Revenir à la rubrique : Economie

30 000 logements sociaux à construire pour compenser le plafonnement de la défisc

François Caillé, président du Médef, avait déclaré lors de la manifestation unitaire et solidaire de La Réunion économique, “nous avons fait des propositions au gouvernement, tout va dépendre des arbitrages”. La solution pourrait venir du financement de la construction de logements sociaux dans l’île.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 28 octobre 2008 à 07H04

Rien n’est encore joué, mais, il semblerait que les acteurs économiques et les parlementaires de la majorité présidentielle se dirigent vers une solution médiane.
D’une part, le plafonnement des niches fiscales contenues dans la défiscalisation, devrait de manière modérée compenser l’investissement constructif. Selon le site du parti socialiste national, ce serait 100 à 200 millions qui seraient affectés au financement du RSA (budget global 1,5 milliard d’euro).
Cette perte annuelle pourrait être compensée par une hausse des moyens pour la construction de logements sociaux. “Je suis pour un volet logement social dans la défiscalisation”, a déjà dit Didier Robert, député-maire du Tampon. Il y aurait 30 000 logements à construire à terme. La Réunion économique n’est pas contre.
Mais, une fois encore les critères de financement et de défiscalisation vont se heurter aux réalités de Bercy. Il est clair que les promoteurs n’ont pas envie de s’investir sur des projets, à la marge bénéficiaire limitée.
Il faut ajouter à cela un problème essentiel, l’accession à la propriété pour quel public, avec quels revenus, quelles institutions financières et à quel taux de crédit ?
Ce problème est déjà posé dans la Loi programme pour l’Outre-mer qui sera votée en 2009. Les acteurs économiques souhaitent que l’Etat finance le logement social à hauteur au moins de 2.900 euros le mètre carré, au lieu de 2.300 euros prévus.
L’accord devrait se faire sur 2.700 euros le mètre carré. Ce qui signifie que le logement intermédiaire sur lequel misent aujourd’hui les promoteurs immobiliers, une moitié financée par l’Etat et l’autre par les futurs propriétaires, à revenus moyens (1.500 à 3.000 euros) pourrait à l’arrivée satisfaire tout le monde.
Et l’avantage d’une telle solution serait sa pérennité pour l’emploi et la stabilité économique.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« L’octroi de mer : c’est n’importe quoi ! » selon l’UCOR

L’Union des Consommateurs de La Réunion (UCOR) publie une lettre ouverte critiquant l’octroi de mer pour son impact sur le coût de la vie et exige sa suppression immédiate, ainsi que le financement des communes et de la région par l’État, pour protéger le pouvoir d’achat des Réunionnais.

Dérogation pour les produits de construction : « Une victoire écologique et sociale » pour Gaillard et Ratenon

Dans un communiqué, les députés Jean Hugues Ratenon et Perceval Gaillard saluent la décision du Parlement européen d’autoriser La Réunion et les autres territoires ultramarins à importer des produits de construction de pays tiers sans marquage CE. Une mesure permettant de réduire les coûts pour les entreprises et les consommateurs, tout en réduisant l’impact écologique associé au transport.

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.