MENU ZINFOS
Communiqué

"7 candidats UPR pour La Réunion" dans les 7 circonscriptions


Par Zinfos974 - Publié le Vendredi 9 Juin 2017 à 17:07 | Lu 1331 fois

Nous, les 574 candidats et candidates représentant l’Union Populaire Républicaine ‐ UPR ‐ aux élections législatives, sommes tous des adhérents soutenus par François Asselineau, fondateur ‐ président de l’UPR.

Toutes et tous les candidats UPR présentent un casier judiciaire vierge, de l’éthique, du courage et la ténacité indispensables pour porter au grand jour la nécessité d’ouvrir le débat sur des questions fondamentales, celle de notre appartenance à :

    •    l’Union européenne,
    •    la zone euro,
    •    l’OTAN

Nous 7, candidats et candidates ici à La Réunion, venons de tous les horizons politiques et sommes d’origines et de religions diverses.

Le programme législatif de l’UPR concerne tous les citoyennes et citoyens Français et donc aussi toutes les Réunionnaises et tous les Réunionnais. C’est sur les lois nationales que vos 7 députés réunionnais défendront les intérêts locaux à l’Assemblée nationale.

NOS MESURES POUR LA DEMOCRATIE

Nous militons pour la mise en place des mesures démocratiques suivantes :
    •    Obligation pour tous les élu(e)s de présenter un casier judiciaire vierge,
    •    Non cumul des mandats et renouvellement limité à deux mandats consécutifs au maximum,
    •    Reconnaissance de plein droit du vote blanc révocatoire,
    •    Instauration du référendum d’initiative populaire,
    •    Protection des libertés publiques,
    •    Protection des lanceurs d’alerte.

NOS MESURES POUR L’EMPLOI ET LE POUVOIR D’ACHAT

A l’échelle nationale, l’UPR propose des mesures contre les délocalisations et pour la régulation des mouvements de capitaux et de marchandises ; exige l’adoption d’une loi favorable aux TPE et PME dans l’obtention des marchés publics ; défend un SMIC net à 1350 € contre 1153 € actuellement, hausse compensée par une baisse des cotisations patronales pour les artisans, les commerçants, les TPE et les PME ; défend un minimum vieillesse de 950 € par mois.

Et plus particulièrement dans l’intérêt des Réunionnais, nous proposons la refonte complète de l’octroi de mer.

Il s’agit de taxer uniquement les produits importés qui font concurrence aux produits locaux, déjà fabriqués à La Réunion.

Les industriels qui veulent conquérir le marché réunionnais doivent fabriquer sur place et employer de la main d’oeuvre locale. L’octroi de mer doit être facilement modulable et révisable rapidement pour accompagner les créations de nouvelles activités sur l’île. La refonte de l’octroi de mer, c’est aussi la fin des taxes sur les marchandises produites localement et celles qui ne sont pas ou qu’on ne peut pas fabriquer à La Réunion, par exemple les voitures (taxe de 13 à 36,5% selon les cylindrés), l’électroménager (taxe de 13%), éléments de construction comme les portes et les fenêtres (taxe de 18%)…
Cette mesure est fondamentale pour redynamiser l’emploi et le pouvoir d’achat à La Réunion. La taxe revalorisée sur les importations entrant en concurrence avec les produits locaux continuera à alimenter le budget des communes.

Toujours dans l’intérêt des Réunionnais, nous proposons la création d’un compte individuel de continuité territoriale.

Ce compte individuel permet le cumul des aides de l’Etat sur une durée de 3 ans, permettant ainsi de financer le coût d’un billet d’avion sur plusieurs années.

La continuité territoriale ne s’arrêtant pas à la question des transports, nous devons obtenir l’égalité de traitement entre l’Hexagone et La Réunion :

    •    Pour payer ici au même prix nos abonnements téléphoniques et internet,
    •    Pour avoir une couverture équivalente (en généralisant la fibre),
    •    Et pour payer le même prix quand il s’agit d’envoyer du courrier et des colis.

NOTRE POSITIONNEMENT CONCERNANT LA FILIÈRE CANNE

L’État français a obtenu des dérogations auprès de l’Union européenne afin de permettre aux acteurs de la canne de se reconvertir vers d’autres filières. Force est de constater qu’aucune réforme majeure n’a été mise en place. Et pourtant, il y a urgence !

Après le 1er octobre 2017, sous le dictat de la Commission européenne, l’État français n’aura plus l’autorisation de protéger la filière et c’est la libre concurrence à tout va qui va laminer la filière. Il faut noter que cette libre concurrence est rendue obligatoire par les traités européens.

Le secteur de la canne n’y résistera pas.

Depuis 2014, l’UPR 974 alerte sur le cataclysme économique et social à venir ! Nous, députés UPR, combattons pour la protection des 18.000 familles concernées par la disparition brutale des métiers de la canne à sucre (environ 100.000 personnes impactées ‐ 12% de la population). Nous exigeons une nouvelle dérogation et des budgets distribués sans délai pour des reconversions encadrées vers une agriculture familiale, favorisant la permaculture et l’agriculture biologique.

NOS MESURES POUR LA SANTE

Notre programme est de défendre le concept de « santé pour tous » avec un refus catégorique du déremboursement des médicaments. Nous refusons la remise en cause de la sécurité sociale pour tous et celle de nos retraites par répartition. Nous dénonçons et nous nous battons contre les aberrations rendues obligatoires par la Commission européenne sous peine d’amendes infligées par la Cour de justice européenne du fait de notre appartenance à l’Union européenne, comme :

    •    L’introduction d’huile de vidange dans les produits alimentaires depuis 2008 !

    •    La réintroduction des farines animales depuis 2013, malgré la « crise de la vache folle » en 1995.

    •    L’interdiction à l’Etat français d’interdire les pesticides « tueurs d’abeilles », la viande clonée dans les plats préparés, les OGM, le glyphosate, le bisphénol…

Plus particulièrement à La Réunion, nous nous opposons à la construction des deux incinérateurs, imposés par la Région sans aucun débat populaire. Le GESDI ‐ Groupements des Experts Scientifiques sur les Dangers de l'Incinération – déclare que : "Les incinérateurs, ce sont 2000 polluants qui empoisonnent l'atmosphère et l'eau, pour brûler notre santé en même temps que nos déchets". Des études scientifiques montrent une augmentation de 20% du taux de cancer pour les habitants près des 2 incinérateurs. Le GESDI a demandé un moratoire sur la construction de nouveaux incinérateurs le 5 octobre 2007 et l’Union européenne a interdit la construction de nouveaux incinérateurs à partir de 2020 mais permet cependant la construction d’UVE – Unités de Valorisation Energétique – qui ne sont rien d’autre que des incinérateurs couplés à des unités de production d’énergie.

Ce sont donc 2 UVE que la Région nous impose à Pierrefonds et à Sainte‐Suzanne, au mépris de la santé de la population. Deux monstres qu’il faudra nourrir en produisant toujours plus de déchets pour faire de l’électricité, quitte à en importer comme la Suède le fait depuis 2012. Un véritable non‐sens !

D’une manière générale et en amont de tout projet impactant durablement la société, l’UPR demande :

    •    Une information populaire venant d’experts de tous bords,
    •    Un large débat public et contradictoire,
    •    Un référendum local.

Mais lorsqu’il s’agit de la santé des citoyennes et citoyens, l’UPR se prononce toujours contre les projets nuisibles à la santé.

QUELQUES MESURES FONDAMENTALES POUR LES FRANÇAIS

L’Union Populaire Républicaine – UPR ‐ exige :

    •    La transparence totale sur le coût complet de notre appartenance à l’Union européenne, à la zone euro et à l’OTAN,
    •    Le rétablissement de la sécurité et de l’autorité de l’Etat sur tout le territoire,
    •    Le vote obligatoire des parlementaires avant toute intervention de nos soldats à l’étranger, pour que la France ne s’engage plus dans des guerres illégales,
    •    La relance des services publics à la française avec la renationalisation ou l’interdiction de privatiser EDF, GDF, La Poste, la SNCF, France Télécom (Orange), TF1, des autoroutes et des sociétés d’adduction d’eau.
Les 574 candidats de l’UPR représentent une véritable force d’opposition !
    •    15 députés UPR peuvent créer une commission d’enquête.
    •    58 députés UPR peuvent déposer une motion de censure.
    •    185 députés UPR, appuyés par 10% des inscrits sur les listes électorales, peuvent lancer un référendum.
    •    289 députés UPR gouvernent le pays.
 
VOTEZ VRAIMENT NOUVEAU ET UTILE ! VOTEZ UPR !

Dominique FRUT – 1ère circonscription
Britt BOUTBOUL – 2° circonscription
Philippe HOAREAU – 3° circonscription
Sophie SENAC – 4° circonscription
Fabien DIJOUX – 5° circonscription
Aurélie FRUT – 6° circonscription
Laurent JOURDANNE 7° circonscription




1.Posté par KLOD le 09/06/2017 21:10

heu .................... vive l'Europe ( plus sociale , certes , mais vive quand meme!!!) 7,7,7 ........

2.Posté par Hugo le 10/06/2017 00:35

1.Posté par KLOD le 09/06/2017 21:10

heu .................... vive l'Europe ( plus sociale , certes , mais vive quand meme!!!) 7,7,7 ........

Mais ferme-la physiquement et à tout jamais ;-)/__

3.Posté par Et la sortie de l'UE et du TFUE? le 10/06/2017 11:11

J'ai mal lu et compris ou bien j'ai bien lu et compris: l'UPR ne parle pas ici de sa mesure "phare": la sortie de l'UE et du TFUE?

C'est leur point clef n° 1.

Ni des raisons qui justifient cette mesure phare?

Ca fait moyennement crédible, tout ça, de ce fait! Hélas.

Une propagande locale "pondue" par les "candidats" et candidates locaux?

Je rappelle quand même que le travail des députés est de proposer (enfin, en théorie), discuter et voter des lois NATIONALES....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes