MENU ZINFOS
Zot Zinfos

1971, voila la vérité


Par un ancien fidéle - Publié le Jeudi 31 Mai 2012 à 15:16 | Lu 519 fois

1971, voila la vérité
Le maire de La Possession, qui occupe son fauteuil depuis 41 ans, régnant en maître absolu sur ses adjoints et les conseillers municipaux qu’il prend pour ses valets, prépare sa succession en la personne de son fils, Philippe Roland.
Grâce à son image, usurpée, de martyre victime de l’Ordonnance-Debré, mise en application le 21 août 1961, il est élu pour la première fois en 1971 !

Nous voulons rétablir un fait historique qui n’honore pas M. Roland Robert.
Il a été victime, comme plusieurs autres progressistes Réunionnais de l’ordonnance du 15 octobre 1960 qui stipulait : "...Les fonctionnaires de l’Etat, en service dans les DOM, dont le comportement est de nature à troubler l’ordre public, peuvent être, sur proposition du Préfet et sans autre formalité, rappelés d’office en métropole."
La formulation du texte, sans appel, prise lors de la guerre coloniale en Algérie, laissait la porte ouverte à toutes sortes d’abus, faisant directement de 10 fonctionnaires des exilés, et, pour beaucoup d’autres, victimes collatérales, des agents sans espoir de promotion avec mise sous tutelle du déroulement de leur carrière...

M. Robert, comme tous les autres, est avisé par courrier daté 21 août 1961 du préfet Perreau-Pradier de sa "mutation d’office"... Mais, en 1969, M. Robert regagne, seul, la Réunion, obtenant un poste dans le collège du Guillaume.
Mieux, en 1970, il est muté sur sa demande au collège Edmond Albius du Port, à proximité immédiate de son domicile. Le hasard fait bien les choses...
Pendant ce temps-là, toutes les autres victimes restent bannies en métropole et ne comprennent pas pourquoi, M. Robert bénéficie d’un traitement de faveur. Qu’a-t-il concédé ? Négocié ? Trahison ? Tout est permis.
En 1971, auréolé de son état de martyre de l’Ordonnance, il est élu maire, bâtissant ainsi, sans état d’âme, sa carrière professionnelle et politique.
Il a fallu attendre le 10 octobre 1972 pour arracher l’abrogation de l’ordonnance scélérate, après une grève de la faim commencée le 10 janvier 1972 et qui aura duré 2 semaines.

L’histoire retiendra que le capon s’était désolidarisé du groupe. Cela le disqualifie et ne lui permet pas de donner de leçon aux autres.
Peut-être, M. Robert, consentira-t-il à nous dire le pourquoi de son retour au pays quatre années avant les autres ! Qu’avait-il donc de plus qu’eux ?




1.Posté par Bayoune le 01/06/2012 08:47

Bin sa lé vré, kosa li navé de plus que les abandonnés à leur sort dans l'exil. Il a sans doute comme son grand Maître, ah pardon, je voulais dire son patron. Le mot maître prend ici une connotation particulière, vu ce qui s'est passé après les propos quasiment justifiés de Mr Gamarus, dont personne ne peuvent douter du bien fondé de la phrase - quand on sait ce qui s'est passé réellement pour décider J.Yves d'aller combattre sa camarade Huguette. Comme tant d'autres, espérons que ses yeux s'ouvriront à temps. Il est aussi vrai que le Maître navé commandeur pour exécuter les basses besognes, fouet, torture, punitions diverses. Pn peut espérer que le camarade retrouvera ses esprit, et se rendra compte du rôle que le maître lui a destiné. Disons un peu Figaro vis à vis de ses camarades de combat.

2.Posté par on l'adit espion le 01/06/2012 12:03

dans les années 60 à début 70 : qui avait des relations avec cuba, urss, et la palestine, et bien d'autres pays communistes.
ce type était un espion agent double, voila...
l'état a été tras gentil avec lui...

3.Posté par Un fils de victime de l'ordonnance le 01/06/2012 22:32

Je ne pensais pas qu'on pouvait tomber aussi bas dans la récupération politique.

A lire cet article et les réactions, c'est ROBERT qui est le coupable dans cette affaire. En quelque sorte un agent double de DEBRE

En fin de compte, c'est lui qui aurait organisé son exil de 8 ans puis son retour "prématuré" au Pays tout en négociant le sacrifice des autres camarades!

On insulte tout simplement le combat mené par des Réunionnais qui se sont sacrifiés ainsi que leur famille pour leurs convictions et la défense de la Liberté et La Démocratie.

Quelque soit le combat, il faut respecter l 'adversaire. C'est ce que nous enseignons à nos enfants, en tant que parents responsables. Même les animaux le font!

Je plains celui qui a signé cet article et ceux qui l'approuvent.


Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes