Société

1,2 million d'euros bénéficieront à la cité éducative des quartiers prioritaires du Port

Samedi 22 Février 2020 - 08:22

Photo d'illustration (© Mairie du Port)
Photo d'illustration (© Mairie du Port)
Bonne nouvelle pour la commune du Port. Dans le cadre de la mise en place de la Cité éducative au profit de ses quartiers prioritaires pour la période 2020-2022, la cité maritime sera accompagnée à hauteur de 1,2 million d’euros par l’État. Une manne financière qui permettra de financer des actions concrètes, conforter le rôle de l’école, promouvoir la continuité éducative dans les quartiers.

Depuis la rentrée, des projets ont en effet été lancés au Port, un des 80 sites labellisés au plan national. Au total, 100 millions d’euros sont mobilisés pour les Cités éducatives d’ici à 2022, pour la réussite des jeunes de 0 à 25 ans qui grandissent dans ces quartiers, ont annoncé ce vendredi Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement.

"Ces montants en font le programme le plus ambitieux en matière de politique envers les quartiers prioritaires depuis le lancement des programmes de rénovation urbaine en 2003 et 2014", expliquent les services de l'État.

Dans notre île, la cite portuaire dispose depuis la rentrée 2019 d'une Cité éducative pour fédérer tous les acteurs actifs dans le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire (acteurs éducatifs, associatifs, culturels, sportifs, familles) pour accompagner chaque jeune depuis la petite enfance jusqu’à l’insertion professionnelle. Les moyens financiers supplémentaires annoncés ce vendredi "renforceront la dynamique qui s’observe déjà sur le terrain", assure la préfecture.

Les moyens mis en place par l’État (400 000€ par an pendant une période de trois ans) permettront de financer des actions concrètes, pour conforter le rôle de l’école, promouvoir la continuité éducative dans les quartiers, et ouvrir le champ des possibles aux enfants et aux jeunes. Ces plans d’actions seront déployés en partenariat avec les collectivités, l’État et les associations. Au niveau national, après un fonds d’amorçage de 8 millions d’euros en 2019, le ministère de la ville déléguera dès 2020 et pendant trois ans aux préfets près de 30 millions d’euros par an pour les 80 Cités éducatives pour alimenter les plans d’actions.

L’ambition des Cités éducatives

Comme l'a rappelé la préfecture, "les quartiers prioritaires de la politique de la ville font face à de forts enjeux économiques et sociaux avec un taux de pauvreté de 40 % en moyenne et un chômage deux fois et demi supérieur au reste du territoire en métropole. À La Réunion, le taux de pauvreté est de 38 % (14 % sur le territoire métropolitain) et le taux de chômage de 24,3 %".

Pour répondre à ces enjeux, le gouvernement veut agir à la racine "par l’éducation et le soutien à la parentalité". "C’est le sens de la politique menée depuis son installation avec le dédoublement des classes de CP et de CE1, les 'devoirs faits', le 'plan mercredi' ou encore les plus de 30 000 stages pour les élèves de troisième des quartiers proposés dans différentes institutions et entreprises", explique la préfecture. Néanmoins, cette dernière tient à rappeler que le cadre scolaire "ne peut à lui seul compenser un environnement familial et social défavorisé", malgré l'obligation de scolarité à 3 ans.

Élément central de la mobilisation nationale pour les quartiers prioritaires souhaitée par le Président de la République, le programme des Cités éducatives vise à renforcer des prises en charges éducatives pendant le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire, en lien avec les familles. L’objectif : accompagner au mieux chaque parcours éducatif individuel, de 0 à 25 ans, depuis la petite enfance jusqu’à l’insertion professionnelle. À travers les Cités éducatives, le gouvernement veut ainsi fédérer tous les acteurs éducatifs - services de l’État, collectivités mais aussi associations et habitants - dans les territoires qui en ont le plus besoin, tout en leur apportant des financements nouveaux.

Comme l’explique Jean-Michel Blanquer : "C’est par l’école qu’il est possible de lutter à la racine contre les déterminismes et les assignations, c’est par l’école qu’on élève le niveau général et qu’on œuvre à la justice sociale. Les Cités éducatives, dont le cœur est le collège du quartier, vont permettre de fédérer tous les acteurs et d’offrir aux enfants une éducation de qualité sur le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire".

De son côté, le ministre en charge de la Ville et du Logement, Julien Denormandie a déclaré : "l’ambition des Cités éducatives est ainsi de fédérer toutes les énergies des acteurs intervenant dans l’éducation des enfants, éducatifs, associatifs, culturels, sportifs et partageant les valeurs républicaines pour renforcer des prises en charges éducatives en lien avec les familles. Ces Cités éducatives sont au cœur de la politique de réussite républicaine que je porte dans les quartiers".
 
Nicolas Payet
Lu 1119 fois




1.Posté par JANALYSE le 23/02/2020 16:38

du beurre aux cochons

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Avril 2020 - 15:05 La SAPMER passe au drive