MENU ZINFOS
Société

▶️ Le juge des libertés prolonge le placement en zone d'attente pour 80 migrants


Par A.D-R.L - Publié le Vendredi 26 Avril 2019 à 17:21 | Lu 2618 fois

82 migrants n'ayant pas obtenu d'autorisation d'entrer sur le territoire par l'OFPRA, étaient au tribunal de Champ-Fleuri ce vendredi. Le JLD devait de nouveau se prononcer sur le maintien ou non en zone d'attente des migrants restants. Le ministère de l'Intérieur a dépêché deux avocats parisiens sur place. 

Ce vendredi matin, les migrants ont fait savoir qu'ils ne souhaitaient pas comparaître. Leurs avocats ont demandé le rejet de la demande de prolongation de l'administration.

En fin d'après-midi, le juge des libertés et de la détention a décidé la prolongation du placement en zone d'attente. Il avait déjà été prolongé de 8 jours par la cour d'appel, les procédures de recours n'étant pas terminées au tribunal administratif pour les décisions de l'OFPRA. Cette prolongation devrait par ailleurs permettre à l'administration d'organiser l'expulsion des Sri-Lankais. Des expulsions qui devraient intervenir en début de semaine prochaine. "Si cet éloignement est mis à exécution dans les jours qui viennent il est à craindre qu'une majorité de ces personnes se fassent arrêter à leur arrivée sur le territoire (sri-lankais Ndlr)", a commenté Me Nacima Djafour, avocate des migrants. 

Un autre volet se jouait par ailleurs au tribunal administratif concernant les recours de demande d'asile refusées par l'Ofpra. Deux migrants ont ainsi été libérés, portant le nombre de migrants restants à 80. 16 dossiers doivent encore être étudiés au tribunal administratif. 

Une prolongation "pour une dernière durée de huit jours, dans la mesure où les requérants avaient fait des requêtes au tribunal administratif pour faire valoir leurs droits", indique Me Jean Alexandre Cano, avocat représentant l'administration. "C'est la raison pour laquelle, bien évidemment, ils ne pouvaient pas être réacheminés vers leur pays d'origine", explique-t-il, mettant également en avant le fait qu'une partie des Sri-Lankais n'avaient pas de papiers d'identité. "Ils ne peuvent être réacheminés qu'avec l'autorisation des autorités consulaires sri-lankais qui ont été saisies", ajoute-t-il. Ils ont pour le moment des laissez-passer.

Regis Labrousse sur place





1.Posté par Laurent le 26/04/2019 17:35

Mais quel cirque. Comment une administration peut se laisser tourner en bourrique de la sorte ? C'en est pathétique !

2.Posté par Veridik le 26/04/2019 17:47 (depuis mobile)

En clair ça donne quoi ?

3.Posté par Sirlanké Éfièrdeletre le 26/04/2019 18:06 (depuis mobile)

J''espère que les autorités sirlankaises les conduiront aux travaux forcés dès leur arrivés au pays.

4.Posté par Zavocamur le 26/04/2019 18:53 (depuis mobile)

Je dirai à Maître Djafour, qu'il y a eu déjà plusieurs expulsions et, à ma connaissance, aucun de ceux expulsés n'ont eu de problèmes avec leurs autorités... Arrêtez de pinailler et de raconter n'importe quoi ! On vous demande d'être juste, c'est tou

5.Posté par Bib le 26/04/2019 19:40 (depuis mobile)

Ils commencent a nous embêter ces migrants, comme leurs avocats. Ils vont être arrêtés dans leur pays à leur arrivée. Et alors? Qu''est ce qu''on en a à foutre? Pour l''heure, ça nous coûte un pognon de dingue....

6.Posté par La gitane le 26/04/2019 20:57 (depuis mobile)

Retour chez tonton Maurice ou tata Lanka ?

il serait moins coûteux pour la France de les renvoyer d'où ils ont embarqué ....chez tonton

7.Posté par Targie le 26/04/2019 21:51 (depuis mobile)

La face cachée de la lune "Money....Money" il faut un partage équitable mais ne touche pas à ma part du gâteau... ds la foule on passe inconito mais la haut tt se sait, tt se voit, tt se paye !!...

8.Posté par Flamboyant le 27/04/2019 08:25 (depuis mobile)

Comment on peut traverser la frontière sans contrôle ? C'est incroyable et bizarre

9.Posté par eddo le 27/04/2019 08:24

Voilà : (source Figaro.fr) De son côté, le président Maithripala Sirisena a rejeté les accusations d’incompétence sur son secrétaire à la Défense et sur la police vendredi matin: «Ni le directeur général de la police, ni le secrétaire à la Défense ne m’ont transmis les alertes des services de renseignement», a-t-il déclaré à une chaîne locale, ajoutant que 70 personnes avaient été arrêtées et qu’il y avait encore 130 à 140 militants de Daech en liberté sur le sol sri lankais. Conséquence de ces dysfonctionnements en chaîne, le chef de la police et le plus haut fonctionnaire du ministère de la Défense ont démissionné de leurs fonctions.

10.Posté par Rhum Quina le 27/04/2019 11:56

Tiens donc ! 140 à l'arrivée, ils ne sont plus que quelque 80 à ce jour. Mais où sont donc passés les autres ?

11.Posté par microipi le 27/04/2019 12:59

il suffirait de traverser la rue et les envoyer en France à la charge de macron il y a du travail. La France est très grande et beaucoup de travail que les français ne veulent plus faire ici c'est une coque vide il n'y a plus rien à mettre sous la dent et beaucoup sont arrivés sans papiers donc ils peuvent nous raconter des bobards !

12.Posté par gros pois du Cap le 27/04/2019 14:45

ON NOUS ROULE ASSEZ DANS LA FARINE, tout ce beau monde au gnouf ou retour d'are d'are chez eux, comme ils sont venus, TOUS ENSEMBLE, personne ne doit rester chez nous, ben quoi?
Nous, on bosse en FRANCE, on écrase notre banane ici et on est déjà remplacés par d'autres non mais grave grave, méga grave! SOS pour les créoles, gilets jaunes, où ça zot il lé????
Sauve à nous vite!, SOS!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes