MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

3ème action pour convaincre les médias de l'urgence de débats publics à la Réunion


Effectifs par versant de la fonction publique au 31 décembre 2013
(source : INSEE, Siasp)
Réunion France

Fonction publique d'Etat 32.100 2.476.500
dont contrats aidés 1.600 91.000

Fonction publique territoriale 39.600 1.951.400
dont contrats aidés 8.700 72.600

Fonction publique hospitalière 9.300 1.172.600
dont contrats aidés 100 19.900

Ensemble de la fonction publique 81.000 5.600.400
dont contrats aidés 10.500 110.900

Addition de la fonction publique d'Etat avec celle hospitalière que cette étude ne fait pas

Fonction publique d'Etat + hospitalière 41.100 3.649.100
dont contrats aidés 1.700 110.900

Par Jimmy LAI-PEI - Publié le Mercredi 7 Octobre 2015 à 10:48 | Lu 435 fois

3ème action pour convaincre les médias de l'urgence de débats publics à la Réunion
COURRIER DEPOSE AU : JIR, QUOTIDIEN, REUNION PREMIERE ET ANTENNE REUNION
(Jimmy LAI-PEI - 22 juillet 2015)

Toujours selon les chiffres de l'Insee, la population réunionnaise au 01 janvier 2014 était estimée à 844.994 hab. et celle de la France à 65.800.694 hab., ce qui signifie que la population réunionnaise représentait 1,28 % de la population française.

Dans le tableau ci-dessus (Source : Insee, Siasp), si nous additionnons les effectifs de la fonction publique d'État avec ceux de la fonction publique hospitalière (des effectifs exclusivement à la charge de l'État et qui donc imposent un transfert de fonds de la métropole vers la Réunion, pour leur rémunération et sur rémunération, les frais de fonctionnement, etc ...), les effectifs de la Réunion s'élevaient à 41.400 et ceux de la métropole à 3.649.100, ce qui signifie que les effectifs à la Réunion ne représentaient en proportion que 1,13 % des effectifs nationaux, avec donc un déficit de 0,15 % comparativement à la proportion entre les deux populations, soit un déficit de 5.473 agents. Ainsi en 2013, ce déficit d'effectifs a privé la Réunion du transfert de fonds de la métropole vers la Réunion qu'aurait généré ces postes.

Aussi, si nous estimons le montant cette perte à seulement 3.000 € par mois et par poste, la perte pour l'économie réunionnaise se serait alors élevée en 2013 à 197.028.000 €, soit environ la moitié du montant des prélèvements opérés par l'octroi de mer (moins de 400.000.000 €).

De même, si nous comparons les effectifs de la fonction publique territoriale, des effectifs financés exclusivement par le budget des collectivités locales et donc en grande partie par les impôts locaux payés par les populations locales, qui étaient de 39.600 pour la Réunion et 1.951.400 pour la métropole, nous constatons que ceux de la Réunion correspondaient en pourcentage à 2,03 % des effectifs nationaux, soit 0,75 % de plus en pourcentage que la proportion entre les deux populations (1,28 %), et donc un surplus de 14.635 agents. Ainsi en 2013, ce surplus d'effectifs a généré à la Réunion un surplus de dépenses pour les collectivités locales liées à ces 14.635 agents supplémentaires.

Aussi, si nous estimons le montant de ces dépenses à seulement 2.000 € par mois et par poste, des prélèvements d'impôts locaux dans la poche des Réunionnais et de leurs entreprises, et donc des moyens financiers détournés de l'économie locale pour financer le fonctionnement des collectivités (si ce surplus d'effectif n'existait pas, la solidarité nationale, des fonds en provenance de la métropole, aurait été affectés à ces 14.635 demandeurs d'emplois et leur famille), ces dépenses se seraient élevées en 2013 à 351.240.000 €, soit presque autant que le montant des prélèvements opérés par l'octroi mer.

Avec ce déficit de 5.473 agents dans la fonction publique d'État, l'économie réunionnaise perd une importante manne financière en provenance de la métropole et qui lui est dûe, alors que ce surplus de 14.635 agents dans la fonction publique territoriale, paupérise davantage la population réunionnaise tout en pénalisant l'économie locale, le tout au profit de l'État français, ce qui démontre au passage que tous les emplois dans la fonction publique n'ont pas le même impact sur les économies ultramarines (nous pourrions aussi parler de la délocalisation des services de l'Etat)

Ce qui signifie que, dans un département très fortement handicapé comparativement à la moyenne nationale (près de 30 % chômeurs dont près de 55 % chez les jeunes, près de 50 % d'inactifs soit 151.400 Réunionnais sans emploi, 13 % de sous-emplois contre 6 % en métropole, 12 % de temps partiels subis contre 6 % en métropole, 42 % de la population sous le seuil de pauvreté soit 343.000 Réunionnais, 240.000 Réunionnais couvert par le RSA en 2011, la vie cher de 17% à 30 %, etc. ...) , l'Etat français avec ce déficit de 5.473 agents dans la fonction publique d'État, prive la population réunionnaise des mêmes moyens financiers (qui s'élèvent à près de 200 millions d'euros) qu'il accorde aux autres départements de la métropole.

Devrais-je rappeler les propos de Mr Patrick Karam Président du CREFOM sur les dépenses de l'Etat français en outremer "seulement 2,2% des dépenses pour plus de 4% de la population nationale" (1.000 milliards d'euros), c'est-à-dire que l'Etat français ne dépense qu'un peu plus de 50 % de ce qu'il devrait en outremer soit seulement 22 milliards au lieu de 40 milliards. Et comme la population réunionnaise représente environ un tiers de la population d'outremer, l'Etat français prive l'économie réunionnaise d'environ 6 milliards d'euros par an, soit environ 4 nouvelles routes du littoral chaque année...

Devrais-je aussi rappeler les chiffres avancés par Didier Robert concernant la continuité territoriale pour les Réunionnais et pour les Corses, et les comparer : 14 millions pour 850.000 Réunionnais, soit 16,47 € par Réunionnais, et 187 millions pour 350.000 Corses, soit 528,57 € par Corse (sans tenir compte du prix des billets d'avion ou des kilomètres qui séparent les territoires de la métropole), la continuité territoriale pour les Corses est 32 fois supérieure à celle des Réunionnais (malheureusement, Mr Didier Robert a dû se faire taper sur les doigts par ses gourous parisiens de l'UMP qui sont eux aussi complices, voire les auteurs, de cette discrimination, pour qu'on ne l'entend plus sur ce sujet).

Et si nous rapportons ce montant de 528,57 € pour chaque Réunionnais, cela représenterait près de 450 millions d'euros qui passent actuellement sous le nez des Réunionnais.

Outre sa sujétion à ses gourous parisiens, Mr Didier Robert en faisant financer une partie de cette continuité territoriale par la Région, fait supporter par les Réunionnais ce désengagement de l'Etat et donc, prive l'économie réunionnaise d'une manne financière en provenance de la métropole et détourne des moyens financiers de leur attribution initiale.

Ainsi, cette "redistribution" des fonds permet à Mr Didier Robert de flatter les électeurs mais en aucun cas de défendre les intérêts des Réunionnais, bien au contraire, puisqu'il fait peser sur les contribuables Réunionnais des charges qui ne sont pas les leurs (un poste de dépenses supplémentaires à financer dans l'avenir), et que cette prompte démission de sa part, le lourd silence des autres élus (voire même pour les élus socialistes la défense de cette discrimination afin de ne pas nuire au parti socialiste, actuellement au pouvoir) et des autres élites, et l'indifférence des médias, devant ce cas précis et incontestable de disparité de traitement entre les Corses et les Réunionnais, démontre que le système colonial en place à encore de beaux jours devant lui et que les Réunionnais sont pris en otage par des intérêts bassement individuels.

Concernant l'octroi de mer et l'un des arguments avancés par ses défenseurs, c'est-à-dire son rôle protecteur des entreprises locales, J'affirme haut et fort que tous ceux qui prétendent que l'octroi de mer est une protection pour les entreprises locales sont des menteurs ou des incompétents, voire les deux à la fois !

En effet, personne ne semble avoir compris que l'octroi de mer "empoisonne" les entreprises locales de deux façons différentes, et qu'il ne peut y avoir une quelconque protection des entreprises locales, ni même des produits locaux, à en attendre :

   - d'abord, il empoisonne sournoisement les entreprises à travers leurs achats, puisque l'octroi de mer et ses surcouts induits acquittés précédemment par leurs fournisseurs pour ce produit, se retrouvent tout naturellement dans le prix du produit que les entreprises "clientes" achètent, mais sans que l'octroi de mer et ses surcouts induits soient affichés

   - ensuite, il les empoisonne directement en taxant leurs propres produits, puisque toutes les entreprises locales de production dont le chiffre d'affaires de production est supérieur ou égal à 300.000 €, sont assujetties à l'octroi de mer, c'est-à-dire que ces entreprises doivent déclarer la nature et la valeur de tout ce qu'elles fabriquent, pour qu'y soient appliqués les taux d'octroi de mer correspondant et permettre le calcul des taxes d'octroi de mer, qu'elles devront acquitter.

Ainsi, l'octroi de mer augmente sournoisement le prix des achats et des investissements des entreprises (voitures, ordinateurs, vêtements de travail, fournitures de bureau, etc...), mais aussi le prix de vente de leurs produits (déjà impactés par les surcouts de taxe générés par leurs achats et leurs investissements) par une taxation directe à la sortie des chaines de production (deux discriminations).

Aussi, il ne peut y avoir une quelconque protection des productions locales lorsque les achats et investissements des entreprises locales sont surtaxés comparativement à leurs concurrentes extérieures. Ni lorsque les produits des entreprises locales bénéficient d'une taxation plus faible que ceux de leurs concurrentes extérieures, car la surtaxation déjà opérée sur leurs achats et leurs investissements annule cette distorsion de taxation entre les produits, même sans tenir compte du cout de production plus élevé à la Réunion que partout ailleurs.

Par ailleurs, les consommateurs ne doivent jamais oublier que tous les surcouts et surtaxes appliqués aux entreprises se retrouvent dans le prix de vente de leurs produits et sont même amplifiés naturellement par le processus de la formation des prix, donc toujours payés par les consommateurs en bout de chaine.

Par ailleurs, et en réaction à la manifestation des boulanger-pâtissier, s'ils ont raison de manifester contre l'octroi de mer de 6,5 % appliqué à la farine, puisque aucune taxe n'est prélevée sur les farines achetées par leurs confrères de métropole (une discrimination), ils ne font que se battre contre la partie émergée de l'iceberg, car leur entreprise acquitte bien plus d'octroi de mer sur leurs achats et investissements, quotidiennement.

Et pour les consommateurs, qui pensent peut-être que le combat des boulanger-pâtissier ne les concerne pas, qu'ils sachent que ce seront eux qui paieront "la facture" en bout de chaine quoi qu'il arrive.

J'aimerais aussi dire à Mr Lorion, conseiller régional et intervenant sur Réunion première pour la région sur ce sujet, outre qu'il devrait dire "des farines produites à la Réunion grâce à du blé importé" et non laisser entendre qu'il y aurait une production de blé à la Réunion, si dire qu'il n'y a pas d'octroi de mer sur les farines produites localement est vrai pour les boulanger-pâtissier, néanmoins cela est un mensonge pour les consommateurs, car tous les produits fabriqués à partir de cette farine et vendus dans les boulangeries-pâtisseries sont soumis à l'octroi de mer au taux de 18 %, du simple fait que l'octroi de mer ne fait aucune distinction entre la matière première et la valeur ajoutée à cette matière première, contrairement à la TVA, et donc, prélève de l'octroi de mer sur les farines aux mêmes taux appliqués aux pains et pâtisseries, soit 18 % sur les farines si les entreprises de production ont un chiffre d'affaires de production supérieur à 299.000 €, soit 25.000 € de chiffre d'affaires par mois (à partir de 550.000 € jusqu'au 30 juin 2015, mais un seuil abaissé à 300.000 € au 1èr juillet 2015 sans que personne, même pas vous les médias, n'en parle, ce qui à n'en pas douter assujettira beaucoup plus de boulangeries-pâtisseries à l'octroi de mer), voire 24,5 %, si les farines utilisées par les boulangers-patissiers ont été soumis à l'octroi de mer de 6,5 % (la raison de la manifestation des boulanger-pâtissier), alors que les consommateurs de métropole payent 0 % de taxe (ENCORE UNE DISCRIMINATION)

J'aimerais aussi vous dire, Mesdames et Messieurs les journalistes, que vous allez dans le futur devoir justifier votre parti pris pour l'octroi de mer, car même si vous doutiez de mes dires et de mes calculs, rien ne vous empêche de les vérifier, à part peut-être la connivence dans laquelle vous trempez depuis des années. Et ne comptez pas sur les bonimenteurs pour vous donner de bons arguments vous permettant de le justifier auprès de la population, car beaucoup d'entre-eux découvrent comme vous le sujet.
Par ailleurs, si votre rédacteur en chef a choisi dès le départ le camp des traîtres et des profiteurs, vous autres journalistes, avez tous choisi celui des larbins, les larbins d'un système colonialiste, en vous asseyant délibérément sur votre éthique de journaliste. Et, si vous n'avez toujours pas le courage d'offrir une tribune à la contradiction, alors vous vaudrez encore moins que les journalistes du régime syrien, russe, nord coréen, etc. ..., qui contrairement à vous risquent la prison ou la mort en désobéissant à leur tyran et non pas, une petite réprimande ou au pire de perdre votre emploi actuel de larbin ...

Je vous rappellerais alors cette maxime d'un vrai journaliste, celle d'Albert Londres : "Je demeure convaincu qu'un journaliste n'est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de rose. Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie".

Et aujourd'hui, par votre soutien au véto apposé par les élites sur l'ouverture d'un débat sur l'octroi de mer, vous autres journalistes précédez la procession en faveur de l'octroi de mer, alors qu'en diffusant leurs boniments sur ce sujet tout en refusant d'accorder la parole à leurs éventuels contradicteurs, vous ne plongez pas seulement votre main dans une corbeille de pétales de roses, vous tapissez leur chemin de bonimenteur avec ces pétales.

De même que votre refus de porter votre plume dans cette plaie qu'est l'octroi de mer, certes une plaie que je suis l'un des seuls à désigner, mais sur laquelle je n'arrête pas d'appuyer afin de vous démontrer qu'elle existe, tout en prenant le soin de montrer une partie du pus qu'elle cache sous sa croûte, ses injustices et sa toxicité, ce refus de votre part met alors en évidence votre déficit de conscience professionnelle et en tant que citoyen, votre morale dépravée.

Par ailleurs, n'allez pas croire que vos antennes ou vos journaux sont les seules vecteurs d'informations et qu'en me bâillonnant vous allez perpétuer tranquillement l'asservissement de conscience des Réunionnais, car vous allez bientôt me voir sur les routes, dans les cités, et même à Paris ou à Bruxelles s'il le faut. Et si je me suis d'abord adressé à vous, c'est que j'avais encore le petit espoir que tout n'était pas pourri dans la société réunionnaise et qu'il était possible d'avoir un débat sur l'octroi de mer en évitant tout dérapage.
Mais suite à votre lourd silence sur le sujet, c'est devenu pour moi un moyen de mettre en évidence votre degré de connivence avec les politiciens et celui de votre mépris envers vos lecteurs ou vos téléspectateurs, car vous pouviez éventuellement apporter vous-même ou faire porter par d'autres, la contradiction à mes propos (mon allusion à la reconduction de l'octroi de mer à partir du 1er juillet dernier était l'occasion pour vous de le faire). Si votre arme est le silence, l'arme des faibles et des lâches, la mienne est la détermination.

Je n'ai aucun doute sur votre inconfort dans les semaines et mois à venir, car cette omerta sur l'octroi de mer ainsi que la désinformation qui l'accompagne, sont de plus en plus difficiles à entretenir du fait d'internet et de l'accès aux informations qu'il accorde à tous. De plus, ces informations, jadis accessibles uniquement suivant le bon vouloir des médias ou celui des bonimenteurs, sont aujourd'hui stockées et disponibles à tout moment et donc, permettent de voir les insuffisances de chacun d'entre-nous dans le temps. Aussi, j'espère que les Réunionnais sauront vous faire "payer" votre participation à cette omerta, lorsqu'ils prendront conscience du "poison" qu'est l'octroi de mer.

Pour ma part, la présente sera la 3ème et dernière tentative auprès vous, les médias locaux, pour que vous favorisez l'ouverture d'un débat sur l'octroi de mer, puisque dorénavant j'irai convaincre les Réunionnais, un à un s'il le faut, de l'urgence de ce débat. Je vous donne alors rendez-vous aux prochaines élections régionales, et vous pouvez me croire, je mettrais tout sur la table. Mais en attendant, je vous conseillerais de lire le livre "l'affaire de l'esclave Furcy" qui à n'en pas douter vous montrera ce qu'est l'honneur, cette "chose" que vous, ainsi que la classe politique et beaucoup d'autres élites, ne semblez pas disposer ...




1.Posté par Maronèr le 07/10/2015 17:19

Je comprends que l'octroi de mer est un vice caché ! Je comprends aussi que les fonctionnaires d'état sont moins nombreux toute proportion gardée, que ceux de la métropole. Alors que la fonction territoriale, il y a plus de fonctionnaires, que de recettes mobilisées, et qu'à cause de cet écart, ce sont nous les contribuables, population locale à travers nos impôts que nous finançons.
Je comprends aussi qu'à cause des affectations budgétaires non dédiées à l'origine à la base pour le financement par exemple de la continuité territoriale, cela crée un précédent, qui fait que l'on perd au change. Au final, cette situation dans laquelle, Didier Robert nous a mis dedans, en fait, ne correspond aucunement à un "cadeau", puisque cela sort dans la poche de chaque contribuable réunionnais. Nous avons pour le coup mis de côté un vrai combat initié par d'autres politiciens à l'époque au pouvoir à la Région, qui aurait été de faire plier l'état dans son rôle d'équité et d'égalité, à l'image de la Corse, remettre à niveau, le système de financement de la continuité réunion métropole comme une normalité mais pas comme un privilège.
La Région a encore une fois démontré son incompétence en la matière, et compromettant ou rendant peu plausible le fait de cette continuité territoriale à l'échelle nationale. Préférant se ranger derrière une politique de dilapidation, ou de reclus, lorsqu'il s'agit de monter au créneau même et faire face à ceux de nos propres couleurs politiques de métropole...
Ce camouflé traduit bien la vraie bataille de didier robert plus portée sur une politique pour sièger de nouveau à la Pyramide inversée, que d'être dans un projet de développement durable pour les réunionnais.
Vraiment nous gagnons soit en jeunesse politique, mais alors là combien nous perdons dans les avancées réunionnaises en matière de développement. Ce sont ces hommes là ambitieux avec des dents de requins, que notre Réunion transférera ses opportunités de développement vers des horizons lointaines privant alors ses habitants de véritables chance d'égalité avec le reste du monde.
Par rapport à l'octroi de mer, pourquoi les communes ou les politiques sont alors peu favorables à voir sa disparition ? Il manque un point dans cette analyse, sur le comment objectivement se passer de cette taxe qui a aussi généré des habitudes de l'argent facile pour la collectivité territoriale ?
Est ce que l'équilibre rien qu' en rétablissant (cette égalité réelle ?) pourrions-nous penser que ces taxes peuvent sauter !!! et permettrait ainsi d'avoir de meilleurs prix à la Réunion ? Et la prime vie chère, est elle aussi un facteur déterminant sur la composition des prix à la Réunion ?
Cette reconsidération à qui elle va vraiment profiter, le grand patron, qui augmentera gracieusement ses marges, ou aux citoyens qui augmenteraient substantiellement son pouvoir d'achat ?
Comme toujours je pense que ceux qui en auront toujours plus garderont toujours la cadence et ceux qui en auront toujours moins garderons aussi cette pauvreté et pire encore, les statistiques nous montrent que pour la pauvreté est exponentielle, et que cela touche aussi ceux qui y travaillent, arrivant aux frontières sensibles des catégories moyennes !!!! Le bateau social prend l'eau et de plus en plus, aux yeux de tous, des décideurs et on attend sans doute qu'il coule pour tenter de sauver quelques uns ? pour qu'il y en ait moins à gérer ???

2.Posté par kld le 07/10/2015 18:45

interessante lecture , très intéressante.

3.Posté par VIEUX CREOLE le 07/10/2015 22:46

JE CONTINUE D'AFFIRMER QUE QUE " L'OCTROI DE MER " NE PROTÈGE NULLEMENT NOS PETITS PRODUCTEURS LOCAUX !!! ! L' IMPORTATION MASSIVE D'AILS ,D'OGNONS , DE CAROTTES ,D'ARACHIDES etc ....FONT LES AFFAIRES DES IMPORTATEURS ET DES" GRANDES SURFACES" MAIS , PAS CELLES DE NOS MARAÎCHERS . AU CONTRAIRE, ELLES CONTRIBUENT A LEUR DISPARITION A PETIT FEU ! !!! TOUT LE MONDE LE SAIT ET PERSONNE , APPAREMMENT, NE FAIT RIEN. . . "MADAME LA MARQUISE", " MONSIEUR LE MARQUIS" TOUT VA TRÈS BIEN A LA REUNION, SAUF " QUE NOUS N'OBTENONS PAS SUFFISAMMENT D 'AIDES DE L’ÉTAT : "N'EST- PAS ???

4.Posté par La Réunion sans octroi de mer le 08/10/2015 01:13

A Maroner poste 1 : Toutes les questions que vous vous posez au sujet de l'octroi de mer est le fruit d'années de mensonges de la part nos élus sur le sujet (en vérité seulement quelques gourous locaux et nationaux, car les autres n'en savent pas plus que la grande majorité des Réunionnais et ne font qu'aboyer ce qu'ils entendent ici ou là).
Mais si aujourd'hui je me permets de "mettre en accusation" nos élus et leurs larbins, c'est que j'ai mes réponses à vos questions et bien davantage encore, malheureusement je n'ai pas la tribune pour les partager avec les Réunionnais.
Attention, je ne prétends pas détenir la "vérité" sur le sujet, mais à entendre les arguments fantaisistes des élites pour défendre cette taxe, je pense en être beaucoup plus proche qu'eux. Sinon, pensez-vous vraiment que je me mettrai à dos la plupart des élites uniquement pour le plaisir ?
Par ailleurs, je ne demande à personne de soutenir bêtement mes propos ou ma "vision" de l'octroi de mer, mais uniquement de soutenir ma démarche pour qu'il y ait un débat sur le sujet et pour que toute la lumière soit faite sur cette taxe. Mon ambition n'a jamais été d'asservir la conscience de qui que ce soit, mais uniquement de confronter mes arguments à ceux des défenseurs de l'octroi de mer, pour que chaque Réunionnais puisse en être le plus informé possible. Malheureusement cette ambition semble ne pas être celle des élites de la Réunion, si j'entends leur lourd silence...
Pour finir, je ne pourrai répondre que furtivement à une seule de vos questions, d'abord en raison de la complexité du sujet, et ensuite parce que cela n'est pas possible d'y répondre en quelques mots.
"Pourquoi les politiques ne souhaitent pas la suppression de cette taxe?"
Cette question à elle seule réclame que l'on s'attarde d'abord sur la vie chère, la sur rémunération des fonctionnaires, le financement de la sur rémunération des fonctionnaires territoriaux, le financement des collectivités locales, etc. ..., car l'octroi de mer n'est pas seulement un "poison" mais aussi un "virus" qui infecte beaucoup d'autres "dispositifs', et vous comprendrez que je ne puisse pas donner ici toutes les raisons, mais que quelques raisons parmi tant d'autres : Si vous étiez à leur place, préfèreriez-vous avoir plus d'argent ou moins d'argent pour financer vos promesses électoralistes ? Briseriez-vous votre carrière politique en vous mettant à dos vos "gourous" locaux et parisiens ? Feriez-vous des vagues alors que la grande majorité des Réunionnais pensent que la vie chère est une fatalité et que l'octroi de mer est un bienfait ? Etc... Ce ne sont là que des raisons politiques, mais croyez-moi il y en a beaucoup d'autres que les politiques eux-mêmes n'en ont pas conscience (par exemple : ils ne sont pas conscients que l'octroi de mer finance des dépenses qu'il a lui même engendré, que l'octroi de mer fait financer la sur rémunération des fonctionnaires territoriaux par les ultramarins eux-mêmes alors que cela devrait être prise en charge par l'Etat, etc. ...).
Qu'ils me donnent une tribune, un tableau, un feutre, et le temps nécessaire pour décortiquer l'octroi de mer, ils iront eux-mêmes à Paris réclamer la suppression de l'octroi de mer... du moins s'ils disposent d'un peu de courage ! (rassurez-vous, ce n'est pas de l'arrogance de ma part, mais une très forte conviction)

5.Posté par Maronèr le 08/10/2015 20:48

Post 4 : ce n'est donc pas une surprise sur le fait qu'il s'agit bien du politique qui est ici à la fois la cause du mal et de son remède. La lâcheté et le carriériste du politique ressortent comme les grands vainqueurs de cette situation inégalitaire. faisant davantage profiter à ceux qui n'ont pas le plus besoin au détriment de ceux qui crient la misère.

Bravo pour votre combat utile pour tous !!!!

t

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes