Economie

30% des jeunes réunionnais trouvent un emploi moins d'un an après leurs études

Lundi 10 Décembre 2018 - 12:15

30% des jeunes réunionnais trouvent un emploi moins d'un an après leurs études
Dans sa dernière étude publiée le 6 décembre dernier sur l'insertion professionnelle des jeunes à la fin des études à La Réunion, on apprend que près de 30% d'entre eux décrochent leur premier emploi "moins d'un an après la fin de leurs études".

Des jeunes diplômés du supérieur "mieux formés" et qui "trouvent plus vite" un emploi que leurs aînés, explique l'institut d'études statistiques, "alors que le marché du travail est bien étroit sur l'île". En revanche, les Réunionnais sans diplôme du supérieur "s’insèrent beaucoup plus lentement", relève l'Insee.

 
À La Réunion, 30 % des jeunes âgés de 22 à 35 ans en 2014 trouvent leur premier emploi dans l’année qui suit la fin de leurs études. Pour leurs aînés, l’obtention d’un emploi a été plus lente : seuls 21 % des seniors, aujourd’hui âgés de 50 à 64 ans, ont décroché leur premier emploi en moins d’un an (figure 1). L’allongement des études au fil des générations explique cette insertion professionnelle plus rapide. En effet, les jeunes terminent en moyenne leurs études à 20 ans contre 17 ans pour leurs aînés, avec plus d’atouts pour entrer dans la vie active. Ainsi, avoir un diplôme est beaucoup plus fréquent que par le passé : 65 % des jeunes Réunionnais détiennent au moins un CAP ou un BEP, contre seulement 29 % des seniors. Le niveau de diplôme a aussi augmenté: 19 % des jeunes sont diplômés du supérieur contre 8 % des seniors. En l’espace de trente ans, le nombre de diplômés du supérieur à La Réunion est passé de 19 000 à 93 000.

 

En particulier, les jeunes femmes réunionnaises s’ insèrent plus rapidement que leurs aînées : 28 % occupent un emploi dans l’année qui suit la fin de leur formation initiale, contre 17 % de leurs aînées. Le temps écoulé avant le premier emploi est à peine supérieur à celui des jeunes hommes, dont 32 % trouvent un emploi dans l’année. À diplôme identique, les jeunes femmes s’insèrent même aussi rapidement que les jeunes hommes. Ce n’était pas le cas chez les seniors. En effet, être femme au foyer était nettement plus fréquent qu’aujourd’hui. Dans les années 1970, seules 31 % des femmes en âge de travailler se portaient sur le marché du travail ; au milieu des années 2000, elles étaient près de deux fois plus nombreuses (57 %).

Une insertion sur le marché du travail plus difficile qu’ailleurs
 
Toutefois, trouver un emploi dans l’année qui suit la fin des études reste deux fois moins fréquent qu’en province pour la jeune génération (30 % contre 62 %). Plusieurs facteurs expliquent cette insertion moins rapide à La Réunion. D’une part, le marché du travail de l’île est restreint: 34 % des jeunes actifs de 15 à 34 ans sont au chômage, soit deux fois plus qu’en province (métropole hors Île-de-France, 14 %). D’autre part, malgré l’élévation de leur niveau de formation, seuls 43 % des jeunes Réunionnais sont titulaires du bac ou d’un diplôme du supérieur contre 63 % des jeunes provinciaux. Par ailleurs, malgré l’augmentation de l’activité des femmes au fil des générations, les jeunes Réunionnaises continuent à se porter moins souvent sur le marché du travail que les jeunes femmes résidant en métropole.

Le diplôme, un visa pour l’emploi
 
À La Réunion comme dans le reste de la France, plus le niveau de diplôme est élevé, plus les chances de trouver un emploi augmentent. Ainsi, seuls 13 % des jeunes Réunionnais sans diplôme trouvent un emploi dans l’année. Cette part double pour les jeunes détenteurs d’un CAP ou d’un BEP (25 %), triple pour les bacheliers (37 %) et quintuple presque pour les diplômés du supérieur (61 %, figure 2). Ce constat reste vrai quelle que soit la génération, alors que chacune d’elles a été confrontée à des contextes socio-économiques bien différents au moment de son entrée dans la vie active.
Seuls les jeunes diplômés du supérieur s’ insèrent presque aussi rapidement que ceux de province (61 % contre 70 %). Les autres sont deux à trois fois moins nombreux à décrocher un emploi en moins d’un an. À l’exception des diplômées du supérieur, la plupart des jeunes Réunionnaises deviennent mères avant d’être en emploi. L’environnement familial joue sur le niveau de qualification du premier emploi mais, à diplôme équivalent, l’insertion n’est pas plus longue quand les parents sont peu qualifiés.

Contrairement à leurs aînés, à diplôme identique, les jeunes natifs réunionnais ne mettent pas plus de temps à trouver un emploi sur l’île que les non natifs. Les quadragénaires habitants de l’île et nés en métropole avaient mis moins de temps à obtenir leur premier emploi sur l’île que les natifs de La Réunion, même à diplôme identique. Ceci s’explique en partie par une difficulté accrue des natifs de l’île de cette génération à quitter leur région pour trouver un premier emploi loin de leurs racines familiales. Ils ont préféré chercher un emploi sur l’île, quitte à mettre plus de temps à le trouver.

Un premier emploi toujours plus orienté vers le commerce et les services
 
Parmi les jeunes habitant aujourd’hui sur l’île, neuf sur dix ont décroché leur premier emploi à La Réunion. Plus encore qu’en province, la plupart des jeunes Réunionnais trouvent cet emploi dans le commerce ou les services, reflétant ainsi la tertiarisation de l’économie : 79 % à La Réunion contre 72 % en province (figure 4).
Au cours des dernières décennies, La Réunion a basculé rapidement d’une économie agricole vers une économie tertiaire. Au milieu des années 1970, les seniors ont fait leur entrée sur un marché du travail où l’agriculture concentrait encore 22 % des emplois ; quand vient le tour des plus jeunes dans les années 2000, l’agriculture ne pèse alors plus que 4 % des emplois. Comme en province, les premiers emplois dans l’agriculture ont ainsi quasiment disparu pour la jeune génération. Des changements sociétaux ont aussi accompagné cette mutation économique. Avec le développement d’ une société de consommation, le secteur du commerce offre de plus en plus souvent une opportunité de premier emploi : 22 % des jeunes Réunionnais débutent leur vie professionnelle dans le commerce, contre 14 % pour les générations précédentes. Par ailleurs, seuls 1 % des jeunes commencent leur vie professionnelle auprès de particuliers, notamment comme employés de maison, contre 13 % des seniors.
Les entreprises privées réunionnaises sont à présent les principales pourvoyeuses de premiers emplois : 63 % contre 45 % pour la génération des seniors (figure 5). Cela reste cependant moins fréquent qu’ en province (76 %). Le secteur privé est en effet moins développé sur l’ île, avec notamment un secteur industriel moins présent, qui offre par conséquent deux fois moins de débouchés aux jeunes (8 % des premiers emplois contre 17 % en province).
A contrario, la fonction publique et les services non marchands qu’ elle propose constituent une opportunité plus fréquente pour faire ses premiers pas dans le monde du travail : 26 % des premiers emplois sont dans le secteur des services non marchands contre 14 % en province. En particulier, les collectivités territoriales permettent davantage aux jeunes d’entrer sur le marché du travail, grâce notamment aux contrats aidés plus fréquemment mobilisés qu’en province. Elles offrent ainsi 15 % des premiers emplois des jeunes contre 4 % en province.
En lien avec ces mutations économiques et l’allongement des études, le niveau de qualification du premier emploi augmente au fil des générations. Ainsi, 24 % des jeunes Réunionnais occupent un premier emploi de niveau cadre ou profession intermédiaire, alors qu’ ils n’ étaient que 17 % chez les seniors. Cela reste un peu moins fréquent à La Réunion qu’en province (29 %).

NP
Lu 3866 fois




1.Posté par matthieu le 10/12/2018 12:30

Tout va bien alors et les 70 pour cent les restants?

2.Posté par Et combien dans les collectivités ?. le 10/12/2018 12:45 (depuis mobile)

100 % des membres des mêmes familles trouvent un emploi dans les collectivités avec le diplôme de militants , de colleurs d''affiches . Et en peu de temps deviennent des fonctionnaires pour servir la réélection des élus

3.Posté par tijen le 10/12/2018 13:10

avec l'automatisation et la démocratisation des robots, seuls les plus qualifiés auront la chance, peut-être, d'avoir un boulot. il faut aussi le dire.

4.Posté par Gregory le 10/12/2018 13:20 (depuis mobile)

La fille sur la photo elle est jolie

5.Posté par question bête le 10/12/2018 14:12

tiens, l'OPMR n'a pas été conviée aux résultats de cette étude... l'insee aurait elle mal digérée la dernière réunion à laquelle elle a assistée?

6.Posté par question bête le 10/12/2018 14:15

2 étudiants sur 3 mettent plus d'un an à trouver un job..ou pas !

7.Posté par MARTIN LANE le 10/12/2018 14:31

1er emploi ne veut pas dire emploi à vie !
1er cdd de 1 mois...puis chômage 2/3 mois, puis CDD...ainsi de suite..

8.Posté par ti kreol né den la koloni renyonez. le 10/12/2018 14:59

C 'est quoi un Réunionnais????
Je suis fatigué de toute ces pseudos études qui parlent du Rényoné.

Avant de faire des études sur le Rényoné, que l'on définisse ce qu'est être un Rényoné.

Le terme réunionnais utilisé par les médias, par les politiques, par tous le monde n'a jamais été clairement définit. Il est grand temps de définir lo kreol renyoné.

9.Posté par Totoche le 10/12/2018 15:09

"Contrairement à leurs aînés, à diplôme identique, les jeunes natifs réunionnais ne mettent pas plus de temps à trouver un emploi sur l’île que les non natifs. "

Bisous aux racistes anti-zoreils.

10.Posté par Jacques Jean-marc le 10/12/2018 15:10

Là aussi il faut dire les choses vraiment ; parler des diplômés globalement n'a pas de sens, car la valeur des diplômes est très variables : vous avez des diplômes très techniques qui marquent une formation professionnalisante et qui donc permettent de trouver un emploi plus facilement ; vous avez des dipôles très sélectifs qui montre le potentiel de la personne qui là aussi permettent de trouver un emploi plus facilement ; vous avez encore des diplôme culturel et peu sélectif qui n'ont pas vocation à ouvrir directement le marché du travail ; les étudiants le savent ce n'est pas une surprise. Vous avez encore des domaines qui sont beaucoup plus porteurs que d'autres, car la demande sur le marché du travail est forte par rapport à l'offre. Enfin vous avez une manière d'obtenir votre diplôme qui influence cet entrée sur le marché du travail, le major d'une promotion y arrivera plus facilement que celui qui a redoublé chaque année... et c'est heureux ! Bref si vous sortez premier d'une grande école d'ingénieur ce sera plus facile que si vous avez mis 6 ans à avoir votre licence de psychologie....

11.Posté par Dagober le 10/12/2018 15:52 (depuis mobile)

30 % vous trouvez ça super ??? Lès 70autres il font quoi

12.Posté par microipi le 10/12/2018 18:31

notre jeunesse souffre et font des études et des diplômes parkings , notre modèle de société est arrivé à son terme il faudrait penser à un nouveau modèle, je plaisante pour les 70% restant il suffirait de traverser la route MACRON l'embobineur est en face parole d'un président élu par défaut

13.Posté par Kkd le 10/12/2018 20:13 (depuis mobile)

Il y a des formations qui ont pour but de déboucher sur un emploi. Et puis il y a les formations qui ont pour but de donner un emploi aux enseignants gauchistes de l’université. A chacun de faire ses choix....

14.Posté par Marc le 10/12/2018 20:56

5. Il ne me semble pas que les questions d'emploi relèvent des compétences de l'observatoire des prix, des marges et des revenus.

15.Posté par classe moyenne le 11/12/2018 12:30

archi faux se sont des contrats de 1 mois et tés peu sont éligibles pour ce petit contrat d'un mois ,il faut passer encore devant une commission

16.Posté par Rhum Quina le 11/12/2018 13:51

@ 1.Posté par matthieu le 10/12/2018 12:30

" ... et les 70 pour cent les restants? "

Un enseignant racontait il y a quelques jours sur les ondes d'une radio locale que ces 70 % sont l'exacte représentation de ceux qui sont réfractaires aux études. Je dirai même mieux ! ils n'en manifestent aucune envie.

17.Posté par momo le 11/12/2018 14:16

70% restent sur le carreau

18.Posté par girondin 50120 le 11/12/2018 17:01

Tu cherches un emploi ?
Alors traverse la ravine

19.Posté par Yapo wilfried le 05/02/2019 14:55 (depuis mobile)

Je cherche un emploi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie