Société

▶️ Gramounes isolés: "Il ne faut pas avoir peur de demander de l'aide"

Mardi 23 Octobre 2018 - 17:15

Enfance difficile, vie semée d'embûches, Marie-Elise Payet a vécu des moments de vie assez compliqués. "Quand j'étais petite j'étais maltraitée, quand j'étais avec mon mari aussi, c'est lui qui a cassé ma jambe. Depuis l'âge de 30 ans, je souffre de ma jambe opérée sept fois, j'ai la colonne vertébrale opérée, j'étais malade mentalement, mi voyais tout en noir", explique-t-elle. 

Bien qu'elle ait quatre enfants, cette gramoune de 71 ans ne supportait plus d'être seule chez elle et "avait peur le soir". "Mais lé pas tout le temps zot lé la, mais mi voulais pas rester toute seule la nuit'", confie-t-elle. Elle nous confie qu'elle avait même peur de finir ses jours sans que personne ne s'en rende compte tout de suite. 

En écoutant la radio un matin, elle a entendu parler de l'association "Gramounes isolés". Elle a noté le numéro et a pris son courage à deux mains pour appeler et demander les conditions pour chercher une personne pour l'aider. Elle souhaite aussi passer un message à tous ces gramounes isolés qui ont peur de sauter le pas: "Il faut y aller, il faut prendre le courage à deux mains". 
 

Depuis, elle a Catherine à ses côtés, une métropolitaine de 55 ans fraîchement arrivée à La Réunion. Chacune avait un peu peur de la personne sur qui elle allait tomber. Résultat: une véritable complicité est née entre ces deux femmes depuis ces quelques mois ensemble. "C'est une seconde vie pour moi depuis que Catherine est là, mi revive parce qu'elle est avec moi". 

Catherine a son métier à côté. Elle travaille la journée et rejoint Marie-Elise le soir et la nuit. Elles ont trouvé un bon compromis chacune: Marie-Elise prête son toit et un lit à Catherine qui, en échange, lui paie eau et électricité. Elle doit également l'aider dans ses difficultés à réaliser ses tâches ménagères. "Par exemple, je fais la vaisselle le matin, et elle le soir". 

Marie-Elise ne sait ni lire ni écrire. Mais depuis que Catherine est arrivée dans sa vie, elle l'aide à se familiariser avec l'écriture. "Pour faire les courses elle me dit les lettres et je fais les lettres et après mi connais le mot elle a écrit", confie-t-elle.
Charline Bakowski
Lu 4779 fois



1.Posté par jeanot le 23/10/2018 17:30

Bravo a cette personne car nous devrions tous prendre soin de nos anciens

2.Posté par Veridik le 23/10/2018 17:57 (depuis mobile)

Où va l'argent récolté par la journée de solidarité ?

3.Posté par Bravo et merci le 23/10/2018 18:38 (depuis mobile)

Bravo et merci Catherine.

4.Posté par la langue na poin le zo le 23/10/2018 20:05

bel exemple A SUIVRE

5.Posté par Manu le 23/10/2018 20:28 (depuis mobile)

Oui bravo d ailleurs des gramounes souvent seul même des fois abandonné par leur propre enfants famille qui se débarrasse deux des qu''il deviennent un fardeaux mais pas leur carte bleue profite de leur faiblesse ..du coeur pour une association !!

6.Posté par Créole la Réunion le 23/10/2018 21:23 (depuis mobile)

Une belle histoire avant de s’endormir.

7.Posté par Thierry le 23/10/2018 21:34

C'est une réalité trop souvent juste à coté de chez nous.

Quand il sera notre tour, comment cela se passera-t-il ?

Qui voudra bien devenir notre "Catherine" ?

8.Posté par A reflechir le 23/10/2018 22:20 (depuis mobile)

On sera tous un jour âgé, ne l'oubliez pas.

9.Posté par ti gousse le 23/10/2018 22:24

Et vos conneries

10.Posté par Loulou le 24/10/2018 01:09

Avec la CSG, le gel des pensions et l'augmentation des mutuelles, Les anciens connaissent la signification de l'isolement, la solitude, le mépris et l'irrespect: ce mal s'appelle Macron!

11.Posté par Patrick le 24/10/2018 08:19

bonjour, bravo beau geste , belle action!!
pourrais avoir le les coordonnées de "Gramounes isolés" ?
merci

12.Posté par Fredo974 le 24/10/2018 11:45

Nivet est au courant ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter