Revenir à la rubrique : Santé

1er décembre : Journée mondiale contre le VIH

Le VIH est toujours présent à La Réunion. Si le nombre de séropositifs découverts chaque année reste stable et faible, dans l'île comme dans les îles voisines, l'épidémie de Syphilis et les infections à gonocoque et à chlamydiae sont en hausse.

Ecrit par N.P. – le vendredi 01 décembre 2023 à 07H40

La Journée mondiale contre le sida, organisée chaque 1er décembre depuis 1988, est l’occasion de mettre en lumière les actions de prévention et de sensibilisation au VIH et autres IST.

Pour rappel, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) fait partie des infections sexuellement transmissibles (IST). Le VIH, qui se transmet également par le sang et de la mère à l’enfant, s’attaque aux cellules du système immunitaire et les détruit progressivement.

En l’absence de traitement, au stade ultime, le VIH cause le syndrome d’immuno-déficience acquise, le sida. Le VIH ne se guérit pas mais les traitements récents permettent de vivre avec le virus et de rester en bonne santé.

A La Réunion, le taux de sérologie VIH est plutôt stable depuis quelques années (129 pour 1.000 habitants). Selon les dernières données de Santé Publique France, le taux de découvertes de séropositivité VIH est de 44 par million d’habitants en 2022 à La Réunion et le taux de diagnostics de sida est de 9 par million d’habitants. Le taux de diagnostics est de 34 par million d’habitant en Martinique, 43 à Mayotte, 24 en Île de France ou encore de 10 en Occitanie. Le VIH demeure donc une préoccupation de santé publique.

« Parler librement »

Selon le COREVIH, la file active à La Réunion compte 1.060 patients, essentiellement Français avec plus d’hommes que de femmes (72% versus 28%). La contamination est hétérosexuelle à 53% et homo-bisexuelle à 40%, avec des patients plutôt âgés, avec un âge médian de 53 ans (51 ans pour les femmes et 54 ans pour les hommes), et seulement 5,5% des patients ayant moins de 30 ans, tandis que 61,7 % des patients ont plus de 50 ans.

“Les IST sont souvent silencieuses et découvertes trop tard », a alerté le docteur Catherine Gaud, présidente de l’association Rive et de COREVIH à l’occasion de la Semaine de la santé sexuelle et reproductive.

Aussi, parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2022, 22% étaient co-infectées par une IST bactérienne (principalement syphilis, gonococcie ou infection à Chlamydia trachomatis).

Campagnes de prévention, préservatifs externes et dépistages gratuits..., ”nous espérons augmenter les connaissances des personnes et l’appropriation des messages, que l’on arrive à pousser les gens vers le dépistage volontaire et que les pratiques sexuelles soient plus sûres. Nous attendons aussi que l’on puisse parler librement des IST, sans tabou, ni honte, mais aussi que chacun prenne ses précautions, sans être obsédé, puisse vivre une sexualité épanouie et heureuse sans risque », a insisté le docteur Catherine Gaud.

————————————————————–

Les acteurs associatifs et les CeGIDD mènent des actions de prévention et de dépistages du VIH, des hépatites et des IST dans toute l’île :

Mardi 28 novembre :

9h-16h : Université site Nord
9h-15h : Office du tourisme Cilaos
Mercredi 29 novembre :
9h-16h : Square de la mairie Saint-André
9h-16h : Centre commercial Casabona Saint-Pierre
Jeudi 30 novembre :
9h-15h : Mission locale Saint-Joseph

Vendredi 1er décembre :

13h-20h : Carré Cathédrale Saint-Denis
19h30-23h30 : Soirée « Portes ouvertes » – 11bis rue Saint-Jacques Saint-Denis
9h-15h : Place du Cimendef Saint-Paul
10h-16h : Gare de Saint-Pierre
18h-22h : Long Board café Saint-Pierre

Samedi 2 décembre :

8h – 15 h : CeGIDD Nord-Est au CHU Félix Guyon Saint-Denis
9h-11h : Salazie Hell Bourg
14h-16h : Sainte-Anne
9h – 11h : Guillaume à l’association Kan dé Marron
14h-16h : Dos D’Ane à la Maison du Quartier
7h-11h30 : Marché forain de la Possession
9h – 12 h : Sur RDV au CEPS Saint-Paul au 0262 74 23 80

Thèmes : IST | Sida | VIH
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plus de 1.600 Evasan par an, et ça n’arrête pas d’augmenter »

Au cœur de la fronde qui oppose certains des élus les plus influents de l’île à l’Etat au sujet du non paiement de certaines prestations dues au CHU de La Réunion, la question du financement des Evasan interroge sur la volonté du gouvernement de maintenir ce dispositif dont le coût est évalué à 10 millions d’euros par an.