Océan Indien

4 Mahorais sur 10 travaillent hors de leur commune

Vendredi 28 Août 2015 - 11:38

En 2012, parmi les 33.200 personnes qui occupent un emploi à Mayotte, quatre personnes sur dix travaillent en dehors de leur commune. L’emploi étant concentré à Mamoudzou, 9 400 personnes viennent de toutes les communes de l’île pour y travailler chaque jour. Elles participent ainsi à l’engorgement du réseau routier notamment aux abords du chef lieu. La voiture est en effet le moyen de déplacement privilégié pour se rendre au travail mais près d’un Mahorais sur trois utilise encore les transports collectifs (barge, transports collectifs), en lien avec le faible équipement des ménages en automobile.


En 2012, 33.200 personnes occupent un emploi à Mayotte. Ces emplois sont fortement concentrés sur la commune de Mamoudzou qui en héberge à elle seule plus de la moitié (54 %). Parmi les 18 000 emplois offerts sur la commune, seulement 8 600 sont occupés par des résidents de Mamoudzou. Ainsi, chaque jour, 9 400 personnes viennent dans le chef-lieu pour travailler.

Plus de la moitié d’entre eux, soit 5 100 personnes, arrivent par l’entrée Sud en provenance des communes du Centre et du Sud. Par ailleurs, près de 2 500 personnes résidant dans des communes du Nord viennent travailler à Mamoudzou ainsi que 1 800 résidents de Petite-Terre. Sur l’ensemble du département, 13 300 personnes travaillent hors de leur commune de résidence, soit quatre travailleurs sur dix.

Mamoudzou attire des travailleurs de toutes les communes

Dans toutes les communes, au moins un quart des actifs en emploi travaillent à Mamoudzou. La commune de Koungou, voisine du chef-lieu, apporte en proportion le plus de travailleurs (48 % de ses actifs en emploi, soit 1 400 personnes). Viennent ensuite des travailleurs des communes plus éloignées du Centre (Sada et Chiconi) et du Sud (KaniKéli et Chirongui) où la part des personnes venant travailler à Mamoudzou est élevée (supérieure à 44 %). Ces communes ont des conditions de vie moins défavorables et une part de la population en emploi plus élevée qu’ailleurs.

Près d’une personne sur dix utilise la barge pour aller travailler

Originalité du territoire de Mayotte, la population réside sur les deux principales îles de Grande-Terre et Petite-Terre. Elles sont reliées par des barges assurant la ligne à un rythme très régulier. Près de 2 100 habitants de Petite-Terre se rendent sur Grande-Terre pour travailler pendant que 400 habitants de Grande-Terre font le trajet inverse.

La voiture reste le moyen de transport privilégié

La voiture reste le premier moyen de déplacement. Chaque jour, près de 14.000 personnes utilisent principalement leur voiture pour se rendre au travail. L’afflux de ces véhicules vers Mamoudzou contribue à l’engorgement du réseau routier aux entrées de la ville. Mais en dehors du chef-lieu, la voiture est peu utilisée. Sur PetiteTerre, six travailleurs sur dix déclarent la barge comme moyen de transport principal. À Acoua, dans le Nord-ouest de Grande-Terre, les transports en commun sont utilisés par un travailleur sur trois.

Par contre, la voiture est plus utilisée dans certaines communes de l’Ouest (Sada, Ouangani et M’Tsangamouji) et du Sud (Kani-Kéli, Bouéni et Chirongui). Ces communes figurent parmi celles où les ménages sont les mieux équipés en véhicules automobiles.

Les transports collectifs sont aussi très utilisés

Pour se rendre à leur travail, les Mahorais utilisent plus que dans le reste de la France les transports collectifs. Environ 10.000 personnes utilisent les taxis, la barge ou les transports en commun soit 31 % des actifs en emplois. C’est deux fois plus que dans le reste du territoire français (15 %) en raison notamment du faible équipement automobile des ménages mahorais. En effet, seulement 27 % des ménages disposent d’au moins une voiture à Mayotte contre 81 % dans le reste de la France.

Plus souvent que dans le reste de la France, les Mahorais se rendent à leur travail à pied (17 % contre 7,5 %) et en deux roues (9 % contre 4 %). Ces moyens de transport sont utilisés principalement par les personnes qui travaillent dans leur commune de résidence.
 
Lu 1125 fois



1.Posté par noe le 28/08/2015 12:29

Heureusement qu'il y a des mahorais qui bossent !
A la Réunion , beaucoup ne savent qu'attendre l'ouverture des Postes .....et des gabiers le 5 du mois !

2.Posté par DANORD le 28/08/2015 14:32

Encore heureux qu'ils travaillent , puis kwa tout tombera du ciel .

Au boulot et le ’Etat français est un Etat laïc ; ses lois sont d’ordre civil et élaborées conformément à la devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité.

Me le répèterais pas 2 fois

Vu !

3.Posté par Sebastien le 28/08/2015 15:13

La colonisation est en route! Tu deviens français avec toutes ses conneries! Vive les embouteillages! tu n'auras pas su garder la beauté de ton ile sous contrainte de modernité!!

4.Posté par Ylang le 28/08/2015 17:56

Posté1 par noe.
Heureuse ê t il y a des réunionnais qui bossent. J'en vois plusieurs à la Réunion qui attendent le 06 du mois pour aller la boutique chinoise du coin s'imbiber de piles plates et dodo à gogo. Ils pissent même dans leurs pantalons.

5.Posté par Victor le 28/08/2015 18:02

Posté 3 par Sébastien. Pourquoi vous dites des conneries ? A l'île Maurice il y a des embouteillages. Est ce qu'ils sont français ? Si tous les comoriens qui ont su garder la beauté de leurs 3 îles non contraintes à la modernité et sans embouteillages restaient la-bas, il n'y aurait pas des morts tous les jours et personne ne dirait que c'est la faute du visa Balladur.

6.Posté par Pamphlétaire le 28/08/2015 18:16

Ce qui est équivalent à "2 Mahorais sur 5 travaillent hors de leur commune" pour faire plus simple.

7.Posté par Patricia le 28/08/2015 19:34 (depuis mobile)

Et 10 mahorais sur 10 ne travaillent pas à la Réunion.

8.Posté par loranger le 28/08/2015 20:56

Koi????? il y en a qui bossent!!!!!!

9.Posté par Patrice le 28/08/2015 21:02

Normal Patricia (posté 7). Si 10 mahorais sur 10 ne travaillent pas à la Réunion, c'est qu'ils ont compris que la Réunion c'est l'île de fénéants. Demandez à Mékisonkons ce qu'il en pense.

10.Posté par BOULGOUM.... le 28/08/2015 22:43

En 2012, 33.200 personnes occupent un emploi à Mayotte.... sur 212.000 habitants dont X clandestins.

11.Posté par fred le 29/08/2015 09:03

merde , je croyais que l'article disait:
4 mahorais sur 10 veulent retourner à Mayotte, fausse joie.
il faut être patient me dit on.

12.Posté par bob le 29/08/2015 09:06

Pourquoi madame Dindar embauche des mahorais au CG alors que des jeunes réunionnais que je connais cherchent un poste.???????Promesse électorale.?

13.Posté par Interlude le 29/08/2015 09:53

Tiens donc !... des Majorais qui veulent se convertir au travail... c'est-t-y pas un scoop çà ! Du coup, ceux qui végètent à La Réunion devraient repartir chez eux pour réclamer aux autorités locales ce qui a toujours été leur principal objectif : le droit au travail !

14.Posté par Intersport le 29/08/2015 11:47

Interlude, n'oublie pas que les réyonés ne s'est toujours pas mis au travail sauf la culture du zamal. Même pour couper la canne, pas de réyonés

15.Posté par gaignant le 29/08/2015 20:16

sale réunionnais faignant

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues