Politique

▶️ Marlène Schiappa assiste à la restitution des travaux du Grenelle des violences conjugales

Mercredi 6 Novembre 2019 - 11:11

Pour clôturer sa visite de deux jours sur notre île, Marlène Schiappa est à la Préfecture ce jeudi depuis 11H dans le cadre du Grenelle des violences conjugales à La Réunion. Ce dernier, instauré par Marlène Schiappa elle-même, s'intègre dans le processus national.

Elle assiste ce matin à la restitution des travaux débutés le 3 septembre dernier par les acteurs locaux : "Il y a une vraie solidarité entre les acteurs à La Réunion, qui n'existe pas partout en France" a-t-elle déclaré. Le but étant de faire des propositions au gouvernement afin d’améliorer la lutte contre ces violences. A l'issue de l'ensemble des travaux engagés dans les départements de France, le gouvernement devrait dévoiler une série de mesures le 25 novembre. 

"Il ne faut plus que l'on considère les violences conjugales comme des faits divers mais comme un fléau de notre de société" affirme la secrétaire d'Etat.

Les préconisations résultant du travail de plusieurs ateliers sont nombreuses, elles demandent souvent la mise en place de moyens supplémentaires, notamment économiques, pour financer par exemple la présence d’un médecin légiste à temps plein dans le sud de l’île, une communication plus grande autour des outils mis à disposition des victimes, la présence de référents professionnels dans les maternités, ou encore pérennisation des emplois associatifs au sein des structures qui lutte contre ces violences.
 

Une plateforme locale pour répondre au 3919

Au cours de cette séance de restitution des travaux engagés localement, la Secrétaire d'Etat  auprès du Premier ministre, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, a également procédé à la signature d’une convention avec le Conseil départemental de La Réunion. 

5 grandes mesures constituent cette convention et devraient ainsi être appliquées très prochainement :
  1. Le doublement des intervenants sociaux en police en gendarmerie. Aujourd'hui au nombre de 4, l'équipe sera portée à 8 professionnels au plus tard début 2020.
  2. La mise en place d'une plateforme 3919 locale :  ce numéro d'écoute, d'information et d'orientation, anonyme et gratuit, auquel les femmes victimes de violences peuvent faire appel sera adapté aux réalités locales en lien avec le 115. Elle doit permettre par exemple aux victimes d'être comprise par l'interlocuteur lorsqu'elles s'expriment en créole.
  3. La création d'une structure d'accueil et d'hébergement d'urgence temporaire (SAUT) dans l'est de l'île. ce secteur était le seul encore dépourvu de ce type de structure. 
  4. La prise en charge des auteurs de violences : l'Etat et le département s'engagent à ce que l'éviction de la maison familiale du conjoint violent soit renforcée pour que les femmes victimes et leurs enfants puissent rester chez elles, en proposant un mode d'hébergement dans des structures ou sous le mode des nuitées en pensions. La mise en place d'un bracelet anti-rapprochement est également nécessaire et se fera en partenariat avec les forces de l'ordre et la justice.
  5. La reconduction des contrats des 16 "adultes relais" affectés auprès des associations intervenant dans l'accueil et l'accompagnement des victimes. Le département s'engage à renouveler ces contrats pour une durée de 3 ans. 


Charline Bakowski
Lu 1734 fois




1.Posté par Simplex le 07/11/2019 12:12

"Elle assiste à la RESTITUTION des travaux...."
Je ne comprends pas ! Les travaux en question avaient été subtilisés ?

Définition du mot "restitution : "Action de rendre à quelqu'un ce qui a été pris ou possédé indûment".

2.Posté par BARSAMIAN Bernard le 07/11/2019 12:39

Page 1 VERSION 1 11 2019 La POSSESSION le 1 novembre 2019





LETTRE OUVERTE

à

- Mr le Président de la République
- Mesdames et Messieurs les Ministres et Secrétaire d’État
- Mr le Directeur de l'école de la Magistrature de Bordeaux
- Messieurs les Présidents des TGI St Pierre et St Denis
- Mr Le Préfet de la Réunion
- Mr le Président de Région
- Mr Le Président du Conseil Départemental

L'association PAIRE 2 COEURS a été crée en février 2010 et a traité 2000 dossiers de parents séparés ou divorcés au cas par cas.

OBJECTIFS :
- Assurer un meilleur équilibre familial homme-femme-enfant

- Recentrer toute notre système de représentativité et de communication sur l'image, la présence et la parole de la famille, rassembler au lieu d'opposer.

- Dans toutes les institutions Locales et Nationales assurer la présence d'hommes et de femmes à cinquante pour cent chacun pour un meilleur équilibre.

- Développer un système de communication qui lutte contre toutes les violences homme -femme- enfant et montre en parallèle des exemples familiaux positifs.

-Améliorer le contenu et la rédaction des jugements et des ordonnances.
Page 2
PROPOSITIONS :
AU NIVEAU NATIONAL :
- Recentrer tous les Ministères et Secrétariat d'état sur la famille aussi bien au niveau des noms que des missions au lieu de l'affichage hommes ou femmes ou enfants.

- Changer les dénominations :
- Éducation nationale : L'école Maternelle deviendrait Première École

- Favoriser dans l'effectif des juges aux affaires familiales 50 pour cent d'hommes et de femmes pour donner l'image et la parole de chacun avec entre autre des mesures d’incitation au niveau des écoles et des concours.

- Organiser des marches blanches pour les violences faites aux hommes, femmes et enfants et non uniquement pour les femmes.

- Développer les visioconférences entre les TGI (Tribunaux de Grande Instance) réunion-métropole ou autre DOM-TOM pour éviter le déplacement en métropole ou autre DOM-TOM de parents déjà en difficultés financières ou psychologiques en ce qui concerne les convocations des juges aux affaires familiales.

- Organiser une politique médiatique et de communication qui lutte contre toutes les violences hommes -femmes -enfants en montrant de façon simultanée les exemples familiaux positifs pour la population et la jeunesse pour ne pas l'enfermer dans un contexte purement négatif et non constructif.

- Mettre en place avant la naissance ou après dans chaque commune des réunions d'information obligatoires sur les droits et les devoirs des parents envers leur enfant.

-Supprimer la fête des pères et des mères et les remplacer par la fête de la famille.

-Instituer un numéro d'appel unique par exemple 112( secours, signalement, police, violences,etc.... pour tous les services qui dirigera ensuite vers le bon interlocuteur si cela est possible techniquement et administrativement.

-Intégrer dans les programmes de l’Éducation Nationale une matière qui prépare à la parentalité avec comme contenu: les responsabilités des parents, la famille(parent 1, parent 2, enfant),les besoins de l'enfant en fonction de l'age.
Page 3

AU NIVEAU LOCAL :

-Instituer un numéro d'appel unique par exemple 112 ou autre ( secours, signalement, police, pompier, violences,etc.... pour joindre tous les services.Le correspondant de ce numéro dirigera ensuite vers le bon interlocuteur si cela est possible techniquement et administrativement.

-Supprimer la fête des pères et des mères et les remplacer par la fête de la famille

-Au niveau des communes et des associations organiser des sorties, animations, heure ou journée d'information, sortie sportive ou culturelle ou pères et mères se côtoient avec leur enfant et non pas dédiées uniquement à l'homme ou à la femme ou à l'enfant.

- Recentrer tous les Délégués et Chargés de Mission auprès du Préfet sur la famille aussi bien au niveau des noms que des missions au lieu de l'affichage hommes ou/et femmes ou/et enfants.

- Changer les dénominations et les missions:
PMI (Protection Maternelle Infantile) deviendrai PPI Protection Parentale Infantile en augmentant ses missions pour les deux parents pour mieux les impliquer auprès des jeunes enfants avant ou après l’accouchement.

- Favoriser et développer dans toutes les institutions les journées de la famille, colloque, informations, droits des parents,etc...

- Favoriser dans l'effectif des assistantes sociales, travailleur sociaux et des Juges aux Affaires Familiales cinquante pour cent d'hommes et de femmes pour donner l'image et la parole de chacun avec des mesures incitatives au niveau des écoles et des concours.(État et Conseil Départemental).

- Organiser des marches blanches pour les violences faites aux hommes, femmes et enfants et non uniquement pour les femmes.

-Que la loi applicable sur la non représentation d'enfant soit appliquée plus rapidement pour éviter des tensions sur le parent victime du fait.



Page 4

- Développer les visioconférences entre les TGI (Tribunaux de Grande Instance) pour éviter le déplacement en métropole de parents déjà en difficultés financières en ce qui concerne les convocations des juges aux affaires familiales.(un des parents à la réunion ou métropole ou étranger ou DOM-TOM).

- Organiser une politique médiatique qui lutte contre toutes les violences et montrer de façon simultanée les exemples familiaux positifs.

-Mettre en place avant la naissance ou après dans chaque commune des réunions d'information obligatoires sur les droits et les devoirs des parents envers leur enfant.




























Page 5



AU NIVEAU DU CONTENU DES JUGEMENTS OU ORDONNANCES




- Lorsque l'un des parents est à la réunion et l'autre en métropole ou à l'étranger ou lorsque les deux parents sont sur l’île , indiquer dans chaque jugement ou ordonnance le plus tôt possible une visioconférence obligatoire une à deux fois par semaine avec le jour et l'heure indiqué de façon précise pour favoriser et maintenir le lien parent-enfant.

- Éviter comme trop souvent d'indiquer que seul le père doit prendre et ramener l'enfant au domicile de la mère ou à l'école même s'il est en plus grandes difficultés financières ou avec un problème de véhicule en indiquant un lieu de rendez vous à mi-chemin ou un déplacement en alternance entre le père et la mère suivant les possibilités financières ou de véhicule de chacun.

- Éviter comme trop souvent de faire payer au père une pension alimentaire même s'il est plus grande difficultés financières que la mère et avec des moyens financiers inférieurs à ceux de la mère en prenant bien en compte toutes les charges de chacun.

- Supprimer les prestations compensatoires qui génèrent des situations sociales dramatiques.

- Indiquer pour le droit de visite pendant les vacances scolaires l'heure de récupération des enfants et l'heure pour les ramener au domicile de l'autre parent.

-Lorsque l'on a une famille recomposée faire coïncider les droits de visite de chaque parent séparé ou divorcé pour que les enfants respectifs de chaque parent divorcé ou séparé puissent se retrouver aux mêmes dates dans une même unité familiale.






Page 6

-Prévoir dès le premier jugement un droit de visite progressif suivant l’âge de l'enfant pour ne pas refaire un nouveau jugement lorsque l'enfant grandira et ainsi éviter des frais et tracasseries dans le futur aux deux parents.










Le Correspondant NORD Le Président Le Correspondant SUD
SIGNE SIGNE SIGNE

Jérôme ANNY Bernard BARSAMIAN Bernard GOGUILON


La Trésorière
SIGNE

Miguy LAPINSONNIERE















Email: assopaire2coeurs@hotmail.fr compte Twitter, Facebook compte et page et Instragram
tel 06 92 32 78 35 et 02 62 68 16 00(répondeur)
SIEGE SOCIAL : Résidence Atlantica appt A3 27, Rue Eugène Dayot 97419 LA POSSESSION Saint Denis Agrément Préfectoral du 27 janvier 2010 numéro W9R2002704 Publication au journal officiel le samedi 13 février 2010 SIREN 521 509 323 SIRET 521 509 323 00015 Code APE 9499Z

3.Posté par A mon avis le 07/11/2019 13:06

Quelle belle brochette de mâles pour accueillir Marlène Schiappa !

4.Posté par wai le 07/11/2019 13:25

nassimah deja en campagne

5.Posté par Jérôme Anny le 07/11/2019 16:52 (depuis mobile)

Beau travail cette lettre de Barsamian !!! J'espère que les élus en feront bon usage.

6.Posté par anatole le 07/11/2019 21:24

nassimah me fait penser à sarko quand il n'était plus rien! dès que néna un trou, elle i colle son figure pour faire prendre à elle en photo, pou montrer elle est avec la ministre, elle travaille pour les Réunionais, sa famille! En tout cas ou c'est pas mon famille!

7.Posté par Serguei NOMADE le 07/11/2019 21:53

bonjour,
Je suis complètement en accord avec paire de cœur et les propositions concrètes pour l’essentiel, bravo pour leur combat. Il faut aller vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, mais l’équilibrage doit aller dans les deux sens, mais pas à sens unique comme aujourd’hui.
Le combat premier et le plus lourd est d’assurer l’égalité dans la fonction parentale. Or aujourd’hui, 96 % des allocataires de la CAF sont des femmes. Où est la parité et que fait-on pour responsabiliser les pères. Comme le souligne paire de cœur, cela s’apprend dès l’école, et si des pères s’évadent de leurs obligations, d’autres se sont accrochés à leur missions parentales mais ont été massacrés par les jugements, car dans l’esprit des juges, l’enfant revient encore et toujours à la mère, sauf dans des cas extrêmes, et la garde alternée n’est pas encore inscrite dans la loi.
L’égalité parentale permettra aux pères de conquérir enfin leur légitimité. Et tant mieux si c’est le père qui garde les enfants à la maison et la mère qui assume ses responsabilités de cadre, et les 50h hebdo ou plus qui vont avec ; cela nous permettra d’aller vers l’égalité salariale, car je suis persuadé que l’écart de salaire est souvent motivé par la différence d’engagement dans l’entreprise. Je suis pour que les femmes souffrent (hélas) autant que les hommes de ce point de vue ; on ne peut pas avoir l’égalité salariale et sortir à 16 h du boulot.
Combien de pères ont souffert des propos infamants de leur ex compagne : il est pédophile, il me maltraite et avant que la vérité ne finisse par être démontrées, combien d’années de souffrance et de séparation du père de ses enfants.
Les nouvelles lois vont intégrer prochainement les aspects de violence psychologique. Dans le contexte actuel, quel discernement les forces de sécurité ou les juges pourront avoir sur ces pressions, réelles ou avérées, ou coup monté. En attendant que la vérité soit établie, cela entrainera la réduction de l’autorité parentale du père.
Les abus de quelques uns sont ce qu’ils sont, et ce sont des actes pénalement répréhensibles et c’est bien que cela soit affirmé et que la parole se libère. Pour autant, des hommes sont victimes de pressions de souffrance qui n’est pas entendu.
Pire, quand une femme souffre on se mobilise aujourd’hui pour l’aider, on apporte compassion et appui, ce qui est nécessaire, mais quand un homme est victime de maltraitance, le plus souvent sous forme psychologique (pression, emprise, etc…), non seulement personne ne lui vient en aide, mais on se moquera de lui, c’est la double peine.
On jette finalement l'opprobre sur tous les hommes, alors que la majeure partie des hommes essaient d’assumer leurs responsabilités dans la cellule familiale. Cela explique notamment le niveau des suicides en France, quand on a inculqué depuis toujours ce sentiment de responsabilité aux hommes, ils le ressentent durement et en cas d’échec, ils vont jusqu’au suicide (en gros, 7 000 hommes et 2000 femmes se suicident, mais ce chiffre ne choque personne).
On donne des droits nouveaux aux femmes pour conquérir l’égalité, et c’est tant mieux qu’on reconnaisse réellement l’apport de la moitié de l’humanité, mais pour autant, quand les femmes obtiennent un équilibre favorable, on ne pose pas la question du rééquilibrage en faveur des hommes.
3 exemples :
- la quasi-totalité des SDF sont des hommes, qui mouraient lentement si l’action de l’Etat ou de certaines associations ne s’en désintéressaient pas, mais avec peu de moyens. La société réunionnaise est dure, et quand l’homme, dont le rôle était d’apporter l’argent (la femme s’occupant du reste) ne l’apporte plus, ou qu’il sombre dans l’alcool ou autre accident de la vie, il est rejeté de la société. La femme restera toujours intégrée et il y aura toujours des systèmes d’aides important. L’homme lui, a droit à la formule : c’est un homme, il peut se débrouiller. Mais non justement, l’égalité réelle, c’est de dire qu’il faut l’aider autant qu’une femme.
- à l’époque du « patriarcat », au début des années 60, il y avait 42% de jeunes femmes à l’université et 58% de jeunes hommes. Cet état de fait a été combattu fort justement, mais aujourd’hui, il y a 58 % de femmes contre 42 % d’hommes. Qui s’alarme pour dire qu’il faut équilibrer, et donner des chances aux jeunes garçons ? On nous dit alors qu’il y a des filières encore inaccessibles aux filles. C’est vrai, en mathématiques, par exemple et cela va tendre à s’équilibrer, mais cela reste encore lointain. Il y a des niches sur le big data, d’accord mais globalement, les garçons sont dans les filières de production, le travail de force, mais que reste –il de ces emplois. L’industrie française est en lambeaux, tout est parti, et on n’a plus besoin d’emplois de force ou déqualifiés, les hommes ont donc un problème massif à venir dans les 10 ans d’accès à l’emploi. A l’inverse, les filles sont quasiment les seules dans tous les métiers de services, le social, la santé, et majoritaires même dans des filières jadis très masculines comme les médecins ou les juristes ou les commerciaux. Les femmes sont donc fortement bien positionnés sur les métiers de demain, à part quelques niches comme le big data.
- les décrocheurs (les NEET, selon la terminologie CEE), sont très majoritairement des garçons. Cela ne choque personne. Il faut au contraire s’interroger pourquoi les garçons réussissent moins bien et les accompagner pour essayer de réduire les écarts.
Bref, allons vers l’égalité réelle, et pas l’égalité à sens unique, le premier combat est bien la reconnaissance du rôle conjoint et complémentaire des deux parents. Il y a aujourd’hui un gros chemin à faire,

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie