MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

2022 aura été l’année la plus chaude en France


Par Bruno Bourgeon - Publié le Mercredi 18 Janvier 2023 à 10:17

Alors que la COP27 vient de s'achever sans avancée réelle sur l'atténuation du changement climatique, la réalité nous rattrape. L'année 2022 a connu cinq épisodes de chaleur hors norme avec des conséquences de plus en plus dramatiques sur l'économie. De mai à octobre, les températures ont tour à tour dépassé les normales de saison sans interruption. Ce qui fait dire à Météo-France, que l'année 2022 sera sans aucun doute la plus chaude de l'histoire, et certainement la plus fraîche des années chaudes à venir.

Nous avons assisté à trois vagues de chaleur estivales, accompagnées de canicules. À cela, il faut ajouter deux épisodes ou vagues de chaleur hors saison, dont un épisode de chaleur précoce autour de la mi-mai, et de façon encore plus surprenante, un épisode de chaleur très tardif, qui a duré du 15 octobre au 1er novembre. Pendant ces quinze jours, les températures se situaient de 4 à 10 degrés au-dessus des normales localement. Par exemple, le 28 octobre, il a fait 31,8°C à Tarbes, 28,7°C à Clermont-Ferrand ou encore 24,6°C à Strasbourg. Le mois d’octobre 2022 a ainsi été le plus chaud jamais enregistré en France depuis le début des mesures météorologiques.

Novembre se situe plutôt au-dessus des normales, et devrait encore se situer dans les dix mois de novembre les plus chauds. Reste l'incertitude autour de décembre… Mais même dans un scénario de températures froides, 2022 devrait se classer comme la plus chaude jamais enregistrée en France. Il y a désormais très peu de doutes là-dessus. Car depuis le mois de mai, de façon ininterrompue, nous faisons face successivement à des mois qui se situent au-dessus des normales, et de façon très nette. Nous avons ainsi connu 33 jours de canicule en 2022, contre 22 en 2003.

Nous sommes surpris en tant que citoyens, nous n’avons pas envie que ça arrive, nos cerveaux n'y sont pas préparés. Mais quand on sait que les émissions de GES n’ont pas diminué, on ne pouvait pas s’attendre à mieux. En outre, cette année est marquée par le phénomène La Niña, qui en principe joue un rôle d'atténuation sur les températures et qui normalement n’est pas associé aux années les plus chaudes. Ce n’est donc vraiment pas une bonne nouvelle. Et il faut s’attendre à ce que la prochaine année chaude le soit encore plus que 2022. Il est donc crucial de prendre des mesures d’atténuation.

En France, les vagues de chaleur estivales sont deux fois plus fréquentes qu’il y a trente ans. C’est démontré désormais. Le GIEC indique lui aussi que ces vagues de chaleur vont se multiplier en fréquence et en intensité en raison du changement climatique. Des études d’attribution réalisées en juillet 2019 et en septembre 2020 permettent ainsi de faire le lien. Une autre étude est actuellement en cours sur la période qui court de mai à août 2022. Mais il n’y a pas tellement d’incertitudes sur le lien avec le changement climatique. Tout le monde l’a bien ressenti.

La principale conséquence de ces changements climatiques est la sécheresse des sols. Cette année 2022 se classe au troisième rang des sécheresses les plus longues, après 1989 et 2005. Mais ce qui est assez inédit et peu fréquent, c’est que cette sécheresse a touché 90% du territoire plus ou moins longtemps avec des conséquences sur les habitations qui se fissurent, sur la santé des populations (l'été 2022 a été marqué par un excès de 10 420 morts), mais aussi sur l’agriculture qui a été particulièrement maltraitée cette année, avec un épisode de gel tardif puis un épisode de chaleur précoce.

Une année comme celle qui s’achève permet à davantage de personnes de prendre conscience des impacts du changement climatique. Si certains peuvent se réjouir de quelques degrés de plus, pour se prélasser en terrasse au mois d’octobre, beaucoup se rendent compte des souffrances qui sont associées à cette hausse des températures. La question devient de plus en plus centrale. De plus en plus de personnes changent leur mode de vie de façon plus ou moins importante. Pour autant, doit-on être optimiste, quand on sait que l’impact d’un changement de vie drastique ne diminue que de 25% les émissions de GES, quand l’industrie ou les mécanismes étatiques en sont responsables aux 3/4 ?




1.Posté par A mon avis le 18/01/2023 13:09

Le GIEC a été créé en 1988.
Tous les scénarios qu'il a élaboré par le passé se sont confirmés justes.
Il n'est plus contesté, sauf par quelques irréductibles climato-sceptiques inconscients ou calculateurs pour leurs " propres" intérêts immédiats.

Mais les conséquences de ce réchauffement sont tellement considérables qu'elles dépassent l'entendement c'est à dire que notre raison, notre intelligence n'est pas capable d'en saisir la portée réelle, d'où cette indifférence ou ce refus de regarder la réalité en face tellement elle bouscule nos habitudes et demande des changements radicaux de nos modes de vie.
Nos dirigeants politiques refusent cette réalité tellement elle implique de bouleversements.


Prochaine COP à Dubaï présidée par un roi du pétrole !
Le réchauffement climatique est entre de bonnes mains !

2.Posté par chikun le 18/01/2023 15:49

Il y a des preuves irréfutables de la variation du climat avant l’apparition de l’Homme sur la Terre.
Un groupe de scientifiques, dirigé par un lauréat du prix Nobel, a fait une déclaration mondiale sur le climat. Dans le document en question, ils ont annoncé « qu’il n’y a pas d’urgence climatique ». Selon les 1.200 scientifiques et universitaires de renom ayant signé cette déclaration, on a tendance à rendre la science du climat trop politique (bobos Macron et surrémunérés) et les prédictions concernant le réchauffement climatique seraient exagérées.
La science du climat est désormais basée sur « des croyances personnelles et des agendas politiques » et non sur des faits scientifiques.

Bourgeon est un bel exemple de ces candidats politiques qui utilisent le climat pour se faire élire.

3.Posté par A mon avis le 18/01/2023 18:03

@ 2.Posté par chikun
Votre commentaire est l'illustration de ces quelques individus "climato-sceptiques par ignorance" sur le sujet et qui veulent se rassurer en cherchant sur des sites internet bidons des arguments totalement fallacieux !

L'ignorance sur le sujet apparaît dès la première phrase : " Il y a des preuves irréfutables de la variation du climat avant l’apparition de l’Homme sur la Terre."

Avancer ces variations comme des "preuves irréfutables", c'est ignorer l'histoire géologique de la Terre qui existe depuis plus de 4.5 milliards d'années et qui en a vu des bouleversements.
Bien sûr que le climat a varié avec le taux de CO2 notamment : mais ces variations se déroulaient sur plusieurs milliers, voire millions d'années.
Ce qu est nouveau, c'est la vitesse de variation actuelle du climat variation qui n'a jamais été aussi rapide.

Pendant 6000 ans; le taux de CO2 dans l'atmosphère n'a quasiment pas varié !
Il a plus que doublé durant ces 200 dernières années, c'est à dire depuis le début de l'ère industrielle.
et il continue d'augmenter.


De plus, ce taux de CO2 n'a jamais été aussi élevé depuis 3 millions d'années (période géologique du Pliocène ) période pendant laquelle la température était de +4°C par rapport à aujourd'hui et le niveau de la mer était alors plus haut d'au moins 15 m..

4.Posté par A mon avis le 18/01/2023 20:15

Selon l'organisme de recherche " Advance Democracy", les tweets comportant les mots clés « fraude climatique », « canular climatique » ou « escroquerie climatique» ont plus que triplé en 2022.
Le bond est particulièrement marqué depuis l'acquisition du réseau social par Elon Musk, qui a publiquement appelé à s'attaquer aux médias et à la science mainstream, tout en réintégrant des comptes anti-sciences notoires.

5.Posté par Leceps le 18/01/2023 21:37

Il y avait déjà des A mon avis avant même l’apparition de l’Homme. Donc ne doutons pas de sa parole incarnée. A quoi bon commenter ou débattre puisqu’il a réponse à tout.

6.Posté par A mon avis le 19/01/2023 13:09

qt[Face à l’ampleur des crises écologiques et à l’inertie des pouvoirs publics, de nombreux scientifiques deviennent lanceurs d’alerte, candidats aux élections ou zadistes.

[...]

En termes d’activisme, l’année 2022 aura marqué un tournant, sans doute à cause d’un rapport alarmant du Giec publié au printemps, suivi par les mégafeux et autres vagues de chaleur de cet été. Mais le mouvement s’est amorcé dès février 2020, avec une tribune signée par près d’un millier de scientifiques et publiée dans le Monde, qui théorisait le passage à l’acte des scientifiques face à «l’inaction des gouvernements». Dans la foulée apparaissait Scientifiques en rébellion, future branche française de Scientist Rebellion, créé en Ecosse en 2020 sur le modèle d’Extinction Rebellion.

[...]

Dès 2019, la revue The Lancet questionnait les critères éthiques conférant une légitimité à la désobéissance civile de scientifiques. Selon ses auteurs, qui s’appuyaient sur la théorie de la justice légitime du philosophe américain John Rawls, ces actions sont justifiées si elles représentent le dernier recours face à une situation injuste : ce que beaucoup considèrent être le cas de l’inaction des gouvernements face au dérèglement climatique aujourd’hui. De nombreux chercheurs estiment qu’il relève donc de leur devoir éthique de faire front face à cette menace.]qt

https://www.liberation.fr/idees-et-debats/ecologie-un-chercheur-sachant-militer-est-il-un-bon-chercheur-20230119_RRW4EXCRERF6RA4GKP32VSSKGA/://

7.Posté par A mon avis le 19/01/2023 21:08

Un exemple d'activisme pour le climat :

L’activiste écologiste suédoise Greta Thunberg a été arrêtée et brièvement mise en garde à vue, mardi 17/01/2023, avec d’autres militants, lors d’une manifestation aux abords de la plus grande mine de lignite à ciel ouvert d'Allemagne, dans l’ouest du pays. L’extension prochaine du site doit amener à la destruction d’un hameau du nom de Lützerath.

Puis Greta Thunberg ira à Davos, en Suisse, pour débattre avec le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie aux côtés de l’Equatorienne d’Amazonie Helena Gualinga, l’Ougandaise Vanessa Nakate et l’Allemande Luisa Neubauer.

8.Posté par polo974 le 19/01/2023 21:27

2.Posté par chikun le 18/01/2023 15:49
Il nous ressort cette farce de document signé par des gens dont très peu sont scientifiques et quasi aucun climatologue. Un peu comme si on demandait au boucher sont avis sur un problème de mécanique (même pas quantique).


5.Posté par Leceps le 18/01/2023 21:37
Encore un troll qui quasi-usurpe le pseudo d'un autre...

Bon, ok, tout le monde sait que c'est toujours le même ...

9.Posté par Omarie le 20/01/2023 12:58

- En 40 ans, la banquise a perdu 40% de son épaisseur. Certains scientifiques prédisent sa disparition d'ici 2030. La fonte des glaciers entraînerait une élévation des océans de 7m. Les phénomènes migratoires à partir des régions côtières vont s'amplifier.

- 30% des coraux, maillon essentiel dans la chaîne continue des espèces, ont déjà disparu.

- Les 3/4 des ressources de pêche sont épuisées.

- Le cycle des pluies est totalement bouleversé. En Australie, la moitié des terres est déjà touchée par la sécheresse.

- 5000 personnes dans le monde meurent chaque jour à cause de la rareté de l'eau.

- Les incendies se multiplient aux portes des grandes villes.
13 millions d'hectares de forêts disparaissent chaque année.

- il y aurait 200 millions de réfugiés climatiques avant 2050.

- La famine tue près de 9 millions de personnes chaque année.

- Les dépenses militaires sont 12 fois plus élevées que les dépenses alimentaires dans le monde.

(Source : film documentaire "Home" de Y-A Bertrand)

L'homme à engendré des phénomènes qui le dépassent.
La planète se transforme en un immense gouffre où s'amoncellent les débris de ce qui reste de l'humanité.

10.Posté par Habitant le 20/01/2023 14:26

Là vous parlez plutôt de la France hexagonale, mais il faudrait aussi que l'on parle de la Réunion même.
Nous constatons également un certain dérèglement climatique chez nous ici sur l'île.
Et pourtant, je constate qu'il n'y a pas de réelle mesure pour que l'on apprenne la sobriété dès maintenant, et ne pas attendre qu'il soit trop tard pour s'adapter.

Le dernier exemple en date est la sècheresse. A part quelques restrictions par-ci par là, il n'y a rien eu.
Et pourtant, je vois toujours autant de gaspillage d'eau tous les jours: des fuites non réparées, du sable ou du béton arrosé etc ...

11.Posté par A mon avis le 20/01/2023 21:08

@ 10.Posté par Habitant
Sans parler de la hausse du niveau de l'océan.
On attendra que l'eau monte pour prendre des mesures.

Dans la plupart des pays déjà confrontés à ce problème, on se contente de construire des digues, alors que le déplacement des populations serait nécessaire avant l'arrivée des catastrophes.
Mais ce sont des solutions trop difficiles à réaliser et à faire accepter.

12.Posté par Omarie le 21/01/2023 13:20

Suite à mon post 9 :

Le tableau que j'ai dressé et ma conclusion peuvent paraître "démesurés" mais nous sommes confrontés à une réalité qui n'invite à l'optimisme.
Cela ne signifie pas que nous devons nous précipiter tête baissée vers le "gouffre".
Quelques associations et militants activistes se battent contre l'hégémonie industrielle et les pouvoirs étatiques, ils doivent être soutenus dans leurs actions.
Chacun de nous, peut contribuer à l'éveil des consciences autour de nous, chacun à notre niveau avec nos propres moyens.

Changer nos comportements et amener d'autres personnes à le faire aussi. Modifier nos modes de consommation. Privilégier les denrées alimentaires non transformées, la production locale et les services de proximité. Se tourner vers tout ce qui va dans le sens de l'économie circulaire plutôt que se ruer vers les géants de la grande distribution. Opter pour d'autres moyens de déplacement. Laisser autant que possible la voiture au parking pour les trajets courts et pendant les week-end...

Ce sont des petits gestes me diront certains mais n'est-ce pas "les petits ruisseaux qui font les grandes rivières" ? Ce qui n'exclue pas de mettre les politiques et les pouvoirs publics face à leurs responsabilités. Il est de leur devoir d'initier et de propulser le choix d'un autre modèle de société.

13.Posté par Jean Thevenet le 23/01/2023 15:24

La Réunion porte très haut les symboles du gaspillage énergétique: c'est une ÎLE À HÉLICOPTÈRES où 20 de ces engins pour 1 ne servent qu'à aller voir la vue, pour en voir guère plus que ce que l'on découvre avec une paire de jumelles de belvédères.

On va nous répondre que... tiens par exemple " Le souci des hélicos c’est le bruit, mais la pollution faut arrêter 2min! Comparé à la pollution de l’île les hélicos c’est rien... navires de croisière et helico de tourisme s’est s’acharner inutilement sur des facteurs quasi nul de la pollution mondiale !"
facile de minimiser en comparant un scandale local à la pollution globale...

Justement, rien que le bruit: par exemple, induira un bâti beaucoup plus lourd et consommateur si on veut s'en protéger, grosse consommation d'énergie fossile pour de l'isolation phonique, et rien que le bruit condamnera des comportements vertueux pour en favoriser d'autre bien plus polluants (visite express, tourisme à sensation encouragés, alors que la visite appaisée, contemplative, se poser longtemps dans les cirques étant découragées donc plus d'impact d'activité qui semblent n'avoir rien à voir)
Même chose pour les loisirs et mode de vie: sous les hélicos, à raison de 10 par heure durant des heures, quoi faire d'autre dans son jardin que mettre le casque anti-bruit et y aller à coup de moteur et tout arroser de pesticide pour plus vite finir, alors qu'une ambiance calme, on l'a vu durant le confinement, va rendre agréable de travailler la terre et soigner des plantes dans le calme et à la main: le tourisme par hélico a quasiment tué dans l'oeuf l'engouement naissant pour la permaculture: dans le vacarme, c'est juste des corvées.
Les hélicos, c'est aussi se priver du bonus en services-crottin des ânes qui pourraient transporter une grande partie des chargements, et faire venir à la place des camions d'engrais que l'on va même hélitreuiller...

Et c'est aussi un symbole: non content d'avoir participé fortement à l'effet de serre pour un voyage, en rajouter un +10 à +20% surplace qui est superflu, sans compter les nuisances sonores..

Il serait bien incohérent d'exiger la sobriété énergétique des habitants si des touristes se permettent de consommer 30 à 40 litrres de kérosen par heure de visite "pour voir la vue" (pour 1 siège, c'est pas beaucoup moins en ULM, car toute la consommation de l'engin est pour lui seul même si l'engin consomme moins et avec du bruit pour lui tout seul, l'ULM est encore pire que l'hélico en quantité de nuisance pour le même service, 2000 personnes par an suffisent pour garantir de la pollution sonore tout le temps toute l'année),

14.Posté par Paulau976 le 27/01/2023 21:21

@8 de quoi je me mêle ?
A moins que A mon avis et Polo ne soit qu’une seule et même personne ? Et ça donne des leçons de multi-pseudos…

15.Posté par Mollo007 le 27/01/2023 21:22

En attendant, il fait chaud… cet été.

16.Posté par Nanar à vélo le 28/01/2023 08:23

@13 en plus de l’âne à crottin pour remplacer l’hélico, relançons la production de glaces dans la caverne Dufour et mettons nos frigos à la mer. Ça sera bon pour l’île et on refroidira la mer.
D’autres idées ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes