MENU ZINFOS
Social

18h30 : “Quel échéancier ? Nous n’avons pas les moyens financiers de le respecter”


Les professionnels de l’Aveca et du Collectif des terrassiers ont assoupli le dispositif mis en place, sur les trois barrages filtrants érigés dans l’Ouest, depuis ce matin. Les “grévistes” se préparent à passer la nuit sur place et à une éventuelle charge du peloton mobile.

Par Jismy Ramoudou - Publié le Lundi 31 Août 2009 à 19:26 | Lu 888 fois

18h30 : “Quel échéancier ? Nous n’avons pas les moyens financiers de le respecter”
Souraya Gangama, responsable du Collectif des terrassiers, et Laurent Boyer, président de l’Aveca, “veulent bien suivre les préconisations du préfet Pierre-Henri Maccioni”.

“Nous voulons bien nous conformer aux dispositions définis dans le protocole Novelli et proposer un échéancier pour régler nos dettes sociales et fiscales. Malheureusement, nous n’aurons pas la trésorerie ou des liquidités bancaires pour honorer les échéances”.

“Ces conditions sont contenues aussi bien dans l’article 32 de la Lodéom que dans le protocole Novelli”, a expliqué Laurent Boyer, président de l’Aveca. “Nous pourrons payer seulement  s’il y a une relance de la commande publique et des chantiers pour les TPE et les PME”.

“Mais pour avoir accès à la commande publique, nous devons aussi être à jour de nos charges sociales et fiscales. Dans plusieurs cas de figure, c’est mettre ma charrue avant les bœufs. Aujourd’hui, les TPE et les PME sont dans une impasse. Personne ne veut nous tendre la main”.

Les professionnels de l’Aveca et du Collectif des terrassiers dénoncent une société à deux vitesses. “On accorde 18 millions d’€ à Caillé, et 6,5 millions d’€ à Foucque, mais rien pour les petites entreprises…”

C’est pour toutes ces raisons que les “grévistes” ont décidé ce soir de poursuivre leur mouvement. “Nous n’avons plus rien à perdre. C’est vrai que nous redoutons une éventuelle charge du peloton mobile, mais c’est un risque que nous sommes près à courir”. Ils sont aussi prêts à courir, tout simplement, au cas où…





1.Posté par Ecœuré le 31/08/2009 20:53

que font nos dépités de l'eau sucré

personne i bouge

le victoria ( l'autruche comme d'habitude i cachette quand baisement i pète et li ressort pour faire photos après),

bello ( campagne oblige li occupe plus les autres mais salaire i tombe aussi comme les autres rigolos ),

le petit robert ( l" intelligent comme le dico mais la pris modèle avec l'autruche aïe )

et lautre mi rapelle pu son nom


zot la point la honte laisse le préfet débattre seul la loi c'est zot i fé voté non !

alors mérite zot gros salaire travaille dépités de l'eau sucré

2.Posté par franck le 31/08/2009 21:05

post 1 n'a pas entièrement tort...

3.Posté par Thierry le 31/08/2009 21:11

L'informatique est en plein essore, je décide d'acheter dix véhicules et d'employer 10 personnels afin de palier le manque ponctuel de moyens(Le but est de gagner un max en un minimum de temps).

Trois ans se sont écoulés, malheureusement, le manque en informatique n'est plus d'actualité et mon investissement n'est plus rentable ...

Je n'ai pas été capable d'estimer et d'évaluer et encore moins de de gérer (l'achat de mon 4X4 VOLKSWAGEN Touareg entre autre) la progression de l'informatique dans l'avenir !

Aujourd'hui, la région ne me fait plus de contrat (restrictions obligent), et l'informatique est en récession... et le travail est aléatoire......

Ais-je le droit de BLOQUER LES ROUTES, aux usagers (Victimes) et Réunionnais qui ne demandent qu'a travailler et qui sont payés au SMIC ?

Je dis NON !

Avant d'investir, j'aurais du RÉFLÉCHIR !

Moralité : Pas de cervelle..... Rien dans out gamelle !

4.Posté par cafin le 31/08/2009 21:47

s'il y avait pas des maires incompétents, on en serait pas arriver là. Abandon de nombreux projets (Zenith, Pôle Océan, Plage du Barachois, Hyppodrome, Ecopolis....). Il faut aller leur demander des comptes à ces irresponsables.

5.Posté par erwanito le 31/08/2009 22:00

Ras le bol des grévistes qui nous empêches d'aller au boulôt. Messieurs les petits entrepreneurs allez prendre des cours de gestion plutôt que de bloquer les autres. Vous avez dilapidé votre trésorerie en grosses bagnoles et autres conneries comme la cigale de LA FONTAINE. Alors laisser nous bosser peinard c déja asez dur comme ça... Payez vos charges moi je paye mes impôts.

6.Posté par Le serpent qui se mord a queue !!!! le 31/08/2009 22:33

A mon sens, compter uniquement sur les grands chantiers pour faire vivre nos entreprises du BTP est quand même extrêmement risqué et ceci pour plusieurs raisons :
- L' Etat est fauché et la Région Réunion, à ce rythme, ne l'est pas moins. L'Europe a d'autres préoccupations !
- La commande publique ne peut tout résoudre aux problèmes de marchés des entreprises
- La Réunion ne va pas toujours être engagée sur ces "Grands Chantiers" éternellement

Il faut que la demande émane également et surtout du marché privé. Or , actuellement, vu la frilosité des banques ( se font étrangement discrets ), beaucoup de particuliers n'arrivent pas à se faire financer de simples projets sous prétexte du "manque de lisibilité sur l'avenir". Mais il est clair que sans argent injecté dans l'économie, si les entreprises n'ont pas de travail, il est à craindre que beaucoup de salariés d'aujourd'hui sont les chômeurs de demain et en conséquence on aura l'impression de "donner raison" aux banques.
IL me semble que l'Etat ( soit disant ) aurait donner des garanties aux banques pour soutenir les entreprises. Qu'en est-il ? J'en doute fortement ! En tous cas, il y a un des deux qui ne joue pas le jeu !

Enfin, parmi les entreprises qui se plaignent aujourd'hui, beaucoup ont des dettes datant de bien avant la crise. Doit-on pour autant effacer leurs dettes d'un coup de crayon ? ET les autres, ceux qui se sont saignés pour honorer leurs dettes , ce sont les abrutis de service ?
Trop facile !

7.Posté par Pierre Dupuy Junior le 31/08/2009 23:39

Le plan de relance du gouvernement prévoyait une année d'avance sur le versement du FCTVA (fond de compensation de la tva, il me semble) , l'une des principales ressources d'investissement, contre l'engagement que l'investissement soit supérieur cette année d'un certain pourcentage à ce qu'il était l'an dernier. Aux grévistes d'aller demander des comptes aux collectivités pour savoir où est passé cet argent...

8.Posté par AéRo FreiNS le 01/09/2009 01:21

Mouais...! ...j'dirais même... une société à 5 vitesses... et si certains refusent de rétrograder, quitte à mettre quelques coups au moteur.. car justement un peu trop lancé (?!!) ...les gars devraient réaliser qu'il y en a, qui en sont carrément... à faire marche arrière !!

Un peu de solidarité....? De leur part également !! Car "contrairement" à l'autre fois, ou en tout cas de façon bcp plus manifeste, leurs revendications sont exclusivement pro-transporteurs.

Et la pratique apparait comme sérieusement agaçante !!!

S'il fallait que tout ceux en fins de droits, ou encore ceux qui n'ont plus rien à perdre justement, fassent péter des Burger King, ou dévalisent les marchés forains, dès qu'un trader touche un bonus, ....et ben on 'srait pas ds la mouise, ....nan, nan !!

KERVIEL... tu les as planqués où tes stock options ?! ...j'ai faim !!!

9.Posté par mastercard le 01/09/2009 12:01

Posté par Pierre Dupuy Junior le 31/08/2009 23:39
Le plan de relance du gouvernement prévoyait une année d'avance sur le versement du FCTVA (fond de compensation de la tva, il me semble) , l'une des principales ressources d'investissement, contre l'engagement que l'investissement soit supérieur cette année d'un certain pourcentage à ce qu'il était l'an dernier. Aux grévistes d'aller demander des comptes aux collectivités pour savoir où est passé cet argent...

vvvvvvvvvvvvvvvvvv

Il faut arrêter avec ce genre d'arguments.
1) Dans tous les cas, il y a remboursement du FCTVA. Avec la proposition du gouvernement, les communes gagnent un an. MAIS A CONDITION DE PRESENTER UN PROJET D'INVESTISSEMENT. L'argent retourné doit être utilisé. Le gouvernement a présenté un bilan qui montre que ce "remboursement anticipé" a bien été utilisé. Que voulez-vous de plus?.

Sur le problème, il faut plutôt lire la réaction de la FRBTP publiée ce matin. Elle s'interroge sur l'attitude de l'Etat qui consiste à rejeter ou à freiner nombre de projets".
Un exemple: la commune du Port a présenté plusieurs projets pour 45 millions d'investissements. Un seul a été retenu pour des financements complémentaires de l'Etat.

Car la totalité des projets montés ne peuvent se faire qu'avec des financements croisés.

En janvier 2009, Jégo était à La Réunion. Il annonçait 250 millions d'investissements de l'Etat pour 100 projets pour cette année. Interpellé par la FRBTP il a dressé une liste de projets passés ou à venir (dans les 2 ou 3 ans) et en intégrant des projets de la Poste (déjà lancé) ou de EDF.

Un fonds spécifique d'investissements a été créé pour l'outre-mer. personne ne peut dire comment il fonctionne. Par contre on a vu des projets pour GERRI être financé par ce fonds alors qu'on nous annonçait de nouveaux financements pour ce programme.

La question n'est pas de renvoyer la patate chaude sur le gouvernement mais prendre compte d'une réalité.

Avec la baisse des recettes de l'octroi de mer, les communes sont en difficulté.
De l'autre côtés, la crise les oblige à augmenter leurs budgets sociaux (il a été récemment multiplié par deux à SAinte-Marie)

Enfin, la raison de la colère des terrassiers, ce n'est pas les investissements des collectivités: ils attendaient plus et mieux d'une convention passée avec les banques par l'Etat qui leur aurait permis d'étaler mieux leurs dettes.


Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes