MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

19 mars 1946 tout un symbole pour l'histoire réunionnaise


Passé colonial, poids de l’esclavage, population criant famine, colonie oubliée au bord du chaos… qu’Aimé Césaire choisi par son jeune âge, fût le rapporteur à l'Assemblée nationale en 1946 de la loi de la départementalisation....

Par Jean Claude - Publié le Mardi 10 Juin 2014 à 09:29 | Lu 241 fois

19 mars 1946 tout un symbole pour l'histoire réunionnaise
Appuyé par nos parlementaires des Outres-mers de l’époque : Gaston Monnerville, Raymond Vergès, Paul Valentino, Gabriel d’Arboussier et bien d’autres qui prirent part aux débats du 12 et du 14 mars, sur des propositions de loi ayant pour objet de classer la Réunion, la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane française en départements français.

Par ailleurs, Aimé Césaire a estimé dit-on dans son rapport présenté alors au nom de la commission des territoires d'outre-mer : « les Antilles et la Réunion ont besoin de l'assimilation pour sortir du chaos politique et administratif dans lequel elles se trouvaient plongées. [...] La raison en est que presqu'aucun effort n'a été fait pour assurer au travailleur antillais ou réunionnais un statut économique et social en harmonie avec le statut politique dont il jouit depuis un siècle. »

A partir de ce discours et dans un vote unanime, que l'ile de la Réunion comme les trois autres colonies sont devenues Département Français d'Outre-mer, en date du 19 mars 1946, avec déjà cette « mosaïque » de races peuplaient nos continents, étaient aussi pointées lors des débats !

Soixante huit plus tard, le gouvernement par la voix du Président et du premier ministre, annonce une grande réforme territoriale avec la suppression des Départements, en des collectivités uniques. Mais quels sont les enjeux quand on connait le taux de chômage et de pauvreté à la Réunion ?

Ainsi, la Réunion est aussi directement concernée par ce projet « d’assemblée unique », qui reste à mon sens, une centralisation des pouvoirs, pour l’instant très opaque, mystérieux par un manque vision et de projet, qui peut être très complexe pour l’action publique au lieu d’une simplification.

Alors, demain, c'est-à-dire 2020, notre Région Réunion (les intercommunalités ?) aura davantage de responsabilités. Elle sera l’unique collectivité aux compétentes très élargies, pour épauler notre développement, nos entreprises, et nourrira encore un ensemble de politiques générales dont l’action sociale.

Mais, si les transferts de compétences ne sont pas pour l'instant lisibles. Il en reste la question centrale : Quels sont les devenirs de ces personnels ?

Facile de dire, qu’on fusionne et qu’on fera des économies, en raison de la crise sûrement ! Mais a-t-on pensé projet ? A-t-on pensé à l’ensemble du personnel qui y travaille ? Que fait-on de l’HUMAIN ? Mais, avons-nous voté pour cette fusion lors de la présidentielle ? Toute réforme ne doit-elle pas être fondée sur un appui démocratique ?

Que pensent nos élus, les représentants du personnel, le personnel eux-mêmes, la population… ? Y aura-t-il un référendum pour cette réforme territoriale ?

Dans ce contexte d'austérité avec recherche d'économie de 11 milliards sur les collectivités semble t-il, me fait craindre le pire, quant à la mise en œuvre de cette réforme territoriale. Un large débat doit être engagé suivi d’un référendum. L’histoire mérite que la population se prononce pour cette question aussi importante !

Jean Claude




1.Posté par grand gosier le 11/06/2014 14:59

Merci Monsieur Aimé CESAIRE d'avoir eu cet initiative.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes