MENU ZINFOS
Faits-divers

​Projet de faire exploser une maison / affaire Narayanin: Le suspect dans les deux affaires sort de détention


Giovanni B. s’est vu accorder la liberté suite à son appel d'une prolongation de détention provisoire qui avait été accordée au parquet en avril.

Par Soe Hitchon - Publié le Mardi 11 Mai 2021 à 16:31

Le rôle de chaque protagoniste dans cette affaire n’est pas encore clair. Une affaire qui englobe non seulement un complot pour faire exploser une maison à la Plaine-des-Palmistes en 2019 mais aussi le dossier Narayanin, impliquant l’entrepreneur réunionnais soupçonné d’avoir commandité l’agression d’une avocate à Mayotte en 2016. Et pendant que cette longue instruction suit son cours, le parquet préfère que certains suspects restent derrière les barreaux afin d’éviter tout risque de concertation entre auteurs présumés et assurer qu’ils se présentent le jour du procès. 
 
Mais selon l’avocate d’un des détenus soupçonnés d’avoir voulu faire exploser la maison, l’instruction n’est pas prête de finir au vu de la "ribambelle d’avocats" de Guito Naranayin. "Et pour ce dossier, ce sera pareil, ajoute-t-elle, Giovanni B. devra rester en détention indéfiniment ?"
 
Mais son client est soupçonné d’être impliqué dans les deux affaires. Placé sous contrôle judiciaire depuis 2016, il se rend à chaque convocation de la justice pour répondre à diverses questions. A-t-il été payé pour agresser une avocate à Mayotte, à la demande de Guito Naranayin ? Puis en août 2020, il est mis en examen pour participation à une association de malfaiteurs et placé en détention provisoire. En 2019, a-t-il proposé 100.000 euros à un individu pour faire exploser la maison d’une dame à la Plaine-des-Palmistes ? C’est un détenu du centre pénitencier de Domenjod qui le dénonce. Ce dernier a d’ailleurs fait circuler un courrier en prison évoquant la préparation de cette attaque au TNT. 
 
Des échanges téléphoniques évoquant des billets d’avion pour récupérer de "la chimique", des personnes en prison, des investissements à l’étranger, la possession d’un fusil et des photos de pièces d’identité… le tout est louche concernant ce suspect qui compte déjà quatre condamnations sur son casier judiciaire, rappelle la parquet.
 
Des explosifs factices et une histoire de vengeance
 
Mais ce père de famille nie les faits : "Je n’ai rien à faire dans cette histoire". Il s’agirait d’une histoire de vengeance de la part du détenu de Domenjod, car Giovanni B. l’aurait dénoncé aux gendarmes. C’est pour cela qu’à l’annonce de la prolongation de sa détention provisoire le 23 avril dernier, il a fait appel de la décision. Ce mardi, la chambre de l’instruction a décidé de le libérer et le placer sous contrôle judiciaire.

Pour la défense, les neuf mois de détention provisoire ne sont pas justifiés. "Il aurait commandité avec des explosifs factices la destruction d’une maison que l’on ne connaît même pas, lance Me Marie Briot. Et sur les explosifs, aucune empreinte, pas d’ADN et ils n’ont même pas été retrouvés chez lui. Le seul élément concret est un don de 150 euros à un ami détenu à Mayotte. Mais ça ne prouve rien". Elle poursuit : "En neuf mois, il n’a toujours pas été entendu ; l’instruction n’avance pas". 
 
Présenté comme un bon père de famille en CDI depuis 9 ans et dont la dernière condamnation date de 2010, Giovanni B. sort de détention provisoire en attendant son procès. 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes