L'Edito de Pierrot

▶️ [Pierrot Dupuy] Quand l’affaire Jérôme Cahuzac nous en apprend sur notre société

Lundi 24 Juin 2019 - 07:05



Quand l’affaire Jérôme Cahuzac nous en apprend sur notre société…

L’actualité la semaine dernière a un moment été marquée par l’affaire de Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget, qui a été autorisé par l’ordre des médecins à exercer la médecine générale en Corse.

Rappelons pour ceux qui l’auraient oublié, mais qui peut l’avoir oublié, que Jérôme Cahuzac avait été condamné en mai 2018 à 4 ans d’emprisonnement dont 2 avec sursis, pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale. Il avait réussi à échapper à la prison en acceptant de porter un bracelet électronique.

J’imagine que vous n’avez pas oublié non plus cette scène restée célèbre où l’on voyait un Jérôme Cahuzac, au faîte de sa gloire, répondre aux questions d’un député à l’Assemblée nationale et lui assurer, « les yeux dans les yeux », qu’il n’avait pas fraudé. Un an plus tard, il était contraint de démissionner suite aux révélations de Médiapart…

Après s’être fait oublier, notamment en partant en Guyane pratiquer la médecine dans un dispensaire uniquement atteignable en pirogue, il est revenu en France, plus précisément en Corse, avec l’espoir de pouvoir y pratiquer la médecine.

Malheureusement pour lui, un confrère, peut-être devrais-je plutôt dire un concurrent, a porté plainte devant le conseil de l’ordre, en mettant en cause ses capacités à exercer. Il faut en effet savoir que dans sa vie antérieure, Jérôme Cahuzac était un chirurgien spécialisé dans les implants capillaires. Pas grand-chose à voir avec le traitement de la grippe ou des rougeurs sur les fesses d’un bébé, le lot quotidien de tout médecin de province.

Finalement, je vous l’ai dit, le conseil de l’ordre l’a estimé apte et il pourra donc rejoindre le poste de clinicien qui l’attend apparemment à l’hôpital de Bonifacio.

Mais là n’est pas le fond du problème. Si je vous en parle ce matin, c’est parce que mon attention a été attirée par les commentaires que j’ai pu lire sur les réseaux sociaux et entendre sur certaines radios, s’offusquant qu’il puisse retravailler alors qu’il a été condamné.

Il conviendrait je pense, de rappeler qu’une condamnation à de la prison n’est pas une condamnation sociale à vie. Je dirais même que c’est tout l’inverse.

Une condamnation est une sanction infligée par la société pour punir un individu qui a commis une faute. Mais si l’on veut qu’il ne recommence pas, qu’il récidive, il faut justement lui permettre de se réinsérer. Et donc de travailler.

Voilà bien un exemple des dangers de la caisse de résonnance que représentent les réseaux sociaux, avec l’effet d’entrainement qui les accompagnent. Il suffit qu’un âne crie plus fort que les autres en disant une énorme bêtise pour qu’immédiatement d’autres la reprennent, voire même l’amplifient. Et comme les personnes sensées souvent se taisent, on finit par avoir l’impression que c’est une opinion unanime…

Je sais que la presse est souvent décriée sur les réseaux sociaux, justement. Sans doute parce-que notre métier consiste pour l’essentiel à remettre une information en perspective, et parfois à la commenter.

Et c’est clair que ça, ça ne peut pas plaire aux populistes de tous poils pour qui la simplification à l’extrême, l’appel aux plus bas instincts de l’homme, sont précisément les leviers sur lesquels ils aiment appuyer pour faire proliférer leurs idées.
Pierrot Dupuy
Lu 3000 fois




1.Posté par GIRONDIN le 24/06/2019 07:47

Pour rester dans le même registre :

Toto a eu 20/20 en rédaction et sa maitresse lui dit:
– Tu peux me l’avouer, ta mère ta aidée.
– Non, elle ne m’a pas aidée, elle la faite toute seule.



Toto rentre de l’école, visiblement content de lui. Il dit à ses parents :
– Aujourd’hui, grâce à moi, la maîtresse nous a appris plein de mots nouveaux!
– C’est bien, mon fils, répond le père. Mais qu’as-tu fait pour ça ?
– Oh, pas grand’chose! J’ai seulement mis trois ou quatre punaises sur sa chaise!


Merci à FESTiVAL FM pour ce FESTVAL d'humour tous les matins

2.Posté par Daniel FAIVRE le 24/06/2019 10:50

Oui mais une personne qui a tricher et a été condamner n'est plus crédible

3.Posté par Coucou de la Cressonnière le 24/06/2019 11:39

Vous êtes sérieux ? Il me semble que le vrai souci concernant Cahuzac, ce n'est pas qu'il reprenne une activité professionnelle. Mais bien que la sanction ait été trop légère !!! C'est cela qui choque vraiment. Mais bon, quand on a les bons avocats, on a une peine bien allégée, ça aide... quand on a du fric.

Liberté, Egalité, Fraternité ? Lol !

4.Posté par Obs le 24/06/2019 11:44 (depuis mobile)

Combien de fois avez-vous rappelé la condamnation de Gilbert Annette sur votre site ? Ce faisant ne lui appliquez vous pas une sorte de peine perpétuelle? De ce fait pourrait on dire sur votre opinion varie selon les circonstances ?

5.Posté par Marc le 24/06/2019 11:54

2. On parle là de sa capacité à exercer la médecine générale. Parce qu'il a fraudé le fisc vous vous attendez à quoi, qu'il infecte volontairement ses patients? A n'en pas douter, des dizaines de médecins dans toute la France ont été condamnés pour fraude fiscale sans voir leur capacité à exercer la médecine soit remise en cause.

6.Posté par Dignité le 24/06/2019 13:45

Mr DUPUY Pierrot,

Je souscris tout à fait à votre raisonnement.

Mais pour rester objectif vous devriez l'appliquer aussi aux élus qui, après avoir purgé leur peine suite à une condamnation, aspire à revenir en activité à la faveur d'un nouveau mandat.

Or il vous arrive souvent de clouer au pilori des élus qui agissent ainsi.

7.Posté par Jean Rigole le 24/06/2019 14:22

Sur les réseaux sociaux, ils s'en prennent aussi aux élus condamnés pour qu'ils ne se représentent plus aux élections...

Est-ce que sont des fous populistes ou des doux rêveurs ?

8.Posté par Psychotrope le 24/06/2019 14:52

Déjà qu'il manque de plus en plus de médecins généralistes et spécialistes en France. Si en plus, il faut virer tous ceux qui ont fraudé au fisc, on est mal barré !

9.Posté par justedubonsens le 24/06/2019 16:56

Je crois qu'ici on confond les fonctions.
Cahuzac a effectivement été condamné pour fraude fiscale et en aucun pour une faute professionnelle ce qui l'autorise à poursuivre son activité professionnelle.
Lorsqu'on soulève le cas des Annette et consorts qui ont été pris la main dans le pot de confiture et condamnés à ce titre dans l'exercice de leur MANDAT d' ELU, ils portent atteinte à la probité et à l'exemplarité attachées à leur charge. Et à ce titre ne devrait plus pouvoir se présenter à une quelconque élection ou responsabilité associative. Mais rien ne les empêcherait de poursuivre une activité professionnelle qui serait la leur, faute de condamnation dans ce sens.

10.Posté par Henri de Brenneken le 24/06/2019 19:51

Je cherche un poste à la mairie. Solution : Flinguer le maire pour avoir ensuite un travail !

11.Posté par Pamphlétaire le 24/06/2019 23:48

On espère que les Corses vont le faire "sauter"...

Avant-hier, explosion dans le port; c'est un cargo chargé de munitions qui saute. La plus forte détonation que j'aie entendue.
Gide (André, 1869-1951), Journal, 17 juil. 1943, p. 190.

12.Posté par Pamphlétaire le 25/06/2019 08:09

Cela me rappelle le sketch de Devos :

Un jour, en pleine nuit... mon médecin me téléphone : - "Je ne vous réveille pas?"
Comme je dormais, je lui dis : - "Non."
Il me dit: - "Je viens de recevoir du laboratoire le résultat de nos deux analyses...
J'ai une bonne nouvelle à vous annoncer : En ce qui me concerne, tout est normal. Par contre, pour vous... c'est alarmant."
Je lui dis : - "Quoi ?... Qu'est ce que j'ai ?"
Il me dit : - "Vous avez un chromosome en plus..."
Je lui dis : - "C'est à dire ?"
Il me dit : - "Que vous avez une case en moins !"
Je lui dis : - "Ce qui signifie ?"
Il me dit : - "Que vous êtes un tueur-né ! Vous avez le virus du tueur..."
Je lui dis : - "...Le virus du tueur ?!!!"
Il me dit : - "Je vous rassure tout de suite. Ce n'est pas dangereux pour vous, mais pour ceux qui vous entourent... ils doivent se sentir visés."
Je lui dis : - "Pourtant, je n'ai jamais tué personne !"
Il me dit : - "Ne vous inquiétez pas... cela va venir ! Vous avez une arme ?"
Je lui dis : - "Oui ! Un fusil à air comprimé."
Il me dit : - "Alors pas plus de deux airs comprimés par jour !"
Et il raccroche ! Toute la nuit... j'ai cru entendre le chromosome en plus qui tournait en rond dans ma case en moins.
Le lendemain, je me réveille avec une envie de tuer... Irrésistible ! Il fallait que je tue quelqu'un. Tout de suite !
Mais qui ? Qui tuer?... Qui tuer?
Attention ! Je ne me posais pas la question :
- "Qui tu es?" dans le sens : - "Qui es-tu, toi qui cherches qui tuer ?" ou :
- "Dis-moi qui tu es et je te dirais qui tuer."
Non !... Qui j'étais, je le savais ! J'étais un tueur sans cible ! (Enfin... sans cible, pas dans le sens du mot sensible !)
Je n'avais personne à ma portée. Ma femme était sortie ...
Je dis : - "Tant pis, je vais tuer le premier venu !"
Je prends mon fusil sur l'épaule... et je sors.
Et sur qui je tombe ? Le hasard, tout de même ! Sur... le premier venu !
Il avait aussi un fusil sur l'épaule... (Il avait un chromosome en plus, comme moi !)
Il me dit : - "Salut, toi, le premier venu !..."
Je lui dis : - "Ah non ! Le premier venu, pour moi, c'est vous !"
Il me dit : - "Non ! Je t'ai vu venir avant toi et de plus loin que toi !"
Il me dit : - "Tu permets que je te tutoie ? Je te tutoie et toi, tu me dis tu !"
Je me dis : - "Si je dis tu à ce tueur, il va me tuer !"
Je lui dis : - "Si on s'épaulait mutuellement ? D'autant que nous sommes tous les deux en état de légitime défense !"
Il me dit : - "D'accord !" On se met en joue...
Il me crie : - "Stop !... Nous allions commettre tous deux une regrettable bavure...
On ne peut considérer deux hommes qui ont le courage de s'entre-tuer comme des premiers venus ! Il faut en chercher un autre !"
J'en suis tombé d'accord ! Là-dessus, j'entends claquer deux coups de feu et je vois courir un type avec un fusil sur l'épaule...
Je lui crie: - "Alors, vous aussi, vous cherchez à tuer le premier venu? "
Il me dit : - "Non, le troisième ! J'en ai déjà raté deux !"
Et tout à coup, je sens le canon d'une arme s'enfoncer dans mon dos. Je me retourne. C'était mon médecin...
Qui me dit : - "Je viens vous empêcher de commettre un meurtre à ma place..."
Je lui dis : - "Comment, à votre place ? "
Il me dit : - "Oui ! Le laboratoire a fait une erreur. Il a interverti nos deux analyses.
Le chromosome en plus, le virus du tueur, c'est moi qui l'ai !"
Je lui dis : - "Docteur, vous n'allez pas supprimer froidement un de vos patients ?"
Il me dit : - "Si ! La patience a des limites. J'en ai assez de vous dire : Ne vous laissez pas abattre !"
Je lui dis : -" Vous avez déjà tué quelqu'un, vous ?"
Il me dit : - "Sans ordonnance... jamais ! Mais je vais vous en faire une !"

Raymond Devos

13.Posté par alcide le 25/06/2019 09:33

12.Posté par Pamphlétaire le 25/06/2019 08:09

Génial ! Un géant de langue de Molière ce Devos ! Il manie l'absurde avec une aisance époustouflante !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie