Société

▶️ Captage Edgar Avril : Les habitants de Grand Bassin craignent pour leurs activités agricoles et touristiques

Vendredi 28 Septembre 2018 - 16:21

En juillet 2017, la CASUD avait présenté le chantier du captage de la source Edgar Avril en grande pompe
En juillet 2017, la CASUD avait présenté le chantier du captage de la source Edgar Avril en grande pompe
Le collectif "Touch pas nout canal 39" ne compte pas en rester là. Des habitants de Grand Bassin se mobilisent pour le maintien de ce canal qui alimente en eau tout le village enclavé. Une pétition a été lancée.

L’exploitation de la source Edgar Avril signe l’arrêt de mort du canal. Une nouvelle canalisation a en effet été installée et permet de fournir en eau potable la quinzaine d’habitants de Grand Bassin et la trentaine de gîteurs du village. "L’eau réputée potable est une bonne chose", assure Michel Ducrot mais pour le porte parole du collectif, cette eau et cette nouvelle canalisation posent un certain nombre de problèmes. La canalisation 39, qui approvisionnait jusque dans les années 70 également les bas du Tampon, produit un débit de 60 litres par seconde. Avec les travaux, le débit sera limité à 20 l/s. "Insuffisant pour tout le monde",  pointe Michel Ducrot, d’autant que "l’eau chlorée néfaste pour les cultures" devra également servir à l’irrigation. "Alors pourquoi ne pas la laisser ouverte pour l’irrigation", s’interroge-t-il. "Cela permettra de conserver l’activité agricole de Grand Bassin". 

L’affaire soulevée il y a quelques jours dans les colonnes du Quotidien a fait l’objet d’un court débat ce matin lors du Conseil Communautaire de la CASUD en charge des travaux. "Quand on a un service, on paye ce service", a lancé Rito Morel, en référence au fait que jusqu’au raccordement à la nouvelle canalisation, l’eau utilisée par les villageois était gratuite. "Sans compter les constructions sans permis de construire", a-t-il ajouté. 


"Il n’y a aucune possibilité de maintenir le canal 39"

Sur les 190l/s de la ressource Edgar Avril,  20 l/s doivent être laissés au titre du débit réservé écologique, 150 l/s pour sécuriser la desserte en eau du Tampon et 20 l/s pour les habitants de Grand Bassin, affirme Patrick Pariente, chargé d’opération pour le projet. 
 
"Il n’y a aucune possibilité de maintenir le canal 39".
Pour des raisons de fonctionnement optimal du réseau dont l’investissement a couté près de 10 millions d’euros d’un part, explique-t-il . Mais aussi parce que ce canal n’est "ni enregistré, ni comptabilisé, ni contrôlé" et qu’ "au titre de la santé publique, il engage la responsabilité du président de la Casud en cas d’empoisonnement", martèle Patrick Pariente. 

66 personnes ont accepté d’être raccordées pour le moment. "Nous avons peut être des réglages à faire pour répondre au besoin", reconnait le chargé d’opération. "Mais évidemment les irriguants devront adapter leurs pratiques aux conditions du réseau théoriquement suffisant pour l’alimentation en eau d’un petit bourg comme Grand Bassin". Le canal 39 devrait définitivement fermer d'ici à 10 jours. 

Reste que pour Michel Ducrot, porte parole du collectif, au problème de l’eau s’ajoute celui de l’absence d’assainissement des eaux usées dans le village et un parc de panneaux solaires vieillissants pour lesquels "des solutions existent mais ne sont pas prises en compte par la collectivité ou les collectivités responsable-s".
 
 
PB
Lu 3687 fois



1.Posté par 974 le 28/09/2018 18:06 (depuis mobile)

Tak, Virapoulle, Poudroux, celui de ste Rose et la plaine des palmistes.

La Reunion recule.

2.Posté par andre le 28/09/2018 18:15

tak détruit tout ce quil a construit c un fou

3.Posté par grand bassin le 28/09/2018 18:18

qui a donné les passe droit pour etre élu pendant 20 ans

4.Posté par GIRONDIN le 28/09/2018 20:07

Une eau potable gratuite qui devient pas trop potable et payante après traitement.... 🤔

5.Posté par rito le 28/09/2018 20:57

Mais ou va t'on. si en plus on leur prive de l'eau . ben il est trop fort ce tak et compère . et ce rito M qui c'est vendu veut nous donné des leçons. qu'il regarde autour de lui,

6.Posté par un observateur le 29/09/2018 00:34

Ils sont tous dans un même parti, et ils cherchent tous les moyens pour faire payer aux citoyens
leur mauvaise gestion.
Mi dirais à TAK que lu lé entrain de déconner là dessus : il s'agit d'un écart enclavé, alimenté par du photovoltaïque, sans réseau d’assainissement...Mais que diable, vous ont ils fait, ces habitants ?

7.Posté par justedubonsens le 29/09/2018 12:10

Il faut peut être pas éxagéré non plus. On ne peut avoir le beurre, l'argent du beurre et le...Je pense que les gîteurs gagnent largement leur vie car nombreux sont les randonneurs qui passent une ou plusieurs nuits en bas. S'ils sont si nombreux c'est que la soupe est bonne et par ailleurs il ne faut pas oublier qu'ils sont également nombreux à avoir leur case principale en haut ! Alors ce n'est pas au reste de la population à leur payer les photovoltaïques et l'eau. Les contraintes sont pour tous !

8.Posté par A HOAREAU le 29/09/2018 18:16

Avec "20 l/s laissés au titre du débit réservé écologique", il est clair que tout le monde se fiche du devenir de ce cour d'eau !
Plus grave encore, c'est le même schéma de destruction de la biodiversité qui est appliqué sur l'ensemble du Département !
A St-Denis, plus aucune Ravine ne draine ses eaux jusqu'à la Mer !
Nous buvons l'imbuvable (!?) mais ce sont les poissons qui trinquent !

9.Posté par isabelle le 30/09/2018 07:28

@post 7, la fermeture du canal c'est la mort du village assuré. Qui vous dit qu'ils ne veulent pas payer leur consommation?
@post 8 tout à fait d'accord avec vous.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter