Revenir à la rubrique : Social

2050 enfants soutenus par l’association 1000 sourires

Deux ans après sa création, l'association 1000 sourires a dressé un bilan, hier soir à la base aérienne 181, en présence des membres de l’association saint-pauloise et de ses partenaires. Ibrahim Ingar, président de l’association, a tenu à remercier tous ceux qui ont permis de "déposer autant de sourires".

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 28 novembre 2008 à 06H11

Le bilan est plus que satisfaisant pour l’équipe de 1000 sourires et se clôt même avec la remise d’un don de 4.000 euros adressé au Docteur François Cartault, chef du service de génétique du CHR Félix Guyon et parrain de l’association. « Ce chèque nous aidera pour l’achat futur d’un appareil qui va nous permettre de gagner un temps précieux. Nous allons pouvoir quantifier l’ARN messager dans le corps du patient atteint d’une maladie génétique spécifiquement réunionnaise, et mieux comprendre le mécanisme de la maladie » explique le docteur François Cartault.
Le bilan 2006-2008 c’est 2.050 enfants des quartiers de Saint-Paul qui ont pu bénéficier de voyages et autres activités organisées par l’association. La 2008ème enfant était d’ailleurs présente hier soir. Maeva Viranin Houpiarpanin avait été désignée il y a quelques semaines par un tirage au sort.
Elle s’envole donc pour l’aventure 1000 sourires. Comme ses camarades de Saint-Paul, Maeva pourra vivre un moment de rêve comme un tour de l’île en Transal de l’armée de l’air, une promenade en mer à bord du Grand Bleu, un après-midi culinaire avec le chef de l’hôtel « le Saint-Alexis« , un après-midi karting, une rencontre avec Malik Unia….Des souvenirs inoubliables pour les petits Saint-Paulois.
Cette soirée a été marquée par de longs remerciements aux partenaires qui se sont investis dans cette aventure. Des trophées ont été décernés afin de souligner le fort partenariat qui unit l’association à diverses sociétés et personnalités comme les FAZSOI, SFR, la SIDR, la Caisse d’Epargne ou encore Madame Huguette Bello, député-maire de Saint-Paul.
L’association invite tout le monde à venir découvrir son nouveau site internet : www.1000sourires.com où tous les renseignements et compte-rendu des activités sont présentés.

 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.