MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Faits-divers

11 mois à La Réunion, 2 condamnations, 18 mois de prison et 1 famille terrorisée


Un homme a été condamné en comparution immédiate pour avoir rompu l’ordonnance de protection envers son ex-compagne. Cela seulement quelques jours après être sorti de prison pour l’avoir agressée. Dans ce procès, c’est surtout le profil du prévenu qui interpelle. Prétextant vouloir récupérer ses affaires, c’est une traque qu’il a lancée sur sa victime. Condamné à 12 mois, dont 6 avec sursis, c’est déjà sa deuxième peine en un an.

Par - Publié le Mardi 23 Novembre 2021 à 10:43

En attendant le début de l’audience, Maxime semble déboussolé, presque apeuré. La trentaine, bel homme, rien ne laisse présager que cet individu est le prévenu d’une inquiétante affaire de violences conjugales et de harcèlement. En dépit d’un look plutôt inadapté pour son procès, il présente plutôt bien, notamment en s’exprimant calmement et posément. 

Un calme qui tranche particulièrement avec la peur qui se lit dans les yeux des parties civiles. Audrey* et sa mère Véronique* se sont accrochées l’une à l’autre, le plus loin possible de leur tortionnaire. Elles mettront du temps à se séparer, terrifiées d’être en sa présence. L’idylle débutée en janvier s’est terminée en avril au tribunal. Six mois de prison plus tard, il n’aura fallu que quelques jours avant que tout recommence.

Le masque tombe dès la première semaine

Audrey fait la connaissance de Maxime sur un site de rencontre. Lui vit en métropole, mais les échanges se font de plus en plus réguliers. Entre parents célibataires, le courant passe bien. Elle lui fait part de son envie de venir s’installer en métropole avec ses enfants. Il lui indique qu’il est prêt à l’héberger si elle saute le pas. Par politesse ou par envie, elle lui retourne la proposition… sans savoir qu’il la mettrait à exécution quelques jours plus tard.

Maxime débarque sans crier gare début janvier à La Réunion, quasiment les mains dans les poches. Audrey accepte de l’héberger, mais lui demande de se trouver rapidement un logement pour qu’ils puissent débuter une relation normalement. Une requête qui n’était visiblement pas dans les plans de Maxime.

Selon Audrey, il n’aura fallu qu’une semaine avant que les insultes commencent. Une attitude qui va empirer au fil du temps. Maxime va se montrer de plus en plus violent, mais Audrey prend sur elle. C’est lorsqu’il commence à s’en prendre à elle devant ses enfants que la mère de famille réagit.

Elle porte plainte pour violence et Maxime est condamné à 6 mois de prison en avril. Il lui est interdit d’entrer en contact avec sa victime et de se rendre sur la commune du Tampon. Audrey est dotée par la justice d’un téléphone grave danger.

Il veut "récupérer ses affaires"

Durant son incarcération, Maxime bénéficie d’une semi-liberté. Malgré l’ordonnance de protection, il tente de rentrer en contact avec Audrey pour "récupérer ses affaires". Les effets personnels se composent de quelques vêtements, achetés par Audrey, un skate-board et un iPhone. 

Maxime est définitivement libéré le 28 octobre et il affirme n’avoir qu’une seule idée en tête : récupérer ses affaires. Il affirme avoir demandé aux gendarmes de l’aider à reprendre ses biens chez Audrey, mais sa demande n’aurait pas été prise en compte.

Il tente de rentrer en contact avec Audrey, qui accepte de lui parler à distance de chez elle. Elle espère que la prison l’a changé, mais réalise rapidement que non. Lorsqu'elle téléphone à l’ancienne voisine de Maxime, celle-ci lui avoue que le jeune homme a fait subir la même chose à son ex-femme. Comprenant le danger, Audrey veut donc mettre un terme à toute relation, ce qu’il n’accepte pas vraiment. Le 4 novembre, elle dépose plainte pour non-respect de l’ordonnance de protection.

Il l’attend des heures sur le parking de son emploi

Le 17 novembre, il s’était présenté au domicile d’Audrey pour récupérer ses affaires. Ne voyant personne, il déclare alors donner un coup de pied dans la porte. La famille affirme que la porte est fortement détériorée. La dégradation du matériel est l’un des trois chefs d’accusation du jour, avec le non-respect de l’ordonnance de protection et la violation de domicile.

C’est le 18 novembre que tout va dégénérer. Maxime passe une bonne partie de la journée à attendre Audrey sur le parking de son emploi, les caméras de surveillance et les témoignages des collègues attestant de sa présence. En sortant, paniquée, elle n’a d’autre choix que de discuter avec lui. Le téléphone d’urgence étant dans la boîte à gants du véhicule, elle assure n’avoir pas osé l’utiliser devant lui. 

Plus tard dans la soirée, il se rend de nouveau au domicile d’Audrey. Celle-ci s’est réfugiée depuis quelques jours chez sa mère. Les caméras de surveillance, qui prennent également le son, permettront de certifier de sa venue. La famille apprenant sa présence par les voisins appelle les gendarmes. Véronique se rend avec eux au domicile et fait constater par les militaires qu’elle a fermé l’ensemble de la maison.

Le lendemain, Véronique se rend dans la maison d’Audrey pour faire le ménage. C’est là qu’elle constate que le lit est défait et qu’un téléphone charge sur la table. Pour la famille, Maxime s’est introduit pendant la nuit dans la maison par une trappe sur le toit. Des faits contestés par le prévenu. Un élément du dossier qui ne trouvera jamais de réponse.

Il décontenance la juge

À la barre du tribunal, Maxime avoue les faits l’exception de la dégradation de la porte et l’intrusion dans le domicile. Il affirme être resté à l’extérieur de la maison. Lorsque la juge Kaly Ankeara lui demande pourquoi il n’a pas respecté l’ordonnance de protection, Maxime va montrer un visage qu’il cachait plutôt bien jusque là.

"Moi, ce que je ne comprends pas, c’est qu’on ne me rende pas mes affaires", lance-t-il à la juge, médusée. "Si vous aviez respecté l’ordonnance, vous ne seriez pas là. Si elle n’avait pas eu peur, elle n’aurait jamais eu un téléphone grave danger", lui fait-elle remarquer. Ce à quoi le prévenu va répondre avec aplomb que "tout le monde en a un. Ce n’est pas exceptionnel". Une réponse qui fait sursauter la juge.

Un dialogue de sourds s’installe. Maxime affirme ne jamais avoir dit qu’il était normal de venir récupérer ses affaires, provoquant la surprise sur tous les visages de la salle d’audience. Il évoque ensuite des violences commises par Audrey. Le rapport d’enquête montre qu’il a même affirmé aux enquêteurs qu’Audrey était bipolaire. 

"Un mode opératoire"

Lorsqu’arrive son tour, Audrey va raconter son calvaire. Ses enfants lui reprochent de l’avoir fait entrer dans leurs vies. Face au danger, son ex-belle-famille préfère garder ses trois enfants. "On croit devenir paranoïaque. J’avais l’impression qu’il était partout. Pour lui, c’est une anecdote, pour moi c’est un cauchemar", explique-t-elle en larmes. Elle est à présent suivie par une psychologue.

"Il est effrayant, car il ne comprend pas ce qu’on lui demande", estime de son côté Me Marie Foucteau, l’avocate des parties civiles. Elle rappelle que Maxime a déjà été condamné pour les mêmes faits sur son ex-femme. "En semi-liberté, il va à sa rencontre. Le frère d’Audrey a reçu 100 messages et il a contacté tous ses proches. Il se présente au domicile de sa mère et de sa cousine pour se faire héberger. Chez la mère de celle qu’il a agressée, vous imaginez ? Il dit qu’elle est bipolaire. Il n’y a pas d’empathie chez cet homme. Il est manipulateur et n’hésite pas à mentir dans notre juridiction", affirme la robe noire.

Même son de cloche chez la procureure Simona Pavel, persuadée de "sa mauvaise foi". "Pour convaincre de ses mensonges, il faut une bonne mémoire", lui lance-t-elle. Lors de ses réquisitions, elle fait part de sa crainte de passage à l’acte. "La même problématique revient. Le même mode opératoire se reproduit. Le dossier est fait rapidement, on aurait pu creuser plus", explique-t-elle avant de requérir 18 mois de prison, dont 6 avec sursis.

Finalement, le tribunal va le déclarer coupable des trois chefs d’accusation et le condamner à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis. Elle écope également d’un sursis probatoire de 24 mois accompagné d’une obligation de soins et de travailler. Il ne peut plus se rendre à Saint-Pierre et au Tampon. De plus, il sera jugé en avril au civil pour les préjudices causés à la mère d’Audrey. 

Durant le procès, Maxime a affirmé vouloir quitter l’île dès la fin de sa peine. 

*Prénoms d’emprunt


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Olivier le 23/11/2021 13:15

A ce que je vois, il n'y a pas que des mah... à faire dégager de l'île

2.Posté par Choupette le 23/11/2021 13:44

Au début, il est question du type qui a un skate à la place du cerveau et voulait rejoindre ses comparses dans la mer.

Mais, à la fin, les choses deviennent plus claires car "Elle écope également d’un sursis probatoire ... " donc, ici, il s'agit aussi de la femme qui n'a pas osé se servir du téléphone ... . Vous m'en direz tant.

Super l'Artiste !

3.Posté par Langue vipère le 23/11/2021 14:37

Et l'interdiction de territoire ? Çà existe non ?
Je me demande, vu le cas en question, comment le juge ne peut automatiquement l'appliquer à ce délinquant, dangereux pour les femmes...
Si et seulement si il disait vrai, lorsqu'il déclare quitter la Réunion à la fin de sa peine...mais j'ai un doute !

4.Posté par Ti mâle st jo le 23/11/2021 16:30

Voilà pourquoi il vaut mieux éviter les sérieuses rencontres amoureuses sur le net, plus de la majorité hommes comme femmes sont le contraire de ceux qu'ils affirment!
Une petite pensée à ces enfants qui endurent tout ça alors qu'ils n'avaient rien à voir avec ça.

5.Posté par Non au racisme le 23/11/2021 18:33

Olivier= ton cerveau est vide et donne envie de vomir. Ce sont toutes les personnes dans ton genre qui méritent de dégager de la réunion. Regarde toi dans la glace ta haine est à vomir. L'humanité a t elle réellement besoin d'individus comme toi car décidément les personnes dans ton genre rempli de haine ne méritent pas le mot humains.

6.Posté par Métisse en colère le 23/11/2021 22:07

@ poste 1 (Olivier (la taille cabris)) nombreux sont les kréoles qui foutent la m*rde sur l'île mais vous n'assumez pas, pour vous ce sont les non originaires de l'île (zoreil, indien, zarabe, mahorais, comorien, malgache, chinois ect..) qui sont les responsables, vous aimez bien provoquer et après faire comme si les victimes c'est toujours vous, continuez comme ça, allez-y, continuez à ternir l'image des KRÉOLES ! A la fin c'est vous qui serez pointé du doigt, c'est vous qui serez moqué et méprisé vu que vous êtes devenus allergique au mélange culturel alors que c'est sur ce même mélange culturel que répose l'histoire de La Réunion.

7.Posté par bruce le 24/11/2021 08:07

@non au racisme, je crois que vous n'avez pas compris le message d'Olivier, moi je ne l'entends pas de la même manière. Je vois que sur les commentaires de Zinfos il y a une telle haine des Mahorais qu'il faut parfois rappeler qu'il n'y a pas que les Mahorais qui commettent des actes répréhensibles. Après je pense qu'il ne faut dégager personne de l'île, et encore moins pour ses origines. Mais effectivement si on devait en dégager ce ne serait pas forcément que les Mahorais. Loin de là.

8.Posté par Jai Bharat🕉️ le 24/11/2021 10:12

Poste 1 Olivier
Si je comprends bien vous dites que les ZOREILS sont à dégager de l'île ?
Mdr cessez de généraliser et réfléchissez un peu avant d'écrire des absurdité psq sans leur manœuvre, sans leur soutien, sans leur présence, sans leur investissement, sans leur argent je ne pense pas que l'île serait quelque chose.
Sur l'île j'ai rencontré plus de zoreils utiles à la société et exemplaires que de kréoles dont une partie largue les études, finit parents tôt et consomme du zamal, si la France décidait de donner l'indépendance à la Réunion, l'île sera encore plus corrompu que maintenant il n'y aurait mm pas de justice tout court, les classes inférieures et moyennes seraient les principaux victimes.
Donc cessez de généraliser avec les zoreils mais aussi avec les mah..ect..

9.Posté par Anaïs le 24/11/2021 10:21

Poste 1 Olivier, vous n'êtes pas en droit de dire qui est censé vivre sur l'île et qui devrait être expulsé, vous vous prenez pour qui? n'importe quoi.
Vous n'avez qu'à travailler dur, avoir de la notoriété, une réputation et obtenir un poste élevé dans la société si vous voulez prendre des décisions concernant les arrivants sur l'île.

10.Posté par jojo le 24/11/2021 21:36

ouais, .... je crains que cette histoire aura un fin tragique... Chaud devant ! ....

11.Posté par Ouais... le 25/11/2021 08:20

Poste 8, la réunion à la construction societal qu elle a aujourd'hui, car elle est sous l égide française. Construction sur les bonnes terres, car pas besoin d autonomie alimentaire, démographie galopante (nombreuse mais vieillissante). Structure économique, suivant le plan budgétaire européen. La réunion n aurait pas été française, elle se serait structurée différemment. La réunion est française, le métro est chez lui autant que les outre-mer sur le continent... Personne ne veut, une indépendance qui n aurait plus de sens aujourd'hui, pour les raisons évoqués plus haut. Je préfère penser qu il n y a pas de petite gens, que d opposé zoreil vs créole, n à aucun sens... Après chacun ça religion

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité









Publicité


 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes