MENU ZINFOS
Gilets Jaunes

▶️ Gilets jaunes: 60% des nounous n'ont pas pu travailler depuis le début du mouvement


Par - Publié le Jeudi 29 Novembre 2018 à 16:31 | Lu 1154 fois

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, le samedi 17 novembre dernier, les écoles de l'île ont fermé leurs portes dès le lundi qui a suivi. Un véritable coup dur pour les parents... Mais aussi pour les nounous, dont le travail est mis à rude épreuve.

C'est notamment ce que nous confie Théo Granado, gérant de la société Kangourou Kids Réunion: plus de la moitié des ses employés ne peuvent pas aller travailler. Mais il affirme que, bien que le mois de novembre serait compliqué financièrement, leurs heures seront rattrapées jusqu'à la fin de leur contrat mission avec les parents. 

"On a à peu près 60% des nounous qui sur les deux dernières semaines n'ont pas pu faire leur travail et sur les 40% restants je dirais qu'il y a un peu près 10-15% qui ont pu continuer les prestations normalement comme d'habitude, par exemple où les grands-parents ont pu garder les enfants jusqu'à l'heure théorique de fin d'école", confie-t-il. 

Il y a plusieurs cas de figure. "Dans le cas où les parents ne peuvent pas aller travailler, ils vont garder les enfants et les intervenantes vont rester chez elles, il y a également le cas où l'intervenante ne peut pas se rendre sur son lieu de travail, soit on essaie de trouver une remplaçante qui habite sur le même secteur ou alors tout simplement la prestation ne peut pas avoir lieu", explique Théo. 
 


Il nous confie également une des demandes particulières qu'ils ont eu mais à laquelle ils n'ont pas pu répondre favorablement. "Une maman qui travaille au service RH d'une entreprise, dans laquelle les employés avaient des difficultés à faire garder leurs enfants, l'idée ça aurait été de donner une ou plusieurs nounou(s) qui aille dans l'entreprise pour que les parents puissent venir avec leurs enfants dans l'entreprise".

Pour certaines familles il y a une réelle dépense supplémentaire. "Ce sont des personnes qui sont obligées d'aller travailler et qui ont besoin de leur intervenante. Mais au lieu de l'avoir de 16h à 18h, ils vont avoir besoin du matin jusqu'à 18h, là le volume horaire est très conséquent et ça peut vite revenir très cher pour la famille", explique Théo Granado. 

Du côté des enfants, les avis sont assez partagés. Certains sont contents d'être en vacances imposées, pour d'autres ils sont plutôt satisfaits de retrouver les bancs de l'école. 


Charline Bakowski
J'adore voyager, découvrir de nouveaux paysages ,de nouvelles cultures, marcher dans la nature...... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par On s’en fout le 29/11/2018 18:19 (depuis mobile)

Pendant que le ti peup i souffre, c li va gagner l’argen Ek les exonérations

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie






Publicité


 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes