Société

▶️Collectif Danse Hip Hop 974: Reconnue, la culture urbaine se structure

Mercredi 17 Avril 2019 - 13:37

La culture Hip Hop réunionnaise se structure. Créé l’année dernière, le Collectif DANSE HIP HOP 974 rassemble les associations qui oeuvrent à développer la diversité des arts urbains dans notre île. Une quinzaine d’associations composent le collectif, soutenu par la JSCS et la Politique de la ville.

Après une année passée à créer les contours de la plateforme, les représentants du collectif ont présenté mardi, "dans un lieu dédié à la culture urbaine", à la galerie "Very Yes", leur programme pour cette année. Un programme rythmé en animations: Boty Réunion, Big Up 974, Battle of the year ou encore Battle Pro Kids en décembre prochain.  

Parti du constat que dans ce milieu les structures sont très fragiles, le collectif se donne pour mission de les accompagner à "animer la passion" mais aussi de les orienter dans leurs demandes d’aide et dans la recherche de sponsors. 

Le Hip Hop: un art avec ses codes et ses valeurs

L’objectif est aussi de nouer des partenariats avec d’autres associations de l’océan Indien et permettre aux danseuses et danseurs de participer aux événements. 

"Pendant longtemps les jeunes ne demandaient rien à personne. Ils évoluaient, ils dansaient sur un bout de carton sous les halls d’immeuble. Aujourd’hui comme c’est un art reconnu, il y a des valeurs, des codes, il y a des transmissions et il est important que tout cela soit un peu plus structuré pour permettre notamment de rassurer les parents. C’est pour cela que nous avons beaucoup parlé de formation ce matin", s’enthousiasme Nicol M ‘Couezou, directeur du Village Titan qui assure le portage administratif du collectif. 

De retour sur son ile natale, Nicolas Médéa vient également apporter sa pierre à l’édifice. Le danseur qui a fait ses premiers pas à La Réunion en 1998 avec le groupe Warning, ancien du Break Dance, reconverti à la danse académique pour ensuite travailler avec Matt Pokora, Madonna ou encore la compagnie Piertragalla, espère inspirer les plus jeunes. "Le collectif est une évolution". "J’aimerais apporter toute mon expérience pour innover et faire en sorte que nos jeunes puissent s’exporter ". 

Une synergie saluée hier par le sous-préfet de St-Pierre, Lucien Giudicelli, " sensible à la fonction sociale de l’art et du Hip Hop en particulier. Une pratique ouverte et positive que l’Etat encourage".

PB
Lu 1043 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter