MENU ZINFOS
Société

4 associations interpellent Didier Robert sur la problématique des transports


Dans un courrier adressé au président de Région, les associations ATTAC, Alternatiba, Green Peace et le mouvement Extinction Rebellion dénoncent la politique du "tout automobile" sur l’île depuis plusieurs décennies. Ils veulent que le développement des transports à La Réunion soit en phase avec les urgences climatiques.

Par NP - Publié le Dimanche 23 Août 2020 à 08:18 | Lu 4328 fois

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Le courrier :



Courrier à l'attention de monsieur Didier Robert, Président de la Région Réunion, de la part des associations ATTAC, Alternatiba, Green Peace et du mouvement Extinction Rebellion sur la Réunion.

Objet : Problématique des transports sur La Réunion

Les associations ATTAC, Alternatiba, Green Peace et le mouvement Extinction Rebellion sur la Réunion alertent la région Réunion sur le fait que la politique mise en œuvre en matière de développement des transports sur La Réunion n’est pas en phase avec les urgences écologiques et climatiques régulièrement rappelées par la communauté scientifique et notamment le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

En effet, d’après le syndicat mixte des transports de la Réunion (SMTR), 66% des déplacements s’effectuent en voiture dont près de deux tiers en tant que conducteur. L’augmentation systématique du trafic (hausse 1,5%/an) démontre bien qu’une politique du tout-automobile est menée depuis des décennies sur l’île avec les conséquences que cela engendre :

- Une augmentation accrue de la pollution atmosphérique. La pollution engendrée par nos déplacements est importante. 65% du parc automobile réunionnais fonctionne au diesel. D’après le Diagnostic Energie Emissions des Mobilités (DEEM), les émissions de gaz carbonique liées au transport à la Réunion (hors aviation) ont doublées depuis 1990 et représentent maintenant 34% des émissions totales de CO2 sur le sol réunionnais. Le transport routier est le secteur principal d’émission d’oxyde d’azote avec près de 44% des émissions de toute l’île.

- Des aménagements durs et nuisibles à l’environnement. L’artificialisation du sol due au réseau routier est conséquent. On estime à environ 6500 ha d’emprise juste pour le réseau routier en 2017. La tendance est à la hausse avec une augmentation annuelle d’environ 1,3%/an. Ceci a un impact indéniable et irrévocable sur la qualité de notre sol, sur la gestion des eaux pluviales, sur la faune, la flore, etc. Notre territoire est contraint, préservons-le !

- Des modes de transports doux peu présents. Quid de l’état des pistes cyclables à la Réunion ? La voie vélo régionale peine à être réalisée. En tant que cycliste, nous savons que l’état des pistes ne nous permet pas de nous déplacer facilement à la Réunion. Les centres urbains ne sont pas ou peu adaptés à la pratique du vélo, ce qui induit une congestion marquée en période de pointe. Conforter, développer, sécuriser les pistes cyclables est une des solutions ; mais rien de concret n’arrive. De plus, le réseau car jaune nous permettait à l’époque de mettre notre vélo dans le bus, nous permettant ainsi de réaliser efficacement la distance entre l’arrêt de bus et notre destination. Avec la nouvelle flotte, ceci n’est plus possible... par contre, les nouveaux bus sont équipés de ports USB pour chaque siège. Est-ce une avancée pour la Réunion ? Non ! De plus, la communication de la Région Réunion vante le mérite du développement du covoiturage. Vous avez mis en place 10 aires de stationnements qui représentent 305 places de stationnements dédiés au covoiturage. Est-ce à l’échelle ? En Vendée, on compte 33,6 places de stationnements dédiés au covoiturage pour 10.000 habitants ; en Charente, 16,6 ; dans le Morbihan, 23,8… et à la Réunion 3,5.

- Une pollution sonore nuisible à des pratiques résilientes. Le fait d’avoir un territoire où la voiture est très présente induit une pollution sonore importante. Ceci a des conséquences directes et indirectes sur la population et son comportement. En effet, le fait d’avoir un environnement bruyant au droit de bâtiments engendre une augmentation de l’usage de la climatisation, poste le plus énergivore dans le bâtiment à la Réunion.

D'autres conséquences existent : accidents routiers, accélération de l'effet d'ilot de chaleur dans les centres urbains, augmentation de la consommation énergétique, augmentation de la pollution lumineuse due à l'éclairage public des voies, production de déchets peu ou pas traités localement… La liste est longue.

Au regard de ce constat, nous vous interpellons donc sur votre politique néfaste en matière de transport à la Réunion. Quand allons-nous bénéficier d’une réelle politique résiliente et globale de déplacements sur notre île?

Une politique de transport ambitieuse pour les Réunionnais.es c'est :
 Diminuer la pollution pour favoriser une meilleure santé pour tous
 Redynamiser les cœurs de villes et les commerces de proximité
 Réduire les dépenses des foyers liées à l'utilisation de la voiture
 Le plaisir de se déplacer sans impacter notre environnement
 Réduire le nombre d'accidents de la route
 Réduire la dépendance énergétique de la Réunion
 Participer à une ambition mondiale qui réinvente nos modes de transports

Malgré des initiatives positives, notamment le forfait mobilité durable, ces ambitions ne vont pas assez loin pour permettre la transition écologique dont la Réunion a urgemment besoin.

Nous demandons donc :

1- L'extension et l'amélioration rapide des pistes cyclables sécurisées, notamment entre les villes et les quartiers les plus éloignés
2- L'aide financière à l'acquisition ou à la location de vélos pour tous (électriques ou non)
3- L'application des lois existantes permettant la sécurité des cyclistes et des piétons
4- La mise en place de parking vélos sécurisés pour les usagers
5- La possibilité de mettre son vélo dans le bus (soute ou remorque)
6- La mise en place de transports en communs gratuits pour tous
7- Un service de mutualisation d'un parc automobile (véhicules de loisirs et utilitaires)
8- Une mutualisation des aires de stationnements et le développement des aires de stationnements liés au covoiturage
9- La mise en place de voies prioritaires aux véhicules transportant deux personnes et plus (dans les zones et les heures les plus embouteillées)
10- La mise en place de parking en périphérie des villes pour limiter la place de la voiture dans les centres urbains.
11- La taxation des véhicules diesel ou sur les carburants diesels.
12- L’augmentation du prix du véhicule tout en aidant les plus démunis par la location partielle et l’autopartage

Toutes les solutions existent, sont éprouvées et correspondent réellement à votre communication. Mais elles ne sont pas mises en place. Vous êtes capables de financier plusieurs milliards d’euros pour 12km de route pour la voiture, mais pas quelques millions pour financer les mesures citées au-dessus. Serez-vous fier de votre bilan de mandature sur ce sujet, l’année prochaine ? De notre côté, nous ne manquerons pas de vous rappeler vos engagements.

Soyons ambitieux ! L’enjeu est trop important. Nous n’avons plus le temps d’attendre.

En ce sens, nous interpellerons la population le 12 septembre en lançant la première vélorution de l’île pour pointer du doigt votre politique ; Et montrer que des scénarios plus résiliant existent sur ce sujet. Le rassemblement se fera à 14h au petit stade de l’Est à Saint-Denis pour affirmer que le vélo et les modes de transports alternatifs sont possibles à la Réunion.

« Il va falloir réapprendre à bouger pour vivre, et non pas vivre pour bouger », Molière

Nous serons nombreux, motivés et déterminés pour reprendre en main ce sujet.

Extinction Rebellion, Attac, Alternatiba et Green Peace

Complément au courrier:

Nous n’allons pas vous faire l’affront de vous demander si vous êtes au courant des différents scénarii de la révision du Schéma d’Aménagement Régional :

Les scénarii « tendanciel » et « catastrophe »

L’horizon temporel de 2030 peut sembler bien lointain et mérite une explication. Cette date est souvent reprise à La Réunion car elle correspond tout à la fois au cap du million d’habitants prévu selon les projections démographiques de l’INSEE et à la sortie de la transition démographique. Par ailleurs, elle correspond également à l’horizon temporel utilisé dans les démarches de prospective territoriale lancées depuis quelques mois par la Région Réunion à l’occasion de la révision du Schéma d’Aménagement Régional. Les scénarii discutés maintenant visent donc cet horizon lointain mais l’automate cellulaire déroule les simulations au pas temporel d’une année.

La première comparaison riche d’enseignements est celle du scénario « tendanciel » et du scénario « catastrophe » (cartes 6, 7 et 8). Dans le premier scénario, nous déroulons la simulation en poursuivant la tendance à l’étalement urbain constatée entre 1989 et 2002 jusqu’en 2030 et nous stabilisons la surface agricole à son niveau de 2002, condition nécessaire à la survie de la filière canne à sucre à La Réunion. La carte qui en résulte montre comme attendu un étalement urbain généralisé au départ des agglomérations de 2002. L’agriculture quant à elle se réfugie massivement dans les hauteurs de l’île en réduisant la forêt présente en 2002. Secondairement, elle consomme les interstices de végétation mixte et de savane encore présents en 2002 plus près du littoral.

Ce scénario pourtant tendanciel est à bien des égards « déjà catastrophique » pour au moins deux raisons majeures. En ce qui concerne la prolongation de la tendance à l’étalement urbain, elle conduit à une augmentation de la tache urbaine de 130% par rapport à ce qu’elle représente en 2002, alors même que l’urbain est déjà très peu dense à La Réunion (10 logements/ha) et connaît d’importants problèmes de fonctionnement (engorgement du réseau routier du fait de la multiplication des déplacements individuels et de l’absence d’un vrai réseau de transport en commun, problèmes d’environnement liés au développement d’un assainissement individuel peu maîtrisé…). En ce qui concerne la surface agricole, son maintien en terme de surface s’accompagne d’une migration vers les Hauts de l’île, autrement dit vers des zones actuellement en prairie et dont l’altitude ne permet pas la culture de la canne à sucre. Dit autrement, d’un point de vue spatial, ce scénario ne permet pas le maintien de la filière « canne à sucre » sur l’île. Accessoirement, ce maintien de la surface agricole se fait au détriment des dernières étendues en savane désormais protégées règlementairement au titre des paysages remarquables de l’île (carte 7).

Dans le scénario « catastrophe », l’étalement urbain se poursuit comme précédemment mais nous n’imposons pas la stabilisation des surfaces agricoles. D’un point de vue méthodologique, nous modifions seulement le statut des surfaces agricoles qui passent du  statut « fonctionnel » au statut « vacant ». Aucun objectif de surface agricole à atteindre en 2030 n’est donc précisé et les potentiels de transition des cellules décident donc intégralement des dynamiques dans un système totalement ouvert à la concurrence d’un point de vue spatial. Dans un tel cadre de simulation, la carte 8 nous révèle que l’étalement urbain s’effectue massivement sur la zone agricole qui perd plus d’un tiers de ses surfaces de 2002. L’ensemble de la surface agricole passe alors de 43 000 à 27 000 ha alors que la sole cannière indispensable pour la survie de la filière « canne à sucre » à La Réunion est estimée aujourd’hui à 30 000 ha. Comme pour le scénario tendanciel, cette filière est alorscondamnée. L’analyse détaillée des autres modes d’occupation du sol dans ce scénario (carte 8) permet de constater que si catastrophe il y a, elle ne concerne en quelque sorte que la surface agricole. En effet, l’étalement urbain ayant trouvé à s’étendre sur ce type d’espace, il délaisse les zones de savane, de végétation mixte et de forêt qui se retrouvent largement préservées en 2030 (zones cartographiées en vert en 2030).

La comparaison des deux scénarii permet donc de tirer plusieurs enseignements importants. En premier lieu, il permet d’affirmer que dans les deux cas, un étalement urbain qui se poursuivrait jusqu’en 2030 sur le rythme qui fut le sien entre 1989 et 2002 condamnerait la filière « canne à sucre » sur l’île, soit par manque de surface (scénario « catastrophe »), soit en raison de l’inadaptation des surfaces attribuées par le modèle à la mise en culture en canne (scénario tendanciel). En second lieu, cette comparaison permet d’identifier précisément les surfaces qui constituent des enjeux forts du fait de leur localisation et de leur potentiel. En terme d’accessibilité et d’aptitude, les meilleures terres pouvant potentiellement basculer dans l’urbain se situent à proximité des zones urbaines actuelles, sur les meilleures terres agricoles de l’île, ce qui nous ramène au débat toujours sensible à La Réunion du déclassement des terres agricoles… En dernier lieu, l’analyse comparée de ces deux scénarii nous conduit logiquement à explorer d’autres pistes qui ont pour dénominateur commun la maîtrise de l’étalement urbain.





1.Posté par GIRONDIN le 23/08/2020 08:31

Au sujet des dépassements, le plus gros problème concerne st andré/st denis. A la question du pourquoi Le train-train KeLtTrAiN de la région, sindni sindni, Mme Couapel aurait affirmé Sur réunion 1ère radio, avoir répondu à une demande politique.

Donc pour les problèmes de circulation........ Vers.....

2.Posté par dalon974 le 23/08/2020 06:37

Quand je pense que Mme Couapel-Soré en charge des transports à la Région se permet d'intervenir régulièrement à la radio et TV et prétend que les transports sont optimisées sur la Réunion ! Je l'ai souvent interpellé sur RTL à propos des pistes cyclables qui ne progressent plus. Aucune réponse, quel mépris !

Et que fait la ville de Saint-Denis pour les pistes cyclables sur son territoire ?

3.Posté par idris le 23/08/2020 09:09

couapel c'est qui ? la nana qui donne des leçons et qui est présidente de tout et de n'importe quoi
voilà le résultat aucune action concrète dommage
le centre de ville de saint denis se meurt !!! vivement un vrai beau projet et une nouvelle gare digne de ce nom...

4.Posté par MICHOU le 23/08/2020 09:44

Enfin,mais la veloisation d'une ile en tres forte pente amènera les mêmes problemes d'embouteillave et de sécurité, les cyclistes etant encore plus irrespectueux des piétons. Rendre toutes les communes piétonnes sauf bus et multiplier les frequences, les abris, et l'offre en soirée et dimanches pour une vraie possibilité de vie sociale.
Enfin , opposer la nrdl aux transports en commun, ce n'est pas très efficace

5.Posté par TICOQ le 23/08/2020 09:55

Nos décideurs sont tous, sans exception, atteints du syndrome du gagnant. Ils ne supportent pas l'idée de perdre une élection et font tout pour se faire élire à un poste ou un autre. Pour ce faire, quoi de mieux que caresser l'électorat dans le bon sens et lui faire les promesses qu'il a envie d'entendre.

Ce courrier restera lettre morte, on parie ?

6.Posté par Dessousdescartes le 23/08/2020 10:01

C'est de la manipulation d'associations qui représentent peu de gens comme toujours, écologistes non scientifiques et manipulatrices à dessein politique tout le monde le sait avec l'approche des régionales. Ce n'est donc pas démocratiquement qu'elles s'expriment et sont des influenceurs. Comme toujours si les gauchistes gagnent aux régionales on va enterrer cela et on dira aux associations de regarder ailleurs . Le rapport au climat de ces problèmes sur l'île sont presque nuls on peut en rire . Greenpeace allez vous occuper dautre chose

7.Posté par Mort de Rire le 23/08/2020 10:30

Pour les pistes cyclables, la mairie de saint dénis les laisse se transformer en pistes de cross. Faut voir la piste bord de mer il y a de plus en plus de trous dessus. Apres a la décharge de la maire au moins les arbre et buissons sont taillés de temps en temps quand il ne sont pas tout simplement éradiqué (quel dommage). Mais c'est comme tous faut faire des économies sur le fonctionnement pour payer les salaires des employer communaux c'est la voirie qui trinque. Qu'est ce que ça va devenir si l'octroi de mer saute a la fin de l'année comme c'est prévu ???? ça sent pas bon...

8.Posté par TOM le 23/08/2020 10:50

Demandez à DR d'appliquer sa Fameuse PROMESSE de 2010 !!! A savoir la mise en place sur notre territoire de ces 2 000 BUS ... Ça me fait rigoler et déjà une Décennie et RIEN de concret à ce jour !!!
Demandez lui également à Combien s'élève le Parc Automobile de la Région ??
Demandez lui également le Pourcentage en Taxe sur l'essence que la Région met à son Profit ??
Et c'est pas la NRL qui désengorgera le Réseau Urbain , HÉLAS , c'est déjà Trop Tard ....
Au vu du nombre de voitures vendues par AN , environ 30 000 .... MISÈRE SOCIALE ici , elle est OÙ ?

9.Posté par Vigilance le 23/08/2020 10:58

La population ne doit plus être spectateur..!. Ces ripoux vont détruire ce pays.. il est urgent d'agir..

10.Posté par En dessous des cartes pokemon le 23/08/2020 11:20

En Dessousdetou.... Comme toujours si les gauchistes gagnent aux régionales on va enterrer.... 😁

11.Posté par Martine le 23/08/2020 11:22

Que de temps perdu durant la mandature du Didier Robert...

12.Posté par Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ) le 23/08/2020 11:31

Les 2000 bus promis pendant la campagne des régionales de 2010 , sont où ?

Tant qu'à ces associations à l'H20 sucrée se moquent complètement de la France.
Ce sont des vrais internationalistes, des vrais mondialistes .

De Gaulle , lui , il voulait s’occuper de la France , c’est humble !

13.Posté par Le Jacobin le 23/08/2020 11:33

Extinction Rebellion sur la Réunion

Bande de grattelles c'est vous qui parlez d'écologie ?

Vous avez squattés le rond point des Azalées au Tampon en créant votre tribu insalubre sur le rond point, vos voitures sont en permanence stationnées à côté de votre baraquement, vous venez nous donner des leçons de civisme alors que vous n'avez même pas un tuyau d'eau pour vous laver le derrière sur le rond point.

Avant de parler d'écologie achetez vous un vélo pour circuler vous êtes tous dans votre caisson.

La question se pose quant au centre d'intérêt de la commune sur l'occupation clandestine du rond point des Azalées au Tampon.

14.Posté par Réveillez vous le 23/08/2020 12:09

Toujours question d argent...

L'automobile rapporte beaucoup plus qu un train collectif ...( achat, taxe, octroi de mer, entretien, piece détaché, centre auto avec salarié et donc charge .....)

UN train faisant le tour de l'ile aurais déja du etre fait avant la route tamarin..mais bon ..l argent a ses raison...

15.Posté par parlamer le 23/08/2020 12:10

² LES KMEHRS VERTS AU POUVOIR /
EXTRAIT

« Une des grandes questions de La tentation totalitaire, (livre paru en 1976), disait Revel, c’est : pourquoi, dans les sociétés libres, y a-t-il tant de gens qui haïssent la liberté et veulent absolument vivre en société totalitaire ? »

La question de l’essayiste philosophe est d’actualité au moment où nos libertés fondamentales s’évaporent comme neige au soleil, où les Khmers verts d’Europe Écologie Les Verts et les Khmers rouges de la France Insoumise se font des bisous baveux au fond des chiottes de la République.

L’un et l’autre se retrouvent sur l’abandon des classes populaires de souche, sur la primauté de l’environnement par rapport aux conditions de vie des Français, sur la démolition de notre économie, sur l’immigration pour laquelle on doit abolir nos derniers soupçons de frontières, sur l’utopie d’un monde décroissant bien meilleur que le nôtre perçu comme inutile et trop riche.

Haro sur le nucléaire et vive l’éolien, mort à l’automobile et vive le vélo (à condition que ce ne soit pas le Tour de France – trop nationaliste et polluant !), détruisons l’agriculture et vive les patates bio…

La vénération de Cuba et du Venezuela pour les uns, celle de la planète pour les autres.

Là-bas des pays qui ont détruit leurs populations et leurs terres, ici dans les cervelles cannabisées une Gaïa qui a plusieurs fois fait table rase de toutes les espèces qui la peuplaient.

Imbéciles écolos et crétins mélenchonisés installent au centre de la scène, non l’humanité comme ils le prétendent, mais le seau de purin de leurs idéologies.

Ils sont pour les camps de rééducation qui nous inculqueront que Maduro est un dieu bienveillant et que le 22 août, ayant consommé toutes les ressources planétaires de l’année, nous devrons nous serrer la ceinture jusqu’au 1er janvier suivant.

Deux beaux spécimens de LFI et d’EELV, David Corman et Manon Aubry, se sont rencontrés lors des Journées d’été des Écologiste"

décroissance et pouvoir pour certains staliniens illuminés....

16.Posté par nono le 23/08/2020 13:03

Une alternative aux embouteillages c'est le projet ferroviaire : tram-train

17.Posté par Miro le 23/08/2020 13:30

Cause toujours, .... tu ne m'intéresse pas ! ... ce n'est pas parce que tu dis des conneries mais plutôt que tu énonces des âneries sans queue ni tête ! ....

18.Posté par Arno telma le 23/08/2020 14:03


Les transporteurs routiers de voyageurs vent debout contre la gratuité du réseau Car Jaune

Par SI - Publié le Mercredi 24 Avril 2019 à 18:05 | Lu 5712 fois

▶️ Les transporteurs routiers de voyageurs vent debout contre la gratuité du réseau Car Jaune
L'antenne de la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV) est officiellement constituée dans l'île. À cette occasion, les transporteurs routiers de voyageurs adhérents au syndicat ont tenu un point presse ce mercredi pour présenter le syndicat mais également pour marquer son opposition à la gratuité des Car Jaune, une piste évoquée par la Région suite aux mouvements sociaux de fin d'année dernière. Une mesure redoutée par la FNTV, qui craint une "explosion non-maîtrisée" de la fréquentation sur un réseau "déjà saturé".

Créée en janvier dernier, la FNTV Réunion regroupe aujourd'hui une dizaine d'entreprises majeures de transports de voyageurs (l'Oiseau Bleu, STOI,…) qui représentent environ 600 bus. Des sociétés, familiales pour la plupart, créées il y a des décennies pour "rendre service" indique le président de la FNTV Réunion, Louis Carpaye, qui prend exemple sur les mythiques "car courant d'air" de jadis.

Près de 150 000 personnes utilisent quotidiennement les transports collectifs à La Réunion. "Malgré les efforts déployés par les collectivités, nombreux sont les usagers qui ne peuvent pas avoir une place dans un bus. Pourtant, les tarifs du titre de transport ne sont pas un obstacle", note Louis Carpaye concernant le réseau Car Jaune, puisque le prix d'un ticket "est passé de 4 euros à 2 euros" en moyenne pour un Saint-Denis/Saint-Pierre.

"Le réseau est saturé"

Un réseau "peu onéreux pour ses usagers" mais également "rentable" poursuit Louis Carpaye car le réseau Car Jaune rapporte entre 700 000 et 800 000 euros de recettes supplémentaires versées chaque année à la Région. "On le fait sans aucun problème. On ne demande pas de nous donner plus d'argent, mais de nous donner plus de moyens pour améliorer le réseau", explique-t-il.

"Nous sommes le seul réseau excédentaire de l'île !", tient à rappeler de son côté Nicolas Moutoussamy, de la société L'Oiseau Bleu. "Les transporteurs de l'île travaillent avec toutes les collectivités de l'île. On fait une mission, qui est d'assurer notre travail, transporter les gens, faire un travail correct sur les routes alors qu'il n'y a pas de couloirs de bus interurbains autour de l'île", développe-t-il.

Un réseau Car Jaune déjà saturé selon ses dires, "avec moins d'arrêts et moins de kilomètres de lignes" - un million de km en moins selon les chiffres avancés par la FNTV - depuis le transfert de la compétence transports du Département à la Région en 2017. "Proposer la gratuité sur le réseau Car Jaune incitera pas mal de monde à prendre le bus, c'est un fait. Mais si demain, nous avons 30 à 50% d'augmentation de la fréquentation, voire plus, la question est de savoir où disposer les utilisateurs dans les bus", s'inquiète Louis Carpaye.

Pour le patron de la STOI (Société de transports de l'océan Indien), cette gratuité "n'apportera pas la solution". "Nous ne sommes pas contre le développement du transport, nous sommes là pour le construire", affirme-t-il.

"Tout a un coût"

Plusieurs semaines après le déclenchement de la mobilisation des gilets jaunes, Louis Carpaye a par ailleurs relevé que l'idée même des manifestants "n'a jamais été de rendre le transport gratuit". "Ils souhaitent plus de pouvoir d'achat, de la dignité et la possibilité de se déplacer sur un réseau de transport performant", argue-t-il.

La FNTV a demandé à être reçue par Didier Robert afin de lui présenter son "expertise" sur cette controversée gratuité du transport. Deux lettres ont été envoyées par la FNTV à la Région pour une rencontre avec le président Didier Robert, "mais aucune réponse de sa part jusqu'à ce jour", regrette l'organisation.

Sur les relations avec la collectivité régionale, Louis Carpaye ajoute qu'elles "ne sont pas mauvaises…vu qu'il n'y a pas de discussions". Il espère toujours obtenir une rencontre avec le président de la Pyramide inversée, car dit-il, "la FNTV Réunion n'est pas un frein au développement du transport, bien au contraire". "Certaines de nos entreprises existent depuis des décennies, et nous sommes à la base de ce socle qu'est le transport à La Réunion. Mais on ne peut pas dire que la gratuité n'a pas de coût. Tout a un coût dans la vie", termine-t-il.


19.Posté par Jambalac le 23/08/2020 14:05

9.Posté par Vigilance le 23/08/2020 10:58

La population ne doit plus être spectateur..!. Ces ripoux vont détruire ce pays.. il est urgent d'agir..
........................................................................
Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice ».

George Orwell.
.................................................................................

Ce sont les électeurs qu'il faut d'urgence foutre en taule car c'est par leur faute que nous avons ces élus.

Et dire que l'autre clown prétend voter pour ceux qui ne votent pas.

20.Posté par nene le 23/08/2020 16:19

@ tom
avez vous fait une enquete pour savoir combien de bus il 'y a
combien il manque pour faire 2000

21.Posté par alain le 23/08/2020 16:25

nous avioncs ces élus
et si on les remplacer par d'autres on trouvera que ces autres il faudra les remplacer etc----

22.Posté par local lé vital le 23/08/2020 16:36

on attend la reponse de l'elue imbue d'elle meme ... run rail , vvr, espace co voiturage , presidente smtr, presidente agorah, presidente spl maraina, adminustrateur sematra, ... elle travaille trop ou n'y connait rien ... peut etre qu'elle devrait reprendre une etude d'avocat ...

23.Posté par bon temps le 23/08/2020 17:10

couapel est la pour prendre du bon temps a st gilles, prendre de l'argent facile, faire des voyages d'etudes, presenter des dossiers dans les ministeres, allez a maurice, son mari vend du vin aux reunionnais, pour le reste, elle n'y connait rien ...

24.Posté par yoag le 23/08/2020 17:38

Bien vu, je serais là le 12 sept avec mon vélo ✊

25.Posté par AD le 23/08/2020 18:02

Le Jacobin. J'aimerai bien qu' on se rencontre pour discuter ensemble de ta vision du rond point des zazales, qui malheureusement pour toi n'a rien à voir avec ce courrier et avec les actions qui vont suivre. Je te laisse mon tel et on se voit quand tu veux : 06 92 82 86 25.

26.Posté par AD le 23/08/2020 18:13

A Parlamer. Très bien écrit ton discours sur les écolos. Tu penses que ceux qui ont envoyé ce courrier son des écolos bobos ou des communistes en quête de reconnaissance ? Erreur. La majorité travaillent et sont suremenr mieux renseignés que toi sur la geopolitique et sur l'hidtoire que toi. Certains pensent que la croissance infinie est possible grâce à l"evolution technologique et c'est leur droit... d'autres tentent de construire un autre modèle de société... Et C est également leur droit. Cracher à la figure des uns ou des autres démontré une faiblesse intellectuelle et un manque d'humanisme. Ces deux visions sociales vont progressivelent s'opposer à terme... tu ne pourras rien y faire, surtout pas avec des propos haineux.

27.Posté par Finold le 23/08/2020 22:48

Green Peace, Alternatiba, Attac Extinction Rebellion les quatre Assocations i sorte déor et inutil dia zot ké kréol lé pa tro investi la dan nana rienk ... DEVINEZ ! Pou lo moman sé Sindni é surtout le président de la région ke lé an gro plan akoz? Lé propositions et solutions sé fair met le pti peple la main a la poche " investi dan vélo " é fé travail lo band gro zantreprise ké lé pa local pou lé routes... Toutefois la situation des différentes zones à la réunion ne permet pas ce genre de transport qui nécessite un terrain plat et ceux qui possedent des voitures ne s'en débasseront pas pour la bonne raison que la situation géographique de l'ile ne le permet pas, ces textes, propositions sont pondus de l'extérieur et pas approprié pour l'ile Ei on ressent aussi une certaine manipulation au travers de ces objectifs dites "écologiques" une préparation du terrain pour les prochaines élections .

28.Posté par MICHOU le 24/08/2020 09:07

Nos élus et directeurs en tout genres sont souvent aux abonnés absents, injoignables, inaccessibles, sauf quelques uns heureusement.
Un service réseau x sociaux inefficace, aucune réponse aux questions des citoyens, ce n'est pourtant pas faute d été faire remonter, mais on se heurte au mur du silence.
Mme Bello et Mme Dindar, elles répondent.
Descendez de votre perchoir d'où vous récitez un discours bien huilé qui ne répond pas aux attentes.

29.Posté par Enirsem le 24/08/2020 09:57

Juste en passant .......
On écrit « des scénarios » : si le dictionnaire Robert indique que « Le mot s’est écrit à l’italienne : scenario avec pour pluriel la forme italienne : des scenarii » et qu’on peut le retrouver sous une forme plus rare mélangeant règle française et le mot italien d’origine : « des scénarii », l’Académie française est formelle depuis 1990 : on écrira « des scénarios », pour les mêmes raisons évoquées plus haut. Par ailleurs, il est d’autant plus ridicule d’écrire « scenarii » que le pluriel de scenario en italien s’écrit « scenari » avec un seul « i » !

30.Posté par li le 24/08/2020 13:12

Embouteillage partout même à 6h du mat
Fo croire que les élus n empruntent jamais la route.

31.Posté par Hehe le 24/08/2020 21:41

Meme la ou c pla lé piste cyclable manque. C dangeureu et nou obligé roulé sur la route. Respé pour lé cycliste.

32.Posté par Bouvier le 25/08/2020 11:56

je serai là le 12/9!

la difficulté est aussi que beaucoup pensent qu'un gro lauto lé bon pour ton imaz

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes