible alors qu'ils ont pour la plupart volontairement refusés (oups oubliés) de cotiser. Voyez l'âge de leurs 4x4 et les voyages à Maurice, Thailande, Inde etc.. qu'ils se payent à longueur d'année avec leurs si petites retraites... De la mokerie tout sa !!

26.Posté par BRAVO le 12/02/2017 21:39

Mon grand père (comme bien d'autre) à trimer toute sa vie dans les champs pour toucher moins de 150 €/par mois à la retraite ; je ne sais pas s'il avait fait toutes les déclarations comme il le fallait mais c'est quand même rude ! alors un beau coup de pouce pour améliorer un peu la qualité de vie de nos agriculteurs en retraite, applaudissons et si certain n'en avait pas besoin tant pis car la grande majorité elle oui, aucune avancée sociale n'aurait vu le jour si on s'était arrêté parce que cela aller profiter aussi à une toute petite minorité qui n'en avait pas besoin ; et si du coup, on aligne aussi le BTP, eh bien tant mieux !!

27.Posté par youssef bouterfas le 16/02/2017 13:21

il faut separer la retraite de la pension
la pension c'est une charge obligatoir sur tout le monde
soit on revient a l'ancien systeme que les parents sont a la charge de leurs enfants et que ce droit et sous contrainte d'execussion, c'est uin devoir moral et physique les parents ont entretenue l'enfant pendant 20 ans
il doit rembourser ses dettes de 60 a 80 donc on tombe juste juste 20 pour 20
dans ce système les enfants refusent de payers des impôts et refusent de faire des cotisations pour entretenir d'autres personnes soit honnête soit vicieux car la comptabilité des assurances n'est pas affiché et ion ne sait pas comment l’argent des cotisants est géré?? normalement chaque année doit se tenir une assemblé plénière des cotisant pour voter le budget de l'année..le principe fondamental de l'argent et des biens '' si tu donnes un bien quelconques a tierces personne tu es es responsable dans sa gestion'' a titre d'information par exemple dans le droit musulman basé sur le coran les parents sont sur la charge de leurs enfant homme comme femme..les parents ont droit de déposer plainte contre leurs enfants..
bon maintenant les français et dans leurs droit ont préféré introduire la notion de la cotisation globale mais a condition que ce cadre soit rigoureusement être contrôlé et equilibré, parceque ya des cas de trafique de mauvaise intention qui se base toujours sur des failles ..

les gens ont appris l'habitude de calculer sur la somme alloué mais oublient que certaine charge peuvent etre prie en charge par la collectivité.malgré que le citoyen n'a aque 500 euro la collectivité lui paye
les charges transport médicament voyage électricité gaz cinéma etc..avec une carte gratuite mieux il faut évité toiut gratuit mais disant tarif réduit. des fois les moyens de transport sont vide donc une place dans un avion ne coute rien ne pas l’offrir en tarif très réduits pour les retraités c'est évité le gaspillage..donc un transporteur qui maintient un siège vide au départ ce transporteur est entrain de gaspiller les ressources naturelles..
si les socialistes sont encore en position de force ils peuvent l'introduire dans leurs plan politique ''accorder a tout les personnes au delas de 50 ans la carte des privilèges''..parceque des fois le gouvernement manque de liquidité c'est a dire le siege d'un avion est vide mais l'etat n'a pas pour le moment d'argent pour offrir une augmentation de salaire'' elle veut bien transporté les retraités ou les enfants a bas ages mais elle n'a pas d'argent...
voila sinon organisation le gouvernement peut créer un site ''bourse pour le 3 ieme ages''
dans lequel ''tout organisme benevoles bienfaiteurs ou société place des offres a tarif réduit''
jamais plus jamais du gratuit
chaque chose doit être pesé et évalué

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter