Education

▶️ Grève à l'ESIROI ce jeudi: "La souffrance du personnel doit être reconnue"

Jeudi 19 Septembre 2019 - 11:35

Un mouvement de grève du personnel administratif et du personnel de la BU de l'ESIROI (École Supérieure d'Ingénieurs Réunion Océan Indien) est annoncé ce jeudi au parc technologique universitaire de Sainte-Clotilde. En cause : "les agissements de l'ancienne équipe de direction de l'école (directeur et directeurs adjoints)".

"Depuis sa création en 2009, l’ESIROI a été le théâtre de nombreuses difficultés. Une partie du corps enseignant - dont fait partie l’ancien administrateur provisoire de l’école de 2009 à 2011, nommé ensuite directeur de l’école de 2011 à 2017 – exerce des pressions anormales sur le personnel administratif", indiquent les grévistes dans un communiqué. "Depuis plusieurs années, les personnels administratifs sont traités comme le parent pauvre de cette école et mis à mal par certains enseignants (peu d’ouvertures de concours, refus de formation, promotion ou concours-canapé…)".

Si l'équipe a changé, le personnel administratif et de la BU estime que "l’ancienne équipe de direction de l’ESIROI continue à entraver la bonne marche de l’école". "Acharnement sur le personnel administratif par des diffamations, des outrages, des accusations non fondées, du dénigrement, des pressions anormales, court-circuitage permanent de la nouvelle et jeune équipe de direction" sont notamment décriés.

Le personnel de l'école, soutenu par sa direction actuelle, indique avoir fait remonter depuis des mois à la Présidence de l'Université l'ensemble de ces problématiques par des signalements, "sans qu'aucune action concrète n'ait été mise en place pour stopper ces agissements". 

Il a donc été décidé d'un mouvement social pour réclamer "l'intervention de la Présidence pour que les personnels enseignants mis en cause cessent leurs agissements immédiatement", et "que l’ancienne équipe de direction de l’école soit transférée et ainsi n’entrave plus le bon fonctionnement" de l'école. 
 

Cela fait quelques mois que le personnel de l'ESIROI a commencé son mouvement afin de retrouver des conditions de travail normales, "mais cela existe depuis 7 ans", ajoute Hélène Lucas, une des 11 employés de l'ESIROI.

S'ils ont décidé de montrer à nouveau leur mécontentement ce jeudi, c'est notamment car "on a en plus des collègues qui sont en état de fragilité, des femmes enceintes, qui ont été mis en arrêt et c'est ça qui a peu fait sauter le bouchon on va dire", précise Hélène Lucas. 

"L'anxiété, l'insomnie, on n'est pas encore au burn out, mais il ne faudrait pas que cela arrive", confie-t-elle, en ajoutant qu'elle souhaite pour le personnel de l'ESIROI un quotidien "sans diffamation, sans souffrance, sans anxiété,..." Le personnel a disposé 11 chaises pour représenter les 11 employés de l'ESIROI, sur lesquelles ils ont inscrit ces mots de souffrance quotidienne. 

Hélène Lucas confie que, dès cette après-midi, ils seront au Moufia, "au bâtiment chocolat". Elle ajoute que s'ils n'ont pas de réponses concrètes rapidement, ils n'hésiteront pas à reconduire le mouvement, après concertation. Mais ils attendent de voir la fin de la journée car ils savent que "des négociations en cours et que les gens font leur maximum pour trouver des solutions".

M.A - C.B
Lu 2563 fois




1.Posté par Bravo et courage ! le 19/09/2019 12:37 (depuis mobile)

Courage pour votre mouvement ! Vous êtes soutenus par la communauté !

2.Posté par Janus le 19/09/2019 13:27

Inimaginable que dans une Institution publique, qui plus est, accueille nos jeunes futurs cadres de La REUNION, on puisse avoir de tels exemples et de tels comportements de la part d'Universitaires.

Dans un monde où les jeunes ont de plus en plus besoin de référents, de "guides", quelle image donne de l'Université, ces gens "irresponsables", à tous les niveaux, laissant perdurer de la souffrance au travail ...

3.Posté par Jules le 19/09/2019 16:40 (depuis mobile)

comment un établissement d’enseignement supérieur peut laisser perdurer de tels agissements depuis si longtemps ? Qui sont ces personnes qui s’octroient tous les droits et qui se permettent de faire subir une telle souffrance au travail ?

4.Posté par Anin le 19/09/2019 19:08 (depuis mobile)

Faut porter plainte...depuis le début l ésiroi est une fumisterie ..il faut fermer cette école et envoyer nos jeunes se former dans des bonnes écoles d’ingénieurs..,ce diplôme ne vaut rien

5.Posté par Michelle le 19/09/2019 19:56 (depuis mobile)

Alors ! Résultat ??? Les administratifs ont eu gain de cause face à des « éminents »professeurs d’université??? Suspens... la suite dans un prochain épisode!!!

6.Posté par un observateur le 19/09/2019 23:50

Malheureusement ce n'est pas le seul établissement où le personnel est toujours sous pression...
Venez à Cilaos et vous constaterez que dans une administration, vous trouverez le pire des pires...

7.Posté par Clown le 20/09/2019 07:33 (depuis mobile)

Juste le mal du moment pour beaucoup d'administrations.....je savais.pas qui avait ecole ingénieur.....ingenieur pei sa doit donner

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie