Courrier des lecteurs

​Une rencontre inopinée et rafraîchissante dans le bus

Mercredi 14 Février 2018 - 12:08

Il m'en est arrivé une extraordinaire lundi ; une de ces rencontres dont on se demande après si on n'a pas rêvé. Et pourtant...
Je montais dans le bus rose vers le marché couvert de Saint-Pierre. Sur le siège derrière le conducteur, un petit Malbar assez âgé, souriant, s'aperçoit que je suis sur béquille et, aussi sec, se recule côté vitre pour me laisser la place côté couloir. Un vieux cédant la place à un autre croulant... Charmant mais logique : les jeunes ont leur gros cul vissé à leur fauteuil.

Je m'installe en le remerciant. Il est bien plus petit que moi, souriant, cheveux gris... moi aussi. Son visage me dit quelque chose mais quoi ?

"Mi connais à ou, moins", osai-je.
"A moin Tangatchy et à ou missié Binard ! Ou la mette à moin dan' gros liv' l'histoire La Rénion-là ".
Bonsanmécébiensûr ! aurait dit Gotlieb. "Tangatchy", Raymond-le-Grand, "le coureur aux pieds nus" selon le titre de l'article que je lui avais consacré dans "le gros liv' ", le Mémorial volume 6.

Tout m'est revenu en mémoire et au visage comme une grande claque de souvenirs précieux.

Là, pour le bus, il avait daigné chausser des tongs. On a bavardé de façon désordonnée. Il me parla beaucoup de son ami Prianon, autre grand monsieur qui a beaucoup fait pour les jeunes du Chaudron, autre grand champion lui aussi resté invaincu de longues années durant.

Une anecdote me revient, récoltée du temps du Mémorial... Dans le 1er. tour de l'île par étapes, Raymond était en tête, largement, dans le Grand-Brûlé. Lorsque le peloton parvient à sa hauteur, notre coureur est juché à quatre mètres de hauteur sur un rocher et se tape des goyaviers mûrs par dizaines.

Il laisse filer le peloton cinq minutes, descend de son perchoir, rattrape ses concurrents, leur offre les goyaviers garnissant ses deux mains et s'en va, pour les attendre sous la banderole d'arrivée, à Piton-Sainte-Rose !!!!!

On se quitta à la gare, lui rentrant chez lui à La Rivière (je ne savais pas que nous étions originaires du même coin), moi repartant vers mon Bois-d'Olive. Quel petit bonhomme extraordinaire, souriant, très modeste, heureux de vivre "minm si impôts i rôde à moin ! Là, i fo paye à zot sinon sa i vient saisir à ou".

Que vouloir saisir chez un être aussi désargenté ? Car Raymond a certes recueilli la gloire, mais du fric, ça, jamais !

Saisir sa gentillesse ? sa modestie ? ses pieds nus ?

L'échange avec Raymond m'a rafraîchi, ragaillardi l'esprit. Je vous en souhaite autant, les amis.

😀😀😀😀😀
Jules Bénard
Lu 1097 fois



1.Posté par Marie le 14/02/2018 12:20

une petite anecdote....sur ce Monsieur, il avait participé à une course à pied sur St Denis, il avait l'habitude de courir pieds nus, et si j'ai bonne mémoire contrairement à d'habitude il n'était pas arrivé 1er à cette course. Et au journaliste d'une radio locale de l'époque il aurait expliqué ....je cite "ben si l'était pas ma 3ème jambe moi l'aurai gagné"......!

2.Posté par Lauret raymond le 14/02/2018 12:39

Quitte à soulever la rancoeur de certains commentateurs anonymes, je veux ici me féliciter que des rencontres comme celle que nous raconte Jules Bénard qui a retrouvé Raymond Tangatchy dans un transport en commun aient parfois lieu. Raymond Tangatchy est un monument de notre société. Ce qu'il nous a donné de voir et d'aimer dans les premières courses à pieds que notre île a connues est énorme. Je comprends toute l'émotion ressentie alors par Jules quand il le retrouve dans un bus de transport en commun. Son émotion mérite d'être partagée par d'autres, même par ceux et celles qui n'ont pas vécu "le temps Tangatchy"

3.Posté par Lesseps le 14/02/2018 17:02

On ne peut que se féliciter que Mr BENARD n’ait dénoncé personne cette fois-ci en prenant ce bus ...

4.Posté par Marie le 14/02/2018 17:06

Je partage entièrement votre avis M.LAURET et comprend l'émotion de M.BENARD rattrapé par son passé lors de sa rencontre avec M.TANGATCHY.....le bon temps!

5.Posté par Jules Bénard le 14/02/2018 17:20

à Posté 3 Lesseps :

Ben si... je vous trouve vous !

Comme vous ne trouvez rien à dire car votre esprit est aussi creux qu'à l'ordinaire, vous dénichez quand même une vacherie à vomir parce que, de toute façon, vous avez décidé une fois pour toutes que je ne mérite que votre mépris.

Heureux les simples d'esprit ; le royaume des cons leur est offert tout entier.

6.Posté par Elle le 14/02/2018 17:54

Comme quoi, utiliser les transports en commun a des avantages.
Qui a rencontré une personne intéressante tout seul au volant de son l'auto rutilante, bloqué dans les bouchons ? Lév la main !

7.Posté par L'Ardéchoise le 14/02/2018 19:38

M. Lauret, partager les émotions de Jules, c'est effectivement retomber parfois dans des événements que l'on n'a pas connus, et là, on se sent ragaillardis aussi par ce joli moment de vie.

Elle, il ne faut pas lever la main : on doit garder les deux sur le volant, sinon on risque de rencontrer quelqu'un...sur le capot !

8.Posté par Elle le 14/02/2018 23:14

7.Posté par L'Ardéchoise
Lol ! Dans les bouchons, on a souvent le temps de lever les 2 mains !

9.Posté par Lesseps le 15/02/2018 00:14

@5: allez parler de votre vacherie au chauffeur que vous avez fait virer lâchement....
L'hypocrite est le plus infâme de tous les hommes ; il n'a pas même l'audace du crime, il n'en a que la lâcheté.
Citation de Alfred Auguste Pilavoine ; Pensées, mélanges et poésies (1845)

10.Posté par MICHOU le 15/02/2018 14:18

Tout à fait d'accord, je le croise souvent et la première fois, je n'en croyais pas mes yeux; Le même mais avec des tongues. Par contre comme avant il est dans tous les bus, à croire qu'il marche autant qu'avant mais aujourd'hui sur quatre roues.
Grand salut à vous Monsieur Tangatchy

11.Posté par Jules Bénard le 15/02/2018 15:44

à posté 9 Lesseps :

Vous êtes, vous, le pire des lâches ; vous n'osez pas affronter le regard des autres en vous camouflant honteusement derrière un pseudo bien commode. Le fait que vous exerciez un métier en vue n'est pas un motif ; tout au plus un prétexte.

Citation de vous-même :

"Courage, fuyons !"

12.Posté par Lesseps le 15/02/2018 18:41

@ 11 Benard :
Citation de vous-même : courage , délation à fond ...

13.Posté par Nivet Alain le 16/02/2018 12:12

Lesseps est à conserver au pavillon de Breteuil.dans le formol. En effet, il est un des rares à donner une idée de l'infiniment bête....

Tangatchy, le héros de la course sur route nus pieds des années 70/80. Le meilleur jamais égalé.

A.N.

14.Posté par Lesseps le 16/02/2018 13:30 (depuis mobile)

Avec NIVET et BÉNARD on a retrouvé les statler et waldorf du muppet show en plus méchants et moins drôles :)

15.Posté par Nivet Alain le 16/02/2018 14:55

14, .....Ce n'est QUE votre avis ! Fermez votre bocal SVP !

A.N.

16.Posté par Lesseps le 16/02/2018 15:55 (depuis mobile)

:) avis partagé avec tous ceux qui vous renvoient dans vos 22 régulièrement... et nous sommes des centaines rien que sur zinfos!! Cela arrive souvent aux fanfarons

17.Posté par Nivet Alain le 16/02/2018 18:53

16," l'avis partagé de tous ceux qui me renvoient dans les 22" sont souvent les même sous une même plume : la vôtre et sous des pseudos malheureux et sans imagination : les vôtres.
Pour info, il n'y a pas de goal au rugby.......

A.N.

18.Posté par Jules Bénard le 17/02/2018 09:24

à Lesseps :

JE COMPRENDS VOTRE DRAME.

Vous êtes rongé de l'intérieur, cher. Vous souffrez intensément de ne pas être connu et, surtout, reconnu.
Vous pissez de rage lorsque certains, connus pour leur écriture, attirent les lecteurs. Alors que vous-même n'attirez que les mouches et le PQ.

VOUS ÊTES QUAND MÊME BON DANS VOTRE DOMAINE... et je vous encourage vivement à persévérer : vous êtes l'exemple vivant de ce qu'il ne faut pas écrire.

Une phrase tirée d'in film dont j'ai oublié le titre mais dont vous pouvez éventuellement faire votre profit :

"QUAND ON A UNE GUEULE COMME LA VOTRE, ON NE PARLE PAS, ON PÈTE !"

19.Posté par MICHOU le 20/02/2018 15:55

Waouh, comment une rencontre avec notre grand champion national et un hommage qui lui est rendu à juste titre finit en pugilat sur les colonnes de zinfos??

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 11 Décembre 2018 - 10:51 Justice sociale et Climat