Société

📷 30 nouvelles espèces d'insectes découvertes à La Réunion

Dimanche 20 Janvier 2019 - 07:00

Une trentaine de petites bêtes, jusqu'alors jamais observées sur notre île, viennent d'être ajoutées à la longue liste des coléoptères de La Réunion, et pour certaines, de la planète. C'est un passionné d'entomologie qui est à l'origine de ces fascinantes découvertes: depuis près de 15 ans, Emmanuel Lemagnan chasse les insectes sur son terrain de La Ressource à Sainte-Marie.


Pierre Marchal
Pierre Marchal
Si au détour d'un chemin, il vous arrive de tomber sur un drôle de monsieur, à la moustache blanche bien garnie, munie d'une fiole d'éther et installé sous un curieux parapluie japonais, pas de panique: vous êtes face à l'un des plus grands passionnés d'entomologie de La Réunion.

Approchez-vous! C'est avec joie qu'Emmanuel Lemagnan partage sa passion pour la science des insectes. Son engouement pour l'infiniment petit est des plus contagieux.Responsable des métiers d'art à la Chambre de métiers et de l'artisanat le jour, c'est au crépuscule qu'il enfile son costume de chasseur de bestioles. Une passion qui l'anime depuis sa plus tendre enfance.
 

Pierre Marchal
Pierre Marchal

Pierre Marchal
Pierre Marchal

Pierre Marchal
Pierre Marchal

Et aujourd'hui, toutes ces années passées à chasser la petite bête ont fini par payer: Emmanuel Lemagnan et désormais le découvreur officiel de trente nouvelles espèces d'insecte à La Réunion.

"C'est une vraie émotion! C'est l'émotion du passionné, une émotion enfantine! Je suis une personne qui s'est autorisé le fait de découvrir quelque chose de nouveau dans la vie, c'est incroyable!"

Les découvertes du Sainte-Marien sont parues dans la revue entomologique de France "Le Coléoptériste", une véritable consécration pour Emmanuel qui voit son rêve d'adolescent devenir réalité.

"Cet article est le fruit de pas moins de 3000 chasses de nuit, rĂ©alisĂ©es au mĂŞme endroit: sur mon terrain Ă  Sainte-Marie, ce qui n'est pas habituel pour les scientifiques." explique le passionnĂ©, "mais avec ce que je trouve juste sur mon terrain, imaginez ce qu'il peut y avoir dans le reste du territoire!" .
 

Pierre Marchal
Pierre Marchal

Pierre Marchal
Pierre Marchal

Depuis près de 15 ans, à la tombée de la nuit, Emmanuel étend un drap blanc dans son jardin, sur lequel est placé une lampe à ultra-violets. Puis il patiente jusqu'à minuit voire une heure du matin. Là, il observe à l'aide d'une grosse binoculaire, tout ce petit monde venu se poser sur le drap, attiré par les rayons UV.

"Il y beaucoup d'espèces Ă  dĂ©couvrir Ă  La RĂ©union, mais surtout de très petits insectes, de 1 Ă  2 mm tout au plus." indique Emmanuel, "mais sous la loupe, on a des beautĂ©s extraordinaires, ce n'est pas la taille qui compte!" s'amuse t-il.

Une fois un insecte capturĂ©, le processus d'identification peut s'avĂ©rer extrĂŞmement long: "chaque colĂ©optère a son spĂ©cialiste mondial ! Il prend lui-mĂŞme plusieurs annĂ©es pour vĂ©rifier que l'espèce n'a pas dĂ©jĂ  Ă©tĂ© observĂ©e ailleurs." explique l'entomologue amateur.
 

Pierre Marchal
Pierre Marchal

Pierre Marchal
Pierre Marchal
Mais pour ces trente nouvelles espèces minuscules, le travail est enfin terminé. Emmanuel Lemagnen et plusieurs spécialistes du monde ont ainsi pu déterminer que:
  • Deux tiers de ces spĂ©cimens sont indigènes: ils existent ailleurs dans le monde mais n'avaient jamais Ă©tĂ© observĂ©s Ă  La RĂ©union auparavant.
     
  • Le tiers restant est constituĂ© d'espèces endĂ©miques, qui n'existent que sur notre Ă®le.
​"J'ai encore plusieurs spĂ©cimens Ă  l'examen de dĂ©terminateur partout dans le monde: en Australie, aux USA etc.. Il faudra encore plusieurs annĂ©es pour savoir s'il s'agit de nouvelles dĂ©couvertes." raconte Emmanuel, très enthousiaste.

Et ce passionnĂ© ne compte pas en rester lĂ : Emmanuel envisage de monter une exposition pour montrer tout ce qui a Ă©tĂ© dĂ©couvert Ă  La RĂ©union depuis l'an 2000. Une façon de passer un message des plus importants: "puisque nous sommes loin d'avoir tout dĂ©couvert, protĂ©geons ce que l'on ne connaĂ®t pas encore!".
 

Pierre Marchal
Pierre Marchal
Charlotte Molina
Lu 6937 fois



1.Posté par JEAN CLAUDE le 20/01/2019 07:21

Bravo Monsieur car il faut beacoup de patience pour etudier ces animaux que bien souvent nous nous contentons de tuer


2.Posté par Olivier le 20/01/2019 08:16

bébète la nuite !

3.Posté par jean jouhis le 20/01/2019 10:49

hier ?
en une seule fois ?

4.Posté par Didam le 20/01/2019 13:08 (depuis mobile)

Il y a plein d''autres espèces que le monde nous envie et dont vous omettez de parler notamment le "maloki" le "zélumakro" le "giletjauneblocarius" le "giletjauneracketarius" et l''incontournable "mousticusmacotus"

5.Posté par Targie le 20/01/2019 13:48 (depuis mobile)

SAUVONS les bêbêtes !!! SAUVONS la planète !!! STOP aux insecticides, pesticides, détergents et autres DESTRUCTEURS de l''UNIVERS !! Merci à vous monsieur Lemagnan pour ce travail exceptionnel !!!

6.Posté par A mon avis le 20/01/2019 17:13

Votre titre prête à confusion. En effet, on pourrait croire qu'il s'agit d'espèces introduites à la Réunion. Or il s'agit d'espèces qui n'avaient jamais été décrites auparavant. Il serait intéressant de préciser davantage la proportion d'espèces qui sont vraiment endémiques à la Réunion.

Preuve qu'on peut être chercheur et surtout découvreur sans fréquenter de grands laboratoires universitaires ou industriels !

7.Posté par Alain BLED le 20/01/2019 19:43

Il faudrait peut-être préciser, et l'ami Emmanuel ne m'en voudra pas, que la photo qui illustre cet article n'est pas celle des nouvelles espèces découvertes ! Il me semble aussi qu'on a écorché le nom de ce sympathique découvreur, bien connu aussi pour son élevage de tortues !

8.Posté par Ikki le 21/01/2019 00:09 (depuis mobile)

80% des espèces d'insectes disparus en Europe en 30 ans et 70% des espèces de vertébrés dans le monde en 40 ans... On à presque tout décimé ! Allez encore un effort ! On en parle ?

9.Posté par photographier vaut mieux que detruire le 21/01/2019 11:34

Il est cependant dommage à l'heure de la photo numérique performante de tuer et piquer sur un présentoir de nombreux exemplaires d'un même insecte comme le montre certaines planches.

Etudier impliquerait de détruire ? Il faut évoluer .....

10.Posté par Réveillez vous le 21/01/2019 11:43

Dingue de voir que l'homme veux aller sur la planète Mars et autre
sans connaitre ca propre terre, et sans la respecter ....

Quand on voit que un an de budget dépensais dans l'armement pourrais stopper 6 x la fin dans le monde et le reste pour sauver notre planète ...Question de choix


Au moins ca fait plaisir de voir des gens pationnés

http://www.worldometers.info/fr/

11.Posté par A mon avis le 21/01/2019 13:32

@ 9 photographier vaut mieux que detruire

Vous avez raison.
Mais s'il n'y avait que les entomologistes (même collectionneurs) pour "détruire" les insectes, les dégâts seraient bien limités limités. Et bien souvent leur étude précise nécessite de les tuer, les photos ne suffisent pas.
Par ailleurs, acceptez vous la prolifération de certaines espèces ?

Le problème n'est pas simple.

12.Posté par Alain BLED le 21/01/2019 21:03

9 et 11 : Vous avez raison tous les deux à mon avis : Le collectionneur est l'arbre qui cache la forêt qu'on détruit. Les insectes se reproduisent beaucoup plus vite et en plus grand nombre que les gorilles ou les éléphants. Mais dans tous les cas, la première cause d'extinction et de dégradation est due à la destruction du milieu naturel des espèces concernées. Cela dit, une éthique de respect de la vie, sous toutes ses formes, même les plus petites, est tout à fait respectable.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront Ă  mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'Ă©quipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la mĂŞme rubrique :
< >