MENU ZINFOS
Gilets Jaunes

▶️ Les commerces de St-Gilles fermés sous la menace depuis une semaine


Ce samedi 24 novembre est le huitième jour de fermeture pour les commerces du centre de Saint-Gilles. Les commerçants ont décidé de constituer un collectif pour mieux se faire entendre des autorités. Ils sont menacés quotidiennement par des groupes en marge du mouvement Gilets Jaunes.

Par - Publié le Samedi 24 Novembre 2018 à 12:52 | Lu 17932 fois

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, les commerces de Saint-Gilles doivent baisser le rideau. La journée, sous les menaces de représailles, le soir, sous l'interdiction de travailler liée au couvre-feu. Le chiffre d'affaire des commerçants chute vertigineusement, les salariés risquent de perdre leur emploi.

Pourtant, les restaurateurs et tenanciers de bars et boîtes de nuit rencontrés vendredi après-midi l'affirment d'une seule voix: ils sont favorables au mouvement des Gilets Jaunes. Les revendications quant à la cherté de la vie, la précarisation de la jeunesse, la difficulté d'avoir une vie décente, ils les font leurs. Aussi, se sentent-ils parfaitement incompris, délaissés par les autorités et stigmatisés par une partie de la population.

S'ils sont favorables au mouvement populaire, ils estiment néanmoins que la méthode n'est pas la bonne: "Ils se trompent de cible, c'est le gouvernement qu'il faut bloquer", clame l'un des restaurateurs. S'ils comprennent les causes de la colère, ils estiment son expression violente insupportable. "Ces jeunes sont en déshérence, exclus du système, mais il est inadmissible que nous soyons menacés", dit un patron de boîte de nuit.

Les menaces sont quotidiennes, les scènes surréalistes: "Tous les jours, en début d'après-midi, un groupe de quinze à vingt personnes arpente Saint-Gilles avec un mégaphone et une sirène", raconte la patronne d'un bar-discothèque."Première sommation, Saint-Gilles ville morte, fermez tous les commerces", tel est le mot d'ordre quotidien que subissent les commerçants de Saint-Gilles. Le groupe de "manifestants" fait ensuite du porte à porte, menaçant les commerçants de "tout brûler" s'ils n'obtempèrent pas.

Les commerçants de Saint-Gilles se sont donc regroupés en collectif, ils appellent tous les commerçants de l'île victimes de chantage à se joindre à eux et réclament "le rétablissement de l'état de droit", avec une présence policière supplémentaire. "Des renforts sont arrivés, mais pas à Saint-Gilles, nous nous sentons abandonnés par les autorités", déplore l'un des patrons.

Soutenus par le syndicat des hôteliers et restaurateurs UMIH, les commerçants réclament l'annulation des taxes liées à leur activité sur toute la période du couvre-feu, ainsi que la sécurisation par les forces de l'ordre. Par ailleurs, ils demandent au préfet de décréter l'état de force majeure, afin de pouvoir mettre les employés en chômage technique, condition sine qua non à une indemnisation des employés.



Bérénice Alaterre
Passionnée de littérature et de cinéma d'auteur, intolérante à l'injustice, dévoreuse de journaux... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Ikki le 24/11/2018 13:04 (depuis mobile)

Le préfet met un couvre feu. On bosse comment le soir ? C'est lui qui va payer les pertes ? Oui aux jaunes mais non au préfet ! Il tue l'économie !

2.Posté par Dpayet le 24/11/2018 13:04

Intolérable ! C'est de la prise d'otage !

3.Posté par la cata le 24/11/2018 13:08

b zoreiland, fait pitiè! sini, un zeste svp !

4.Posté par Fidol Castre le 24/11/2018 13:20

Les commerces, le mien également, sont fermés depuis une semaine dans l'île entière. L'Etat laisse pourrir la situation et ne veut pas mettre les moyens pour terminer la crise.

Pourquoi faudrait-il un régime de faveur pour les commerçants de Saint-Gilles ?

5.Posté par Dpayet le 24/11/2018 13:21

à Ikki : le couvre feu a pour but de limiter la circulation des personnes afin de sécuriser les lieux, il est légitime tant que ce genre d'individus circule. Il y a un motif, contrairement à ce qui suit.

L'atteinte à la libre circulation des personnes aux rond-points, et l'atteinte à la liberté de commercer, en revanche, sont intolérables : quel qu'en soit le motif, on ne prive pas son voisin de sa capacité de commercer et de circuler si l'on n'est pas content d'une politique.

Je ne comprends pas pourquoi les flics n'ont pas déjà arrêté et verbalisé (et gazé, et fessé) tous ceux qui portent atteinte à ces deux libertés.

6.Posté par Jules le 24/11/2018 13:22 (depuis mobile)

De toute façon, hélas, toute la Réunion est à la merci des racailles... là vous n'avez vu que " l'entrée", lorsqu'il s'agira du "plat de résistance," ce sera autre chose !

7.Posté par pompe a fric le 24/11/2018 13:23

nous sommes tous ds la meme galère madame ,prenez votre mal en patience en attendant ,que le gouvernement du roi soleil et de ses ministre bénis oui oui trouvent des solutions ,pour débloquer ,la situation. Savez vous que je suis commerçant livraison a domicile et qu'il y a des familles qui sont bloqués chez eux sans manger. Je suppose que ce n'est pas votre cas vous avez encore de la bouffe ,mais vous courez dèrrière vos prix exorbitants ,ce sont des gens comme vous qui augmentent les prix a la réunion,a maurice les mauriciens de la classe moyenne peuvent manger dans des restaurants ds des lieux balnéaires , a la réunion ce n'est pas le cas pour les réunionnais de la classe moyennes ,vos tarifs sont trés chères ,hotel et restaurant a st gilles sont trés chères ,vous nous faites courir a maurice ,nos euros vont ds l'économie des mauriciens point barre

8.Posté par soupra le 24/11/2018 13:33

des groupes en marge du mouvement ? les GJ cautionnent totalement les exactions, ils comptent dessus justement .

9.Posté par li le 24/11/2018 13:46

Extrait ou sa nou sa va

"...Domin nou va mont' dan lé ô
Domin nou va rode la foré....

Mè desu la tèr na in gatèr i apel présiden
Govern'men na pwin larzen mè lu la po voyaz tou l'tan
In zour dan son dépression pou lu touf' ek son bonèr
Boug la va pez su in bouton la ba lu va declens' la guerre nucléaire

Domin nou va mont' dan lé ô
Ti pa ti pa "

10.Posté par Biloute le 24/11/2018 13:48 (depuis mobile)

Pareil à St leu, même les petits maraîchers doivent fermer sous la menace.
La gendarmerie regarde et ne fait rien, c'est la loi du plus fort.

11.Posté par pipo le 24/11/2018 14:21

Bizarre je vois pas "LOULOU" dans votre collectif...?

12.Posté par jlr le 24/11/2018 14:26

Ce mouvement est PACIFIQUE : puisqu'ils le disent !

13.Posté par Films et photos ! le 24/11/2018 14:39 (depuis mobile)

Je suppose qu''ils ont pris en photo, filmés ces individus lors de leur passage !
Si oui, si les menaces sont exécutées, ils auront les coupables !
Ils peuvent même porter plainte avec ces preuves !

14.Posté par li le 24/11/2018 15:47

Ils ont de beaux tee shirts

Ô la belle vie...

15.Posté par Dpayet le 24/11/2018 16:00

Il suffirait d'une quarantaine de flics en planque, avec lacrymo et menottes... à leur passage, encerclement, lacrymo, case prison.

16.Posté par jlr le 24/11/2018 17:04

@Fidolcastré : aie la pudeur de te taire .

S'il te plaît .

17.Posté par Si dni le 24/11/2018 17:25 (depuis mobile)

PARTOUT sur l’île nous les commerçants et entreprises on crève !! Un quart du chiffre du mois ! Et quoi d’autre encore la semaine prochaine ?! tout ça a cause de quoi ?? Pour quoi ?? Changez de stratégie et svp les flics : Faites zot travail !!!!!

18.Posté par vital le 24/11/2018 17:38

dans leurs listes de doléances pour un peu de mixité sociale ils pourraient aussi réclamer la construction de logements sociaux à st Gilles histoire de loger les descendants des propriétaires spoliés par la spéculation conséquence directe de la sur"rémunération

19.Posté par yabos le 24/11/2018 17:51

Toujours ce débat créole zoreil. St Gilles Zoreiland' Et alors? Ou est le problème ? Si il y a des initialtives , de la compétence et du dynamismes Tant qu'une majorité de Réunionnais n'arriveront pas à dépasser, surmonter les séquelles de l'esclavage, avec les complexes qui en découlent, ils n'arriveront pas à sortir du fénoir comme disait monseigneur Aubry. Il faut évoluer et arrêter de se complaire dans le passé moi précision je suis un jeune créole de 76 ans , dont les ancêtres sont arrivés en 1721. Je trouve ce débat créole/ zoreil stérile. Faudrait il croire au dicton esclave un jour, esclave toujours? J'espère que non.

20.Posté par jlr le 24/11/2018 18:39

@18vital : d'une part , il y a des logements sociaux à St Gilles ; d'autre part , les descendants des propriétaires n'ont pas été spoliés par la surrémunération , mais par un commerçant Réunionnais bien connu qui se faisait payer ( il y a quelques dizaines d'années de cela ) en terrains appartenant à de petits propriétaires créoles incapables de régler les ardoises accumulés chez ce commerçant .

21.Posté par Dubois le 24/11/2018 19:31

Et les Cruchots ils font quoi ? Ils mettent des PV pour mauvais stationnement ?

22.Posté par Kanal bisik le 24/11/2018 19:33 (depuis mobile)

Un band baizér de paquet ! Su lo photo i voi zot i fé pitié . Pierrot a koze i monte pas un peu dan carosse fé reportage su band chômeur ,gramoune, la misér qui existe malheureusement a st gilles au lieu de ces rigolos !

23.Posté par Kevin le 24/11/2018 20:17

Les seuls à respecter ce couvre feu, ce sont les honnêtes gens, la racaille, elle, elle en profite pour voler, cambrioler, brûler plus tranquillement.
A quand l'utilisation des armes létales par les forces de "l'ordre" sur ces nuisible ?

24.Posté par Zistoire-la-Réunion le 24/11/2018 21:46 (depuis mobile)

Les commerçants de saint-Gilles vendent
beaucoup plus cher que sur le reste de l'île...ils sauront se relever

25.Posté par jlr le 24/11/2018 23:15

@Zistoire laRéunion : vous avez tout à fait raison : à St Gilles , Le Quotidien est vendu 1,20 € et le litre de gazole 1,28 € , c'est beaucoup plus cher que partout ailleurs dans le reste de l'île .

26.Posté par Romane le 24/11/2018 23:35 (depuis mobile)

Cela est vrai qu''il est difficile de comprendre ce qu''ils désirent mis à part d''extérioriser une immense frustration, d''un autre âge. Ils vivent dans la haine de leur prochain, comme si cela aller résoudre leur situation.

27.Posté par Tanguy le 25/11/2018 00:08

Le pire est à venir quand il y aura 1 million d'habitants sur le caillou ,....feu l'île paradisiaque.

28.Posté par Pierre le 25/11/2018 00:14 (depuis mobile)

Forces de l''ordre invisibles depuis 8 jours.
Ordres de pourrissement ? Ces manifestants me font honte pour l''image qu''ils donnent de la Réunion. Cette île s''enfonce lentement dans la médiocrité crasse et l''incompétence.

29.Posté par Lolo le 25/11/2018 08:28 (depuis mobile)

Mais arrêtez vos commentaires.. saint Gilles est plus chère... vous avez des statistiques? Des vrai relevé de prix par des professionnels en non des anti zoreil?? Saint gilles participe au financement de l''état avec ses impots.

30.Posté par alcide le 25/11/2018 08:41

Ca va dégénérer, les frustrations larvées sont trop importantes ! Faut-il anticiper des retours massifs vers la métropole ?

31.Posté par microipi le 25/11/2018 09:57

c'est bon marché une bouteille d'eau à 7 euros dans les restos et les cafés 4.50 je dirai c'est même gratuit un rougail saucisse à 24 euros ça glisse tout seul tout va bien.

32.Posté par Fidol Castre le 25/11/2018 12:18

16.Posté par jlr le 24/11/2018 17:04

@Fidolcastré : aie la pudeur de te taire .

S'il te plaît .


Pour quel motif ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes