MENU ZINFOS
Faits-divers

2 ans d'inéligibilité et du sursis à l'encontre de Frédéric Foucque


Le jugement vient de tomber dans le procès de l'ex-candidat aux élections Frédéric Foucque. Une heure plus tôt, le procureur avait requis 1 an de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende et 3 ans d'inéligibilité à son encontre pour achat de voix.

Par - Publié le Vendredi 7 Mai 2021 à 11:27

A 13 heures ce vendredi 7 mai, Frédéric Foucque a été condamné à 1 an de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende et 2 ans d'inéligibilité. Christian Clain a quant à lui été condamné à 1 an de sursis, 5000 euros d'amende et 2 ans d'inéligibilité. Enfin, les militants ont été condamnés à 1 an de sursis, 1000 euros d'amende et 2 ans d'inéligibilité. Le mandataire financier est quant à lui relaxé.

En fin de matinée, le procureur avait requis 1 an de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende et 3 ans d'inéligibilité à l'encontre de Frédéric Fouque et  Christian Clain. 6 mois de prison avec sursis, 2.000 euros d'amende et 2 ans d'inéligibilité avaient été requis à l'encontre des militants et 3 mois de prison avec sursis à l'encontre du mandataire financier.

Cinq Dionysiens se trouvaient devant la barre du tribunal correctionnel de Saint-Denis ce vendredi. Ils étaient soupçonnés d’achat de voix lors de la campagne des élections législatives de 2017. Si les prévenus sont plus ou moins connus dans la commune, la star de l’affaire est l’ancien candidat de la 1èrecirconscription, Frédéric Foucque, également ancien patron des concessions Citroën à La Réunion. Il avait remporté un peu plus de 3% aux élections, soit 800 voix.
 
Tous ont été entendus par les magistrats et le procureur. Parmi eux, deux militants dont l'un d'entre eux est celui qui a porté plainte à l’époque contre Frédéric Foucque, n’ayant pas reçu la somme promise pour son aide dans l’achat d’une centaine de voix à Saint-Denis. Le président d’associations très apprécié affirme que le candidat aux législatives lui avait proposé 5.000 euros pour la distribution de tracts mais aussi "payer des gens et chercher des amis pour voter pour lui".

Une instruction qui n’aurait pas été claire mais qu’il aurait malgré tout comprise. La somme habituelle était de 200 euros ou des promesses d’embauche. Mais n’ayant obtenu que 3.500 euros (au lieu des 5.000 promis) de la part de Frédéric Foucque et ne voyant pas ses amis obtenir le moindre contrat de travail, il décide de porter plainte. 
 
Même scénario pour le deuxième militant : entre 150 et 250 euros par voix. Mais il n’a jamais vu l’argent qui lui était dû. "S’il vous avait payé, on ne se serait jamais retrouvés ici", conclut la présidente d’audience. 
 
Place ensuite au mandataire financier dont le rôle était de justifier les dépenses de campagne. Mais malgré l’obligation de le faire, aucun compte de campagne n’a été déposé. "L’équipe me disait que ce n’était pas grave si on n'était pas dans les temps, c’était pas grave. Vu le pourcentage qu’on a fait, on ne serait pas remboursé". Le compte-rendu budgétaire avait donc été envoyé avec trop de retard. Sinon, "aucune anomalie constatée" par ce mandataire financier. 
 
"C’est un peu présomptueux de penser qu’avec de l’argent, on est derrière eux dans l’isoloir"
 
Quant à Christian Clain, directeur de campagne, il nie avoir distribué la moindre enveloppe. "Frédéric Foucque était inconnu au bataillon, affirme-t-il, j’ai fait au mieux". "Quel intérêt pour ces messieurs (les militants, ndlr) de mentir alors qu’ils sont aussi poursuivis ? ", interroge la présidente avant de rappeler d’autres témoignages évoquant des achats de voix. 
 
Frédéric Foucque nie également les faits. "C’est un peu présomptueux de penser qu’avec de l’argent, on est derrière eux dans l’isoloir, déclare-t-il, je n’y crois pas". Au sujet des promesses d’embauche : "Je ne suis pas encore arrivé à remplacer Pôle Emploi". Il remet en question les militants qui l’accusent : "Je ne sais pas quel argent ils auraient distribué à ces gens car ça ne vient pas de moi".  Il maintient donc sa position malgré les déclarations des militants prévenus qui maintiennent également la leur. 
 
Pour le procureur, Eric Tuffery, l’achat de votes est une "tradition" à La Réunion dans "un contexte de chômage élevé dans des quartiers comme les Camélias, le Butor ou encore certains quartiers de Bellepierre  et certains candidats en profitent"

Du côté de la défense, Me Béatrice Boyer-Bigot dénonce le manque de preuves d'achat de voix : "Quatre personnes en parlent mais aucune preuve ne figure dans le dossier et lorsqu'on leur demande si leur vote était libre, ils affirment que oui". Elle rappelle également le contexte politique pour expliquer la "vengeance" des militants qui ont porté plainte : "Ils ont fini par rejoindre le candidat adverse, Me Jean-Jacques Morel et c'est lui qui a déposé les plaintes. En 2017, ils se présentent en victimes mais se retrouvent prévenus. Ils sont donc aujourd'hui obligés d'aller jusqu'au bout". 
 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Taloche le 07/05/2021 11:33

Pour 3% ça ne vaut pas le coup. Vaut mieux arrêter avec la politique.

2.Posté par A mon avis le 07/05/2021 11:42

" l’achat de votes est une « tradition » à La Réunion dans « un contexte de chômage élevé dans des quartiers comme les Camélias, le Butor ou encore certains quartiers de Bellepierre et certains candidats en profitent ». "


Parole de Procureur !

3.Posté par La vérité si je mens ! le 07/05/2021 11:58

Une histoire de vendredi saint semble t-il ...

La justice sous les cocotiers est unique ...

4.Posté par Cloaca maxima le 07/05/2021 19:06

Vous pouvez mettre 2 ans d'inéligibilité, il ne sera jamais élu nul part (...).
Achetez des voix et faire 3% ?
Faites-vous petit dans votre caz et sortez plus.

5.Posté par Justice bizarre le 08/05/2021 16:04

Dans des affaires aussi graves, il ne doit y avoir que deux solutions :
- relaxe totale
- condamnation très sèvère à 10 ans ferme

Les peines intermédiaires ne devraient pas être admises car se rendre coupable d'achats de voix revient à uriner sur le suffrage universel, donc sur le peuple.
Le dernier coupable de fraude électorale a reçu la bénédiction de la justice : Patel pour l'élection à la CCIR. Foucque peut donc être confiant dans le laxisme et la complicité de la justice française.

6.Posté par moncoco le 08/05/2021 22:08

" l’achat de votes est une « tradition » à La Réunion dans « un contexte de chômage élevé dans des quartiers comme les Camélias, le Butor ou encore certains quartiers de Bellepierre et certains candidats en profitent ». "

Si le procureur est au courant pourquoi ne fait-il rien à l'encontre des autres gros candidats avec les embauches et autre fait confirmés . Une petite enquête et le tour est joué.
En effet on peut ne pas déposer un compte de campagne avec le risque d'être inéligible pour un an mais c'est vite passé et sans plus . Toute cette affaire est bien bizarre!!!!!!!

7.Posté par Julie le 08/05/2021 22:50

Monsieur Foucque gêne monsieur Morel qui a depuis des lustres des prétentions sur Saint-Denis .
Voilà pourquoi il y a eu plainte.
3% ce n’est rien mais c’est un début inquiétant !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes