MENU ZINFOS
Culture

5ème édition du concours de la correspondance - semaine 9


Par G. Aho - Publié le Dimanche 30 Janvier 2022 à 22:55

5ème édition du concours de la correspondance - semaine 9
  •  9 juin 1841 : Charles Baudelaire monte sur le paquebot « les mers du Sud » à Bordeaux.
  • 1er septembre 1841 : Charles Baudelaire arrive à l’ile Maurice. Son bateau fait une escale technique.
  • 19 septembre 1841 : Le paquebot arrive à Bourbon – Charles Baudelaire refuse de poursuivre son voyage. Il reste sur l’île
  • 4 novembre 1841 : Il monte sur le paquebot « l’Alcide ».
  • 8 décembre 1841 : Après quatre jours au Cap (Afrique du Sud) son bateau reprend la mer en direction de Bordeaux.
  • Février 1842 : il est retour chez sa mère et son beau-père à Paris.
Que reste-t-il de Charles Baudelaire, de son périple dans l’océan Indien ? Un centre culturel français à l’ile Maurice et quelques rues à La Réunion.

Si sa destination finale est Calcutta, le jeune poète a séjourné pendant une vingtaine de jours sur les terres mauriciennes. C’est là qu’il fait la connaissance de la famille Autard de Bragard chez laquelle il devait être invité. Il va écrire à la demande d’Adolphe, le chef de famille, quelques vers dédiés à son épouse Emmelina. « A une dame créole » sera inséré quelques années plus tard dans son livre majeur : « les fleurs du mal ».

Depuis, l’ile Maurice a dédié son centre culturel français à Charles Baudelaire. D’une superficie de 2000 m2, l’espace est situé à Beau-Bassin. Un espace composé d’une médiathèque, d’un cinéma, d’un centre de formation, d’une galerie d’expositions. Un centre financé par les ministères Affaires étrangères et Culturel.

A La Réunion, là où il a séjourné plus d’un mois et demi, Charles Baudelaire dédiera un poème « à une malbaraise » probablement à la belle Dorothée, une jeune prostituée à « la peau ténébreuse », « au blanc sourire » et à « la jambe luisante et superbe ».

A La Réunion, trois rues portent son nom : à Saint Joseph, au Port et au Tampon.

Charles Baudelaire, poète sensible à l’âme féminine, est le destinataire de la cinquième édition de notre concours de la correspondance.

À l’automne de sa vie Charles Baudelaire nous interpelle :

De ce lointain séjour à Bourbon, je garde le souvenir de Dorothée, la belle affranchie « obligée d’entasser piastre sur piastre pour racheter sa petite sœur » ? Et la dame créole aux charmes ignorés ? Et la Malbaraise « grands yeux de velours ». Que sont-elles devenues ? Comment vivent les femmes aujourd’hui là-bas « au pays parfumé que le soleil caresse ? »

Nous vous invitons à vous rendre sur notre site afin de découvrir les conditions de participation à ce concours.

Bonne semaine à tous et à bientôt.




1.Posté par Royal Bourbon le 31/01/2022 01:38

Derrière les oeuvres littéraires de Baudelaire, certains ont été écrits sous l'emprise de drogues : Les Paradis artificiels et les Fleurs du Mal.. Baudelaire était très tourmenté et souffrait du trouble Bipolaire (appelé jadis psychose maniaco dépressive) et pour apaiser son mal être, consommait de l'alcool, de l'opium et du haschich lesquels ont nul doute contribué à l'écriture de ces œuvres !

2.Posté par spleen le 31/01/2022 01:16

“poete sensible a l’ame feminine”..qui pond des commentaires aussi ridicules ?

3.Posté par André POUCHET le 01/02/2022 00:17

On voit que M. Royal Bourbon ne connait rien de ce dont il parle, qu'il n'a lu ni Les Paradis artificiels, ni Les Fleurs du Mal.

Aucun de ces deux livres en effet n'a été écrit sous l'emprise de drogues. Peut-on d'ailleurs écrire dans l'état second procuré par un quelconque stupéfiant ? Ecrire sous cocaïne peut-être (d'après ce que j'ai entendu dire), mais Baudelaire n'y a jamais touché. Il n'évoque que le hashish, l'opium et le vin. Il en parle en effet dans Les Paradis artificiels mais ce livre il l'écrit en pleine conscience et non sous effet. L'écriture de Baudelaire est l'une des plus maitrisée et rigoureuse qui soit. Elle est l'objet de sa part d'une attention méticuleuse incompatible avec une ivresse d'aucune sorte.

Alors vous n'avez pas le droit de vous servir de ses écrits pour promouvoir l'usage des stupéfiants que lui-même d'ailleurs condamne de façon explicite..

4.Posté par Royal Bourbon le 01/02/2022 19:43

M. POUCHET si vous n'êtes pas prof de français ou de litterature je ne vous permets pas de me contredire.. en 1984 quand j'ai passé mon bac de français nous avions 25 textes d'auteur et leur biographie à connaître à l'oral (bac D appelé S à présent), Baudelaire en faisait partie !
Voici le récit d'un spécialiste de Baudelaire : Du cannabis au petit-déjeuner :
Charles Baudelaire meurt à 46 ans, "défoncé par la drogue", selon les termes de Jean Teulé. ... Mais l'auteur des Fleurs du Mal ne s'est pas arrêté aux drogues douces. "Il prenait de l'opium et, à la fin de sa vie, il sniffait aussi de l'éther", ajoute l'écrivain.29 oct. 2020

Un misogyne amoureux des laides
Charles Baudelaire nourrissait une obsession pour les femmes. "Il idolâtrait sa mère, à un point tel que les gens trouvaient ça bizarre", raconte Jean Teulé. "Baudelaire a raconté que quand sa mère devait sortir pour aller faire des courses, il était tellement en manque d'elle qu'il allait dans la lingerie ouvrir le panier en osier pour plonger sa tête dans le panier de linge sale pour respirer les odeurs de ses culottes."

Une relation quasi-incestueuse à la première femme de sa vie qui va marquer le goût du poète pour les relations scandaleuses. "Il a commencé sa vie sexuelle avec une petite pute juive qui louchait, et qu'on appelait Sarah la Louchette", explique Jean Teulé. "Elle va lui refiler la blennorragie." La première MST d'une longue liste...

Le poète se distinguera toute sa vie par les femmes qu'il fréquente. "Il n'aimait pas les femmes belles et il les préférait laides ou bizarres", dévoile Jean Teulé. Au point que les seules femmes qu'il semble respecter sont les femmes très âgées, à la gloire desquelles il écrit le poème Les petites vieilles.

Du cannabis au petit-déjeuner
Charles Baudelaire meurt à 46 ans, "défoncé par la drogue", selon les termes de Jean Teulé. "Sur des photos de lui à 44 ans, on a l'impression qu'il en a plus de 80", observe le biographe. Il faut dire que le poète maudit avait un régime bien à lui. "Le matin, à jeûn, il prenait l'équivalent d'une barrette de shit dans son thé du matin", évalue l'auteur.

Mais l'auteur des Fleurs du Mal ne s'est pas arrêté aux drogues douces. "Il prenait de l'opium et, à la fin de sa vie, il sniffait aussi de l'éther", ajoute l'écrivain.

Baudelaire, "un punk à mouton"
Jean Teulé estime également que Charles Baudelaire était "le premier punk sur Terre". Car au-delà de la drogue et des comportements scandaleux, Charles Baudelaire avait également une allure qui n'avait rien à envier aux plus exubérantes stars du rock.

"Il se teignait les cheveux en vert, il se baladait avec un boa en plumes d'autruche autour du cou", raconte l'écrivain. "Il tenait en laisse un mouton dont il avait fait teindre la laine en rose. Ce n'était pas un punk à chien, c'est un punk à moutons. Il était 'No future'", ajoute Jean Teulé, en référence au mot d'ordre du mouvement punk. Une devise qui ne s'est pas appliquée à son œuvre, qui lui a largement survécu.

5.Posté par André POUCHET le 01/02/2022 21:46

Eh oui, je me permets de vous contredire ! Si vous voulez des renseignements sérieux allez les chercher chez un auteur plus autorisé que ce Teulé, lequel est un pornographe qui ne sait que se vautrer dans l'immondice et se délecter de tout ce qu'il peut trouver (ou inventer) de plus repoussant chez les personnages auxquels il s'attaque.

Ce qui est vrai, c'est qu'à la toute dernière fin de sa vie, Baudelaire s'était mis à consommer de l'éther. C'est à une époque où sa syphilis était parvenue à son stade ultime, celui de l'atteinte neurologique que l'on appelle le tabès. Il était devenu une véritable épave incapable de faire autre chose que de répéter sans fin "crénom". Bien sûr il n'écrivait alors plus rien !

Quand à l'épisode des cheveux verts et du mouton, c'est une excentricité de jeunesse à laquelle il ne s'est livré qu'une seule fois. Cela relève du carnaval et n'a rien à voir avec un comportement dont il aurait été coutumier. Il est donc idiot de le caricaturer en punk, lui qui se voulait au contraire un dandy.

Concernant les femmes Teulé ne raconte là encore que des conneries. B. était très attaché à sa mère (est-il le seul ?) et il était jaloux de l'homme auquel celle-ci s'était remarié, le général Aupick. S'il mentionne, dans un poème des Fleurs du mal, Sarah la louchette, il est faux de dire qu'il recherchait des femmes laides. Relisez (ou lisez) son recueil vous verrez que c'est la beauté des femmes qu'il chante, celle de Jeanne Duval, celle de Mme Sabatier, d'autres encore.

Quant à en faire un gérontophile, c'est une ineptie sans nom. Au lieu de répéter bêtement ce qu'écrit ce crétin de Teulé, lisez le poème "Les petites vieilles", vous verrez que c'est un poème qui n'a rien de malsain comme vous le laissez entendre. Il n'y a là, à l'égard de ces femmes, que de la tendresse, de la pitié et du respect.

Baudelaire est un très grand poète.. C'est aussi un homme qui a souffert. Il est interdit aux gougnafiers de venir poser leurs sales pattes sur lui. Enfin, si vous pensez qu'en avalant de l'éther vous allez devenir génial et capable de pondre des œuvres immortelles, libre à vous ! A votre place cependant, je m'abstiendrais...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes