Economie

▶️ Travaux imminents dans le canal du Mozambique pour l'exploitation du gaz naturel

Samedi 10 Août 2019 - 13:35

(Photo d'illustration)
(Photo d'illustration)
Le début des travaux de construction des unités de traitement du gaz naturel liquéfié (GNL) au large du Mozambique vont débuter avant la fin de l'année. Le projet prévoit d'ici 2024 la création de deux lignes de liquéfaction terrestres d'une capacité de production annuelle avoisinant les 12,5 mégatonnes de GNL. Le docteur Pierre Galzot, que nous avons rencontré, participera lui à l'évacuation sanitaire des personnes travaillant sur ce méga-chantier.

Ces réserves de GNL dans cette région du canal du Mozambique, estimées à 500 milliards de m³, ont été découvertes il y a une dizaine d'années au large de la province du Cabo Delgado, au nord du pays. Les grands pétroliers qui se partageront le gâteau sont l'opérateur local ENH, l'américain Anadarko mais l'italien ENI. Mais suite au rachat en juin dernier d'Anadarko par Occidental Petroleum pour 38 milliards de dollars (soit 33,9 milliards d'euros), le géant français Total pourrait également entrer dans la danse pour exploiter les gisements mozambicains.

En effet, le rachat d'Anadarko était conditionné à la cession de ses actifs africains à Total pour 8,8 milliards d'euros. Un accord en ce sens avait été signé le 5 mai dernier entre Total et Occidental. Pour le pétrolier français, l'acquisition d'Anadarko, dont la finalisation devrait avoir lieu en 2020, lui permettrait de prendre part à hauteur de 26,5% dans ce projet de GNL.

Le docteur Pierre Galzot, président de AEMC (Associated Emergency Medical Centers) France, participera lui à prise en charge médicale et de l'évacuation sanitaire de la dizaine de milliers de personnes sur le site. Sa société est spécialisée dans l'assistance médicale opérationnelle sur de grands sites industriels et de grands chantiers à l'étranger. "Notre cœur de métier pour faire simple, c'est de faire le SAMU sur les plateformes pétrolières. Nous avons deux composantes principales qui sont l'assistance médicale opérationnelle et la capacité d'évacuation sanitaire transcontinentale longue distance. On travaille aussi bien dans le domaine minier que dans le domaine des grands chantiers d'infrastructures et nous avons également une compétence dans le nucléaire puisque nous travaillons sur le site de Tchernobyl en Ukraine", explique le médecin.

Sa société, qui a accompagné Anadarko sur le site lors des opérations de forage et d'exploration pétrolière, sera également présente sur la phase de construction de toutes les installations gazières pour assister en cas de pépin les quelques 10 000 personnes qui travailleront sur ce chantier titanesque qui débutera "dans quelques semaines" :

SI
Lu 6396 fois




1.Posté par Touloulou le 10/08/2019 17:29 (depuis mobile)

Ah là là... j'aimerais entendre les gauchos écolos de tous bords au sujet de ces travaux ! A t on pensé à l'environnement ? A la faune marine ? Aux risques divers ! Allez les écolos bobos, on aimerait vous entendre..va t on boucher les routes ?

2.Posté par Thierrymassicot le 10/08/2019 18:42

Quand les prédateurs pétroliers s'acharnent à signer notre arrêt de mort...Ainsi que le leur....Quelle foutue merde..........

3.Posté par A mon avis le 10/08/2019 19:03

Eh bien encore une méga source de pollution atmosphérique, pour accélérer le réchauffement climatique !

4.Posté par Lolo de Mayotte le 10/08/2019 20:37 (depuis mobile)

Ça va pas aider l’activité sismique à Mayotte ça...

5.Posté par Thierrymassicot le 10/08/2019 21:32

1.Posté par Touloulou

Quand l'imbécillité se dispute avec la démagogie.......Ca donne ce pauvre troll de plus en plus isolé....Spèce Tartuffe..

6.Posté par Atterré le 10/08/2019 23:25

Ah ben voilà la raison de "Mayotte département français", porte septentrionale du Canal de Mozambique ! ! !
Je sentais bien qu'il y avait une affaire de gros sous la dessous ! ! !

7.Posté par LAMPION le 11/08/2019 07:40

Sachez aussi que sur toute la cote ouest de la réunion est remplie de produit pétrolier: NODULE MARIN

8.Posté par Taloche le 11/08/2019 07:58 (depuis mobile)

Écolos ou pas, presque plus personne ne cuisine au feu de bois ou s'éclaire à la bougie. Comme le gaz liquide ne coule pas dans les rivières, il faut bien aller le chercher et le liquéfier ĺà où il se trouve.

9.Posté par SITARANE le 11/08/2019 09:24

Allez MARCHAU et autres CADET, GIGANT prenez une barque et allez manifester votre mécontentement , à moins que !!!!!!!!!!!!!

10.Posté par LAMPION le 11/08/2019 10:19

à POSTE 6
Vous êtes en retard de 50 ans,cela se sait depuis les années 1970 et voyez ce que j'ai écrits plus haut.

11.Posté par A mon avis le 11/08/2019 11:30

@ 8.Posté par Taloche
Quand tout le monde sera cuit, on n'aura plus besoin de gaz ! 😊😊😊

12.Posté par Zarin le 11/08/2019 13:36

Nos "amis" de Diego Garcia nous "protègent" !!!

13.Posté par Taloche le 11/08/2019 13:52 (depuis mobile)

Post 11. En attendant tout le monde l' 'utilise et ne peut plus s'en passer !

14.Posté par Transition énergetique le 11/08/2019 15:11

Les écolos ne broncheront pas sur l’exploitation de nouveaux gisements de gaz naturel. La raison est simple: cette énergie malheureusement fossile est deux fois moins polluante en co2 que le charbon par exemple. Le GPL fait partie de la stratégie de transition énergétique choisie par la France.
Il est clair qu’on ne peut pas encore se passer des énergies fossiles.
Du coup, autant s’orienter vers celles qui polluent moins en attendant que d’autres technologies soient matures.
J’espère que la Réunion s’orientera vers cette énergie pour remplacer le charbon.

15.Posté par DAOUDZI le 11/08/2019 17:50

Ça confirme ce que j'affirmais depuis une décennie, on en a rien à faire de Mayotte; par contre les nodules polymétalliques, le gaz et autre pétroles, c'est bon pour les affaires ! Les milliards d'euros que les mahorais ou autres comoriens ne verront jamais (ou un petit pourboire : récemment Les Comores) et avec ca tout le monde est content, SAUF LE CON-TRIBUABLE français qui donne pour Mayotte !
Elle est pas belle la vie ?

16.Posté par daniel mace le 11/08/2019 20:14

donneurs d'ordre,participants internationaux,entrepreneurs et sous traitant mais Mr qui sont ces gens?beaucoup de paroles pour un projet phénoménal qui concerne qui? et la population dans cette affaire que devient elle? serait ce un Diego Garcia N°2 ?? entrez dans la "danse" pendant qu'il est encore temps

17.Posté par daniel mace le 11/08/2019 20:22

une belle bande d'enfoirés ,qui se prennent pour des créateurs !

18.Posté par polo974 le 11/08/2019 20:32

le gnl, c'est du méthane, pas du butane ou propane ni gpl.

gaz à effet de serre 20 à 30 fois plus puissant que le co2, donc pas le droit aux fuites...

19.Posté par Transition énergetique le 12/08/2019 08:10

@polo

Oui, vous avez entièrement raison, c’est bien du GNL qui sera extrait et non du GPL comme je l’ai écrit.
Et vous avez aussi raison sur le pouvoir effet de serre du méthane que j’ai lu pour être 86 fois plus puissant que celui du CO2.
Si les fuites dépassent 3%, le GNL devient plus polluant que le charbon.
Merci d’avoir signalé cela et qui me fait changer d’avis sur ce que l’on essaye de nous faire croire, que le GNL est une énergie plus propre

20.Posté par Dederun le 12/08/2019 10:12 (depuis mobile)

Poste 8 Taloche presque plus personne ne cuisine au feu de bois, vous parlez de la Run sans doute, aller à Mada 90% de la population utilisé le charbon de bois d''où le problème de la déforestation

21.Posté par Lutte ouvrière le 22/08/2019 15:39

article paru dans le numéro 68 du bimensuel Lutte ouvrière Réunion :

MOZAMBIQUE : PAYS RICHE, POPULATION PAUVRE !

Le Mozambique, pays de sud-est africain, d'où nombre d'ancêtres réunionnais ont été tirés pour être réduits en esclavage pour venir trimer dans les propriétés réunionnaises, ne s'est libéré de la puissance coloniale portuguaise qu'en 1975 après onze années de guerre menée par le Front de Libération du Mozambique dont les leaders se réclamaient soi-disant du marxisme.
S'en est suivie jusqu'à maintenant une deuxième guerre interne contre un mouvement appelé Renamo (Résistance Nationale du Mozambique) soutenu dans un premier temps par le régime raciste sud-africain de l'Apartheid et les États-Unis.
De toute cette période, le pays en est ressorti exsangue. Malgré ses nombreuses ressources minières et gazières, mais aussi agricoles, le niveau de vie des habitants reste extrêmement bas. 77 % des Mozambicains ne disposent que de 2,5 euros par jour. Un tiers de sa population souffre de la faim. Le paludisme, le choléra, le Sida affecte des millions d'habitants. Un enfant sur deux décède avant l'âge de 7 ans. Il n'y a que 3 médecins pour 100 000 habitants.
Les dirigeants du Frelimo qui ont abandonné leur discours marxiste se sont mués en partisans du système capitaliste, piochant sans retenue dans le peu de fonds dont dispose l'Etat mozambicain.
Le fils, Ndambi, de l'ex-président Guebuzza (surnommé par les Mozambicains « Guebusiness »!) a été arrêté suite à une enquête pour détournement de 2 milliards d'euros de fonds publics dans une affaire d'achat de frégates de guerre à la France qui devaient être livré par le groupe Constructions Mécaniques de Normandie appartenant au capitaliste franco-libanais Iskandar Safa.
Cette malversation a contribué à faire plonger les comptes du Mozambique dans le rouge alors que le produit intérieur brut augmente annuellement de plus de 7 % !
Malgré cela, les affaires continuent. Un gigantesque gisement de gaz naturel vient d'être découvert au large de la côte nord est du pays, non loin de l'archipel des Comores et de Mayotte. Les requins capitalistes de la prospection pétrolière sont déjà sur les rangs pour faire démarrer ce chantier titanesque qui doit mobiliser quelques 10 000 travailleurs de 2020 à 2024. Tout est prévu pour que le pétrole jaillisse au plus vite dans les cuves des compagnies ENH (local), Anadarko (Etats-Unis), ENI (Italie) et Total (France).
Les centaines de milliards de mètres cubes de gaz naturel liquéfié font déjà saliver les actionnaires de ces entreprises capitalistes et les dirigeants du Frelimo et de la Renamo qui pour l'heure ont déclaré qu'ils cessaient de se faire la guerre !
Cette dernière découverte ne signifie en aucun cas que la situation des masses pauvres mozambicaines va s'améliorer. Elle signifie seulement que le pillage des ressources du pays va continuer de plus belle.
D'ailleurs les centaines de milliers de Mozambicains pauvres qui ont tout perdu suite au passage des deux cyclones destructeurs du début de cette année (Idaï e Kenneth) continuent à vivre pour beaucoup sans toit, les enfants sans écoles, les malades sans médecins et sans hôpitaux. Sur les 3 milliards réclamés par le gouvernement aux institutions internationales, à peine un milliard est arrivé dont une bonne partie a été détournée.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >