Courrier des lecteurs

"20 Désamb"

Courrier du 24 décembre :

Samedi 11 Janvier 2020 - 09:35

"20 Désamb"
    En 2018, j’avais eu le sentiment – totalement subjectif, bien sûr – que le 20 décembre était une journée portée disparue. Les festivités m’avaient semblé minimalistes, réduites au strict minimum syndical.

    Cette année, tout a commencé avec la manifestation qu’organise, comme chaque année, l’association des « Amis de Sarda Garriga » devant la stèle du Barachois. On ne soulignera jamais assez le travail de mémoire remarquable qu’accomplissent tous les membres de cette association, hélas peu connue.

    Samedi, toute l’île – et les médias s’en sont fait l’écho – était au diapason de la Fête de la Liberté, comme en témoigne le commentaire d’un lecteur de Zinfos : « de belles photos en NB ...pour un beau défilé...tout en couleurs » (https://www.zinfos974.com/%F0%9F%93%B7-St-Denis-en-fete-pour-le-20-Desamb_a147504.html).

    J’avoue que cela m’a remis du baume au cœur. Car le 20 décembre n’est pas une date anodine. Les marchands du temple ont réussi à transformer Noël en un gigantesque barnum consumériste. Ils ont même essayé de nous fourguer Halloween, un machin totalement étranger à la culture créole. Tout çà pour nous faire cracher les quelques euros qui pouvaient bien nous rester après la rentrée des classes. Et avant qu’on ne passe de nouveau à la caisse à Noël et au jour de l’An.

    Heureusement ils n’ont pas encore réussi à “monétiser” (comme on dit dans le jargon des youtubeurs) l’abolition de l’esclavage. Mais restons sur nos gardes : tous ces requins biberonnés, dans les écoles de commerce, au cash-flow et au warning profit doivent, sans aucun doute, chercher un moyen pour transformer notre rendez-vous annuel avec la liberté et la fraternité en un black Friday de la commémoration.

    Le 20 décembre n’est pas un jour comme un autre. Il est celui où la République (qui n’est pas exempte de critiques, car elle n’a pas toujours été irréprochable : les harkis – parmi d’autres colonisés - en savent quelque chose) a reconnu la dignité d’Homme à des populations traités jusque-là en biens meubles. Il faut relire le discours de Sarda Garriga et en apprécier – au-delà du paternalisme qui l’imprègne – l’importance, à une époque où des thèses racialistes établissaient, sur des bases pseudo-scientifiques, l’infériorité définitive, de la majeure partie de la population mondiale.

    Mais la Liberté (avec une majuscule) n’est jamais un acquis définitif. Les états sont des monstres froids qui n’ont ni cœur, ni sentiments. Nous pouvons gagner de petits pans de liberté, mais c’est une lutte sans cesse recommencée. Et on ne peut aspirer au repos, sous peine de se retrouver soumis, aliéné, dominé. L’esclavage existe toujours ; et je ne parle pas de la situation qui prévaut dans certains pays comme la Mauritanie ou l’Arabie saoudite.

    Je parle de nouvelles formes de servitude contre lesquelles aujourd’hui il convient de lutter, liées à l’argent-roi et qui transforment l’Homme en une variable d’ajustement.
    Je parle des salaires de misère et des dividendes indécents.
   Je parle des parachutes dorés et du SMIC qui augmente de 0,2%. Je parle des “delevoye” aux multiples casquettes et de nos anciens réduits au minimum vieillesse.
   Je parle de l’hôpital public que l’on étrangle et du secteur médical privé qui se gave.
    Je parle de toutes les trahisons d’une élite qui n’a jamais lu le programme du Conseil National de la Résistance. À moins qu’elle ne l’ait trop bien lu, à l’instar de Denis Koestler,  ancien PDG d’Axa, dont l’ambition était de détricoter ce programme. C’est à dire d’en finir avec la Sécurité sociale et la retraite par répartition, double symbole d’une solidarité qui complète le triptyque républicain.

    Alors ne soyons pas amnésiques. Continuons de célébrer le 20 décembre pour ne pas oublier ce qui fut et nous préparer à ce qui sera.  
Mohamed Aït-Aarab
Lu 1086 fois




1.Posté par Nivet le 11/01/2020 09:53

Le compteur s'affole ! 423 vues eu I/4 d'heures ?

A.N.

2.Posté par Jean Luc Hoarau le 11/01/2020 16:06 (depuis mobile)

C’est parce qu’on n’a rien d’autre à lire. Je n’ai même pas été au bout.

3.Posté par République le 11/01/2020 17:15

Un travail de mémoire, oui ! Mais à la condition de cultiver l’apprentissage de l’histoire de son pays, compte tenu de la distance à prendre avec les intérêts idéologiques et les manœuvres politiciennes des uns et des autres. Une culture de l’histoire qui se fait à l’école et qui se prolonge au fil des traits développés par les spécialistes de la discipline qui étoffent leurs argumentations de fond, et dans les associations et divers partis. Rien n’est définitivement acquis – il y a toujours un décalage de l’Histoire avec les approches idéologiques et tactiques. À ne jamais perdre de vue : rien n’est vrai à 100%. Sans pour autant perdre de vue le fil principal de la libération de l’homme là où il est écrasé !

4.Posté par NATIVEL le 11/01/2020 20:32

Le grand universitaire franc maçon confond KOESTLER (Arthur - ecrivain) avec KESSLER Denis ex trotskiste du MEDEF. Manque certain de culture générale.

5.Posté par Atterré le 12/01/2020 14:58

Et si nous arrêtions de regardez constamment derrière, mais devant et au-delà ? ? ?
Toujours en train de se complaire dans notre passé d'esclave ! ! !
A croire qu'on en a une certaine nostalgie, sinon une nostalgie certaine ! ! !

6.Posté par IXE le 12/01/2020 20:14

" Les états sont des monstres froids qui n’ont ni cœur, ni sentiments. "

C'est la version de ceux qui nous asservissaient jusqu'à présent. Cette époque est révolue.


Les États, tout comme les administrations ou les entreprises, sont des entités juridiques administrées par des hommes et des femmes qui doivent rendre des comptes. Tout acte illégal doit être porté à la connaissance des médias et de la justice. C'est la fin des abus qui se cachent derrière ce "monstre" qui n'existe pas !

7.Posté par "VIEUX CREOLE " le 12/01/2020 20:16

-------- POUR RESTER DANS LE CADRE DE VOTRE ARTICLE SUR " LE 20 DÉCEMBRE ",cette date me semble-t-il est désormais " GRAVÉE DANS DU MARBRE " DEPUIS QUE L'ANCIENNE MINISTRE DE LA JUSTICE , Christiane TAUBIRA , A FAIT VOTER LA LOI DEFINISSANT " L' ESCLAVAGE CRIME CONTRE L' HUMAN ITE " ! ! ! QUI MEUX D' AILLEURS MIEUX QE QUE LA DESCENDANTE D' ANCIENS ESCLAVES ETAIIT MIEUX PLACÉ QU 'ELLE POUR PORTER " CETTE LOI HISTORIQUE " A LA FACE DU MONDE??? ----- CETTE LO I LUI A VALU UNE BORDÉE D' INJURES DE L'EXTRÊME DROITE ET MÊME DUNE PARTIE DE LA DROITE RADICALE ( rappelez-vous les qualificatifs de " NÉGRESSE" , DE" GUENON" et autres ignominies qui ne l'ont pas épargnées ) ! ! ! SES ADVERSAIRES AURONT DU MAL A FAIRE ABROGER CETTE LOI DESORMAIS ! ! !

8.Posté par Kayam le 12/01/2020 23:12

Un courrier de lecteurs parlant du 20 Désamb publié le 11 janvier ?

Même s'il n'y a pas d'orthographe pour le créole parlé de La Réunion, il ne me semble pas entendre prononcer le "b" de ces mots : kayamb, désamb mais plutôt la fin bien sonné avec le "m" : kayan'm, désan'm.
--------
@Atterré

Bien qu’on soit au 21è siècle, ce qui a été marqué au fer rouge, aux chaînes, mérite de garder une approche digne. Ce mot qui dérange : esclavage. Qu'importent les auteurs de cet acte avilissant : gros blancs, petits blancs, noirs affranchis...

Bien qu'étant en 2020, l’indécence est de faire une spécialité en offenses vis-à-vis des personnes qui veulent commémorer cette partie d’histoire qu’a connue l’île, vis-à-vis de celles qui veulent perpétuer ce souvenir empreint de souffrance, vis-à-vis de beaucoup d'habitants à l'île de La Réunion.

Pour l'indécence : en fait-on de même contre le passé des ancêtres gaulois ? Contre le passé des anciens combattants ? Contre le passé de ceux qui ont échappé aux chambres à gaz ? Contre le passé des familles et les victimes de génocide ? 🤔 --- Tous ces passés sont reliés par une Histoire – sombre, inhumaine, triste, etc. – et celle de La Réunion en fait partie ; on ne peut pas la renier et la laisser sombrer dans l'abîme, dans le dédain.
De ce fait, veut-on sérieusement jeter un voile de mépris ici ? Sans avoir le moindre petit grain de respect juste pour la mémoire ? qui ne veut plus être vraiment collective -tant pis- mais au moins personnelle ?

Pourquoi l’esclavage vécu par nos ancêtres doit être relégué au rang d’oubli sur notre petit bout de terre ? Combien de fois a-t-on entendu qu’il faut arrêter avec « ça » ? Savoir faire la part des choses entre ne plus vivre comme au temps de l’esclavage et oublier l’Histoire semble bien différent l’un de l’autre.

Doit-on accepter que cette période concernant l'île 974 soit effacée des livres...tout en approuvant ce qu'ont vécu les 3 autres : Guadeloupe, Guyane, Martinique ? et aussi accepter tout ce qui se rattache aux événements de guerres, de camp de concentration, de préférence entre ethnies... ?
La Réunion serait-elle la bâtarde alors ?

« Un peuple ignorant de son histoire, est comme un arbre sans racine » Marcus Garvey

9.Posté par JANUS le 13/01/2020 07:28

Le Mohamed s'est réveillé ☺☺☺ Avec un nouveau texte façon "Mangé cochon" ...

Tout y passe, d'une façon un peu populiste ... Avec une volonté de laisser le créole s'enfonçait dans les relents de son passé, au lieu de se tourner vers l'Avenir ...

Comment un universitaire peut-il se permettre de critiquer les jeunes réunionnais qui obtiennent des Diplômes, en les taxant de consuméristes ...

Une aberration de plus dans le discours de ce pseudo intellectuel qui court toujours après une place sur la liste d'Huguette BELLO aux municipales de Saint-Paul ☺☺☺

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 26 Janvier 2020 - 16:43 Le PCR doit affirmer sa solidarité avec les siens

Dimanche 26 Janvier 2020 - 15:04 L’origine des mots créoles… "Ragoulé"