Faits-divers

▶️ Que va-t-il se passer pour les migrants sri-lankais ?

Mercredi 13 Février 2019 - 13:37

Les épisodes devant les juridictions françaises s'enchaînent pour les migrants sri-lankais. Ce mercredi, l'essentiel du travail des avocats des demandeurs d'asile se concentre à convaincre cette fois le tribunal administratif. Xavier Belliard, l'un des avocats qui s'est porté au chevet de ces familles à la recherche d'une vie meilleure en France, nous explique la procédure actuellement en cours et les dernières cartes que ses confrères et lui peuvent abattre pour tenter d'éviter une reconduite probable de leurs clients vers leur pays. Il est interrogé par Régis Labrousse.


Quel est l'enjeu de cette audience devant le tribunal administratif ?
Il s'agit d'examiner si leur demande d'asile qu'ils ont pu former lorsqu'ils étaient maintenus en zone d'attente, est manifestement infondée ou pas. Car si elle n'est pas manifestement infondée, les différentes personnes sri lankaises ont le droit d'aller déposer leur demande d'asile en préfecture en entrant en France et avec un schéma un peu plus classique.

Quel est leur état d'esprit ?
Ils sont, comme pour les précédentes audiences, assez impressionnés. Je n'ai pas la certitude qu'ils comprennent tous les enjeux de ces différentes procédures, mais ils sont là pour s'expliquer, on leur donne la parole à la barre pour qu'ils reviennent sur leur récit de vie, et le complète. 

Quand est-ce que la décision va être rendue ?
Les délibérés seront rendus aujourd'hui. Il y a déjà eu quelques examens hier. Les 40 autres sont audiencés ce jour donc on saura ce soir si des personnes sont admises à entrer sur le territoire pour déposer leur demande d'asile en préfecture.

Quelle est la différence entre la procédure devant le tribunal administratif et celle de samedi devant le juge des libertés ?
Les procédures qui précédaient cette audience devant le tribunal administratif visaient à savoir si les droits des personnes maintenues en zone d'attente avaient été respectées justement dans le cadre de leur maintien en zone d'attente. Principalement, ce sont les questions qui ont été examinées par le juge des libertés et la cour d'appel. Alors qu'aujourd'hui, il s'agit de savoir si oui ou non leur demande d'asile était manifestement infondée. Le juge administratif en tirera les conséquences. 

Y a-t-il des procédures d'expulsion en cours ?
Les recours devant le tribunal administratif sont suspensifs. Il y a effectivement une quinzaine de personnes concernées, pour lesquelles leur requête a été rejetée hier, donc ils sont susceptibles d'être réacheminés (vers leur pays, ndlr), quelles que soient les voies de recours qui pourraient être diligentées à l'encontre des différentes décisions, et notamment la décision du tribunal administratif. En revanche, je suis incapable de vous dire si oui ou non l'administration a déjà procédé à des éloignements.

Zinfos974
Lu 3933 fois



1.Posté par Fredo974 le 13/02/2019 14:06

Retour à la maison pour les migrants économiques .

2.Posté par Choupette le 13/02/2019 14:15

" ... une quinzaine de personnes concernées, ..., donc ils sont susceptibles ... "

krr krr krr krr

Chépa où il a appris le français l'avocat.
________________
Pour la retranscription des propos, c'est pas mieux " ... qu'ils reviennent sur leur récit de vie, et le complèteNT.

3.Posté par DENIS le 13/02/2019 14:39

on remets tout le monde dans le bateau sur lequel ils sont arrivés , on fait le plein de carburant et la marine nationale les accompagne jusqu' à chez eux.
le SRI LANKA n'est pas un pays en guerre. et ceux qui veulent que ces migrants restent à la réunion ils prends chez eux nourris loger blanchis à leur frais

4.Posté par gaston le 13/02/2019 15:14

On lave ,soigne et donne a manger vêtements , possible 2 ptit roupies pécules ,puis avion retour à la maison .

5.Posté par Dignité le 13/02/2019 17:06

Cet avocat défend le droit et n'a pas à se prononcer sur les conséquences de l'acceptation des demandes d'asile de ces migrants.

Si on lui demande si notre île est en mesure d'accueillir 10 000 migrants, il vous répondra que ce n'est pas son problème.

Voilà le paradoxe du droit français. Offrir des moyens de défense à des étrangers qui veulent s'installer chez nous alors que nous n'avons pas les moyens de les accueillir. Ou alors donner l'asile à des étrangers tout en sachant que cette décision va entraîner l'arrivée de milliers d'autres.

6.Posté par laurent le 13/02/2019 18:22

ces personnes sont des migrants économiques. malheureusement la réunion ne peut se le permettre, du moins en quantité importante, et une filière qui s'organise, cela entraîne l'arrivée d'autres personnes, avec en plus -merci les mauriciens- un passage d'abord par maurice pour nous les adresser ensuite. c'est la triste réalité. enfin ces gens ne veulent pas aller en france, mais en transit vers un pays anglophone

7.Posté par mimine le 13/02/2019 15:53

alors le pire sait sur 72 il y aura 7 qui on le droit de resté chez nous donc à chaque fois y aura un bateaux entrant 7 ou 8 resteron donc se qui retourne passeront le message voilà le résulta merci la loi française et les avocats

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Septembre 2019 - 08:51 Nathanaël Ellapa est mort de froid