Courrier des lecteurs

​Repaire de Là-Bas Si J'Y Suis n° 154 : "L’Humanité en Péril" un essai de Fred Vargas

Jeudi 1 Août 2019 - 09:34

Vendredi 09 Août 2019 à 18h30 à Saint-Denis - "Le Manguier"
« L’Humanité en Péril » un essai de Fred Vargas
Débat par Dr Bruno Bourgeon


« L’Humanité en Péril », sous-titre « Virons de Bord, toute », est un essai de Fred Vargas sur l’avenir de l’Humanité au travers des exactions que l’Homme commet contre le climat, la planète, la biodiversité : la vie, quoi !

Le cri de Fred ! Un état des lieux édifiant de notre planète et de nos habitudes. Outre l'information qu'elle offre, Fred Vargas arrive en petit colibri face aux consciences politiques. Un énième plaidoyer pour rappeler que le pire nous menace si rien ne change. Alors on peut dire : "je sais , je sais , je sais ..." Le réchauffement, la déforestation, le surpâturage, la surpêche, les pollutions, le pillage de l'énergie fossile, de l'eau, la mort lente de la biodiversité, la fonte des glaces, la montée des océans et leur acidification, le dérèglement climatique... Ce n'est qu'un bref aperçu de la longue énumération des menaces gravissimes de toutes sortes qui pèsent sur notre monde vivant .

Fred Vargas a été chercheur au CNRS. Elle nous offre ici un condensé de son travail d'investigation très poussé, avec quelque 400 références de sa documentation. Mais dans un souci d'accessibilité pour le profane, elle va vulgariser ses données. Malgré tout, on n'échappe pas à des chiffres, statistiques, bilans… Tous plus catastrophiques les uns que les autres : Fred Vargas informe, accuse, dénonce ! C'est virulent, fort, passionné ! Il y a dans ce livre toute l'énergie du désespoir. Pourtant, à la fin, elle dit avoir les idées des espérantistes. " Les espérantistes, misant sur la prise de conscience grandissante des populations, fustigent évidemment l'inertie des gouvernements successifs depuis quarante ans, leurs liens politico-financiers avec les grands lobbies, et notre maintien coupable dans l'ignorance et l'illusion." On peut penser ce qu'on veut de la forme, ce livre est écrit avec la tête et le cœur.

Merci Madame Vargas

la suite sur : www.aid97400.re
AID974
Lu 672 fois



1.Posté par Zarin le 01/08/2019 14:38

« L’Humanité en Péril »

regardons plus loin que le bout de notre nez *

Les programmes secrets des puissances n'intéressent personne !!!

* Cette expression apparue vers la fin du XVIe siècle signifie que l'on manque de clairvoyance. En effet, le nez symbolise une distance courte, au sens de "prévision". Celui qui "ne voit pas plus loin que le bout de son nez" manque de discernement et n'envisage pas les événements sur du long terme.

2.Posté par SNOEK le 03/08/2019 16:15

Le propos est juste mais F.VARGAS n'est ni la première ni la dernière à tirer la sonnette d'alarme.
Je me demande si l'accumulation de messages (justement) alarmistes ne finit pas par provoquer un effet contre-productif de banalisation et de résignation.
Je m'inquiète aussi un peu de l'allusion aux "colibris" de Pierre RABHI dont les partis-pris idéologiques sont extrêmement discutables et douteux. Il ne suffit pas d'enfiler une chemise à carreaux et des bretelles pour devenir un penseur ou un sage.
La dénonciation de l' "Homme" en tant qu'espèce me dérange aussi, c'est le système capitaliste de prédation et de cupidité court termiste qu'il faut dénoncer. Ce n'est pas en renonçant à boire avec une paille en plastique qu'on sauvera la planète mais en nous débarrassant de logiques économiques mortifières.
En tant que pas du tout perdreau de l'année, j'en ai aussi un peu assez de la petite comédie qui consiste à feindre de croire que la conscience écologique est née avec Greta THUNBERG. René DUMONT avait déjà tout dit de l'écologie politique lors de sa candidature à la présidence de la République en 1973. Eh oui, l'écologie c'est aussi est avant tout des choix politiques donc économiques et pas une série de petits gestes certes salutaires mais dérisoires.
Horreur ! Le gros mot (politique) a été lâché. Ben oui, " ...aux armes CITOYENS..." ça vous dit quelque chose ? Redevenons des citoyens au lieu d'être des consommateurs narcissiques et infantiles.

Petit P.S : écologie politique ne signifie aucunement que les politiciens qui se réclament des différentes formations "écologistes" ont une légitimité ou une compétence particulières. L'écologie n'est pas neutre politiquement et peut aisément adopter des colorations qui vont de l'extrême-droite à l'extrême-gauche.

3.Posté par Bruno Bourgeon le 08/08/2019 07:45

SNOEK, bien sûr que non, l'écologie ne peut être de droite ou d'extrême-droite, dont les dogmes de pensée reposent sur l'individualisme et la consommation. De même qu'à gauche, ils reposent sur le productivisme d'état. L'une comme l'autre ne peuvent être écologiques, ou alors ils ont changé leur logiciel. L'écologie, la vraie, la profonde, c'est le partage; la solidarité, la frugalité, la détestation de tout ce qui est profit, enrichissement personnel, valeurs antinomiques presque par définition des valeurs écologiques.

4.Posté par SNOEK le 09/08/2019 18:27

Je suis persuadé que l'écologie que vous défendez est humaniste et généreuse et à ce titre je salue votre combat

Je persiste à penser cependant que vous vous trompez en écrivant que, par essence, l'écologie ne PEUT PAS être d'extrême droite. Il existe une pensée écologique qui prône une vision élitiste, eugéniste de sélection des populations et d'hygiène sociale ou ethnique. Le débat sur la législation de protection de la nature des nazis en témoigne même si Luc FERRY, comme d'habitude , extrapole pour assimiler écologie et nazisme ce qui est parfaitement malhonnête et tendancieux. La fameuse loi de GODWIN. C'est pourquoi la dénonciation des actions des humains en tant qu' espèce néfaste pour l'environnement me dérange et que je lui préfère une dénonciation de logiques économiques et politiques suicidaires et criminelles.
Respectueusement vôtre.

5.Posté par A mon avis le 11/08/2019 17:24

@ 4.Posté par SNOEK
Il existe une pensée écologique qui prône une vision élitiste, eugéniste de sélection des populations et d'hygiène sociale ou ethnique.


Se dire proche de la nature et même se déclarer défenseur et protecteur de la nature n'est pas synonyme d"écologie. L'écologie a une histoire et une philosophie spécifiques. Il,est abusif, mais bien dans l'air du temps, de déclarer "écologiste" n'importe qui se dit "respectueux" de la nature !
Tout est dans le "respectueux" !

"
Défenseurs et protecteurs de la nature, les nazis, vraiment ? Dans cet article, Johann Chapoutot montre qu’il s’agit davantage pour eux d’en user comme d’une métaphore.
Dans le syntagme Blut und Boden, c’est bien le sang, et donc la race, qui priment sur un sol dès lors instrumentalisé, exploité et défiguré. Spoliation et exploitation, prédation et déprédation de la nature triomphent ainsi, bien loin de toute culture d’un environnement à préserver.
"

http://palimpsestes.fr/quinquennat/2012/juillet/sem22juillet/articles/nazis_nature.pdf

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Août 2019 - 15:26 Lettre ouverte à Charles Marimoutou