Faits-divers

▶️ Suites de l'affaire Caro : Serrure forcée et menace d'expulsion pour un commerçant saint-gillois

Mercredi 7 Août 2019 - 17:15

Le 4 juillet dernier, l'homme d'affaire Paul Caro était interpellé par la gendarmerie en flagrant délit d'extorsion de fonds. Placé en garde à vue, il était déféré devant un juge le samedi 7 juillet et mis en examen pour extorsion de fond, blanchiment d'argent et fraude fiscale.

Le juge des libertés et de la détention, décidait ce même jour, de le placer sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre sur la commune de Saint-Gilles alors que le parquet, qui craignait des pressions sur les commerçants, demandait son maintien en détention.  

Samedi dernier, Pierrot Tavares, le gérant d'établissement à l'origine de la plainte contre Paul Caro, a eu la désagréable surprise de constater que la serrure de l'un de ses établissements avait été forcée.

Dans un premier temps, il a pensé à une tentative d'effraction. Mais quelle n'a pas été sa surprise de constater que c'était une femme, se présentant comme l'ex-femme de Paul Caro, présente sur les lieux, qui était en train de faire changer les serrures de l'établissement pour lequel, selon elle, aucun bail n'avait été signé. 

Selon Pierrot Tavares, "une dame affirmant être Mme Caro m'a affirmé être venue récupérer le local parce que c'était le seul local où elle n'avait pas un bail précaire dessus (...) J'avais déjà un local donc j'ai fais une extension avec le local où on est actuellement. Avec des accords de principe avec Mr Caro, je reprenais l'établissement, je faisais des travaux pour le mettre aux normes, et dès que administrativement tout était opérationnel, j'aurais pu commencer à fonctionner de suite". 

Il convient de préciser que cet établissement, qui est une extension du premier local loué, en pleine rénovation, fait l'objet d'un accord verbal entre le locataire et Paul Caro. En effet, ce dernier devait établir un bail précaire d'une durée d'un an en échange des travaux de remise en état financés par le futur locataire. Pour autant, Paul Caro avait autorisé par écrit le futur gérant à faire ouvrir les compteurs à son nom. 

Pour autant, Mr Tavares reconnaît : "le bail n'a pas été signé avec Mr Caro mais il y avait un accord de principe et le bail devait se faire déjà en amont (...) Et la signature a été reportée plusieurs fois. Entre temps, il y a eu ces problèmes là et puis du coup, le bail n'a pas pu être signé. Mme Caro m'a dit qu'elle allait récupérer l'établissement parce qu'elle n'avait pas de bail, et que si je n'ai pas de bail, elle allait changer les serrures. Sur le coup, je lui ai donné des explications sachant qu'il n'y avait aucun document attestant qu'elle pouvait me mettre dehors. En négociant avec elle, elle m'a laissé pour l'instant en sachant qu'elle va revenir avec un huissier pour récupérer le local". 

Pierrot Tavares est bien conscient de la complexité de la situation. Mais il a déjà investi une somme conséquente afin de le mettre au normes. "J'ai investi entre 15 et 20.000€ de travaux puisque j'ai pris un établissement vétuste. Là c'est tout mon argent, toutes mes économies qui partent en poussière si elle le récupère. Juste parce que Mr Caro n'a pas fait les choses dans les règles au niveau du bail". 

Suite à cet incident, une plainte a été déposée. 


Lu 7331 fois
Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur




1.Posté par justedubonsens le 07/08/2019 19:19

Voilà où mènent les arrangements à la petite semaine. Engagé des frais sans titre est une erreur magistrale. Si le Caro nie les faits il risque de s'asseoir dessus mais l'écrit qui lui permet de mettre les compteurs à son nom devrait faire foi !

2.Posté par PEC-PEC le 07/08/2019 19:48

Ça pue de plus en plus cette affaire Caro....qui ne compte certainement pas se laisser faire ?!?! en exerçant toutes les pressions par personnes interposées, Il y a du rififi dans l'air !

3.Posté par Eaz le 07/08/2019 21:23 (depuis mobile)

Le commerçant en question on dirait que lu pense faire croire que lu le un Saint aussi dans l’histoire lu la bien accepter les pratiques au début et après lu porte plainte allez marcher dont

4.Posté par TICOQ le 07/08/2019 21:34

Ce brave commerçant devrait savoir mieux que quiconque que les accords verbaux ou "de principe" n'ont strictement aucune valeur, surtout lorsqu'un litige survient.

5.Posté par Réveillez vous le 07/08/2019 21:34

investir dans un bien sans signature....la faut le faire...

6.Posté par BABAR RUN © le 08/08/2019 06:02

c'est quoi ce bouge......?????!!!!!!!!!

7.Posté par Lesperkui le 08/08/2019 05:17

Pour info : la loi autorise le bail verbal.

8.Posté par MôveLang le 08/08/2019 08:29 (depuis mobile)

'''5. Réveillez vous le 07/08/2019 21:34''''''''
Moi, je connais des gens qui ont construit leur maison sur un terrain avec ou sans l''accord du propriétaire.

9.Posté par Bebert le 08/08/2019 08:31 (depuis mobile)

Avec des commentaires aussi négatifs, vous donnez raison à ses malfaiteurs et gros zozos qui profitent des petits commerçants pour s''en mettre pleins les poches.Après il ne faut se plaindre si il y a là,beaucoup de corruption dans cet île magnifique,

10.Posté par Dorian le 08/08/2019 08:56

Quand tu joues une partie, mieux vaut connaitre les règles bonhomme.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >