National

15 parlementaires visés par une enquête pour détournements de leurs frais de mandats

Vendredi 11 Janvier 2019 - 16:31

France Info révèle ce matin que quinze parlementaires ou ex-parlementaires sont actuellement visés par des enquêtes préliminaires pour de possibles usages illicites de leur enveloppe de frais de mandat entre 2012 et 2017. Et parmi ceux-ci, cinq sénateurs et deux députés siègent toujours dans les assemblées. Leurs noms sont pour l’instant inconnus.

Ces sept députés et huit sénateurs ont fait l’objet d’un signalement de la HATVP (Haute autorité pour la transparence de la vie publique) auprès du parquet national financier (PNF), pour des soupçons de détournements, à leur profit personnel de leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM).

Il s'agit d'une somme forfaitaire d’environ 6.000 euros au Sénat et 5.500 euros à l’Assemblée leur était versée chaque mois afin de payer leurs dépenses non prises en charge directement par les assemblées : frais de permanence électorale, déplacements, communication, réceptions…

Ces IRFM viennent en complément de leurs indemnités qui s'élèvent à 7 209,74 € brut mensuels pour un député  (indemnité de base : 5 599,80 €, indemnité de résidence : 167,99 €, indemnité de fonction : 1 441,95 €) et de 7.239,91 € pour un sénateur (indemnité de base : 5 623,23 €, indemnité de résidence : 168,70 €, indemnité de fonction : 1 447,98 €).

Les détournements porteraient sur des sommes allant de 20 000 à 80 000 euros qui leur aurait servi à payer des dépenses personnelles.  

Selon France Info, des députés auraient également utilisé le système du "prêt d’honneur" pour s’enrichir. Cette facilité de caisse, toujours en vigueur, permet aux élus d’emprunter à l’Assemblée jusqu’à 18.294 euros, sur 20 mois maximum à 3 % d’intérêts. Comme un crédit revolving, ce prêt est "rechargeable". La seule condition imposée est qu’il soit remboursé avant la fin du mandat. Cette somme peut être utilisée pour payer des dépenses professionnelles ou pour un usage personnel. Mais dans cas, le prêt doit alors être remboursé par le député via son compte personnel. Mais il semble que certains députés utilisaient en réalité leur IRFM pour rembourser des prêts qui leur étaient accordés à titre privé, ce qui était en contradiction avec le règlement adopté par l’Assemblée en 2015.

Pour illustrer ces détournements, France Info cite le cas de la députée de Paris Anne-Christine Lang (à l'époque PS et aujourd'hui LREM), avec copie des relevés de comptes à l'appui.

De février à septembre 2016, soit sur une très courte période, on découvre des remboursements de frais médicaux pour 1.680 € et de pharmacie pour 360 €, alors même que ces dépenses lui ont été remboursées par la Sécurité sociale sur son compte personnel.

En six mois, elle a également utilisé 22 fois sa carte bleue de députée dans des supermarchés pour un total de 1.539 euros.

Les relevés font également apparaître sept paiements dans des magasins de jouets ou de puériculture, pour un total de près de 600 euros et des retraits, tous les mois, de 1.500 euros en moyenne d’argent liquide, avec une pointe à 2.070 euros pour la période du 11 juin au 13 juillet 2016.

D'après France Info, Anne-Christine Lang ne fait pas partie des 15 parlementaires actuellement visés par les enquêtes préliminaires.
Pierrot Dupuy
Lu 1658 fois



1.Posté par ah bon! le 11/01/2019 18:12

Ils n'ont pas eu de bol car se faire attraper par la "Haute autorité pour la transparence de la vie publique" c'est vraiment rare.
La fameuse loi censée rendre les députés plus "honnêtes" dans l'utilisation de ces indemnités laisse quand même entendre qu'ils pourront être contrôlés ( pas qu'ils seront automatiquement) faut pas rêver non plus ce sont eux ( députés et sénateurs ) qui ont voté ça et ils ne se tireront jamais une balle dans le pied!
Petite vengeance ?
Bof , ils s'en tireront par des pirouettes comme toujours

2.Posté par JORI le 11/01/2019 18:44 (depuis mobile)

Pourquoi cette somme forfaitaire n'est elle pas la même pour les sénateurs et les députés ?. Encore des trucs bizarres !!.

3.Posté par sceptique le 12/01/2019 11:47

souhaitons que ces députés et sénateurs auront le courage de démissionner

4.Posté par Radinasse le 12/01/2019 13:01 (depuis mobile)

Vivement qu'on divise le nombre de députés par 2

Absolument immoral

5.Posté par Fidol Castre le 12/01/2019 18:23

Sans intérêt. Il y a bien longtemps que la ripoublique ne sanctionne plus ses fidèles serviteurs pourris.

6.Posté par Question bete le 13/01/2019 16:54 (depuis mobile)

Aucun reunionnais dans le tas..?

7.Posté par Veridik le 13/01/2019 19:17 (depuis mobile)

Ce sont les suédois qui rigolent

8.Posté par Moi le 15/01/2019 14:18 (depuis mobile)

Il s’agit de micro enquêtes visant à détourner notre attention et nous faire croire qu’il y a une vraie justice. Exemple Benalla continue à se promener libre et à faire ses affaires malgré plusieurs chefs d’accusation

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >