Revenir à la rubrique : Faits divers

120.000 € en frais d’avocat pour protéger son fils des violences de la femme de son ex-conjoint

Le mardi 19 mai, Zinfos974.com a relaté la longue bataille menée depuis des années par Sandra, “pour soustraire son fils Kévin, 9 ans, à la violence de la femme de son ex-conjoint et père de son enfant”. Sandra se bat aujourd’hui pour que la justice prenne en compte les certificats médicaux contenus dans le dossier.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mercredi 17 juin 2009 à 07H35

“Le tribunal n’a retenu aucun certificat médical”. Le premier a été établi en 2004 en Polynésie française. L’examen avait révélé une hémorragie méningée, c’est-à-dire une hémorragie au niveau du cervelet gauche.

“Kévin avait les symptômes du bébé secoué. Son cerveau avait fait gauche – droite”. Le petit garçon avait immédiatement été placé en service de réanimation intensive. 

Le second certificat médical a été rédigé par les urgences du CHD en janvier 2007. “A son retour de chez son père, il avait à nouveau des hématomes dans le dos. Il avait également subi des chocs répétés à la tête”. Un double diagnostic aux Urgences de l’hôpital de Bellepierre confirme des coups.

Le juge des Affaires familiales a écartée ces deux argumentations et exonère la concubine de ces violences. Dans un attendu, l’homme de loi écrit même que “les éléments médicaux ont été établis à la demande de la mère”.

“Si mon enfant est à nouveau victime de violences, vers qui faut-il me tourner si la parole des médecins n’a aucune valeur devant un tribunal”, s’interroge Sandra. “Pourtant, les certificats médicaux sont explicites. Je ne sais plus quoi faire pour appuyer mes plaintes”.

Il y en a eu une quinzaine depuis le 15 janvier 1999. “Même les tentatives d’enlèvement en public, par exemple le 15 décembre 2001 à l’aéroport, et au mois de septembre 2002 en Polynésie, lors de sa fête d’anniversaire devant les invités estomaqués, n’ont pas été sanctionnées”.

Les faits de septembre 2002 ont pourtant été relatés dans l’hebdomadaire “Toere” dans son édition de la semaine du 26 septembre au 2 octobre 2002. “A chaque fois, ma plainte a été classée ou non jugée, que ce soit en Polynésie Française ou à La Réunion”.

Sandra n’a jamais baissé les bras. “Je me bats pour protéger Kévin. Et la vie de mon enfant n’a pas de prix”. A ce jour, ce prix après 9 ans de combat s’élève à 120.000 € en frais et honoraires d’avocats et procédures en justice de tous genres. Sandra a vendu sa maison pour couvrir les dépenses.

Elle devra encore payer puisque le juge des Affaires familiales l’a déboutée de ses demandes visant à faire reconnaître les certificats médicaux et les violences faites par la nouvelle femme de son ex-conjoint, sur Kévin aujourd’hui âgé de 9 ans.

“Ce jugement m’oblige à exposer à nouveau mon enfant à la violence de sa belle-mère, puisque je suis condamnée à remettre Kévin à son père pour les prochaines vacances scolaires. Nous vivons dans une grande angoisse permanente. A chaque fois, je me demande dans quel état va revenir mon fils”.

 Sandra a fait appel de la décision du juge des Affaires familiales…

Retrouvez l’article du mardi 19 mai sur le site : http://www.zinfos974.com/Une-mere-contrainte-de-remettre-son%C2%A0enfant%C2%A0de%C2%A09%C2%A0ans%C2%A0a%C2%A0son%C2%A0bourreau_a6876.html

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.

Indemnités de logement : Didier Robert poursuivi pour concussion et prise illégale d’intérêts

Didier Robert, toujours sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer devra en répondre prochainement devant le tribunal correctionnel. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux et une relaxe en 2024 pour l’affaire des emplois de cabinet, c’est la troisième comparution pénale pour l’ancien président de la Région Réunion. Une information Zinfos974.

Un homme violenté puis séquestré dans le coffre de sa voiture

Un homme de 30 ans comparaissait ce lundi dans le cadre de la comparution immédiate pour des faits de séquestration et de violences. La victime a reçu une ITT de 60 jours. Tout est parti du témoignage d’un chauffeur-livreur qui a assisté à la scène d’enlèvement en pleine rue.